Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le bloc-notes de cirk75

Depuis 2010, Chronique au fil du temps et de la mémoire d'un circophile amateur

Terya Circus présente, Boulevard Conakry

Publié le 31 Mai 2018 par cirk75 dans Nouveau-Cirque

Le cirque de Guinée, héritier du mythique "Circus Baobab" est renommé pour son acrobatie adossé au son d’un orchestre  mandingue. L’année dernière  le "Cirque Mandingue" avait brillé de tous ses feux à Paris (voir blog29/06/17). Cette année une autre compagnie créée en 2008 nommée "Terya Circus" sillonne  la France après avoir enchaîné les représentations en Afrique ou en Europe, pour proposer depuis 2015  "Boulevard Conakry".

Cette production s’inspire des mouvements et des bruits des rues de la capitale de la Guinée, pour distiller l’énergie singulière de cette ville et surtout de son marché unique où les vendeurs crient, dansent, chantent au milieu de leurs étals pour mieux attirer le chaland et témoigner de leur goût de vivre.  Le spectacle enchaîne au son d'un orchestre mandingue, avec quelques intermèdes de tambours, des numéros traditionnels comme mât chinois, sangles aériennes, contorsion, équilibres, acrobatie au sol, pyramides humaines, trapèze…  

"Boulevard Conakry" n’est pas un spectacle nouveau pour les circophiles parisiens car du 9 au 17 décembre dernier, la même production avait été donnée au Théâtre Claude Lévy-Strauss du Musée du Quai Branly Jacques Chirac. Et c’est à cette occasion que nous avions pu applaudir des artiste emmenés par Kerfalla Bakala Camara, déployer un tourbillon de techniques acrobatiques pour donner  un mélange festif,  joyeux, généreux et rythmé  de cirque, de musique et de danse,

Pour celles et ceux qui ne connaissent pas le Cirque Guinéen "Boulevard Conakry" se produit  vendredi 1er  juin 2018 dans le cadre du 29ème Parade(s), festival des arts de la rue de à Nanterre. Et rappelons Parade(s) est un festival gratuit, ouvert et accessible à toutes et tous.

Alors pourquoi s'en priver...

commentaires

René Caselly Jr, vedette de la télévision allemande

Publié le 30 Mai 2018 par cirk75

Le jeu télévisé "Ninja Warrior"  en France "Le Parcours des héros" est une émission de télévision adaptée de Sasuke un jeu japonais créée en 1997 et depuis reprise dans de nombreux pays, dont lpar exemple les États-Unis , le Royaume-Uni, la France et l’Allemagne.

Lors de la finale allemande (saison 2) qui s’est tenue dimanche 27 mai, l’équipe "magicmonkeys" a retenu l’attention des circophiles car elle était composée par  Denise Pirnbacher, Simon Brunner et un certain René Caselly Jr, artiste circassien bien connu.

Au départ plus de 250 candidats au départ pour tenter l’aventure et gagner les 100 000 € promis à l’équipe qui sortira vainqueur et c’est  "magicmonkeys"  qui a ramassée la mise.

René Caselly Jr. nous étonnera toujours à la fois par sa hardiesse mais aussi par son opiniâtreté qui dans ce jeu comme sur la piste aux étoiles ont fait merveille.

commentaires

Le spectacle le plus comique du monde (Il pui comico specttacolo del mondo) 1953

Publié le 29 Mai 2018 par cirk75 dans Cinéma

Suite au succès en 1952 du film Cecil B. DeMille "Le grand spectacle du monde" (voir blog07/10/13), d’autres œuvres cinématographiques ayant la piste pour sujet virent  le jour. On peut par exemple citer "L’histoire des 3 amours" (voir blog12/01/16), "Trapèze" (voir blog18/11/10)…  Moins connu est la parodie comique tournée en 1953 par le cinéaste italien Mario Mattoli, avec le comique Toto en vedette.

"Le spectacle le plus comique du monde" est un film tourné en 3D, c'est pourquoi il fut également présenté sous le titre de "Toto en 3 dimensions" tant ce comique transalpin était populaire en Italie.

L’intrigue relate les tribulations du clown Tottons du cirque Togni, qui n'abandonne jamais son maquillage d‘auguste, car un terrible secret le force à se cacher. Le propriétaire du cirque profite de la situation pour exploiter le  clown, dont l'existence est également troublée par des événements sentimentaux, où interviennent une dresseuse d’éléphants, une trapéziste et même un policier.

Signalons que Toto était doublé dans certaines scènes notamment par le dompteur Darix Togni, car le chapiteau qui sert de cadre à cette fantaisie filmée est celui du cirque géant italien Togni.  

Mais le mieux c’est encore de regarder ce film, malheureusement dans la langue de Dante où on peut aussi apercevoir Toto non seulement en dompteur, auguste mais aussi en spectatrice.

Film qui parodie totalement le film de Cecil B. DeMille, "Le grand spectacle du monde"

commentaires

1er Festival du Cirque de Saint Pétersbourg

Publié le 28 Mai 2018 par cirk75 dans Festivals

Premier événement à grande échelle célébrant le centenaire du cirque russe s'est tenu ce week end, du  24 au 27 mai,  dans le Cirque d'État Bolchoï de Saint-Pétersbourg et  organisé par la société "Rosgoscirk" une  nouvelle manifestation circassienne à laquelle concourent des artistes venus de Belgique, Allemagne, Chine, Portugal, Russie, Roumanie, Etats-Unis, Turkménistan, Ukraine et l'Ethiopie.

A l’issue de cette compétition un jury incluant des personnalités du monde du cirque célèbres décernera des récompenses dont le prix principal du concours sera une statuette "Golden Gaetano", nommée en l'honneur du fondateur du cirque de Saint-Pétersbourg Gaetano Ciniselli (voir blog15/10/2014).

1er Festival du Cirque de Saint Pétersbourg
1er Festival du Cirque de Saint Pétersbourg
commentaires

Napoléon Rancy (1866-1932),

Publié le 27 Mai 2018 par cirk75 dans Personnalités

Peu de mères ont prénommé leur fils Napoléon. A part Maria Letizia Buonaparte et Hortense de Beauharnais qui toutes les deux ont eu deux fils empereurs, Olive Rancy voulait-elle que son fils cadet soit l’empereur de la piste en le prénommant Napoléon. On ne le saura jamais, car très curieusement on trouve peu de renseignements sur le fils cadet de Théodore Rancy (voir blog11/02/11) et d’Olive Loyal.

En lisant sa courte biographie on note que Napoléon Rancy fut un éphmère directeur de cirque et qu’il est décédé le 6 mars 1932, d’un accident de taxi à Paris boulevard des Batignolles et cela quinze jours avant le début de la tournée 1932 de son cirque itinérant à structures métalliques. Mais commençons par le commencement.

Ecuyer et cavalier réputé le cadet des Rancy, né en 1866 épouse Marie Gallici la fille d’un directeur de théâtre ambulant, avec qui il aura trois enfants Théodora future épouse de Louis Bureau, Sonia, et Henri qui se mariera avec la reine du diabolo : Tilly Price.

A la mort du patriarche Théodore, Napoléon et son frère Alphonse aidés par leur mère, prennent la direction des cirques familiaux de Genève, de Lyon et du chapiteau. Un moment ils eurent l’idée d’un nouveau projet, transformer l’Hippodrome de la Place Clichy (voir blog23/03/18) en cinéma avec orchestre. Malheureusement les deux frères ne tombèrent pas d’accord et trois ans plus tard en 1900 ils se séparent ne gardant en gestion commune que les deux cirques stables. Napoléon très intéressé par les progrès de la science rapidement se révèle comme un technicien hors pair pour les éclairages électriques. Il va dans un premier temps continuer de s’intéresser au 7ème art, en créant un cinéma ambulant dans des salles de location. Puis il proposera une attraction foraine nommée "Venise" dans laquelle les voyageurs embarquaient sur un bateau. Puis une fois installés ils naviguaient le long d’un petit canal, ensuite traversaient la cité des Doges grâce à des images qui circulaient des deux côtés du bassin. Ce fut un grand succès populaire, mais bon sang ne saurait mentir. Et en 1910 il va créer son propre chapiteau, un deux mats de 40 m de diamètre, pour sillonner la France sous le nom de cirque N. Rancy, ceci afin de se distinguer de celui de son frère qui utilisait pour son établissement le nom Rancy sans prénom.  

Napoléon Rancy (1866-1932),
Napoléon Rancy (1866-1932),
Napoléon Rancy (1866-1932),
Napoléon Rancy (1866-1932),

Les spectacles donnés par Napoléon Rancy étaient de grande qualité, mais ne présentaient pas de fauves, car réputés trop dangereux. Lui-même se gardait du moins un certain temps la présentation des numéros équestres perpétuant ainsi les numéros de cavalerie qui en avaient fait la renommée du nom Rancy. Les chapiteaux des deux frères vont faire de bonnes affaires d’autant qu’ils s’arrangent pour ne pas se concurrencer.

Suite à l’accident mortel décrit précédemment, le cirque Napoléon Rancy cessera son activité en 1932. Par contre l’enseigne sera reprise 14 ans plus tard par son fils Henri, avant de la transmettre à sa fille Sabine (voir blog 17/12/15) qui s'y imposera progressivement à partir de 1962 avec son époux Dany Renz (voir blog17/06/12).Mais cela est une autre histoire.

Voilà c’est à peu près tout ce que l’on sait de cet autre Napoléon, autrement dit peu de chose…

commentaires

Le Cirque (Cheval et écuyère) au Musée Jean Lurçat d’Angers

Publié le 26 Mai 2018 par cirk75 dans Art

" J’aime le cirque parce que les gens du cirque vivent pleinement, parfois au prix de leur vie.  Parce qu’on y respire de la canaille et de la poésie. Parce que la beauté de la patience y domine la malice. Parce qu’on y sent la crotte de cheval et la sciure de sapin. Parce que l’échelle du cirque ne s’appuie pas sur la terre, elle me rappelle toujours le rêve de Jacob. Puis, je suppose qu’elle doit mener je ne sais où ailleurs, mon continuel désir. J’aime le cirque parce qu’on y assiste à un festin de rire (…). C’est parce que j’y vois le miracle de l’impossible. C’est parce que c’est une œuvre d’art en mouvement. C’est un festin de contrastes, l’érotisme voisine la candeur, la bestialité et la grâce, la cruauté et la douceur. Parce que sous le chapiteau en toile il se passe en réduction ce qui se pas sous le chapiteau céleste…Le fouet qui claque dans l’air, nous le recevons sur les épaules nues. Il nous laisse rayés et zébrés. Le cirque paraît un bateau pavoisé. Il provoque toujours un sentiment de conflagration pacifique de toutes les nations, de fraternité totale…"

Voici une belle déclaration d’amour aux arts de la piste. Mais qui en est l'auteur ?  Cet éloge provient du peintre sculpteur français d’origine polonaise Yehouda Chaim Kalman (1912_1991), plus connu sous son nom d’artiste : Thomas Gleb. Et c'est grâce au cirque que ce créateur a pu exprimer son humour, son appétit de vivre, sa joie, qu’il retrouvait dans ce lieu poétique et sensuel, où Il y voyait une réalité extrême, une  vraie vie.

Thomas Gleb dans un cycle consacré au cirque, peint à Varsovie en 1955, a produit de nombreuses œuvres dont "Le Cirque (Cheval et Ecuyère)", tableau se trouvant  au musée d’Angers. Cette huile sur toile (136,2 x 167,4) nous montre une artiste en plein effort, en train de réaliser sur la piste d’un chapiteau et sous le regard d'un jongleur, d’un acrobate (un partenaire ?) et d’un Auguste  un numéro d'équilibre équestre sur le dos d'un cheval blanc, numéro éclairé par une lumière pâle. Il faut rappeler que Thomas Gleg aimait singulièrement utiliser le blanc dans ses compositions, couleur  qui avait pour lui une valeur symbolique et évocatrice des rituels religieux de son enfance dans une famille de confession juive. Ce tableau rend bien aussi l’agilité, la souplesse du corps, le mouvement. Il faut dire que Thomas Gleb avant d’entreprendre une œuvre se documentait solidement sur le sujet. Ainsi pour le cycle sur le cirque, il avait rempli un carnet d’annotations, de dessins, d'esquisses  sur les disciplines, les figures, les gestes, les postures (salut de l’ange, équerre, planche verticale, suspension…), afin de coller le mieux possible à la réalité.

 

Deux autres compositions circassiennes de Thomas Gleb
Deux autres compositions circassiennes de Thomas Gleb

Deux autres compositions circassiennes de Thomas Gleb

Thomas Gleb un artiste à redécouvrir tant au niveau de sa peinture, que de ses sculptures voire de ses tapisseries, car n’oublions son père était en Pologne tapissier... à Angers ou à Bourgoin Jallieu pendant l'exposition "L'Art fait son cirque" (voir blog21/05/18). 

 

commentaires

La Compagnie Max & Maurice a 30 ans

Publié le 25 Mai 2018 par cirk75 dans Nouveau-Cirque

Créé il y a 30 ans en 1987 par Emmanuel Gilleron et Antoine Deschamps, deux artistes de cirque animés par la volonté de raconter des histoires drôles et poétiques, en connivence avec le public. L'aventure a commencé par un duo clownesque et burlesque, puis un trio, puis une équipe qui évolue au gré des projets.

Après avoir proposé "Le Cirque Mons", "L’Arche à Songe" ou "Oups", les deux compères envisagent maintenant de créer une trilogie ayant comme fil rouge le cirque et les petits commerces en tout genre. La première étape a été "La Quincaillerie Lamoureux"  où deux compères ayant usé leurs semelles dans les cabarets miteux de la planète, arrivent à l’assaut du trottoir pour se refaire une jeunesse.

Le deuxième spectacle de ce triptyque se nomme "Les Grands Fourneaux"  mélange indescriptible de cirque et de gastronomie, autrement dit une fantaisie lyrique et culinaire. Car comme le cirque, le restaurant  se prête bien à une mise en scène où le baroque et l’absurde sont de mises avec ce qui est la signature de cette troupe au ton décalé, teinté d’absurde et de non-sens.

Ecrit et mise en scène par Emmanuel Gilleron "Les Grands Fourneaux" relate l’histoire d’un restaurant ambulant au chic suranné qui ouvre ses portes pour le meilleur et pour le pire. Au menu de la gastronomie emplumée, des chorégraphies de style, quelques fantaisies lyriques, ainsi que des acrobaties enluminées, des artistes chics, des cuisiniers philosophes et enthousiastes, des musiciens allants et charmants.

Ce spectacle d’une durée de 2h avec repas inclus repose sur les épaules d’artistes un peu déjantés et qui ont pour nom Cyriaque Bellot, Emile Chaygneaud-Dupuy, Sandrine Colombet, Antoine Deschamps, Rosaline Deslauriers (ou Emilie Corre) Emmanuel Gilleron, Olivier Verzelen et Mila Volmat.

Un moment inoubliable d’acrobatie, de jonglage et de gastronomie, musique incluse…

commentaires

Le Festival Circuba 2018

Publié le 24 Mai 2018 par cirk75 dans Festivals

Pour les grands voyageurs signalons que du 24 au 29 juin 2018 se déroulera à La Havane, l’un des plus anciens festivals de cirque. Il s’agite de Circuba qui fête cette année sa 17ème édition. Cette manifestation accueille, depuis 1981 principalement des artistes venus des Caraïbes et d’Amérique du Sud (Bolivie, Chili, Colombie, Equateur, Mexique, Perou) mais on note aussi au fil du temps des numéros des représentants venant de Chine, d’Espagne, d’Italie, de Mongolie, de Russie ou des USA...

Cette année le jury présidé par Franco Dragone (voir blog10/10/15) et constitué de professionnels du spectacle vivant comprend la britannique Carol Ann Briggs, l’allemand Ronald Wendorf, le chinois Zhang Pengjian, le cubain Yoerlanis Mendoza, le mexicain Julio Revolledo, le britannique Laci Endresz, l’italien Corty Zoppis et les espagnols Antonio Álvarez, Vicente Espinosa, Iñaki Fernández, Adans Péres et remettra aux meilleurs numéros les traditionnels Carpa d’Or, d’Argent et de Bronze.

Le Festival Circuba 2018

bande annonce de la 12 ème édition

Ce festival est une manifestation idéale pour se faire une bonne idée sur la valeur des artistes sud-américains et amérindiens et qui démontre la grande richesse des ces artistes souvent méconnus en France et en Europe.

Pour toute information contacter www.circonacionaldecuba.cu/festival

commentaires

Où en est-on de l’espace Pinderland ?

Publié le 23 Mai 2018 par cirk75 dans Bâtiments, exposition

Il y 4 ans le parc dédié au cirque autrement Pinderland (voir blog09/04/14) semblait sur le pont d'ouvrir.  Mais force est constaté qu'il est encore en gestation.  Gilbert Edelstein (voir blog13/05/18) dans une interview publiée le 19 mai dans le journal "La République de Seine et Marne" relance ce vieux projet,  sorte de serpent de mer, qui ressort périodiquement depuis 1997. Petit rappel sur 120 hectares, Pinderland serait situé à Perthes-en-Gâtinais petite commune de 2 000 habitants, près de Melun. Avec deux centres commerciaux (Carrefour et Leclerc) dans un rayon de 1,5 km, qui drainent 32 millions de clients par an, Gilbert Edelstein table sur plus d'un million de visiteurs, et la création de 400 emplois.

Au programme du Pinderland une ménagerie sorte de maison de retraite pour les animaux du cirque, un musée dédié aux cirques Pinder et Jean-Richard  ainsi qu'une école de cirque. Cette dernière devrait former aussi bien des artistes que des techniciens et devrait comprendre non seulement des ateliers de jonglerie, d’équilibre sur boule, sur rolla-bolla, acrobatie au sol… mais former aussi des techniciens, des mécaniciens, des monteurs...

Après la SPA qui s'oppose à ce projet allant selon cette association à l'encontre de toutes les démarches actuelles en faveur des animaux sauvages, les coups de frein au projet continuent, selon Gilbert Edelstein, . "On m’a refusé un branchement, je suis obligé de mettre de ma poche et d’installer un groupe électrogène pour chauffer les membres de mon équipe. Mais de toute façon, bâtons dans les roues ou pas, le projet se fera, aujourd’hui, j’ai l’autorisation du Département ", conclut le fougueux propriétaire du site.

Mais ce parc semblait depuis plusieurs années en stand-by, suite à un contentieux entre la municipalité et le patron du cirque Pinder. En effet le maire de Perthes-en-Gâtinais estimait que le projet devait être davantage cadré. Pour l’élu, Pinderland n’est pas en adéquation avec la révision du plan local d’urbanisme. Un recours auprès du tribunal administratif a été demandé par Gilbert Edestein. Dans sa décision le tribunal demande à Pinder de ne pas prévoir de constructions en dur.

Comme on le voit Pinderland n’est pas encore né.

Ce parc d’attractions dédié aux activités du cirque sortira-t-il un jour de terre ?

Attendons le prochain épisode, alors à suivre…

commentaires

Meurtre d’Alfred Hitchcock (1930)

Publié le 22 Mai 2018 par cirk75 dans Cinéma

Le maître du suspense  n’est pas considéré comme un circophile averti. Si  le nœud de l’intrigue pour son film "Les 39 Marches" se dénoue autour d’un medium de music-hall dont le cerveau a enregistré des secrets d’état, un seul de ses films a recours au cirque et à sa piste comme lieu de l’intrigue. Il s’agit de "Murder" titre anglais de la troisième expérience d'Alfred Hitchcock avec le cinéma parlant.  Cette  œuvre cinématographique dont le  scénario est tiré du roman "Enter Sir John" de Clemence Dane et Helen Simpson, relate une enquête policière dont le point d’orgue se déroule sous le chapiteau du cirque des frères Georges et John Sanger, malheureusement ce n’est pas celui de 1881 avec  sa cavalcade de 180 chevaux mais un établissement beaucoup plus modeste.

Le point d’orgue de cette histoire se situe à la fin du film, au cours des 5 dernières minutes, et permet d’entrapercevoir quelques équidés qui gagnent un chapiteau rayé de blanc et de noir. On voit également deux éléphants quitter la piste ainsi qu’un orchestre  qui accompagne leur sortie. Arrive enfin le tour du trapéziste meurtrier qui par certains côtés fait penser à la célèbre Barbette (voir blog07/01/12) entrer en piste pour proposer son numéro. Mais comme il voit, qu’il va être confondu et comme la fuite par les airs lui est aussi impossible, il préfère se pendre à la corde qui lui a servi à atteindre son agrée plutôt que de se rendre à la police. Il s’en suit une panique effroyable de la part  des spectateurs qui quittent promptement le chapiteau.

Comme on peut le voir l’affiche de ce film ne fait nullement référence à la piste; mais préfère montrer une jeune femme emprisonnée et montrer du doigt comme la coupable. le scénario est basée plus sur les convictions d’un juré qui doute de la culpabilité d’une jeune actrice condamnée pour meurtre que sur l’image de l’assassin le trapéziste. Ce thème du faux coupable sera repris plus tard dans d’autres films de l’Oncle Alfred comme "le Crime était presque parfait" ,  "La loi du Silence" ou "le faux coupable", mais jamais plus avec la piste en toile de fond.

Pour les cinéphiles vous trouverez le film dans sa version intégrale, mais pour ceux qui souhaitent aller à l’essentiel je joins le final de ce film.

A vous de choisir…

Version complète

le final circassien seulement

commentaires
1 2 3 > >>