Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le bloc-notes de cirk75

Chronique au fil du temps et de la mémoire d'un circophile amateur

Le Super-Circus de Jean-Jacques Vital (1953-1954)

Publié le 17 Mai 2013 par cirk75gmkg dans Cirques d'hier

JeanJacquesVital.JPGJean-Jacques Vital (1913-1977) producteur scénariste français, (fils du célèbre M. Lévitan chez qui un meuble acheté était garanti pour longtemps) avait eu après guerre une très grande notoriété, en étant le fils dans le célèbre feuilleton radiophonique diffusé sur Radio-Luxembourg: "La famille Duraton". Il produit pendant deux années, un cirque nommé Super-Circus, en s’associant avec Achille Zavatta et ses beaux frères Jean Figuier et William Moore, directeurs d’un Cirque à l’enseigne changeante (voir blog25/03/2011.

SuperCircus.JPGLe programme 1953 comprenait outre Zavatta associé à son frère Michel, son ancien partenaire Rolf (voir blog27/11/2010) étant parti chez Pinder, le dompteur Jack Rex, à la corde lisse Miss Barbara, la cavalerie était présentée par William Moore… Mais la grande vedette ne venait pas du cirque mais du music-hall, il s’agissait de Tino Rossi accompagné par Jacques Hélian et ses trente musiciens. La tournée fut un succès car le créateur de "Petit papa Noël" attirait énormément de monde.

TinoRossi.JPGEn 1954, le cirque repartit avec toujours une première partie très cirque puis en seconde partie du programme et pour attirer les foules, une vedette très populaire. Pendant 3 mois ce fut Edith Piaf accompagnée par l’orchestre de Jacques Pills, puis pendant les mois d’été elle fut remplacée par "La famille Duraton", enfin Tino Rossi reprit du service pour les mois de septembre, octobre et novembre 1954. Dans la mémoire des circophiles ce Super Circus est bien souvent occulté car les programmes étaient plus du niveau du music-hall que du cirque.

commentaires

Les enseignes 4 frères Bouglione, les Rois du Cirque

Publié le 16 Mai 2013 par cirk75gmkg dans Cirques d'hier

Bouglione5BouglioneCH3Avant d’être connu sous leur patronyme, les 4 frères Bouglione tentèrent de se faire une renommée en utilisant différentes d’enseignes, revenons aujourd’hui sur cette période où on put trouver un "Stade Buffalo Bill Bouglione", un "Cirque International", un "Cirque Franco-belge" voire un "French Barnum Circus" ou dans les années 80 un "American Parade" voire une "American Circus".

Bouglionech1928.jpgBouglionech1927.jpgSe trouvant en 1924 à la tête d’un magnifique lot d’affiches, restées après le passage en France en 1905 du "Buffalo Bill’s Wild West" (voir blog08/03/2012), le père des 4 frères Bouglione, Sampion Sénior pensa à l’utiliser pour promouvoir un établissement nommé "Stade Buffalo Bill" où le nom des Bouglione était accolé. Le spectacle était fort modeste et sans rapport avec celui présenté quelques années plus tôt par le vrai Buffalo-Bill. Mme Rosa dans son livre "Un mariage dans une cage" décrit ainsi le programme: "L’espace d’évolution des chevaux était réduit et les montures aussi peu nombreuses que les cavaliers aux costumes mal ajustés. Les indiens grimés et emplumés de volaille avaient de curieuses dégaines". Le spectacle ne répondait que bien partiellement aux attentes des spectateurs, alléchés par cette publicité disproportionnée. Mais avec le temps, le matériel s’étoffant le spectacle finit par faire illusion d’autant plus que Sampion Sénior lors des représentations parisiennes fit appel à la famille, aux amis forains ou banquistes  pour apporter leur matériel, leurs animaux et leur talent. Bref les parisiens mordirent à l’hameçon et la tournée devient un succès qui est ce jour reste mythique.

Franco-belge.jpgbouglionech1933.jpgEnsuite en 1930 les Bouglione firent une saison en Espagne, mais le public ibérique ne répondit pas vraiment à la publicité de leur Buffalo-Bill. Ils rentrèrent donc au bercail et proposèrent leur spectacle sous l’appellation de "Cirque International" et pour cela ils achetèrent un chapiteau neuf et ajoutèrent à la piste traditionnelle une scène. Dans le programme on pouvait applaudir le jeune dompteur Jefferson qui n’était autre que Joseph Bouglione, le futur époux de Mme Rosa. Puis en 1932 ils parcoururent la France et le Bénélux à la tête d’un cirque portant cette fois-ci le nom de "Cirque Franco-Belge". N’oublions pas que les Bouglione avaient des attaches avec le plat pays, Alexandre et Rosa Vanben, future Mme Rosa y étaient nés. Cette enseigne fit deux bonnes saisons, et en 1935, une fois leur réputation établie, les Bouglione allaient définitivement imposer leur nom et pouvaient désormais appelé leur établissement: "Cirque des 4 frères Bouglione", qui va devenir avec le temps  le "Cirque Bouglione", associé selon les époques au "Cirque d'hiver de Paris". 

bouglionech1963AmericanCircusNotons pour faire bonne mesure que lorsque le cirque italien "American Circus" entama, avec son chapiteau à trois pistes  à la fin de l'année 1979 une tournée en France, qui fut suivie d'autres jusqu'en 1986, les Bouglione firent pour contrecarrer ce concurrent tourner un établissement sous l’appellation d’American Parade, puis d'American Circus. Mais depuis la fin des années 80 plus aucun cirque Bouglione (sans prénom) ne propose de tournée en France. Dernièrement Francesco a fait l’acquisition d’un chapiteau blanc servant notamment au Festivals de Massy et de Domont ainsi qu’au Cirque de Noël présenté à Nanterre est-ce l’amorce d’un futur Bouglione Voyageur, l’avenir nous le dira.

commentaires

Le Cirque Moustier (1876-1947)

Publié le 15 Mai 2013 par cirk75gmkg dans Cirques d'hier

MoustierA.JPGDe la fin du XIX° au début du XX° siècle la France est considérée comme la capitale mondiale du cirque et les historiens es cirques ont catalogué dans notre pays plus de 700 enseignes différentes. Certaines fort anciennes existent toujours (Amar, Bouglione, Gruss, Medrano…) d’autres aujourd’hui disparues sont demeurées mythiques (Ancellotti, Bureau, Francki, Lamy Zoo Circus…) et sont à ce jour encore honorées par certains nostalgiques d’un temps révolu. D’autres établissements, et c’est le plus grand nombre, ont totalement disparus de la mémoire populaire, c’est le cas du "Cirque Moustier" qui va faire l’objet du blog de ce jour.

Moustier2.JPGComme bien souvent la création d’un cirque est due à un coup de foudre amoureux et l’histoire des Moustier comme celle des Bureau (voir blog16/05/2011) ou des Lamy (voir blog04/04/2011 n’échappe à la règle. Ainsi l’aristocrate Alphonse Dedessus Le Moustier, dit Alphonse Moustier amateur éclairé en haute école, partit avec une écuyère de cirque et en 1876, fonda un établissement portant son nom. Il dirigea ce cirque avec succès pendant plus de trente ans en donnant une place prépondérante, comme c’était tendance à cette époque aux exercices équestres. A sa mort en 1907 son fils Charles, repris l’affaire mais sans grand succès. Suite aux déboires financiers de Charles on ne revit plus pendant de nombreuses années le "Cirque Moustier", mais il refit surface à la Libération sous la double direction des fils de Charles : Louis et Emilien Moustier. Louis était un équilibriste réputé et Emilien un antipodiste de renom connu sous le nom des "Castors". Notons aussi que les filles de Louis se firent connaître par un numéro d’équilibre sur boules: "Les Dior Sister"s. Les Moustier voyagèrent sous l’enseigne "Nouveau Cirque de France" et l’année 1947 fut la dernière année de cet établissement car le programme ne rencontra pas le succès espéré.

MoustierEb2De nos jour le nom de Moustier n’a pas totalement disparu du monde du cirque, il est associé à la famille Bouglione, car n’oublions pas qu’Emilien Moustier épousa Odette Bouglione une des filles de Sampion, le cadet des 4 frères Bouglione et Firmin, un des frères de Sampion de son côté se maria avec Violette Moustier des "Dior Sisters".

commentaires

Une troupe évolutive "Chocolate & Cie" ou "Les Rastelli"

Publié le 14 Mai 2013 par cirk75gmkg dans Clowns

Medrano08ter.jpgCette troupe italienne a été créée par Oreste Rastelli, un cousin du très célèbre Enrico Rastelli (voir blog29/05/2011) qui au début du XX° siècle enthousiasmait les foules par son art du jonglage jamais à ce jour égalé. Cette compagnie familiale réunissait outre son fondateur Oreste, sa femme Léna, son fils Alfredo et un jeune brésilien Aristo dit Negrito. Au début les Rastelli présentaient, en plus de la partie clownesque sous le nom de "Chocolate & Cie" un numéro d’acrobatie pour lequel ils avaient conservés leur nom. On fit leur connaissance en France en 1937 au cirque Medrano (voir blog07/04/2011) où cette formation s’était adjointe un sauteur voltigeur, sauteur et clown blanc: Rudy, que nous connaissons bien car il s’agissait de Rolf Zavatta (voir blo27/11/2010).
Rastelli75.jpgAvec l’âge venant ils se consacrèrent exclusivement au comique en abandonnant "Chocolate & Cie" pour devenir "Les Rastelli". Bien que s’exprimant en une dizaine de langues, la troupe proposait essentiellement des gags visuels avec très peu de paroles. Usant de nombreux passages bruyants voire cocasses, ils se spécialisent dans un comique de gros gags utilisant un important matériel : cheveux qui se hérissent, vêtements qui semblent doués d’une vie propre, chaises qui s’animent, instruments de musique qui éclatent. Leur numéro est une suite de moments musicaux, interrompus sans arrêt par des bouffonneries rapides voire faciles (canon pointé sur le piano, bombe qui explose à l’intérieur d’un tuba dont la pavillon éjecté dans les airs vient coiffer la tête de l’assaillant...) Mais cette troupe savait aussi interpréter d'excellentes entrées classiques et était d’excellents musiciens.
JRafficheRastelli73Leurs engagements les amenèrent à se produire sur les meilleures pistes du monde (Cirque Jean Richard, Blackpool-Tower-Circus, Cirque Knie, Cirque Schumann, Cirque Americano, Cirque Scott…) et furent pendant de nombreuses années les clowns attitrés de la Revue américaine "Holyday on Ice". En 2000 au Festival International du Cirque de Monte Carlo ils reçoivent des mains de la princesse Stéphanie un prix spécial du jury récompensant ainsi leur longue carrière qui s’achèvera en 2002 par un dernier tour de piste en mars au cirque Krone. Cette troupe au cours du temps a évoluée, composée d’un clown blanc et de trois augustes dont deux paraissent jumeaux, on peut ainsi avoir vu enfiler les tenues très colorés des Rastelli, outre les fondateurs: Francesca, Antonio, Vittorio, Santos ou Chocolate...Clowns pour certains de légende, "Les Rastelli" ont marqué le métier par leurs grosses facéties à base de gags visuels qui sont encore à ce jour le fonds de commerce de bien des troupes de clowns.
commentaires

Sévère contrecarre chez les Fratellini dans les années 30

Publié le 13 Mai 2013 par cirk75gmkg dans Clowns

 
Fratellini3.JPGLe cirque n’est pas toujours le monde magique ou enchanté, il a aussi son lot de tricheries, de coups bas et de déchirements familiaux. Parmi les chicanes les plus célèbres celle qui opposa dans les années 30 les Fratellini est restée dans de nombreuses mémoires. Entre les deux guerres mondiales, après avoir été ovationnée à Médrano (voir blog07/04/2011) et au Cirque d’Hiver (voir blog25/02/2011) la renommée de Paul, François et Albert Fratellini est immense voire mondiale. La presse les couvrait d’éloges et il était de bon ton pour une personnalité non seulement d’aller les acclamer mais surtout de leur rendre visite dans leur loge qui était une véritable caverne d’Ali Baba.
cirqueFratellini1930cirque-Fratellini1931Gaston Desprez (voir blog25/03/2012) le directeur à cette époque du Cirque d’Hiver eut l’idée de mettre à profit la renommée de ce trio pour fonder un cirque itinérant nommé bien entendu Cirque Fratellini, dont il serait le directeur et les trois frères les vedettes et directeurs artistiques. Pour cela un chapiteau de 4 mâts en ligne de 50 m sur 40 fut loué à Périer (voir blog28/11/2011). Avec ce cirque imposant, le visage des Fratellini peint sur les véhicules ainsi qu’un excellent programme la tournée débuta en mars 1930. Le public répondait présent et il fut nombreux, tout allait pour le mieux lorsqu’un litige opposant Desprez aux Fratellini vient gâcher la tournée, en effet ces derniers se plaignaient de ne pas recevoir les cachets attendus, et comme le conflit ne se régla pas le Cirque Fratellini cessa ses activités à la fin de la saison.
photo8cirque-FratelliniGaston1930Mais voilà qu’un autre Cirque Fratellini reprenait la route. Les frères Fratellini avaient des neveux : Louis, Gustave et Max qui comme leurs oncles étaient clowns et ainsi ils essayaient de profiter de leur renom et même de leurs entrées. Déjà en 1927 le cirque Napoléon Rancy (voir blog22/09/2011) en les mettant en vedette avait tenté une première contrecarre ce qui provoqua chez les spectateurs non averties une fâcheuse confusion. L’astuce était trop grosse et un premier procès opposa les oncles aux neveux. Le tribunal rendit un jugement de Salomon en dédommageant Paul, François et Albert mais reconnût à Louis, Gustave et Max le droit d’utiliser leur nom. Et ils ne s’en privèrent pas d’où en 1931 ce second Cirque Fratellini qui prit la route sous l’appellation de Cirque G. Fratellini. Là encore c’est à Périer qu’on loua un chapiteau avec un programme de bonne facture qui continuait d’entretenir la confusion. Devant cette seconde contrecarre Paul, François et Albert firent valoir leurs droits et l’affaire fut jugée au Tribunal de Montauban qui demanda aux cousins de faire cesser cette publicité mensongère, ce qui entraîna l’arrêt définitif du Cirque G. Fratellini. En dépit de ce fort contentieux, la famille Fratellini retrouva sa cohésion et Gustave fit carrière sous différentes enseignes, mais disparut en 1942 à l’âge de 45 ans. Quant aux frères Fratellini ils continuèrent leur brillante carrière, mais le trio d’origine cessa en 1940 avec la mort de Paul.
 
 
 
 
 
commentaires

Un spectacle original où il est préférable de ne pas emmener nos compagnons à quatre pattes

Publié le 12 Mai 2013 par cirk75gmkg dans Cirques d'hier

Flohzirkus.jpgUn drame a endeuillé le monde du cirque allemand: 300 artistes sont dernièrement morts de froid, Robert Birkle, le directeur du Floh-Zirkus-Birk a perdu toute sa troupe: des puces savantes. Ces insectes n’ont pas résisté à ce printemps glacial et ont péri dans leur boîte de transport en polystyrène. Bouleversé par cette hécatombe, Robert Birkle le dresseur a néanmoins pu tenir ses engagements lors de la foire de Pâques près de Cologne ayant remplacé sa troupe au pied levé grâce à un expert es-parasites le professeur Heinz Mehlhorn. A  ce jour, 60 puces sont prêtes pour le spectacle et les équipes du cirque se mettent au travail nuit et jour afin de former le restant de la troupe. Par contre selon le dresseur les nouvelles puces ne seraient pas aussi énergiques que les anciennes car les défuntes suceuses de sang jouaient au foot, faisaient des pirouettes et tiraient des carrioles et avec les nouvelles recrues le numéro est un peu plus pépère confesse le directeur.
le-cirque-de-puces.jpgCertains vont penser que c’est un gag, mais non les cirques utilisant les puces savantes comme artistes sont apparus en Angleterre dans les années 1830, et ils étaient jusqu’à 1930  une des attractions vedettes des carnavals. Parmi les cirques de puces les plus célèbres notons celui du professeur Heckler, qui se produisait dans les années 50 dans Times Square et celui du professeur Bertolotto que l’on pouvait voir à Covent Garden Un cirque de puces savantes est une attraction dans laquelle des puces exécutent le spectacle,  on peut ainsi voir des puces funambules, des puces  plongeurs de haut vol, des puces tireurs d'élite ou équilibristes, mais aussi la puce-canon, la puce la plus forte du monde…On peut trouver différents types de cirques de puces ceux avec de vraies puces savantes, mais aussi des "cirques de puces" qui n’en contiennent aucune et ce sont des micro mécanismes qui simulent les artistes.
cirque-Cardoso2.pngCourrier International a publié un article sur une dresseuse colombienne de puces: Maria Fernanda Cardoso indiquant utiliser diverses techniques mises au point en Europe au XIX° siècle pour dresser des centaines de puces. Les artistes sont triées sur le volet indique-t-elle et elle les choisit en fonction de leur talent et de leur tempérament. Elle travaille avec douze artistes, mais possède plus de trois cents doublures. Elle confesse que les puces n'aiment pas la lumière, mais sont attirées par tout ce qui ressemble à de la fourrure, ainsi que par la chaleur et le dioxyde de carbone. Elle utilise d’ailleurs ces éléments pour motiver ses troupes. Elle peut aussi les tenir au bout de laisses extrêmement fines enroulées autour de la tête ou du corps de ces créatures à six pattes. Un coup sec sur la laisse et hop la puce se met à danser ou c’est tout comme.
cirque-Cardoso.pngUne puce adulte vit trois mois et se nourrit exclusivement de sang chaud et frais. Maria Fernanda Cardoso explique qu'elle ne craint pas d'attraper des maladies en se faisant piquer, car à sa connaissance les puces se repaissent seulement d'animaux en bonne santé. Au début elle a eu du mal à se procurer ses premiers spécimens, provenant d'un laboratoire, mais maintenant elle a son propre élevage en épouillant chats et kangourous, car elle vit en Australie. De 1994 à 2000 elle a proposé le "Cardoso Flea Circus", une installation qui présente au Nouveau Musée d'art contemporain de New York ces minuscules artistes (une puce mesure 1,5 millimètre): marcher sur un fil, se balancer sur un trapèze et même se battre à l'épée. Mais mieux qu’un long discours une vidéo rendra compte de cette minuscule activité artistique.
commentaires

Le Cirque fantastique (The Big Circus) 1959

Publié le 11 Mai 2013 par cirk75gmkg dans Cinéma

Le-Cirque-en-revolte.jpgFilm de Joseph M. Newman avec Victor Mature, Rhonda Fleming, Vincent Price, Peter Lorre et Red Buttons, relatant les déboires de Hank Whirling qui, après un désaccord avec ses associés les frères Borman, crée son propre cirque. Mais suite à des conditions météorologiques exécrables qui gâchent sa première saison, il doit souscrire de gros emprunts pour rembourser ses dettes. Et pour dynamiser ses affaires son banquier lui impose une attachée de presse également conceptrice publicitaire. Hank voit d'un mauvais œil l'arrivée de cette intruse mais, au fil des jours, la jeune femme s'impose comme une véritable alliée. Mais les malheurs continuent à s’accumuler et, alors que le cirque se dirige vers les chutes du Niagara, le train emportant les artistes et le matériel du cirque déraille. Lors de ce déraillement Maria "Mama" Colino la trapèziste vedette de la tournée est tuée, d'autres incidents se succèdent (fuite d’un fauve, incendie du chapiteau, des artistes se querellent…) bien trop nombreux pour être accidentels... Mais Hank est fermement décidé à sauver son cirque menacé et à réussir.
Le Cirque FantastiqueterUn vrai mélo comme c’est le cas lorsque le cirque est l’objet d’une œuvre cinématographique. Mais comme toujours, ce film vaut tout de même le déplacement pour les numéros spectaculaires comme la traversé sur un fil des chutes du Niagar, ou pour revoir ou voir de grands artistes de cirque ayant pour nom : Dick Walker (et ses tigres), Tex Carr (et ses chimpanzés), Dick Berg (et ses otaries), Hugo Zacchini (homme obus), les Flying Alexander (aèriens), Gene Mendez (fildefériste)… Un seul regret de nos jours ce film de 1h50 est devenu invisible, et on ne peut le voir ni en salle, ni à la télévision et aucun DVD n’est disponible, sauf une version espagnole, ce qui est originale pour un film américain. Alors un petit visuel avec Peter Lorre.
commentaires

Un temple parisien du spectacle aujourd’hui disparu : l’Empire

Publié le 10 Mai 2013 par cirk75gmkg dans Bâtiments

Amar1936aSalle de spectacle située au 41, avenue de Wagram dans le 17ème arrondissement à Paris, le théâtre de l'Empire va au cours de sa destinée connaître des utilisations diverses et variées. Tour-à-tour music-hall, théâtre, cirque, cinéma puis enfin studios de télévision, , cet établissement a fini le 15 février 2005, dévasté par un incendie Mais reprenons par le début l’histoire de ce Temple parisien du spectacle.
Empire38En 1886, sur l’emplacement d’un grand "jardin situé au 39 bis du boulevard de l’Etoile, nom à l’époque de l’avenue Wagram le propriétaire, s’associant à un entrepreneur de spectacle : Marius Combes, fit construire une première salle de spectacle de bal-concert-attractions dénommée "Concerts Marius Combes", endroit qui deviendra quelques années plus tard "l’Etoile-Palace" En 1906 l’établissement est transformé en cinéma et en 1913 "l’Etoile-Palace" disparait et Marius Combes fait "glisser" son établissement du 39 bis au 41 où il ouvre une nouvelle salle qu’il nommera "L’Empire"  Mais ce n’est que dix ans après que l’Empire, reconstruit de fond en comble justifia vraiment son titre et commença une prestigieuse carrière.
    Empire30Salle de deux mille places, avec un foyer richement décoré, cet établissement connu de nombreux directeurs  De 1924 à 1930 Oscar Dufrenne et Henri Varna en firent un brillant music-hall-cirque, où lions, éléphants et chevaux accompagnaient jongleurs et acrobates avant de laisser en seconde partie la place à la vedette du programme. On put ainsi applaudir entre autre Maurice Chevalier, Damia, Ray Ventura et ses collégiens, Lucienne Boyer…
Amar1936aempireAmar1936empireEn 1930, la société Pathé reprenait l’établissement et en confit la direction à Mitty Goldin. Ce dernier directeur de Bobino et du théâtre de l’ABC y produira avec succès des opérettes et en refera un des hauts-lieux du spectacle parisien. Puis pendant une saison (1936-1937) les frères Amar, alors au fait de leur gloire et fort marris d’avoir vu le Cirque d’Hiver tomber dans l’escarcelle des Bouglione, souhaitant à leur tour avoir un salle parisienne prennent la direction de l’Empire en proposant des spectacles de music-hall-cirque où Recordier et Boulicot (voir blog08/01/2012) tenaient la vedette. Bien que laissant une part considérable aux variétés, les frères Amar, tout naturellement proposent des numéros de cirque de grande qualité, aidés en cela par possibilités qu’offrent la scène et les coulisses de ces lieux.
Empire50Reprenant en mars 1937 les tournées, les frères Amar quittent les lieux et l’Empire change encore de mains. Jules Marx, puis Maurice Lehman et Benoit-léon Deutsch font de l’Empire un des hauts-lieux de l’opérette où Luis Mariano joue pendant plus de six mois "La Belle de Cadix". Sont également programmés des œuvres comme "Plein feu" avec Maurice Chevalier, "Porgy and Bess" de Gerchwin, "L’opéra de Quat’Sous" de Brecht et Weil, "Orphée" de Gluck ou des ballets comme ceux de Roland Petit, du Marquis de Cuevas ou de Teresa Lusillo.
cinerama.pngPuis de en 1955 à 1972 l’Empire redevient un cinéma spécialement équipé pour projeter des films en cinérama sur un écran de 30 m sur 10 m. Enfin les bâtiments sont repris par la SFP qui en fait un endroit où la télévision est très présente et c’est ici que sont enregistrés de nombreuses émissions comme "Dimanche Martin" célèbre émission de Jacques Martin.
 Mais suite à l’incendie de 2005, les bâtiments sont rasés et un immeuble luxueux avec commerce est édifié désormais au 41 avenue Wagram. Comme quoi il n’y a pas que les cinémas qui se transforment en supermarchés, les music-halls cirques peuvent aussi devenir des centres commerciaux!
 
commentaires