Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le bloc-notes de cirk75

Depuis 2010, Chronique au fil du temps et de la mémoire d'un circophile amateur

Articles avec #economie catégorie

La vie des cirques pendant la pandémie

Publié le 4 Juin 2020 par cirk75 dans Economie

A l’arrêt depuis le début du confinement, et bien plus vulnérable que le théâtre ou la danse, le cirque est frappé de plein fouet par l’annulation des spectacles vivants. Qu’ils soient grands ou petits, traditionnels ou contemporains, avec ou sans animaux, tous les cirques français ont replié leur chapiteau, dans l’attente pour le jour où ils auront le droit de renouer avec leur activité.

Et si les salles de spectacles et de concerts peuvent  rouvrir à partir du 2 juin dans les zones vertes et le 22 pour la zone orange, avec les règles de distanciation physique requises et avec une gestion des flux conforme au protocole sanitaire, le cirque s’alarme.

Si nombre de troupes fortement subventionnées, autrement dit le cirque dit contemporain, peuvent sans trop de contraintes se produire dans les rues ou sur les places ce qui peut leur permettre de passer cette période délicate, il n’en est pas de même pour le cirque traditionnel. Celui-ci ne vit que par ses recettes en proposant son spectacle sous la toile d’un chapiteau et n'a pas pour habitude de demander des aides ou des subventions.

On l’oublie un peu vite, le cirque traditionnel coûte beaucoup plus cher que le cirque contemporain. Et que l’on donne une représentation ou non, les animaux du cirque veulent et c’est normal leur picotin quotidien.

Si certains cirques ont eu l'opportunité de regagner avant le confinement leur quartier d'hiver, d'autres ne sachant, après leur dernière représentation de la mi-mars où aller, sont restés sur place.Ce qui permet de relater de beaux élans de générosité de la part des habitants de certaines villes, qui on voulu venir en aide à leur cirque.

En effet dès le lendemain du discours du Président de la République lançant le programme de confinement, certaines communes comme Neuvy-en-Sullias dans le Loiret, Saint-Brieuc dans les Côtes-d’Armor ou Chatillon sur Seine ou Saint-Usageen Cote d’or, mais aussi bien d'autres, ont su créer cette chaîne de solidarité pour pourvoir aux besoins des artistes et des animaux.

Rappelons que le 18 avril, la Ministre de la Transition Écologique avait débloqué 19 millions d'Euros pour financer la nourriture des animaux se trouvant dans les cirques et les parcs zoologiques. 

Mais cette chaîne de générosité a eu quelques manques ici ou là où les cirques ne sont pas toujours les bienvenus. Ainsi la revue Bretagne Circus dans son dernier numéro raconte les déboires du cirque de Louis et Lucie Bonnot. Cet établissement confiné sur le parking face du stade de Perrecy-les Forges (Saône & Loire) n'a pas eu accès ni au robinet d'eau, ni aux douches, ni aux toilettes, car les cirques sont suite à un arrêté municipal interdits dans cette commune. Ville où ses représentants élus ont fait preuve comme on le voit d'un fort grand humaniste !

Espérons maintenant que les cirques vont pouvoir tel le phénix renaître de ses cendres et rebondir.  Etre circassien n'est vraiment pas un long fleuve tranquille... 

Cette pandémie survient après bien d'autres moments difficiles pour les étoiles de la piste. Citons les mouvements sociaux de fin d'année qui ont paralysé tout le pays, la crise des gilets jaunes mais aussi les troubles à l'ordre public occasionnées par les sectes animalières. Tout cela a fortement impacté la santé économique du monde de la piste, qui à l'inverse des activités musicales, chorégraphiques ou théâtrales en France ne bénéficient pas des largesses du contribuable, ne touchant aucune aide publique... 

 

 

 

 

commentaires

Une soixantaine de partenaires contractuels impayés du Cirque du Soleil réclament près d'un million de dollars américains.

Publié le 29 Mai 2020 par cirk75 dans Economie

Le quotidien québécois Le Devoir relate qu’au-delà des problèmes économiques ressentis en ce moment par le Cirque du Soleil, certains contractuels indépendants (artistes, chorégraphes, techniciens, metteurs en scène) soit une soixantaine de travailleurs non salariés réclament près d’un million de dollars à l’entreprise de spectacle montréalaise.

En plus d’avoir perdu leurs contrats en raison de la pandémie de coronavirus, ces contractuels indépendants n’ont jamais vu la couleur de l’argent gagné entre janvier et mars. Ils demandent à l'entreprise québécoise d'honorer cette dette et de reconnaître leur caractère singulier. Sans eux, font-ils valoir, le Cirque du Soleil n’aurait jamais atteint les sommets artistiques et la réputation internationale qu’on lui connaît aujourd’hui. 

On vient aussi d’apprendre mardi 26 mai, que le gouvernement du Québec vient d’offrir un prêt conditionnel de 200 millions de dollars américains pour relancer ce fleuron de la culture québécoise. Cet apport faisant suite à celui de 50 millions de dollars américains que les actionnaires avaient octroyé début mai.

Enfin à partir du 2 juin 2020 la reprise des représentations en Chine à Hangzhou, ville située à quelque 700 km à l’est de Wuhan où le virus a fait son apparition en décembre 2019, a aussi été actée.

Comme on le voit toutes les planètes semblent s'aligner pour tirer l’entreprise de spectacles de cette très mauvaise passe et lui permettre de repartir.

commentaires

Le Cirque du Soleil fait toujours des envieux

Publié le 26 Mai 2020 par cirk75 dans Economie

Depuis quelques temps le cirque du Soleil fait beaucoup parler de lui. Cette fois ce ne sont pas ses spectacles qui sont mis en avant, mais sa grande vulnérabilité financière. Comme on l’a relaté précédemment (voir blog20/05/2020) la pandémie liée au Covid-19 a considérablement fragilisé le mastodonte montréalais.

Arrêt de tous les spectacles, mise à pied de 95 % de ses effectifs et lourd endettement de 832 millions d’euros sont à l’origine des déboires économiques de cette entreprise de spectacles.

Aussi fin mars, la direction du Cirque du Soleil a mandaté la Banque du Canada pour envisager tous les scénarios de sa survie, y compris celui de se placer en faillite.

Depuis on s'agite et chacun tente d'apporter sa solution.

Guy Laliberté, quelques semaines après avoir vendu ses dernières parts de participation dans le Cirque du Soleil, entreprise qu’il avait fondée en 1984, vient de faire savoir dimanche 24 mai lors d’une émission de télévision, qu’il pourrait être candidat à son rachat.

L’ancien cracheur de feu, devenu depuis millionnaire après avoir vendu,  à des financiers américains et chinois ses parts du cirque du Soleil , a fait savoir, tel un chevalier blanc, qu’il réfléchissait à "sauter dans l’arène" pour participer au sauvetage de son ex-entreprise désormais exsangue. Pour cela il dit connaître des personnes -on évoque en coulisse les noms de Franco Dragone (voir blog10/10/2015) et  Robert Lepage- prêtes à mettre au pot pour permettre ce rachat, sans en donner plus de détails.

Dans un entretien accordé aux médias le P.D-G, Pierre Karl Péladeau se disait tout disposé à l’idée d’envisager un partenariat avec le fondateur du Cirque, ce dernier lui a indirectement répondu, en affirmant que "si les chiffres mènent la relance du Cirque il y a un grand danger". "Il faut trouver un équilibre financier, mais surtout retrouver la flamme qui va relancer le Cirque", a conclu l'ancien saltimbanque.

De son côté le gouvernement québécois a fait savoir qu’il était tout disposé à aider l’entreprise, en lui accordant un prêt de 200 millions de dollars américains, sous certaines conditions, comme le maintien du siège social à Montréal et de la propriété intellectuelle au Québec. Rappelons à ce jour la participation québécoise réside dans la seule Caisse de dépôt et placement du Québec à hauteur de 20 %, les autres actionnaires étant les fonds de pension, américains TPG Capital (60%) et chinois Fosun (20%).

Et n'oublions pas un dernier larron, l’offre de rachat rendue publique début mai par le conglomérat de télécoms et de médias Québécor.

Alors comme comme on voit on s'affaire en coulisses, aussi voyons si ces belles promesses deviendront réalité.

Attendons la suite avec impatience...

commentaires

Le Cirque du Soleil va-t-il être victime du Covid 19 ?

Publié le 20 Mai 2020 par cirk75 dans Economie

En raison de la pandémie de COVID-19E le cirque québécois, que les animalistes prennent en exemple, a été forcé de mettre en place des mesures inédites. Il a dû suspendre l’intégralité de ses 44 spectacles entraînant de facto, la mise à pied temporaire de 4 679 personnes soit  95 % de son effectif. Dans le même temps il a dû aussi organiser en urgence le rapatriement de plus de 2 000 de ses employés répartis aux quatre coins de la planète et cela dans un contexte de limitation des déplacements aériens.  

Dans un rapport daté du 18 mars 2020, l’agence de notation américaine Moody’s a évoqué un risque de défaillance "élevé" d’ici la fin de l’année. "Un faible niveau de liquidités, une demande peu vigoureuse et des conditions économiques difficiles vont accroître la pression sur la flexibilité opérationnelle du Cirque et sur sa capacité à effectuer des investissements une fois que les spectacles auront repris" a noté Moody’s.

De plus la concentration des activités de l’entreprise à Las Vegas, où elle génère environ 35 % de ses revenus, figure aussi parmi les principaux risques qui guettent l'entreprise de spectacles, précise l’agence.

Aujourd’hui le Cirque du Soleil se trouve dans une situation économique difficile, non seulement sa dette atteint environ 900 millions de dollars américains (832 millions d’euros)", mais il n’a plus aucune recette suite à l’arrêt de tous ses spectacles.

Aussi pour se placer à l’abri de ses créanciers, les dirigeants du Cirque du Soleil disposent des quatre options :

       -demander une aide gouvernementale, 

       -injecter de l’argent frais de la part des investisseurs actuels (le fonds américain TPG, le groupe chinois Fosun et la Caisse de dépôt et placement du Québec). Mais TPG a beaucoup investi depuis deux ans, tant au niveau de l’acquisition de l'entreprise de divertissement, de la création de nouveaux spectacles, de la construction ou de la rénovation des salles de représentation.

       -recapitaliser l’entreprise avec de nouveaux partenaires. A ce jour seul Québecor, un conglomérat québécois de télécoms et de médias a fait connaitre son intérêt pour participer au sauvetage de cet ambassadeur du talent québécois,

       -la vendre,

Ce n'est pas la première fois que le Cirque du Soleil traverse une crise (voir blog12/12/2011) mais au-delà du problème financier, on peut se demander si l'entreprise québécoise n’a pas elle même couper la branche sur lequel elle reposait. En proposant de plus en plus de productions où la comédie musicale a pris le pas sur le cirque, avec des prix des places (voir blog26/09/2011) honteux faisant fuir une bonne partie de sa clientèle qui elle n'a aucune chance d'être VIP et d'être inviter par une entreprise, le Cirque du Soleil a bien chercher le bâton pour se faire battre...

Alors à suivre avec attention

 

commentaires

Le Covid 19 impacte l"édition 2020 du Festival  International du cirque du Val D’Oise

Publié le 14 Mai 2020 par cirk75 dans Economie, Festivals

Dernièrement par un communiqué signé Jean-Marie Etienne, Président de Cap Domont, l'association organisatrice  fait savoir aux circophiles franciliens  que suite à la pandémie liée au Covid 19, les organisateurs se voient contraints d’annuler la 21ème édition du Festival international du Cirque du Val d’Oise qui devait se tenir les 2, 3 et 4 octobre 2020.

Cependant le festival de Domont nous donne dès à présent rendez-vous les 1, 2 et 3 octobre 2021 pour sa 21ème édition.

Cette annonce n’étonne guère, et ce ne sera certainement le seul événement circassien à être impacté par ce virus inconnu, car il est bien difficile en ce moment d’avoir une vue à moyen terme pour programmer un événement culturel.

Décidemment le monde de la piste paye ces temps là ,un lourd tribut. Après les attentats, les Gilets jaunes, les grèves des transports qui ont impacté toutes les entreprises de spectacles voilà, la pandémie. Par contre les cirques, sont plus exposés car ils doivent aussi faire face à une polémique injustifiée, une sorte de fake news peu dénoncée par les médias : la maltraitance des animaux sur la piste.

Et si dernièrement le gouvernement a décidé de débloquer, pour venir en aide aux zoos et aux cirques, un accompagnement financier de 19 millions d’euros, cette décision comme on pouvait s'en douter a suscité de nombreuses critiques de la part d’associations de protection des animaux.

En revanche ces tartufes de la cause animale, à part déblatérer n’ont pas eu l’air de se remonter les manches pour venir en aide aux animaux qui sont en ce moment en situation difficile, avec l'arrêt des pistes. 

En quelque sorte une application de ce proverbe : "La critique est aisée, mais l'art est difficile".

Mais pouvait-on s'attendre à autre chose de la part de ces sectes animalières?

commentaires

Un retour prochain du Ringling Bros. Barnum & Bailey ?

Publié le 11 Février 2020 par cirk75 dans Economie

"The Greatest Show on Earth" va-t-il tel le phénix renaître de ses cendres ?

Rappelons que depuis le dimanche 21 mai 2017 et cela a attristée tout le monde circassien, s’est tenue au Nassau veterans Memorial Coliseunm à Uniondale près de New-York, la dernière représentation du plus célèbre cirque du monde, le Ringling Bros et Barnum & Bailey. En effet ce cirque suite aux difficultés rencontrées avec les mouvements animalistes et aux recettes qui diminuaient, avait décidé il y a déjà trois ans de mettre les pouces après 146 ans d’existence.

Or depuis quelques jours, les réseaux sociaux relatent que l'entreprise Feld Entertainement Inc. propriétaire du "Greatest Show on Earth" et spécialisé principalement dans les spectacles de cirques ou de courses de camions gigantesques, annonce sur son site une prochaine audition pour recruter des artistes de la piste.

Est-ce un retour prochain du géant américain du cirque, ou sont-ce les circophiles qui fantasment et font courir leur imagination suite à  cette information?

Attendons la suite, si suite il y a...

Mais ce qui semble à peu près certain c’est l’absence des éléphants et des animaux dans cet éventuel futur programme. En effet au-delà de la polémique sur leur présence ou non sur la piste, ce qui est sûr c'est que les artistes à quatre pattes coûtent beaucoup plus chers que ceux qui n’ont que deux pieds.

Et comme Feld Entertainement Inc. a pour objectif avant tout de gagner de l'argent, alors le choix est vite fait. 

commentaires

Quelques informations à priori sans rapport, quoi que ?

Publié le 15 Janvier 2020 par cirk75 dans Economie

Quand on a du mal à se déplacer, on se concentre sur l’essentiel. On va au travail ou chez le médecin mais on n’est pas forcément prêt à affronter les bouchons ou les longues marches pour aller assister à un concert, à une pièce de théâtre, ou voir un spectacle de cirque. Dernièrement le journal "Le Parisien" a fait savoir que les directeurs des pistes parisiennes font, comme leurs homologues des lieux culturels, grise mine. Que ce soit les Bouglione, les Gruss voire Alain Pacherie, défenseur du cirque sans animaux, tous se plaignent d’avoir fait de très mauvaises recettes en décembre dernier, moment crucial où leurs établissements font à l’occasion des fêtes de fin d’année le plein.

Ainsi Francesco Bouglione, indique qu’il n’avait jamais connu de telles pertes, il va jusqu’à évoquer la somme de 900 000 euros perdus pendant les fêtes. Même son de cloche chez les Gruss où comme chaque année ils ont planté à Paris leur chapiteau dans le bois de Boulogne. Firmin le fils cadet de la famille tout en  déplorant une série d'hivers très durs, indique que ça fait quatre ans que le cirque familial ne dégage plus de bénéfices et il estime à 40% cette année la baisse du chiffre d'affaires. "Depuis les attentats, mentionne-t-il, on a trois agents de sécurité en permanence, et un kilomètre de barrières autour du chapiteau. Les frais ne cessent d'augmenter, et l'argent perdu ne se rattrape jamais ". Même Alain Pacherie (voir blog17/04/2013), le directeur du cirque Phénix au public très fidèle d'une année sur l'autre, a également ressenti l’impact des grèves de transport sur les entrées. " Oui, nous avons souffert, surtout les trois premières semaines de grèves où le public ne réservait plus, dit-il. Nous avons un peu mieux travaillé pendant les congés scolaires, mais ça se terminera quand même par une perte de chiffre d'affaires sur le public individuel, hors comités d'entreprise, d'environ 20 % ". Et on ne parle pas de la suppression pour la première fois de son histoire, du Festival International du Cirque de Massy (voir blog25/03/2019).

Bref ce n’est pas la joie quand on travaille dans le milieu du spectacle privé en général et du cirque en particulier, dont les pertes ne sont pas comblées par l’argent des contribuables, comme cela peut être le cas dans le milieu culturel subventionné…

Autre information inquiétante les associations et les collectifs qui prétendent défendre les animaux font de plus en plus entendre leur voix, contre les centres équestres. En effet après les cirques, ces groupuscules se tournent désormais vers cette autre cible facile pour eux qu’est l’équitation.

Témoin ce visuel trouvé sur le site https://questionsanimalistes.com/lequitation/

Terminons tout de même par une nouvelle plus joyeuse.

Dans moins d’un mois aura lieu du 14 au 16 février, au Théâtre de la Ménagerie du Cirque d'Hiver Bouglione, le 10ème Salon de la Maquette de Cirque, avec notamment bourse d'échange...

Alors pourquoi bouder son plaisir…

commentaires

Pendant le trêve des confiseurs, quelques moments circassiens à voir sur l’étrange lucarne

Publié le 21 Décembre 2019 par cirk75 dans Economie

La période des fêtes est malheureusement la seule où les chaînes de télévision daignent de mettre à leurs programmes les arts de la piste. Cette année comme par le passé France Télévision et Arte diffuseront quelques retransmissions de festivals de cirque, et quelques films à ne pas manquer…

Dimanche 22 : France 3 propose 2 heures du Festival International de Monte Carlo. A 15h15 la 41ème édition et à 16h15 la 42ème.

Lundi 23 : toujours France 3 de 21h05 à 1h50 propose deux galas du Festival International de Monte Carlo. En premier le Gala de la 43ème édition de la manifestation monégasque, puis à 23h35 celui de la 41ème.

Mercredi 25 : France Ô met à son antenne à 20h55 Cirkafrika 3 (voir blog02/01/2018) et à 22h25 4ème Cirque.

C8 de son côté propose à 21h15 de la magie avec "Les Mandrakes d’Or 2019", puis à 23h20 "Les Mandrakes d’Or 2018".

Jeudi 26 : C’est au tour d’Arte de proposer une soirée totalement cirque. Comme chaque année elle débutera par la dernière édition du Festival Mondial du Cirque de Demain avec à 20h55 la diffusion de la 40ème édition. Puis à 22h25 le spectacle Luzia du Cirque du Soleil. Signalons toujours sur la même chaîne à 23h50 le film "Mister Universo" (voir blog02/03/2017), puis à 1h20 "Grock, ombres et lumières d’un clown de légende" (voir blog16/05/2015), enfin à 2h15 le spectacle O du Cirque du Soleil.

Dimanche 31 : France 3 rediffuse la 42ème édition monégasque enregistrée sous le chapiteau de Fontvieille à Monaco.

Jeudi 2 janvier : Arte diffuse le magnifique film de Charlie Chaplin "Le Cirque" (voir blog22/09/2018), puis à 23h35 un film "Chaplin compositeur" (voir blog02/12/2019)

Pendant le trêve des confiseurs, quelques moments circassiens à voir sur l’étrange lucarne
Pendant le trêve des confiseurs, quelques moments circassiens à voir sur l’étrange lucarne
Pendant le trêve des confiseurs, quelques moments circassiens à voir sur l’étrange lucarne
Pendant le trêve des confiseurs, quelques moments circassiens à voir sur l’étrange lucarne
Pendant le trêve des confiseurs, quelques moments circassiens à voir sur l’étrange lucarne
commentaires

Le Cirque Knie doublement récompensé en 2019

Publié le 9 Octobre 2019 par cirk75 dans Economie

Deux mille dix neuf est non seulement l’année qui marque les 100 ans d’existence du cirque Knie (voir blog05/03/2011), mais aussi pour cet établissement helvète une année où il honoré tant par ses pairs que par le monde politique.

En effet déjà le 2 octobre en présence de la Princesse Stéphanie de Monaco et dans l’enceinte du parlement Européen à Bruxelles ce cirque représenté par Marie-José Knie, avait reçu le" Big Top Label 2019" (voir blog23/09/2019) ...

Et le 5 octobre 2019  cette fois-ci à Lauzanne Dominique Jando (voir blog21/06/2012) le concepteur de Circopedia l’encyclopédie virtuelle du monde de la piste (voir blog17/10/2015) a voulu à son tour rendre hommage à la famille Knie, en leur remettant le  "Circopedia Award" 2019.

Rappelons que cette distinction décernée chaque année depuis 2015 "veut mettre en valeur une réalisation exceptionnelle dans le cadres des arts de la piste, que ce soit en termes de performance, d'éducation ou de promotion des arts du cirque". Avec Knie ce prix est donné à une vieille famille circassienne qui sait concocter des programmes où se conjuguent avec bonheur émotion, rire et innovation. N'évoque-t-on pour la tournée 2020 un spectacle en collaboration avec le cirque acrobatique allemand Flic-Flac, un peu sans doute comme la famille Knie l'avait fait en 1992 avec le Cirque du Soleil? 

En honorant les Knie, ce prix ne pouvait faire meilleur choix, mais en accordant à cette famille un "Circopedia Award", cela met aussi sous les feux des projecteurs ce nouveau prix dont les précédents récipiendaires avaient pour nom : en 2015, le Studio Vesar, en 2016, Andrey & Anastasia Dementiev-Kornilov et la dynastie des Kornilov,  en 2017, le Circus Juventas et en 2018, "Dandies" troupe russo-suisse composée par Johnny Gasser, Yury Kreer et  Kireill Ivanov.

 

Le Cirque Knie doublement récompensé en 2019
Le Cirque Knie doublement récompensé en 2019
Le Cirque Knie doublement récompensé en 2019
Le Cirque Knie doublement récompensé en 2019
Le Cirque Knie doublement récompensé en 2019
commentaires

Les Big Top labels 2019

Publié le 23 Septembre 2019 par cirk75 dans Economie

Le Big Top Label, après avoir récompensé l’année dernière le "Cirque Arlette Gruss", le "Blackpool Tower Circus" et le "Cirque Krone" (voir blog01/10/2018), a choisi en 2019 d’honorer 3 autres cirques européens : le "Sirkus Finlandia", le "Zircus Knie" et le "Magyar Nemztt Cirkusz".

La cérémonie du Big Top Label 2019 se déroulera le 2 octobre à Bruxelles en présence de la Princesse Stéphanie de Monaco...

Rappelons que cette distinction vise à honorer la qualité des cirques européens, qu'ils soient petits ou grands, qu'ils soient traditionnels ou nouveaux, avec ou sans animaux, en tournée ou permanents, en tente, en arène ou en théâtre.

 

commentaires
1 2 3 4 5 6 > >>