Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le bloc-notes de cirk75

Depuis 2010, Chronique au fil du temps et de la mémoire d'un circophile amateur

Articles avec #economie catégorie

Connaissez-vous le "Financement par la foule" autrement dit le crowdfunding ?

Publié le 15 Octobre 2018 par cirk75 dans Economie

Le financement participatif, ou crowdfunding en anglais ou encore sociofinancement au Canada, est une manière de lever des fonds sans l'aide des banques ou des autres acteurs financiers. Ce nouveau mode de financement d’un projet a été permis grâce à l’évolution des technologies (internet, outils de paiements dématérialisés, fintech) et un cadre législatif favorable.  Ce mode de financement permet d'entrer en contact avec des apporteurs de capitaux, principalement des particuliers, qui agissent soit dans une démarche philanthropique, afin d’aider des projets qui "ont du sens", des projets "coup de cœur", soit tout simplement pour en retirer un revenu.

Le financement participatif comprend différentes catégories tels que le don (crowdfunding), la récompense (ou don avec contrepartie), le prêt (aussi appelé credit crowdfunding, crowdlending,  peer-to-peer lending ou prêt participatif) et le capital-investissement (equity).

Parmi les sites proposant ce mode de financement, les  plus connues sont : Ulule,  Bpifrance, Lendix, Bolden ou KissKissBankBank…

Depuis quelques mois on remarque que certains cirques ont recours à cette technique financière pour réaliser des projets demandant un fort investissement. Ainsi en France, le cirque Alexis Gruss (https://fr.ulule.com/alexisgruss/) a voulu faire financer une partie de son 44ème spectacle dénommé "Origines" par ce moyen économique avec un succès fort relatif. Il n'a recueilli que 8 538 € sur les 130 000€ escomptés.

En Suisse et actuellement le Cirque Knie  propose aussi un financement participatif  (https://www.lokalhelden.ch/zirkuszelt) pour acheter son nouveau chapiteau. A ce jour le projet a déjà reçu 73 060 CHF sur les 175 000 CHF escomptés, soit 42%.

Autre exemple "Le Plus Petit Cirque du Monde" (voir blog02/04/13) a fait aussi financé son projet "Devenez acteur du facteur" par ce moyen, recueillant 1 820€ les 3 000 espérés. Il en est de même de l’Ecole du Cirque Pitrerie de Strasbourg qui recherche 4 750€.

Le crowdfunding semble de nos jours être un moyen de financement qui touche bon nombre d'entreprises dont les cirques, qu'ils soient traditionnels ou subventionnés. Moyen de lever des fonds en cette période de diminution des subventions mais aussi il faut le reconnaître des spectateurs, le financement participatif a de beaux jours devant lui.

Alors à suivre…

commentaires

Le Cirque Arlette Gruss reçoit le Big Top label

Publié le 1 Octobre 2018 par cirk75 dans Economie

La Commission d'évaluation dirigée par le député européen Istvan Ujhelyi, (vice-président de la commission des transports et du tourisme au Parlement européen) après avoir visité le cirque Arlette Gruss, a attribué à cet établissement le Big Top Label.

Rappelons que ce certificat vise à distinguer les cirques européens par leur qualité, qu'ils soient petits ou grands, qu'ils soient traditionnels ou nouveaux, avec ou sans animaux, en tournée ou permanents, en tente, en arène ou en théâtre.

Le Cirque Arlette Gruss est le premier cirque français  à recevoir cette haute distinction, avec le Blackpool Tower Circus et le Zircus Krone.

Cette distingue sera remise au cirque Arlette Gruss, le 28 novembre 2018 lors de son étape parisienne de fin de tournée, à l'occasion d'une cérémonie publique présidée par M.Tibor Navracsics, commissaire européen à la Culture.

commentaires

Quelques raisons pour expliquer l’actuelle mauvaise passe du cirque Pinder

Publié le 12 Mai 2018 par cirk75 dans Economie

Perte du pouvoir d’achat, baisse de la fréquentation, polémiques sur les animaux, coût exorbitant des tournées, concurrence déloyale de festivals subventionnés de cirque, tels sont les principaux arguments mis en avant par les responsables de la société d’exploitation du cirque Pinder afin d’expliquer les difficultés et le dépôt de bilan du 2 mai dernier de la Société Promogil. Si ces arguments montrent évidemment que les temps sont durs pour les cirques, il en est de même pour tous les spectacles non subventionnés, mais tous ne sont pas obligés de déposer leur bilan. De plus proposer pour éviter la mort de ce cirque itinérant comme seul remède, l’obtention par le ministère de la Culture d’aides publiques, peut sembler relever de la chimère. 

La cause principale semble essentiellement provenir d’une baisse constante du chiffre d’affaires, autrement une diminution années après années du nombre de spectateurs. Ainsi dès 2009 on constatait déjà  un important tassement avec  le départ de Jean Arnaud (voir blog8/11/11), spécialisé dans la partie très stratégique des  Arbres de Noël et Comités d’Entreprises, parti monté sa propre entreprise Circus Promotion.  Quelques chiffres à avoir à l’esprit. Ainsi en 2009 le chiffre d’affaires représentait  plus de 10 millions d’euros et, en 2016 il était inférieur à 6 millions d’euros. Par contre dans le même temps il est évident que les charges d’exploitation n’ont pas diminuées.

Devant cette situation une question vient à l’esprit, comment expliquer ce déficit important de spectateurs ? Si on écoute Gilbert Edelstein il s’explique principalement par la baisse de fréquentation des écoles. "En trois ans, ajoute-il on est passé de 450000 spectateurs scolaires par an à même pas 100000, l'année dernière".  Mais alors pourquoi les écoles ne viennent-elles plus autant ? Est-ce dû à l’application du plan Vigipirate mis en place suite aux attentats, ou à cette semaine de 4,5 jours si décrite par le PDG de Promogil, qui plombent les comptes de ce cirque ? 

Pinder c’est, selon Frédéric Edestein, 30 000€ de charges par jour. Multiplier cette somme par le nombre de jour de l’année, il est facile de comprendre qu’un chiffre d’affaires de 6 millions n’est pas suffisant. Et remettre 2 millions comme a fait Gilbert Edelstein ne peut durer qu’un temps. Il en serait de même avec une aide publique. Les mêmes causes produisant les mêmes effets.

Soyons sincères. Trouvons-nous que depuis plus de 10 ans les spectacles présentés par Pinder, hormis peut-être le numéro de Frédéric Edelstein (voir blog12/04/13) le dompteur maison, soient très stimulants et inédits ?  Ne rejoue-t-on pas année après années le même spectacle ?

Là où d’autres, tels Arlette Gruss ou Bouglione proposent des productions avec orchestres, costumes, lumières et mise en piste sophistiqués, Pinder se contente d’une bande son et d’un assemblage de numéros se suivant sans fil rouge et sans trame imaginative. Oui depuis quelques années le public circophile a eu l’habitude d’un spectacle plus inventif plus féérique. Etape que Pinder a complètement oubliée. Bref ce cirque ne fait plus rêver.

Et c’est d’autant plus dommage car dans la famille Edelstein, il y a une dénommée Sophie (voir blog27/03/13)  qui a un incroyable talent tant pour les grands spectacles que pour  la mise en scène, on le voit bien avec ses spectacles de magie qu’elle propose. Pourquoi ne pas avoir utilisé son gout du spectacle ?

Quelques raisons pour expliquer l’actuelle mauvaise passe du cirque Pinder
Quelques raisons pour expliquer l’actuelle mauvaise passe du cirque Pinder
Quelques raisons pour expliquer l’actuelle mauvaise passe du cirque Pinder
Quelques raisons pour expliquer l’actuelle mauvaise passe du cirque Pinder
Quelques raisons pour expliquer l’actuelle mauvaise passe du cirque Pinder

Autre exemple la communication visuelle, sur les dernières années elles semblent toujours la même. Et comme on connait l’importance de la com’ à notre époque on peut se demander si elle n’est pas aussi à revoir ?

Nous  savons bien que les conseillers ne sont pas les payeurs, mais pour qu’une entreprise soit rentable il faut proposer un produit qui plaise aux consommateurs, car c’est lui à la fin l’acheteur ?  Il en est de même pour le  spectacle vivant.

Aussi pour faire revenir les spectateurs sur les gradins de Pinder, cirque mythique qui ne doit pas disparaître, il faut revoir les spectacles proposés, la mise scène, la communication... Les programmes de Pinder apparaissent aujourd’hui totalement essoufflés et dépassés et j’ai la faiblesse de penser que Sophie Edelstein, que je ne connais pas, pourrait être fort utile pour redresser l’image un peu vieillotte de cette institution qu’est Pinder...

Et sans de telles mesures spectaculaires, j’ai bien peur que toute autre action soit comme un cautère sur une jambe de bois.

Qu’en pensez-vous ?

J’attends vos commentaires…

commentaires

Coup de tonnerre dans le monde circassien : Pinder placé en liquidation judiciaire.

Publié le 7 Mai 2018 par cirk75 dans Economie

La Société Promogil, qui s’occupe de gérer l'exploitation du cirque Pinder, a été placée le 2 mai en liquidation judiciaire par le tribunal de commerce de Créteil.

Cette procédure a été déclenchée à la demande de Gilbert Edelstein, le propriétaire du cirque Pinder depuis 1983, car la société d'exploitation, a vu son chiffre d'affaires baisser de plus de 60% en mars et avril, explique ce dernier. De plus les spectacles prévus au mois de mai à Valence, Grenoble, Saint-Etienne ou encore Clermont-Ferrand ont dû être annulés.

Plusieurs explications sont évoquées pour expliquer ce tournant difficile pour la profession.

Le pouvoir d'achat des Français n’augmente pas: "On va au cirque en famille, et ça coûte de l'argent", dit Gilbert Edelstein, notant qu'il faut compter entre 13 et 45 euros par personne pour assister au spectacle.

Les attentats ont aussi ralenti les entrées. Les gens sont plus frileux quand il sagit de se rendre dans des lieux où il y a du monde.

Le patron de Pinder, qui compte 120 salariés, évoque aussi les incidences du passage à la semaine de 4,5 jours pour les maternelles et les primaires. "En trois ans, on est passé de 450000 spectateurs scolaires par an à 100000 ".

Sans compter sur la mobilisation grandissante de militants et maires contre les cirques utilisant des animaux sauvages pour leurs divertissements.

Enfin entre 2014 et 2016, le chiffre d’affaires a dégringolé de 7,4 millions d’euros à moins de 6 millions.

Le patron assure que son cirque n'est pas mort pour autant mais compte tout de même réduire la voilure en itinérance pour se concentrer sur "Pinderland" (voir blog09/04/14), un parc d'attractions en préparation en Seine-et-Marne.

Selon Gilbert Edelstein, aussi président du Syndicat national du cirque, les trois autres grands cirques français, Arlette Gruss, Bouglione et Medrano font face aux mêmes problèmes et ont écrit un courrier à Emmanuel Macron dans l'espoir de récupérer des aides ministérielles.

Attendons la suite et espérons tel le Phénix que Pinder renaîtra, comme cela s'est déjà passé plusieurs fois dans son histoire.

 

commentaires

Resultat de la vente Campion

Publié le 28 Avril 2018 par cirk75 dans Economie

Suite à la vente aux enchères du 26 avril dernier vous trouverez en PDF le catalogue de la vente organisée par la Societe Cornette de Saint Cyr.

 

Catalogue de la vente du 26 avril 2018

commentaires

Une médaille signée Monnaie de Paris

Publié le 9 Avril 2018 par cirk75 dans Economie

La Monnaie de Paris créée en 864, le 25 juin par l'Édit de Pîtres du roi Charles II le Chauve, est la plus ancienne institution française. Elle a pour mission la fabrication de la monnaie nationale.

Mais en plus de cette mission ancestrale et régalienne, elle peut aussi réaliser pour des entreprises des médailles ou des jetons à caractère commercial ou commémoratif.

Pour fêter ses 30 ans en 2015, le Cirque Arlette Gruss a utilisé les services de cet  Établissement public à caractère industriel et commercial pour faire graver un jeton métallique de 34 mm de diamètre, en cupro-alu-nickel qui reprend comme motif le visage de Linda Biasini-Gruss ainsi qu'un tigre, autrement dit les illustrations utilisées dans les visuels commerciaux pour vanter le programme "30 ans écris l’histoire !"

 

commentaires

Fin avril dispersion de la collection Campion

Publié le 4 Avril 2018 par cirk75 dans Economie

Issu d’une famille de forains, clown lui-même dès ses 6 ans dit-il, Marcel Campion est depuis toujours un fervent défenseur de la fête foraine dont il est devenu un acteur incontournable et le principal représentant de sa corporation.

Collectionneur acharné, tout le long de sa vie il a accumulé manèges, carrousels, limonaires et autres trésors de l'art forain qu'il avait entreposés dans une remise à Pontault-Combault. Le Roi des Forains comme il aime se définir avait un rêve secret créer un musée d’art forain, mais devant le non intérêt des pouvoirs publics, il vient de décider de tout vendre, hormis la grande roue qu’il conservera pour son commerce.

En plus de 50 ans, il a eu à cœur de préserver l’âme de la fête foraine et son patrimoine. Plusieurs de ses manèges  sont passés à la postérité en apparaissant dans des films signés Claude Lelouch, Woody Allen ou de  Chantal Lauby.

La vente Campion comprends une dizaine manèges anciens, dont la plupart est en état de marche. Le plus ancien est un "Tape-cul" de 1880, estimé 40 000 €, aux riches décors et, qui fut en 1995 l'une des vedettes de l’exposition "Il était une fois la fête" organisée à Paris au parc de La Villette.

Seront également vendus une vingtaine de chevaux de bois, huit roulottes, dont une de 1920  avec à l’intérieur un petit poêle en fonte et un lit baldaquin emberlificoté, quatre limonaire, de magnifiques automates dont  Monsieur Kheudj’Shi, le mari de Madame Irma, avec sa tête de cire, ses yeux qui roulent et sa boule de cristal qui s’allumait lorsqu’on met une pièce.

Autre pièce exceptionnelle un  carrousel de 1900 comprenant  24 chevaux en bois, sculpté et laiton, ainsi qu'un camion forain ayant appartenu au grand-père de Marcel Campion et dont la légende indique qu'il aurait servi de taxi pendant la bataille de la Marne en 1914.

Aujourd'hui Marcel Campion en choisissant de se séparer de cet ensemble, souhaite transmettre ces objets et toute la magie qu’ils représentent à d’autres collectionneurs passionnés comme lui

Au total plus de 400 manèges et objets de fêtes foraines dont beaucoup du XIXe siècle seront vendus aux enchères le 26 avril prochain. Préalablement une exposition publique de cette collection sera organisée à Paris (6, avenue Hoche).du 21 au 25 avril par la maison Cornette de Saint Cyr chargée de la vente de la collection Campion.

Alors pourquoi pas aller y faire un tour...

 

Une précédente vente organisée en 2011 par la même étude, celle de Fabienne et François Marchal un couple passionné d'art forain, avait permis de disperser plus de 600 pièces dont des chevaux de bois qui avaient atteint 70 000 €.

Nous verrons avec la vente Campion si les prix en art forain ont augmenté ou au contraire se sont tassés.

commentaires

Le Cirque Amar voyage en train

Publié le 22 Octobre 2017 par cirk75 dans Economie

Le matériel de cirque n’a pas toujours utilisé la route pour se déplacer de ville en ville.

Témoin ce document de 1935, provenant de la Compagnie ferroviaire De Paris à Orléans et du Midi, en abrégé PO-MIDI, indique les différents trains spéciaux utilises du 5 au 8 août par le cirque des frères Amar, pour acheminer son matériel en Aveyron pour ses représentations devant se dérouler à Clermont-Hérault, Saint-Affrique, Millau et Rodez.

aujourd'hui où les problèmes environnementaux liés a la pollution sont très présents, il n’est pas interdit de penser que le train sert ou va servir encore à certaines troupes circassiennes pour se déplacer… 

 

 

commentaires

Une agence événementielle : Cirque Event

Publié le 6 Octobre 2017 par cirk75 dans Economie

Créée par Thierry Granet , circophile depuis plus d’un quart de siècle, cette Société à responsabilité limitée, s’est spécialisée dans événementiel pour les entreprises et les collectivités, ainsi que dans l'animation cirque en milieu "sanitaire et social".

Située à Champetières dans le Puy-de-Dôme, "Cirque Event" composé de passionnés de la piste aux Etoiles, propose toutes sortes d’animations autour du Cirque et de ses métiers connexes (manèges et attractions foraines – grande roue -, théâtres de guignol, mini-fermes, marionnettes, cascadeurs…) et réalise chaque année entre 300 et 400 événements dont une part importante en sous-traitance ou en accompagnement avec d'autres agences.

Témoin ce visuel trouvé sur Youtube...

commentaires

Une entreprise de spectacles : Imperial Show,

Publié le 4 Octobre 2017 par cirk75 dans Economie

Créée en 1989 par Michel Delaruelle, cette société à responsabilité limitée implantée dans les Haut-de-France à Giraumont produit depuis plus de 26 ans des spectacles vivants. Spécialisée dans un premier temps dans des productions pour Noël destinées à des Comités d’Entreprise ou à un grand public de province (Amiens, Beauvais, Compiègne, Niort, Saintes…), cette entreprise propose depuis quelques années et en octobre, des festivals de cirque qui rencontrent un beau succès, comme ceux de Corse (Sarrola- Carcopino et Bastia), de l’Hérault (Béziers) ou du Val de Loire (Tours) avec sensiblement les artistes.

Une entreprise de spectacles : Imperial Show,

Produire trois festivals avec les mêmes artistes, même s'ils proposent un numéro de qualité, peut sembler contre nature pour une manifestation qui se veut aussi une compétition. N'est-ce pas plutôt une courte tournée qui se cache derrière l'appellation non contrôlée de Festival international de cirque?

Seul le titre des trophées remis aux vainqueurs change. En effet en Corse on remet les Génoises d’Or, d’Argent, de Bronze ou de Cristal, qui deviennent Cigales d’Or, d’Argent, de Bronze ou de Cristal dans l’Hérault, pour être renommés Turons d’Or, d’Argent, de Bronze et de Cristal à Tour.

Ce qui change tout évidemment !

commentaires
<< < 1 2 3 4 5 6 > >>