Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le bloc-notes de cirk75

Depuis 2010, Chronique au fil du temps et de la mémoire d'un circophile amateur

La belle, la brute et le truand au Saloon, du cirque Eloize (prononcer el waz)

Publié le 30 Novembre 2018 par cirk75 dans cirques étrangers

Cirque et western ont bien souvent fait piste commune. Ainsi dans les années 60 les Bouglione avaient produit une pantomime fort célèbre dénommée "Davy Crockett & Jimmy Boy" dans laquelle jouait un certain Patrick Maurin future Patrick Dewaere, (voir blog08/12/15). Dans le droit fil n’oublions pas "Zorro "chez Rancy (voir blog16/12/15) ou "la fille de Buffalo Bill" chez Medrano (voir blog10/12/15), et rappelons-nous la célèbre attaque de la diligence très en vogue à la fin du XIXe siècle, autrement dit le "Buffalo Bill's Wild West Show" mimodrame repris bien des fois chez Ringling Bros. and Barnum & Bailey Circus. Bref comme on le voit cirque et western tous deux nés du cheval, vont très bien ensemble et sont de vieux complices. Aussi c’est tout naturellement que le Cirque Eloize (voir blog15/10/10/) a repris à son compte ce thème éternel avec sa production Saloon, dont la première s'est déroulée le 15 septembre 2016 lors de la 49ème édition du Festival Western de Saint-Tite, haut lieu de la culture country au Québec.

Depuis poursuivant une tournée mondiale, Saloon se trouve en cette fin d’année 2018 en France et, entre une halte à Lyon et une autre à Marseille la troupe (4 filles et 8 garçons) a, depuis le 28 novembre déposé ses valises à Paris au Théâtre Le 13ème Art (voir blog 25/09/17) afin de présenter un spectacle endiablé où se mêlent avec bonheur danse, acrobatie, jonglage, voltige et country. 

Mis en scène par le créatif belge Emmanuel Guillaume, Saloon est une ode à la country, une invitation à la fête, avec cow-boys, lassos, fouet, santiags, poursuites et duel (mémorable à la planche coréenne) où les artistes nous offrent pour notre plus grand plaisir des séquences de main à main, corde lisse, planche coréenne, mat chinois, sangles, cadre aérien et roue Cyr, (voir blog19/12/18), ainsi qu’une marionnette plus vraie que nature.

Et si aucun cheval n’est présent - on peut tout de même en discerner quelque uns imaginaires- on découvre une locomotive piano traverser la scène, des bouteilles de bar devenir des massues, une poursuite digne des meilleurs du genre, un bâton de dynamite ainsi que tous les clichés du western et même à ceux chers à Sergio Leone.

Alors poussez les portes de ce Saloon pour découvrir la plus aboutie des créations du Cirque Eloize peuplée de chercheurs d’or, de filles de joie, de justiciers et de charlatans. Partez au grand galop à travers l’univers country et laissez-vous emporter par les performances jubilatoires autant physiques que vocales, de ces jeunes artistes qui à un rythme débridé nous proposent un des meilleurs spectacles, (habillé musicalement par un banjo, une guitare, un violon, un piano, un accordéon et un tambour), que l’on puisse voir en ce moment à Paris.

A voir de toute urgence… pour ne pas mourir idiot…

commentaires

Les animaux sauvages absents du programme hiver-printemps 2019 du Cirque Arlette Gruss

Publié le 29 Novembre 2018 par cirk75 dans Animaux

Après Pinder qui présente fin 2018 à Paris un spectacle avec de jeunes artistes mais sans animaux sauvages, le cirque Arlette Grüss à son tour semble donner raison aux mouvements animalistes en mettant sur la touche pour son  spectacle 2019, intitulé "L’étoile en héritage" les animaux sauvages. Ces derniers ne seront plus en effet présentés ni sous le chapiteau, ni même dans la ménagerie.

L’établissement indique par ailleurs sur son site que "plusieurs fois par le passé, le Cirque avait déjà expérimenté le retrait de certains numéros d’animaux sauvages, et avait pu ainsi explorer des nouvelles façons de construire ses spectacles."  Les motivations de cette décision demeurent purement artistiques et techniques, et s’inscrivent dans la logique de perpétuelle innovation et cela d’après le communiqué ne signifie en aucune manière, la disparition définitive des animaux “sauvages” au sein des spectacles du cirque Arlette Gruss.

Espérons-le, Que ce n’est qu’un choix purement artistique et non encore une fois le politiquement correct ou plutôt le "cirquement" correct  qui est l’objet de cette décision car comme l’indiquait Doris Lessing, Prix Nobel de littérature  "le politiquement correct est la plus puissante tyrannie des esprits dans ce qu’on appelle le monde libre." Alors en 2019 chez Arlette Gruss nous verrons des chiens, des otaries, des pingouins et des chevaux c’est bien mais, des fauves et des éléphants n'est-pas aussi l’essence du  cirque ?

Espérons que la séance  du 16 décembre à Paris à 17h00 ne soit pas la dernière dans ce temple du cirque traditionnel d’un spectacle avec animaux sauvages. Et comme le Cirque Arlette Gruss se veut porteur des traditions circassiennes les animaux sauvages en sont une partie essentielle !

Et n’oublions aussi et cela est primordial que les animaux sauvages sont mieux protégés dans un cirque ou dans un zoo que dans la nature. Comme l’indiquait dernièrement une étude scientifique, nous sommes en présence d'un recul massif du nombre d’animaux sur la planète.  Et oui chers animalistes  que vous vouliez ou pas, les études s’enchaînent pour dénoncer un même phénomène grandissant la disparition massives des espèces animales dans la nature. Et certains établissements et notamment le cirque Arlette Gruss qui vient d'être gratifié par le Big Top Label (voir blog01/10/2018)est un lieu bien à l'abri des braconniers, chasseurs et autres prédateurs  humains, mais çà les animalistes s'en moquent comme de leur première manifestation... 

Les animaux sauvages absents du programme hiver-printemps 2019 du Cirque Arlette Gruss
Les animaux sauvages absents du programme hiver-printemps 2019 du Cirque Arlette Gruss
Les animaux sauvages absents du programme hiver-printemps 2019 du Cirque Arlette Gruss

Ainsi Dans un article publié dans le journal Proceedings of the National Academy of Sciences (10/07/2017), des chercheurs américains et mexicains évoquent la menace d’un « anéantissement biologique », après avoir analysé les évolutions des populations de plus de 27 000 espèces de vertébrés terrestres. Leur conclusion : ces espèces reculent massivement en nombre d’animaux et termes d’étendue. Et parmi les animaux les plus menacés : on dénombre le tigre du Bengale, l'éléphant d'Asie ou le gorille, animaux  qui étaient coutumiers de la piste. ...

commentaires

Le sémaphore des sœurs Koch

Publié le 28 Novembre 2018 par cirk75 dans Aériens

Depuis quelques années "Le Sémaphore des Etoiles" - de nombreuses fois récompensé en France (Coquelicot de Bronze lors du 15ème festival international du cirque du Val d’Oise, Piste d'argent acrobates en 2014 au Festival International du cirque de Massy ou Étoile de Bronze au Festival de Grenoble)- captive les spectateurs peu habituer à voir des équilibristes évoluer sur des appareils basculants et rotatifs si sophistiqués.

Si aujourd’hui le hongrois Laszlo Simet, et ses partenaires Olga Simet et Diana Bakk présentent ce spectaculaire numéro, ils n’en sont pas les créateurs. Cette idée revient à trois sœurs, Claire, Martha et Zoe Koch qui dans les années 40 ont créé en Russie un appareil rotatif utilisé comme un fil haut et mobile, appelé grand sémaphore.  Il y a 60 ans en 1958 lors du deuxième passage au Vel d’hiv de Paris du Cirque de Moscou les parisiens découvrirent ce numéro, qui fut repris plus tard en 1968 par les sœurs Abadjesevy, avant que les Simet le mettent à leur répertoire..

Les demoiselles Koch quelques années auparavant avaient déjà présenté en Russie une autre attraction sensationnelle : "La Grande Pyramide". A cette époque leur appareil était composé d’une grande roue et d’un câble tendu à l’oblique. Les trois artistes montaient sur cette roue, y réalisaient une colonne de trois, puis avançaient lentement et réussissaient tout en tenant leur surprenant échafaudage humain à animer la roue qui montait le long du câble. Peut-être une future idée pour Laszlo Simet ?

commentaires

Carola Lamberti, Une du Cirque (Een van het Cirkus) 1954

Publié le 27 Novembre 2018 par cirk75 dans Cinéma

Ce mélodrame en noir et blanc de 1h27, réalisé par le metteur en scène allemand Hanse Muller, a eu la chance d'être filmé dans les installations du cirque Sarrasani. Il relate le conflit générationnel entre une mère et ses 3 enfants. En l’espèce Carola Lamberti (Henny Porten), une femme de tête, dirige depuis le décès de son mari le cirque familial. Ses fils Carmino (Horst Naumann),Eduard (Hans Rudiger) et Pero (Edwin Marian) vedettes du programme, souhaitent dorénavant avoir leur mot à dire sur la gestion de l'établissement. La mère femme autoritaire et ne voulant rien partager quitte le cirque, mais l’inexpérience des enfants met l'entreprise en difficulté. La famille doit donc à apprendre à travailler ensemble afin de faire face à la faillite.

L’intérêt essentiel de cette oeuvre cinématographique c'est de permettre de revoir une partie des installations du Cirque Sarrasani affublé du nom Lamberti, ainsi que sa mythique façade. On on peut aussi entrevoir le montage de la toile, ainsi que quelques animaux (chevaux, éléphants) évoluer sur la piste…

Un DVD allemand existe pour les nostalgiques de cette enseigne...

 

commentaires

Une tradition originale et symbolique propre au Cirque du Soleil

Publié le 26 Novembre 2018 par cirk75 dans cirques étrangers

​​​​​​En ce moment Le Cirque du Soleil fait halte à Paris pour proposer jusqu’au  30 décembre son spectacle Totem, qui se veut selon le Los Angeles Time "une célébration de l’accomplissement humain". Le fil conducteur de cette production veut rien de moins retracer le périple fascinant de l’espèce humaine, de son état primitif d’amphibien jusqu’à son désir ultime de voler. Tout un programme....

Mais savez-vous que cet établissement  québécois depuis dix ans a une étrange coutume ? En effet depuis 2008 pour chaque spectacle il est de tradition d’offrir à l’équipe d’un nouveau spectacle une horloge pour l’accompagner dans son périple, soit autour du monde pour les spectacles en tournée soit vers leur nouveau port d’attache pour les spectacles fixes.

Cette tradition est née lorsqu’un accessoiriste de l’atelier de costumes a eu l’idée de fabriquer une horloge à l’image du spectacle Zaïa et de l’offrir, en guise d’au revoir, à l’équipe qui était alors sur le point de quitter l’endroit où avait été créé le spectacle pour s’envoler vers Macao. Voyageant avec l’équipe d’artistes, entraîneurs, techniciens de scène, thérapeutes, chef costumier et bien d’autres, cette horloge est devenue un symbole, un point d’ancrage les reliant à l’équipe restant à Montréal sans qui le spectacle n’aurait pu voir le jour.

Au fil des nouvelles productions, la tradition s’est poursuivie. Suivant des images d’inspiration et une série de paramètres prédéterminés (dimensions, robustesse du mécanisme et des matériaux utilisés, boîte de transport, etc.) les employés de l’atelier de costumes sont invités à soumettre leurs idées, sur une base individuelle ou encore en équipe de quelques collègues. Le concept sur lequel l’équipe de création du spectacle arrêtait son choix prenait ensuite vie, dans les locaux mêmes où sont fabriqués les costumes.

Depuis, c’est le département d’accessoires de l’atelier de costumes qui imagine et réalise les traditionnelles horloges. Celles-ci sont ensuite dévoilées et remises à l’équipe du spectacle par le Président, lors de la première pour les employés.

Depuis Zaïa, les spectacles ont tous reçu une horloge symbolique qui permet aux équipes nomades loin de Montréal non seulement de rester à l’heure du Québec, mais aussi de prendre conscience du temps qui passe et du cycle répétitif de la vie/.

Une manière de rappeler comme  indiquait Lamartine que "l'homme n'a pas de port, le temps n'a pas de rive, il coule et nous passons! 

 

Une tradition originale et symbolique propre au Cirque du Soleil
Une tradition originale et symbolique propre au Cirque du Soleil
commentaires

François Rauber (1933-2003) chef d’orchestre de cirque aussi

Publié le 25 Novembre 2018 par cirk75 dans Musique

Né le 19 janvier 1933 à Neufchâteau, décédé à Paris le 14 décembre 2003 à Paris, pianiste, compositeur, arrangeur et chef d'orchestre, François Rauber est principalement connu pour sa fructueuse collaboration avec Jacques Brel, qui a commencé à la demande de Jacques Canetti en 1956, lors d'une représentation à Grenoble. Cette rencontre  non seulement enrichit la musique du chanteur - dont l'accompagnement musical était jusqu'alors assuré par la grand Jacques lui-même jouant de la guitare avec des notions il faut le reconnaître des plus sommaires et basiques- mais permit à l'artiste de ne plus être entravé sur scène par cet instrument, ce qui lui permit désormais de donner libre cours à son interprétation théâtrale et fougueuse.

À l'inverse des grands orchestres d'accompagnement de cette époque François Rauber n'utilisait pas de grands pupitres de violons, préférant des petits ensembles plus modestes et privilégie la mise en relief des instruments.

Il compose également des musiques de film et des œuvres classiques, il enregistre et interprète beaucoup de musiques de divertissement dont en 1984 un disque intitulé "Musiques de Cirques, (Grand Prix du Disque en 1985)sur lequel sont gravés pas moins de 19 titres légendaires de la piste.

Pour la petite histoire ce disque vinyle a été réalisé dans le prolongement d’une série de Concerts donnés en novembre 1984 au Musée des Arts décoratifs de Paris, dans le cadre de l’exposition "Le Cirque et le jouet" organisée avec le concours de l’Association Nationale pour le Développement des Arts du Cirque et du Ministère de la Culture.

On peut trouver un autre vinyle nommé "Musiques De Cirque Pour Petites Oreilles" où dans cet enregistrement François Rauber dirige de de nombreux morceaux du disque précédent. Et avec comme particularité que chaque titre comporte une histoire pour enfants où un narrateur leur explique l'origine et la nature du morceau musical...

Une disque pédagogique pour jeunes oreilles et une bonne approche du monde musical de la piste.

commentaires

Numéro de clowns avec échasses (190?)

Publié le 24 Novembre 2018 par cirk75 dans Art

Au centre de la piste, dans une souquenille ocre, un jovial clown blanc un peu interdit, son cône blanc tombé au sol, se retrouve au sol les échasses encore aux pieds. Il s’agit de François Fratellini à ses débuts, représenté avec des échasses probablement lors d’un numéro joué au Cirque Medrano. Ce clown vient de perdre l'équilibre et paraît un peu emprunté. Un habit bleu, (est-ce M. Loyal ou le Maître de manège ?) se penche en avant pour l’aider à se relever et à reprendre possession de ses béquilles landaise. Au même moment, un Auguste enjambe la banquette pour lui porter secours. Derrière ce personnage comique, des taches colorées représentent les spectateurs à peine ébauchés. Enfin en haut à gauche, l’entrée des artistes où se tiennent d'autres habits bleus. 

Toute l'œuvre est enveloppée dans une tonalité ocre, couleur de la piste et seuls les habits bleus et quelques chapeaux donnent une touche d'un autre ton a cette splendide peinture. Bref nous sommes au cirque et nous assistons à une entrée clownesque. Et peut importe si la chute a été volontaire ou occasionnelle, car le peintre a si bien rendu ce moment que notre œil est naturellement attiré par l'habit bleu et plus particulièrement par le liserai doré de son pantalon. 

Cette huile sur toile contrecollée sur panneau, (32,5 x 54,8 cm) signée en bas à droite, a été composée par le peintre lithographe Benjamin Baptiste dit Joseph Faverot (1862-1915), un artiste précoce qui à vingt ans exerçait déjà ses talents d’illustrateur au "Courrier Français". Peintre figuratif et animalier, très amateur des arts de la piste, il réalisa de nombreux tableaux sur bois ou sur toile, avec un gout fort prononcé pour les clowns, les acrobates et les saltimbanques. C'est ainsi qu'il a, à de nombreuses reprises, reproduit les artistes du Cirque Medrano.

On lui doit aussi une toile fort célèbre, car chère au cœur des nostalgiques de ce cirque, peinte en 1906 représentant le clown Geronimo Medrano intitulée "Le Clown Boum Boum" . Cette grande toile a longtemps ornée le contrôle de cet établissement de Montmartre. Un emplacement logique puisqu'elle représentent le fondateur du cirque le célèbre clown Medrano (voir blog18/10/2011) .

Joseph B. B. Faverot, un peintre aujourd’hui bien oublié, a laissé une abondante œuvre qui témoigne de la richesse des programmes circassiens au tournant des XIX° et XX° siècles et, cet artiste mériterait un tout de même un meilleur sort car même Wikipedia ne dit mot sur lui..

Numéro de clowns avec échasses (190?)
Numéro de clowns avec échasses (190?)
Numéro de clowns avec échasses (190?)
Numéro de clowns avec échasses (190?)
Numéro de clowns avec échasses (190?)
commentaires

Palmarès du 17ème Festival International du Cirque Auvergne Rhône-Alpes Isère Voiron (Pays Voironnais)

Publié le 23 Novembre 2018 par cirk75 dans Festivals

Du 15 au 18 novembre 2018 s’est tenue pour la dernière fois dans la commune du Pays Voironnais, car en 2019 cette manifestation circassienne réintégrera la ville de Grenoble. En 2014, le Festival avait quitté le Palais des sports de cette agglomération, remercié par la nouvelle municipalité d'Éric Piolle fraîchement élue et avec qui les contacts n'avaient été pas simples. Bref pour la 18ème édition les organisateurs loueront l'Esplanade de Grenoble pour y installer leur chapiteau, après 4 éditions à Voiron.

En 2018 comme à son habitude le 17ème Festival s’est tenu sous un sous un chapiteau géant, comprenant 2 pistes et a proposé 24 numéros présentés par Jean-Pierre Foucault.

Présidé par Gérard Louvin le jury a décerné les Etoiles suivantes :

- Etoile d’or : Kungfu boys et Dima-Dima

- Etoile d’argent : Duo Sylverstone

- Etoile de bronze : Chili brothers et Duo Ice

commentaires

Kiaï Compagnie,

Publié le 22 Novembre 2018 par cirk75 dans Nouveau-Cirque

En japonais Le Kiaï désigne dans les arts martiaux, le cri de combat qui précède ou accompagne l'application d'une technique, Voulant mixer les arts martiaux, la danse, le trampoline  et l'acrobatie,  Cyrille Musy un acrobate trampoliniste,  ancien du C.N.A.C. (voir blog13/11/2011) cofonde en 2000  associé au Manège de Reims (voir blog13/11/2017)  le Collectif AOC. Mussy  signe une  première mise en scène en 2001 avec K’Boum, première création petit format du collectif. Parallèlement à son travail de créateur, il travaille comme interprète pour différents chorégraphes de cirque et de danse. En 2011 et 2012, il signe avec Sylvain Décure (Dramaturge) la mise en scène des spectacles des écoles nationales des arts du cirque de Rosny-sous-Bois (voir blog06/02/2011) et de Bruxelles. 

La nécessité de se réaliser pleinement en tant qu’artiste et créateur l’amène à fonder sa propre structure.  La compagnie Kiaï qui voit le jour en avril 2013 à Chalons-en- Champagne et crée un premier spectacle, c'est plutôt une performance qui peut être proposée dans des lieux insolites tels salles de classe, gymnases, cours de récréation, gares, centres commerciaux, parcs, bureaux, halls, appartements etc..

Un an plus tard un spectacle est présenté à Chalons-en-Champagne dans le cadre du festival Furies intitulée "OFF", spectacle conçu pour la salle, joué par 5 artistes, qui allie cirque et danse hip hop. Une quarantaine de dates sont jouées en France et à l’étranger.

La seconde création de la compagnie voit le jour en 2015.Il s’agit de " CRI"  un spectacle conçu pour la rue et les lieux atypiques. Avec 6 interprètes, il mêle le trampoline,le  mât chinois, le slam et la musique.

Aujourd’hui " RING" est le troisième spectacle de la compagnie. Cette production  créée le 15 mars 2017 au Cirque-Théâtre d’Elbeuf (voir blog06/06/2018) mêle l’acrobatie et  la danse. Les éléments qui constituent la scénographie – une plate-forme, deux trampolines circulaires, quatre tabourets et une roue cyr vertigineuse (voir blog19/11/2018) – sont tous des objets circulaires. En 4 rounds, les 4 artistes  et les machines se fondent dans un ballet réglé au cordeau, où répétitions et circularité s’ordonnent à l’unisson d’une bande son électro jouée en direct.

Pour cette création  les artistes composant ce collectif ont pour nom ; Andres Labarca (danseur, acrobate),  Juan Ignacio Tula (danseur, acrobate, roue cyr), Clotaire Fouchereau (danseur acrobate), Et chaque création de la Compagnie Kiaï, est une occasion pour Cyrille Musy de questionner son rapport au cirque et au cercle, sur un "RING".

commentaires

Gérard Vicaire (1927-2018) le costumier du cirque

Publié le 21 Novembre 2018 par cirk75 dans Personnalités

Talentueux costumier, Gérard Vicaire est décédé le 12 novembre dernier à l'âge de 91 ans. Il avait dirigé pendant plus de 60 ans la maison Vicaire, fondée par ses parents et spécialisée dans les costumes et décors de spectacles. Cette maison créée en 1927 était spécialisée  dans les costume de scène pour les plus grands cabarets du monde. Ses créations allaient du rideau de scène, aux costumes pour des revues  en passant par les robes de spectacles.

Gérard Vicaire, le fils de Simone et Charles, qui avait repris en 1932 l’affaire familiale est considéré comme le plus grand costumier de cirque. Jusqu’en 1992, date de la fermeture de la maison de couture (qui sera reprise 10 ans plus tard par Corine Valentin) G"arad Vicaire réalisera plus de 400 costumes qui seront sur les épaules des plus grands clowns du monde.

Un Vicaire était plus qu’un costume de piste, c’était une œuvre d’art, une pièce de musée constituée de 100 000 à 150 000 paillettes toutes posées à la main selon une technique dite "Lunéville" consistant à saisir un fil (sur lequel sont enfilées des paillettes ou des perles),le tordre et le passer dans l’étoffe, pour former une maille ou un point de chaînette grâce à un petit crochet donnant un point plus régulier.

Et un clown renommé ne pouvait porter qu’un sac Vicaire (voir blog20/12/2013) sur une piste.

Avec le décès de Gérard Vicaire c'est tout un pan de l'histoire de la piste du XX° siècle qui disparaît avec lui .​​​​

commentaires
1 2 > >>