Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le bloc-notes de cirk75

Depuis 2010, Chronique au fil du temps et de la mémoire d'un circophile amateur

Mercredi 27 décembre, Arte devient la chaîne du Cirque, mais elle n'est pas la seule à diffuser du cirque, en cette période dite de trêve des confiseurs

Publié le 23 Décembre 2017 par cirk75 dans Divers

Comme chaque année pour les vacances de Noël les chaînes de télévision poussent la porte des cirques. Le mercredi 27 décembre sera une journée intéressante pour les afficionados de la Piste aux  "Etoiles, car la chaîne franco-allemande Arte qui nous gratifie de 4 programmes télévisuels particulièrement intéressants.

L’après-midi à partir de 13h40 on pourra voir ou revoir le film d’Henry Hathaway "Le Plus grand Cirque du Monde" (voir blog02/05/12). Un plaisir à ne pas bouder car cette œuvre permet de revoir Harry & Marianne Althoff doublant pour l’occasion dans les scènes de western John Smith et Claudia Cardinale, le funambule comique Pio Nock, le dompteur Henry Dantès, et Maryse Bégary dans les exercices de corde lisse.

Puis à partir de 20h55 la chaîne diffuse le XXXVIII° Festival Mondial du Cirque de Demain (voir blog30/01/17) enregistré sous le chapiteau du Cirque Phénix et présenté par S.A.S. Calixte de Nigremont himself (voir blog25/01/14).

Puis viendront deux spectacles des cousins québécois. A partir de 22h25 le Cirque du Soleil proposera de Las Vegas "O", suivi à 00h10 de la "Compagnie des 7 doigts de la Main" qui présentera "Réversible" une de ses productions enregistrée à Saint-Etienne en janvier dernier.

Enfin pour terminer la nuit et à partir de 01h35 Bernhard Paul (voir blog29/12/14) parlera de son œuvre le Cirque Roncalli.

Et pour ceux qui ne peuvent attendre le 27, France 3 proposera le lundi de Noël à partir de 20h55 la retransmission de la 41ème édition du Festival Internationale du Cirque de Monte Carlo (voir blog22/01/17). Au même horaire la chaîne France O, diffusera le 25 décembre à 20h55 un autre spectacle du Soleil "Amaluna" (voir blog20/12/15) puis à partir de 21h50 Cirkacuba (voir blog15/01/17).

Et le dimanche 24 décembre, TV Monde à 21h00 nous proposera Le Cirque Le Roux (voir blog28/09/16) dans son spectacle "The elephant in the room".

De grands moments assurément pendant cette période de vacances et fêtes de fin d'année.

 Rendez-vous en janvier 2018 pour de nouvelles aventures circassiennes!

 

commentaires

Equestrienne au cirque Fernando par François Flameng (1856-1923)

Publié le 22 Décembre 2017 par cirk75 dans Art

Curieux nom ce titre franco-anglais "Equestrienne  au Cirque Fernando" donné à cette toile montrant une écuyère enveloppée dans une large trousse jaune. L'écuyère sagement assise en amazone captive le public de ce célèbre cirque montmartrois dont on reconnait aisément quelques-uns des 16  poteaux en fonte qui soutenaient la coupole de cette salle. Ce tableau est dû au talent de François Flemeng un peintre, illustrateur et graveur fort apprécié de son temps mais aujourd’hui totalement oublié. Habile coloriste il aimait bien peindre les beaux endroits et c’est pourquoi on lui doit, pour partie la décoration de la nouvelle salle Favart du théâtre national de l'Opéra-Comique à Paris, ou un panneau pour la grande salle du célèbre restaurant  parisien "Le Train bleu" de la gare de Lyon.

Son domicile parisien situé rue Amelot au 61, non loin du 110 cher au cirque d’hiver, mais très curieusement c’est le cirque Medrano ou plutôt le cirque Fernando (voir blog01/07/12) qu’il peint en 1890 dans une huile reprenant le même sujet qu'un tableau réalisé deux ans auparavant par Toulouse-Lautrec, et intitulé "L'Écuyère du cirque Fernando"(voir blog03/01/16).

Cette toile peinte est une rareté dans la production de ce maître de l’éclectisme qui est plus reconnu pour ses nombreux tableaux d'histoire et ses portraits mondains que pour son appétence pour les arts de la piste.

commentaires

L’Eden-Cirque Toulonnais (1905-1912)

Publié le 21 Décembre 2017 par cirk75 dans Bâtiments

Pendant 7 années les toulonnais ont eu le privilège de posséder une semi-construction avenue Lazare Carnot. Ce bâtiment, à l’origine destiné aux arts de la piste, pouvait être transformé en salle de bal ou en théâtre. La façade de l’Eden-Cirque ressemblait notamment à celle de l’Alcazar,  le cirque éphémère de Lyon (voir blog15/12/17) ou à celle du cirque Fernando à Paris (voir blog01/07/12). Enfin ce bâtiment possédait aussi des écuries pouvant accueillir 40 chevaux.

C'est un dénommé Mollard qui fut à l’origine de cette construction pouvant contenir 2 000 spectateurs dans sa version cirque. Notons que parmi les personnalités circassiennes qui utilisèrent cette piste, les frères Jules et Alfred Court (voir blog01/10/13), qui furent les premiers directeurs de cet établissement, proposèrent plusieurs spectacles de cirque. Le Bâtiment fut démoli en 1912 et depuis rien ne rappelle cet éphémère cirque qui fit les beaux soirs des toulonnais au début du siècle dernier.  

commentaires

Le Cirque Alfonse, un cirque québécois familial et bucheron

Publié le 20 Décembre 2017 par cirk75 dans Nouveau-Cirque

Le Québec fourmille de troupes circassiennes toutes plus originales les unes que les autres. Créé en 2005 à Saint-Alphonse-Rodriguez dans la région de Lanaudière au Québec, le cirque Alfonse, est un bon exemple de la richesse des collectifs acrobatiques de la Belle Province. A l'origine de cette troupe une famille, les Carabinier-Lépine et leurs amis désirent de perpétuer une tradition de spectacles bucherons. Mais le projet n'a vraiment pris vie lorsque les enfants d’Alain Carabinier, Antoine et Julie, lui offrent un spectacle original et personnel pour son 60ème anniversaire.

Puis le compagnie va, avec l’aide d’Alain Francœur leur metteur en scène, produire des spectacles typiquement forestiers où des haches sont utilisées pour jongler ou des lames de scies pour sauter à l'intérieur. En 2006, la troupe crée "La Brunante" une première production un peu bûcheronne. En 2011, le clan Alfonse propose avec "Timber' un camp festif de bûcherons.  Puis en 2014, c'est le cabaret électro-trad Barbu. Après avoir fait présenté cette dernière production un peu partout, le Cirque Alfonse en 2015 propose "Tabarnak" sorte de veillée inoubliable avec une fresque musicale aux allures de show rock, invitation au rassemblement, célébration de l’enfer et des cieux, production tout en cirque et en musique, happening musical débridé, office exubérant, festif et débridé.

 

Le Cirque Alfonse, le plus québécois des cirques de la Belle Province, troupe circassienne méconnue en France, propose des spectacles vraiment originaux recréant l'atmosphère des soirées de l’enfance tout en musique et en folie, autrement dit des veillées de musique traditionnelle en cuillers, gigues et claquettes où toute la bastringue s’en donnait à cœur pour nous embarquer dans une joyeuse virée bucheronne.

 

 

Et bientôt en France avec Tabarnak...

commentaires

Houdini, le grand magicien (1953)

Publié le 19 Décembre 2017 par cirk75 dans Cinéma

Ce film de 106 minutes réalisé par George Marshall, raconte la vie d’Ehrich Weisz, mondialement connu sous le nom d’Houdini. Illusionniste spécialiste de l'évasion spectaculaire, né à Budapest, le 24 mars 1874 et décédé aux États-Unis  le 31 octobre 1926 à Détroit, et qui finira par se tuer, poussé par son public à aller toujours plus loin. 

Film bien enlevé mais au scénario épris de liberté avec la réalité, cette œuvre cinématographique reste avant tout une évocation très romancée de la vie du célèbre illusionniste, réputé pour ses numéros d'évasion de cellules inexpugnables, de camisoles de force ou des cadenas les plus solides. Dans ce film Tony Curtis joue Houdini et Janet Leigh (son épouse dans le civil) une jeune étudiante dont il tombe amoureux et dont il fait sa partenaire. Bref, ce n’est pas génial mais ça se regarde et c’est toujours mieux que le téléfilm réalisé en 1963 qui mettait lui aussi totalement de côté les considérations métaphysiques qui étaient très présentes chez ce personnage fascinant.

En guise de conclusion rappelons qu’avant de devenir célèbre, Houdini  fait partie de la troupe des Trois Keaton dont le troisième larron n’est autre que Joseph Frank dit "Buster" Keaton (voir blog14/12/10). Pour la petite histoire, c’est Houdini qui est à l’origine du surnom de Buster, et cela suite à une chute du jeune Joseph Franck Keaton à qui le futur magicien aurait dit  "That was a real buster" que l'on pourrait traduire par "Ça, c'était une vraie bonne chute ! "

commentaires

M. Droll revient en 3ème semaine

Publié le 18 Décembre 2017 par cirk75 dans Personnalités

Troisième épisode de l'incroyable histoire presque vraie, de Philip Astley par M. Drollo Maître conférencier et expert es-tomac.

Pour celles et ceux qui auraient oublié de regarder le 2 premiers épisodes, les voici ci-après, mais c'est la dernière fois, qu'on se le dise.

M. Drollo, Maître conférencier et tailleur de crayons émérite.

M. Drollo Maître conférencier et licencié économique...

commentaires

Myr et Myroska les Aristocrates du Mystère.

Publié le 17 Décembre 2017 par cirk75 dans magicien

Stars de la transmission de pensée, vedettes internationales de la télépathie durant plusieurs décennies Myr et Myroska, étaient dans les années 60-70 connus de la France entière. Leur numéro vu à la télévision dans "La Piste aux Etoiles" (voir blog15/12/14), la fameuse émission mensuelle de variétés présentée par Roger Lanzac (voir blog25/09/11), ou les émissions radiophoniques ou télévisuelles de Jean Nohain (voir blog17/11/17) en firent des artistes dont la notoriété ferait pâlir d’envie beaucoup de vedettes actuelles… Leur succès fut si grand et leurs pouvoirs  si convaincants que Myroska tint régulièrement dans la presse une rubrique de courrier du cœur et de voyance. Et leur numéro inspira même à Pierre Dac son sketch Mme Arnica, devenu avec Francis Blanche le fameux sketch du Sâr Rabindranath Duval. Selon leur légende Myr et Myroska se rencontrèrent en 1941 dans le petit village de Castets-en-Dorthe . Elle Myroska, (née Marie-Charlotte Baron)  charcutière du village, lui  André Myr un chansonnier parisien de passage dans ce village et désirant acheter du saucisson. On devine la suite...

Le couple mentaliste ne revendiquait ni pouvoirs extra-sensoriels, ni trucages. "S’il n’y a pas de truc, c’est incroyable, mais avouez que s’il y en a un, c’est encore plus incroyable !" C’est en ces termes sibyllins qu’André Myr terminait le numéro de transmission de pensée. En laissant ainsi planer le doute dans l’esprit du public, chaque spectateur pouvait penser ce qu’il voulait. Les uns adhéraient à la thèse d’une véritable télépathie, convaincus que les deux partenaires se parlaient par l’entremise d’ondes mentales. En d’autres termes ces personnes croyaient à une authentique expérience de transmission de pensée. Les autres, les cartésiens, ou ceux qui flairaient un "truc", étaient persuadés que les deux artistes utilisaient un langage codé secret qu’ils étaient les seuls à maîtriser.

Ils foulèrent quelques pistes de chapiteaux dont "Napoléon Rancy" en 1957, "Amar" en 1971, la "Piste d’Or" en 1972. Le numéro était simple mais très spectaculaire  Myroska , debout au centre de la piste, les yeux bandés, devinait à la surprise générale, les objets, les dates, les chiffres que Myr, lui présentait et qui étaient proposés par les spectateurs présents.  Ils firent ses adieux en 1984 au théâtre Princesse Grace de Monte-Carlo

commentaires

85 ans de modèles réduits et de maquettes (1933-2008)

Publié le 16 Décembre 2017 par cirk75 dans Livres

Cet ouvrage édité par Gildas Salaün,  rédigé avec le soutien des directions de cirques, des artisans, des grands collectionneurs, d’artistes, de l’Association Française des Voitures et Camions de  Cirque (AFVCC) représent, après le succès d'un premier livre consacré au cirque Pinder, une encyclopédie sur le monde des miniatures des autres cirques français et européens. Pour les collectionneurs de maquettes ou de modèles réduits circassiens c’est une somme de renseignements comme nulle pareille sur les créations des modèles réduits et des maquettes mythiques de 1933 à 2018.

Un cadeau fort utile pour les fêtes pour les aficionados du cirque en miniature.

commentaires

L’Alcazar, le Cirque de l’avenue de saxe à Lyon (1882-1929)

Publié le 15 Décembre 2017 par cirk75 dans Bâtiments

Lyon la ville des Rancy (voir blog17/03/13), n’a jamais connu un cirque en pierre, par contre plusieurs constructions en bois ont été édifiées dans la capitale des gaules dont la plus célèbre fut certainement celle que Théodore Rancy  (voir blog22/08/11) inaugura un certain 2 septembre 1882 à l'angle de l'avenue de Saxe et de la rue Moncey au 33, de nos jours près de la rue Chaponnay à l'emplacement de la D.D.E. Dans ses mémoires Théodore Rancy  rappelle que cet établissement fut  bâti à l’emplacement d’une halle à grains. Le bâtiment réalisé en bois et en maçonnerie faute de moyens, était assez rudimentaire.

La façade avait des allures de chalet savoyard et cinq marches donnaient accès à trois grandes portes en plein cintre, flanquées de deux autres plus exiguës. Des panneaux destinés à l’affichage étaient disposés entre elles. A l’étage s’ouvraient trois fenêtres avec balcons à balustres en bois, quatre statues d’homme porteur de torche ornèrent la façade en pignon sur rue dont la toiture était bordée d’un feston en bandeau dentelée en bois découpé avec une statue impersonnelle d’un quelconque Apollon à chacune des basses pentes et, deux grosses lampes à arc éclairaient cette construction. Enfin une enseigne Rancy largement étalée en longueur achevait l’ordonnancement de l’ensemble. La vaste piste entourée de gradins comportait 5 000 places, 1 200 en première catégorie, 1 300 en seconde  et 2 500 en troisième. Une haute coupole pour les numéros aériens et de grandes écuries, contribuaient à cette époque à en faire une salle confortable.

Suite au vote en 1904 par la municipalité lyonnaise d’une taxe locale qui imposait fortement les chevaux, assimilés à des animaux de luxe. les Rancy abandonnèrent cette salle, qui servit encore quelques années. Mais faute d’entretien et en raison du mauvais état de la galerie des secondes, ce cirque que les lyonnais nommaient l’Alcazar, fut démoli en 1929.

 

Ce nom d'Alcazar venait d'un autre établissement ayant appartenu à Théodore Rancy et portant déjà ce nom. Cette salle démolie en 1877 se trouvait à l'emplacement de l'actuelle église de la Rédemption.

 

commentaires

Quel Cirque à La Flèche !!!

Publié le 14 Décembre 2017 par cirk75 dans Jouets

Samedi 16 décembre  à partir de 14h15 aura lieu à l’hôtel des ventes de La Flèche, situé 5 rue Pape-Carpantier, une vente publique sur le thème du cirque. Maître Cyril Duval vendra la collection provenant de la succession de M. Marchand collectionneur en art de la piste.

Parmi les lots mis en vente on trouvera  deux répliques miniatures de chapiteaux du cirque Amar, des voitures de collection (Corgy major Toy, Super Dinky Toy, Solido…) jouets, médailles, programmes et affiches…

Les Vendredi 15 décembre de 14h30 à 20h30 et Samedi 16 décembre de 9h30 à 11h une exposition permettra aux amateurs de voir les 244 lots mis en vente.

 

Quel Cirque à La Flèche !!!

Pour tout renseignement :

Tél. : 02 43 94 03 81  Fax : 02 43 94 43 63  et cyrilduval72@gmail.com

commentaires
1 2 3 > >>