Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le bloc-notes de cirk75

Chronique au fil du temps et de la mémoire d'un circophile amateur

Le "Chapithôtel" à La Villette

Publié le 21 Novembre 2013 par cirk75gmkg dans Bâtiments

architecturebois-villette.jpgPour fêter ses 20 ans, l’espace Chapiteaux de La Villette a fait peau neuve en inaugurant le 7 novembre un nouveau lieu d’hébergement pour les compagnies de cirques, en résidence ou en représentation sur le Parc de la Villette. Le "Chapithôtel" car tel est son nom, comprend 18 chambres dans un bâtiment respectueux de l’environnement et s’intègre parfaitement au site arboré, notamment par une toiture végétale et une construction en bois habillée de pin Douglas.

Chapithotel.jpgL’aménagement intérieur a été confié au décorateur, Marco Mencacci, qui a personnalisé chaque chambre, en créant un mobilier original que viennent rehausser des éléments vintage. Des déclinaisons de couleurs et le choix du mobilier apportent à chaque chambre une ambiance différente, inspirée par l’univers du cirque. Des images sérigraphiées de cirques contemporains présentés à l’espace chapiteau ponctuent ces séquences colorées. L’espace d’accueil des caravanes demeure et a été réaménagé pour compléter l’offre d’hébergement et offrir cette alternative aux compagnies accueillies.

 LaDeferlente.jpgA l’extérieur, la Place des Artistes rend hommage aux compagnies de cirque qui sont passées par la Villette depuis 20 ans. Une constellation de 70 étoiles, dont chacune portera le nom d’une compagnie, sera peinte à même le sol. Enfin une barrière appelée "La Déferlante", vague vertigineuse en bois  conçue par Johann Le Guillerm, ouvre désormais l'espace Chapiteaux, situé en bordure du canal Saint-Denis à Paris, et ceinture le tout frais, tout beau, tout bois Chapithôtel, unique lieu d'envergure pour l'hébergement des artistes de cirque en France.

commentaires

Paris Capitale du Cirque

Publié le 20 Novembre 2013 par cirk75gmkg dans Cirques d'hier

Paris2.jpgAu XIXe siècle, le cirque équestre se développe et de nombreux cirques stables sont construits en France, dont à Paris qui est à cette époque considéré comme la capitale mondiale des arts de la piste. En effet la ville lumière peut revendiquer plusieurs cirques sédentaires en activité, et qui avaient pour nom :
RueDuCirque Cirque des Champs Elysées, (1841-1898) connu aussi selon les régimes politiques sous l’appellation de Cirque de l’Impératrice ou cirque d’Eté (voir blog24/02/2011), il était situé dans le 8ème arrondissement rue du Cirque,
CH-Entrée3 Cirque Napoléon, (1852) l’actuel Cirque d’hiver Bouglione (voir blog25/02/2011), aussi nommé Cirque National à la chute du Second Empire, situé dans le 11ème arrondissement rue Amelot,
Fernando.jpg  Cirque Fernando, (1873-1972) (voir blog01/07/2012), qui devient en 1897 Cirque Médrano (voir blog07/04/2011), puis Cirque de Montmartre lors de la reprise par les Bouglione de cet établissement qui était situé dans  le 9ème arrondissement à l’angle de la rue des  Martyrs et du bd. Rochechouard.
NCirque1904 Nouveau Cirque ou Arènes Nautiques, cette salle de spectacles située rue Saint-Honoré dans le 8ème arrondissement était dotée d’une piste transformable en piscine pour les pantomimes,  très en vogue à cette époque (voir blog08/12/2010),
Cirque MolierCirque Molier fondé en 1880 situé dans le 16ème arrondissement, rue de Bénouville près du Bois de Boulogne. Ce cirque mondain d’amateurs proposait deux représentations annuelles destinées à un public d’aristocrates et de grands bourgeois (voir blog27/04/2012),
Alma.jpgHippodrome de l’Alma, situé dans le 16ème arrondissement gigantesque établissement où se déroulaient des courses de chars ou autres spectacles demandant beaucoup d’espace (voir blog17/12/2010),
Paris-MétropoleCirque Métropole puis Cirque de Paris (1906-1930) fut le dernier cirque construit dans la capitale, situé av. de La Motte Piquet dans le 15ème arrondissement, ne trouva jamais vraiment son public même si il mit les dompteurs en vedette (voir blog23/11/2011).
 
 
 
 
 
 
commentaires

Marc Natol dit Natol, un M. Loyal un peu oublié

Publié le 19 Novembre 2013 par cirk75gmkg dans M. Loyal

 
Natol1.jpgFantaisiste aux multi facettes Marc Natol, dit Natol est un artiste de cabaret, imitateur de chants d’oiseaux et autres sons de la vie quotidienne qui a tourné dans trois célèbres films que sont: "L"Assassin habite au 21" d"Henri-Georges Clouzot, "L’amant de Bornéo" de Jean-Pierre Feydeau & René Le Hénaff, où il retrouvera Jean Tissier et Pierre Larquey ,et "Portrait d’un assassin" (voir blog12/06/2011) de Bernard-Roland avec Arletty et Erich von Stroheim.
LeCirquedesCirques1937.jpgNatol a souvent endossé l’habit de M. Loyal aux Cirques Pourtier, Rancy, ainsi qu’au féérique Cirque des Cirques qui présentait à Paris sous la verrière du Grand-Palais du 11 au 23 août 1937 un spectacle sur 3 pistes. Dans ce programme on pouvait notamment voir André Rancy, Maurice et Gilbert Houcke (voir blog13/12/2011) dans une course de char romain reprenant un numéro cher aux hippodromes parisiens (voir blog17/12/2010).
 
 
 
 
 
commentaires

Lola Montes (1955)

Publié le 18 Novembre 2013 par cirk75gmkg dans Cinéma

LolaMontes2.jpgCe film, testament de Max Ophuls avec Martine Carol, Peter Ustinov et Anton Walbrook, est inspiré de la vie de la célèbre danseuse et courtisane qui fut l’intime de Franz Liszt et de Louis Ier de Bavière. Dans une luxuriante évocation et à travers un fascinant cirque "barnumesque" dont le spectacle onirique est animé par une cohorte de clown (on peut voir le vieux clown allemand Donin), de nains, de sauteurs, de trapézistes (dont Aimée Fontenay et Yves Rozec) confond souvent rêve, féérie et cauchemar.
LolaMontesbis.jpgLe scénario est construit sur l’indécence des spectacles fondés sur le scandale, et où l’amour et la célébrité sont des marchandises négociables. L’histoire décrit une Lola Montes réduite à l’état d’animal de foire devant mimer sa propre existence à travers une série de tableaux vivants. La vie et la représentation de la vie se mêlent et se confondent dans ce prodigieux spectacle baroque où une mise en scène éblouissante confère une espèce de grandeur tragique à un destin à la fois pathétique et dérisoire.
LolaMontes.jpgLola Montès bénéficia d'un accueil enthousiaste de la part de nombreux cinéphiles et cinéastes. Pour sa part, François Truffaut n'hésita pas à rapprocher l'originalité de sa structure narrative en multiples retours en arrière de celle du "Citizan Kane" d'Orson Welles. En revanche, le film fut un échec commercial retentissant et les producteurs imposèrent au réalisateur, qui décéda peu après, deux versions raccourcies et remontées contre son gré. Cinquante ans plus tard et grâce aux efforts de la Cinémathèque Française ce film bénéficia d’une restauration qui permit de redonner vie à un film un peu oublié. Très proche de la version voulue par Max Ophuls cette restauration permet à de nouveaux spectateurs de voir ce film mythique mâtiné il faut bien le dire d’un parfum de malédiction.
commentaires

Gabriel Zendel (1906-1992)

Publié le 17 Novembre 2013 par cirk75gmkg dans Art

Gabriel-Zendel.jpgGabriel Zendel est par sa mère, Regina Jaskierowitz d’origine polonaise. Très tôt ses parents l'encouragent à peindre. En 1925, il est étudiant à l'Institut d'Esthétique Contemporaine, où Paul Bornet lui enseigne toutes les techniques de la gravure sur cuivre, sur bois, ainsi que les tirages des épreuves.

Zendel1En 1929, Zendel vend sa première toile, "Paysage de Montmartre" et sur la demande de Jean Cassou, l'Etat lui achète un tableau qui est aujourd’hui accroché au "Musée d'art moderne de la ville de Paris" Lors de la seconde guerre mondiale, il est mobilisé dans le sanitaire, mais continue à dessiner. Démobilisé il revient à Paris, se fait arrêter mais réussit à s'évader et va s'installer à Cannes. A la fin de la guerre il regagne son atelier parisien.

Zendel2.jpgA partir de 1950 son art se situe résolument dans la ligne post cubiste. Il campe fortement les quelques formes, personnages, souvent des clowns, ou paysages familiers qui lui sont chers, de Paris, de Bourgogne, de Honfleur. A son style graphique si particulier, robuste et comme paysan, s'allie curieusement une palette haute en couleurs, faite de jaunes citron et de rouges groseilles.

Zendel3.jpgArtiste de l'école de Paris, il pratique en dehors de la peinture à l’huile, e dessin, l’aquarelle, la gouache, la gravure, la lithographie ainsi que la céramique. On trouve dans son œuvre de nombreuses créations ayant pour sujet les artistes de cirque. Ainsi en 1947, Gabriel Zendel réalise vingt-cinq estampes en noir et blanc pour illustrer l’ouvrage sur "Le Cirque" de Léon Paul Fargue. Pour cela il dessine des clowns mais aussi une fildefériste, un illusionniste, un jongleur, une montreuse de chiens savants, des trapézistes, une écuyère. Gabriel Zendel artiste alors recherché qui a bien connu le monde du cirque, décède subitement le 22 septembre 1992.

commentaires

2 squares amiénois dédiés à deux grandes dames du cirque

Publié le 15 Novembre 2013 par cirk75gmkg dans Personnalités

AmiensCirque.jpgA proximité du Cirque d'Amiens, deux espaces sont baptisés avec le nom de deux grandes personnalités du Cirque. L’espace situé à gauche en regardant le Cirque d'Amiens est se nomme Arlette Gruss tandis que l’autre à droite porte le nom d'Annie Fratellini.

Square-Arlette-Gruss.jpgLa plaque du Square Arlette Gruss fut dévoilée le 6 novembre 2012, par Laura-Maria la petite fille d’Arlette Gruss  en présence de la famille Gruss et des représentants de la ville d’Amiens. Rappelons qu’Arlette Gruss était la fille aînée du maître écuyer Alexis Gruss Sénior (voir blog19/12/2011) et la cousine d’Alexis Gruss Junior (voir blog13/02/2012). Elle a touché presque tous les disciplines du cirque et a été entre autre dompteuse et trapéziste. En 1985 elle créa son propre établissement qui porte son nom et qui est aujourd’hui dirigé par son  ils Gilbert.

Square-AnnieFratellini.jpgSix mois plus tard, le 10 avril 2013, le square Annie Fratellini fut inauguré, en présence de sa fille Valérie et des édiles  de la ville d’Amiens. Annie Fratellini a commencé sa carrière en 1948 au cirque Medrano (voir blog0/04/2011 & 16/10/2011) où ses oncles les Frères Fratellini (voir blog26/03/2013) lui apprennent la musique et l'acrobatie. Dans un premier temps la chanson et le cinéma l’attire. Elle épouse en premières noces le réalisateur de cinéma Pierre Granier-Deferre avec qui elle eut une fille Valérie. Puis en 1969 son second mari Pierre Etaix un fou de cirque, lui permet  de renouer avec son milieu d'origine le cirque. Ils créent ensemble, un numéro de clowns, lui le blanc et elle l’Auguste. En 1970 ils font la tournée du Cirque Pinder, puis en 1974 ils créent l'École nationale du Cirque Annie Fratellini.

commentaires

Les Pôles Nationaux des Arts du Cirque (PNAC)

Publié le 14 Novembre 2013 par cirk75gmkg dans Divers

PNAC.jpgLes pôles nationaux des arts du cirque (PNC) sont des établissements de référence pour les arts du cirque centrés sur des missions de production et de diffusion. S’inscrivant dans la charte des missions de service public pour le spectacle du 22 octobre 1998, ils contribuent, par leur expertise et leur capacité à développer des réseaux, à la structuration et au rayonnement des arts du cirque, ainsi qu’au renouvellement des formes et des esthétiques. Ils promeuvent des actions pérennes sur leurs propres territoires, en coopération avec d’autres structures régionales, nationales et internationales. Les PNC sont dotés de locaux permanents pour accomplir leurs missions : espaces de représentation (cirques en dur, chapiteaux en fixe et/ou itinérants, salles de théâtre, …), espaces d’accueil pour les résidences, terrains équipés pour l’accueil des chapiteaux, etc… Ils sont fondés sur un projet artistique et culturel porté par un professionnel, répondant aux missions fondamentales des pôles nationaux pour les arts du cirque définies dans le cahier des charges.

Les missions des PNAC sont multiples et parmi elles on dénombre:

            -le soutien à la création par des résidences de compagnies, des coproductions et l’accompagnement de projet,

            -l’élargissement de la diffusion des arts du cirque par des programmations régulières, notamment en collaboration avec d’autres structures d’action culturelle,

            -la sensibilisation des publics aux arts du cirque en liaison avec les actions de soutien à la création et à la diffusion et par des partenariats avec les mondes scolaire et associatif,

            -l’accompagnement de la structuration de la profession et du cheminement des artistes.

 

            A ce jour on compte 12 Pôles Nationaux des Arts du Cirque, qui sont:

              Breche.jpgLA BRÈCHE

            Centre des Arts du Cirque de Basse-Normandie 

 

            Carre.jpgLE CARRÉ MAGIQUE

            Scène conventionnée de Lannion Trégor (Bretagne) 

 

            Cascade.jpgLA CASCADE

            Maison des arts du clown et du cirque (Rhône-Alpes) 

 

              AgoraCENTRE CULTUREL AGORA

            Centre Conventionné de Boulazac

            Pôle de ressources artistiques et culturelles en Aquitaine 

 

            Circa.jpgCIRCUITS AUCH GERS MIDI-PYRÉNÉES

            Pôle arts du cirque Midi-Pyrénées 

 

            Amiens.jpgCIRQUE JULES VERNE (voir blog09/05/2011 )

            Pôle Régional des Arts du Cirque et de la Rue d’Amiens Métropole (Picardie) 

 

            Elbeuf.jpgCIRQUE-THÉÂTRE D’ELBEUF (voir blog10/09/2011)

            Centre des arts du cirque de Haute-Normandie 

 

            Prato.jpgLE PRATO

            Scène conventionnée pour les arts du burlesque (Nord-Pas de Calais) 

 

            Sirque.jpgLE SIRQUE

            Pôle cirque de Nexon en Limousin 

 

            Creac.jpgTHEATRE EUROPE (LA SEYNE SUR MER) – CREAC (MARSEILLE)

            Le Pôle National des Arts du Cirque – Méditerranée (PACA) 

 

            Piscine.jpgTHÉÂTRE FIRMIN GÉMIER / LA PISCINE

            Scène conventionnée d’Antony et de Châtenay-Malabry 

 

            Verrerie.jpgLA VERRERIE

            Pôle Cirque Région Languedoc-Roussillon

commentaires

Robert Barrier (1920-2000)

Publié le 13 Novembre 2013 par cirk75gmkg dans Personnalités

BarrierCirkEnfance.jpgBarrier100Cirk.jpgAncien assureur et ancien Président du syndicat d’initiative de Crépy-en-Valois et il est à l'origine du projet de restauration de l'abbaye de Saint-Arnoul, Robert Barrier a eu trois passions. Le théâtre qu’il pratiqua pendant la période de la Seconde Guerre, sa ville de Crépy-en-Valois où sa famille était installée depuis cinq générations, il a d’ailleurs publié quatre livres sur sa bonne ville. Sa troisième passion concernait le cirque, il est l’auteur avec son fils Philippe de quatre  ouvrages reconnus ayant pour titre "Les Cirques de ma Jeunesse … et quelques autres", "Cent Cirques Français sur le Voyage", "A la Découverte des Cirques Ambulants", "Le Catalogue des Cirques en France". Il a aussi été l'éditeur d’une revue sur le cirque diffusée sur le plan international.
BarrierZBureau.jpgBarrierZFrancki.jpgPendant cinquante ans, Robert Barrier, a constitué une importante collection sur le monde du cirque. Décédé en 2000, il a laissé le soin à son fils Philippe de gérer ce fonds inestimable. Etudiant amiénois et animateur pendant 10 ans de Ciné-Critique, puis cinéaste et universitaire reconnu. Philippe Barrier a décidé de la confier au "Pôle National Cirque" d’Amiens pour son futur Centre de Ressources, qui possède déjà celle léguée par M. Lognon, membre des Amis de Jules Verne et une partie de celle de Pierre-Albert Hubert.
 
 
 
 
commentaires

Symphonik au Cirque Jules Verne d’Amiens

Publié le 12 Novembre 2013 par cirk75gmkg dans Programmes

GrussArlette2013Après deux années au parc de La Hotoie, le Cirque Arlette Gruss, dont le siège social est amiénois s’est réinstallé du 6 au 11novembre bien au chaud, pour 9 représentations, sous la coupole du cirque d’Amiens (voir blog09/05/2013) aux 1650 places et labellisé depuis 2011 "Pôle National cirque et arts de la rue". Situé place Longueville et entouré de deux squares portant l’un le nom d’Arlette Gruss et l’autre celui d’Annie Fratellini, ce bâtiment demeure encore hanté par le nom magique des Rancy (voir blog 22/09/2011) mais nul lieu ne pouvait mieux habiter le spectacle 2013 imaginé par Gilbert Gruss.
GrussArlette2012.jpgDisons le tout net, nous sommes restés un peu sur notre faim, il faut dire qu’il était difficile de mieux faire tant la précédente production "L’autre monde" était fabuleuse. Les numéros sont pour la plupart de haut niveau, mais le jeu du nouveau M. Loyal est pour le moins dépouillé pour ne pas dire inexistant. Heureusement un pierrot lunaire est bien présent et comble les vides. Quant aux costumes confectionnés pour ce spectacle, il nous semble qu’ils deviennent un peu redondants et de la même facture que ceux des années passées.
Hubertus.jpgPar contre si on aime la nouveauté, il y en a une de taille avec la présence d’Hubertus, artiste allemand ancien pensionnaire du Cirque Flic-Flac, complètement déjanté et digne du Cirque Archaos. Cracheur et avaleur de feu, créateur d’étincelles de feu à l’aide d’une meule électrique, ce provocateur né propose un numéro où l’outrancier et le vulgaire ne sont jamais absents. Mais sa prestation aux manettes d’une mini pelleteuse-chargeuse, elle-même travestie en lapin rose digne du magazine Playboy, vaut le déplacement tant l’idée est originale.
Laura-Maria-Gruss.jpgParmi les autres nouveautés, Laura-Maria Gruss a cette année l’honneur de présenter seule la cavalerie, et du haut de ses 14 ans elle démontre une réelle autorité et une aisance hors du commun, démontrant qu’elle possède bien le sang des Gruss. Par contre point de Kevin Gruss à Amiens, donc point de roue allemande, car dixit Medhi Rieben, le M. Loyal, il était difficile de poser le parquet sur de la sciure. Curieux non ?
Troupe-Zola.jpgLa "Troupe Zola" qui débute le spectacle par une intrépide démonstration de banquine et qui le clos par une belle prestation à la bascule démontrant que la précision horlogère peut aussi être mongole. Tom Dieck (clown de bronze) présente avec grâce et efficacité ses félins : lions, tigres et deux tigrons. Nicol Nicols sur son fil réalise d’audacieux sauts périlleux arrière et avant. Le Duo Serjo réalise un numéro de main à main impressionnant. Quant aux "Flying Regio" ils exécutent au trapèze volant une série compléte de voltiges aériennes dont le légendaire triple. Côté comique, Tom et Pépé proposent deux entrées convaincantes, celle du bébé chanteur et celle des SDF.
Amiens-intérieurA la fin de Symphonik, les spectateurs du Cirque Jules Verne se sont levés pour faire comme il est dorénavant de coutume, merci Patrick Sébastien, une standing-ovation à des artistes de grande qualité. Après Amiens la "cathédrale" a repris du service avec les deux dernières étapes de cette tournée : Wasquehal et Paris.
commentaires

Et si le meilleur du cirque était désormais à Lille, lors de la Grande Fête Lilloise du Cirque ?

Publié le 11 Novembre 2013 par cirk75gmkg dans Programmes

Lille2013Oui telle est la question que l’on se pose années après années en sortant de la "Grande Fête Lilloise" (voir blog 15/04/2013) évènement incontournable concocté tous les ans à l'automne par Thierry Feery, (voir blog 14/10/2011). D’ailleurs les Lillois ne s’y trompent pas en allant chaque année plus nombreux remplir les gradins du magnifique chapiteau rond et blanc à visibilité totale, aucun mât ne venant entraver la vue du spectateur. Et bonne nouvelle pour les franciliens c’est ce chapiteau qui sera utilisé en janvier 2014 à Massy, mais revenons à cet exceptionnel programme, comme l’était celui de 2012 ou celui de 2011 etc etc…
 

Troupe Acrobatique de ChineDans l’édition 2013, rien n’est à jeter et chaque artiste est à son top. Au programme deux clowns d’or : la merveilleuse "Troupe Acrobatique de Chine" dans un numéro de Diabolo mettant en scène 13 artistes talentueuses et David Larible, le Clown des Clowns, mais est-il besoin de le présenter cet amateur d’opéra qui a le comique en lui-même et montre tout l’étendu de son art en chantant le bel canto lors du passage de sa fille Shirley qui réalise un fort beau numéro artistique et aérien de sangles aériennes. Picasso Junior (clown d’argent 2002) toujours virevoltant, "danse" pour le plus grand bonheur des spectateurs son jonglage ultra rapide avec une, deux, trois, quatre, cinq balles orange de ping-pong et autant d’assiettes en plastiques qu’il rattrape apparemment sans effort.

Yvette-BellucciEt que dire de la cavalerie en liberté présentée par Yvette Bellucci? Moment de légèreté et de tendresse où toutes les figures équestres sont réalisées avec grâce. Côté animaux en plus de cette prestigieuse cavalerie on peut admirer un groupe d’ours au pelage luisant réalisant de multiples prouesses : cabrioles, saut à la corde, conduite de patinette ou de moto, et cerise sur le gâteau, un ours fildefériste. Un numéro de parodie comique réalisé par une troupe canine animée par Rosi Hochegger, et une présentation d’animaux exotiques, dont un rhinocéros et une girafe sous la houlette de Mario Bellucci complètent les prestations animales, qui toutes est-il besoin de le souligner, démontrent que la complicité et l’amour entre l’animal et l’homme est le seul ingrédient avec la récompense qui permettent d'obtenir une telle réussite.
FantaisyTroup.jpgAu même programme des acrobaties de haut vol au trampoline réalisé par "Art on Trampolin", des jeux icariens signés par deux Ethiopiens (Henock & Themesgen) des transformistes ultras rapides (Le Duo Urunov), de la grande illusion et magie animalière par Jidinis et pour finir des sauteurs acrobatiques à la bascule venus de Roumanie : "Fantasy Troup" qui réalise avec une grande facilité, semble-t-il, tous les classiques du genre dont un rattrapage en cinquième hauteur.
Thierry-Feery2.jpgLa "Grande Fête Lilloise du Cirque" c’est aussi une ambiance nulle part ailleurs. Dès que Thierry Fééry apparaît sur piste, une ovation digne d’une rock star salue son apparition en M. Loyal. Une manière de reconnaître un peu l’ami qui nous reçoit, qui essaye de nous faire plaisirs, car on se sent plus invité que spectateur chez Thierry Fééry et pas du tout le cochon de payant tant les prix sont mesurés pour garder à ce spectacle son côté populaire. Ainsi le prix des places vont de 10 à 25 €, le programme est vendu 3€ et même le champagne est à un prix fort abordable 4€ la coupe (oui le champagne est espagnol mais délicieux, alors pourquoi s’en priver!)  Il reste une semaine à tous ceux qui n'ont pas encore vu ce merveilleux spectacle, alors pourquoi s'en priver, d'autant plus que Lille est une ville fort agréable.
 
commentaires
1 2 > >>