Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le bloc-notes de cirk75

Chronique au fil du temps et de la mémoire d'un circophile amateur

Festival du Cirque du Val d’Oise 2016

Publié le 30 Septembre 2016 par cirk75 dans Festivals

Festival du Cirque du Val d’Oise 2016

Avec Domont, autrement dit le "Festival international du cirque du Val d’Oise", du 30 septembre au 2 octobre, la saison francilienne des arts de la piste démarre réellement avec cette année comme nation invitée la Hongrie, pays de tradition circassienne vivante et originale (voir blog06/05/2012). Deux numéros représenteront le "pays magyar", le Trio Powerline, mains-à–mains et poses-plastiques et moins traditionnel le duo Cap Crew à la planche coréenne.

Viendront compléter le programme, concocté par gang de Jean-Marie Etienne, une roue de la mort présentée par la troupe Gerling, une perche circulaire présentée par la troupe chinoise de Hangzhou, Hula-Hoop et Sangles proposée par Alexandra Levitskaya et sangles aériennes le duo Desire of Flight (Clown d’or au 38° Festival du cirque de Monte-Carlo). Côté animaux, la Compagnie Jehol dans un numéro de Voltige à cheval, le dompteur Stéfano Orfei présentera ses félins, avec Totti (voir blog30/12/2013) qui aura comme mission de faire rire ou sourire le public.

Festival du Cirque du Val d’Oise 2016

Le programme sera présenté par l’élégante Laure Bontaz, une comédienne meneuse de revue, qui a déjà été en 2014 Mme Loyale chez Bouglione pour le spectacle "Circus Magie". Quant à l’emballage musical c’est le maestro Carmino d’Angelo (voir blog 07/01/2011) qui s’y colle.

Le jury présidé par le Dr Alain Frère (voir blog21/09/2011), Conseiller de la Princesse Stéphanie de Monaco et maire de Tourettes-Levens décernera les Coquelicots d’or, d’argent et de bronze récompensant les meilleurs numéros.

Alors si vous ne savez que faire ce weekend end un petit tour à Domont est à prévoir.

commentaires

Une des premières tournées Bouglione

Publié le 29 Septembre 2016 par cirk75 dans Cirques d'hier

Une des premières tournées Bouglione

Chez les Bouglione, c’est la surchauffe. Non seulement le tournée "Festif" va débuter vendredi 30 septembre à 20h00 à Aix-en-Provence, Avenue de l'Arc de Meyran, mais le programme" Surprise" avec Totti (voir blog20/12/2013) et avec le retour des célèbres Caselly (voir blog27/12/2014) clown d’or 2012, va débuter à Paris au Cirque d’hiver à partir du 8 octobre. Et n’oublions pas les spectacles de Nanterre, et celui du cirque de Noël Christiane Bouglione pour les C.E. qui sont aussi en préparation. Bref les Bouglione ne sont pas au chômage, car en moins de 15 ans cette famille circassienne a repris sa place, la première, dans le monde des arts français de la piste sous l’impulsion des juniors à savoir : Francesco, Joseph, Nicolas, Thierry et Sampion Bouglione...

Une des premières tournées Bouglione

Et si cette famille est depuis 1934 propriétaire du cirque d’hiver de Paris le plus ancien cirque en dur du monde (voir blog25/02/2011), elle est sur les routes depuis bien plus longtemps. Revenons aujourd’hui sur une des premières tournées du moins une qui a marqué les imaginations celle de 1926-1927. A cette époque avec un chapiteau usagé de 4 mats les Bouglione se lancèrent avec audace dans une tournée un peu roublarde qui fut très profitable, mais rappelons les faits.

Se trouvant en 1924 à la tête d’un magnifique lot d’affiches, restées après le passage en France en 1905 du "Buffalo Bill’s Wild West" (voir blog08/03/2012), Sampion Sr. le père des 4 frères Bouglione (voir blog25/12/2014), pensa à l’utiliser pour promouvoir son chapiteau nommé pour la tournée "Stade Capitaine Buffalo Bill". Le spectacle fort modeste était sans rapport avec celui présenté quelques années plus tôt par le vrai Buffalo-Bill.

Une des premières tournées Bouglione

Mme Rosa dans son livre "Un mariage dans une cage" décrit ainsi le programme: "L’espace d’évolution des chevaux était réduit et les montures aussi peu nombreuses que les cavaliers aux costumes mal ajustés. Les indiens grimés et emplumés de volaille avaient de curieuses dégaines". Le spectacle ne répondait que bien partiellement aux attentes des spectateurs, alléchés par cette publicité disproportionnée. Mais avec le temps, le matériel s’étoffant le spectacle finit par faire illusion d’autant plus que Sampion Sr lors des représentations parisiennes fit appel à la famille, aux amis forains ou banquistes pour apporter leur matériel, leurs animaux et leur talent. Bref les parisiens mordirent à l’hameçon et la tournée devient un succès qui est ce jour reste mythique".

Le nom Buffalo Bill commençant à s’user l’enseigne devient en 1930 "Cirque International", puis en 1932 "Cirque Franco-belge", ou "French Barnum Circus" et n’oublions pas dans les années 80 un "American Parade" voire une "American Circus" portent aussi la signature Bouglione, mais cela est une autre histoire.

Et oui le nom Bouglione n'a pas toujours été porteur et cette débauche d'enseignes le rappelle.

#bouglionebuffalobillfestifsurprise

commentaires

Le Cirque Le Roux, une troupe banquine,

Publié le 28 Septembre 2016 par cirk75 dans Nouveau-Cirque

 

"Le Grand Cabaret" de Patrick Sébastien samedi dernier, "Quotidien" de Yann Barthès lundi soir, ainsi que les "Molières 2016", le Cirque Le Roux est actuellement très présent sur les chaînes de télévision.

Mais qui se cache derrière ce quatuor acrobatique qui, depuis quelques jours crève l'écran de notre boite à images?

Créée en 2014, cette compagnie est formée par trois Français Lolita Costet, Gregory Arsenal et Yannick Thomas, (tous deux médaillés de bronze au 31° Festival Mondial du Cirque de Demain), et un Américain, Philip Rosenberg. Ensemble. Ils ont tourné de part le monde avec Les "7 Doigts de la Main" (voir blog04/05/2011), "Le Cirque Monti", "Vague de Cirque"...

Et en 2014 le Cirque Le Roux fut une des belles découvertes du Festival International des artistes de cirque de Saint-Paul-Lès-Dax. Troupe qui fut d’ailleurs récompensée par le prix Firebird Production

Le Cirque Le Roux pose ses valises pour 3 mois à Paris à Bobino pour nous proposer jusqu’au 31 décembre sa 1ère création, "The Elephant in the Room".

Ce spectacle mis en scène par Charlotte Saliou, est un brassage comique et original entre cirque, films noirs hollywoodiens et théâtre…

Un programme classé "Nouveau cirque" (voir blog28/01/2011), riche mais pas fourre-tout, où chacun tire son épingle du jeu avec brio. Les quatre acrobates maîtrisent tout, du décor aux costumes, des numéros de cirque les plus périlleux aux moindres frémissements d'une intrigue qui conjugue les thèmes éternels de l'amour, de l'amitié et des non-dits.

"The Elephant in the Room" est certainement  un des meilleurs spectacles que l'on puisse voir actuellement à Paris, avant une tournée en 2017 dans les belles provinces de l'hexagone, alors pourquoi s'en priver?

La troupe du Cirque Leroux apparaît au bout 1mn15

commentaires

Le cirque des Juniors

Publié le 27 Septembre 2016 par cirk75 dans Programmes

Rodolphe, Patrick, Jeannine, Philippe, Lucien, Alexis Jr., Arlette
Rodolphe, Patrick, Jeannine, Philippe, Lucien, Alexis Jr., Arlette

Dans les années cinquante, les Gruss ont proposé pendant quelques tournées une attraction nommée le "Cirque des juniors" ou le "Rodéo des Juniors", sorte de Western-Circus très tendance à cette époque.

Cette formation à géométrie variable, permettait aux enfants des familles Gruss et Jeannet de fouler dès leur plus jeune âge la piste familiale et comprenait selon les tournées entre 6 et 12 artistes. Ils avaient pour nom Arlette, Philippe, Rodolphe, Christiane, Alexis jr, Jeannine, Bella, Patrick, Lucien Gruss et Arlette Jeannet…

Le cirque des Juniors

Outre comme nous l’avons mentionné ces Jeux du Far-West avec fouets et lassos, cette attraction présentait des poneys de Shetland, une diligence tirée par 10 fox terriers présentée par Arlette Jeannet, des chevaux sauvages présentés par le plus jeune dresseur du monde, autrement dit Lucien Gruss, ainsi qu’un pas de deux par Alexis Gruss Jr et sa sœur Bella et n'oublions pas le plus jeune Voltigeur à cheval du monde…

Rodolphe Gruss, Christiane Gruss, Alexis Gruss junior et Lucien Gruss devant lui, Bella Gruss, Arlette Jeannet Patrick Gruss devant elle, et Armand Gruss.
Rodolphe Gruss, Christiane Gruss, Alexis Gruss junior et Lucien Gruss devant lui, Bella Gruss, Arlette Jeannet Patrick Gruss devant elle, et Armand Gruss.

Ce spectacle complet de cirque, dixit la publicité de l’époque, était présenté par des artistes de moins de 12 ans et fut spécialement proposé lors des tournées 1955 du Radio-Circus et 1957 du cirque Zoo-Jean-Richard.

#cirquedesjuniorsgruss

commentaires

Achille Zavatta chanteur,

Publié le 26 Septembre 2016 par cirk75 dans Musique

Achille Zavatta chanteur,

Le populaire Achille Zavatta (voir blog17/05/2015) était un artiste complet, clown, acrobate, trapéziste, écuyer, dompteur, compositeur de musique (La Marche des Antares), musicien, directeur de cirques, acteur (voir blog20/09/ 2011), Dans les années 60 doté d’une fort belle voix il a aussi poussé la chansonnette et enregistré quelques 45 tours gravés chez Polydor ou chez Vogue. Ses ritournelles évoquaient des thèmes populaires comme le tiercé, la grâce matinée, les allumettes, ou le papier peint...

Il faut dire qu’à cette époque l’humoriste Fernand Raynaud avait fait un tube avec "Et v’lan passe-moi l’éponge" alors beaucoup s’y essayait avec plus ou moins de bonheur, alors pourquoi pas Achille !

Achille Zavatta chanteur,
Achille Zavatta chanteur,
Achille Zavatta chanteur,
Achille Zavatta chanteur,

#zavatta

commentaires

Arlette Gruss (1930-2006) une visionnaire qui n'a jamais baissé les bras

Publié le 25 Septembre 2016 par cirk75 dans Personnalités

Arlette Gruss (1930-2006) une visionnaire qui n'a jamais baissé les bras

Fille aînée du maître-écuyer Alexis Gruss senior (voir blog 19/12/2011) et de Lucienne Beautour, Arlette Hélène Gruss est aussi la nièce d’André Gruss, dit Dédé (voir blog23/05/2015), la cousine d'Alexis Gruss junior (voir blog13/02/2012), directeur du cirque qui porte son nom et la sœur ainée de Lucien Gruss.

Arlette Gruss (1930-2006) une visionnaire qui n'a jamais baissé les bras

Artiste complet ayant touché à presque toutes les disciplines du cirque, elle débute en piste dès l’âge de 4 ans dans le cirque familial de l'époque. A 10 ans elle se produit au trapèze sur la scène du Théâtre Mogador pour une opérette, genre musical très prisé à cette époque. Elle est reconnue pour ses acrobaties à la corde lisse, son travail au trapèze en solo ou, en groupe avec les Brunetti, les Marconys. Elle s’est produite aussi sous le nom d’Hélène de Vernon (elle est née à Vernon un 17 novembre 1930) où elle évolua sous la coupole en compagnie de 4 ballerines dans un carrousel aérien avec petites fusées à ailerons ou avec deux partenaires dans une prestation nommée "l’Echelle du diable" qui consistait à proposer des équilibres instables sur une échelle qui reposait sur un trapèze. Arlette Gruss était aussi une dresseuse réputée présentant aussi bien des chiens loups argentés que des panthères.

Arlette Gruss (1930-2006) une visionnaire qui n'a jamais baissé les bras

En 1985 après la mort de son père, Arlette Gruss reprenant l’enseigne du "Grand Cirque de France" décide avec sa sœur cadette Christiane, d'organiser une tournée circassienne catastrophique en Irlande. De retour en France elle crée son propre cirque qui au prix d'une vie errante parsemée d'embûches, de désillusions, de souffrances, mais aussi de défis, est devenu aujourd’hui l’un des cirques les plus prestigieux circulant en Europe.

Arlette Gruss (1930-2006) une visionnaire qui n'a jamais baissé les bras

Elle raconte ses réussites comme ses déboires dans un livre coécrit avec le journaliste Jacques Godot paru aux Editions Pierron en 2002, et intitulé "Arlette Gruss le cirque".

Epouse du dompteur Georges Peuriere, dit Georgika Kobann, avec qui elle a eu une fille Nora. Elle est aussi la mère du dompteur Yann Mummolo, alias Yann Gruss et de l’actuel directeur du cirque Arlette Gruss, Gilbert Mummolo, autrement dit Gilbert Gruss (voir blog14/03/2011).

En 2007, une allée du Cours Léopold à Nancy a été nommé allée Arlette Gruss et, à Amiens à proximité du cirque (voir blog15/11/2013) depuis 2012 un square, situé en face de celui dédiée à Annie Fratellini porte aussi son nom.

Femme de caractère au sens fort du terme, Arlette Gruss, décédée en 2006, a tout connu et tout vécu dans le milieu circassien. Elle était plus qu’une artiste, plus qu’une directrice de cirque à une époque où le poste était plutôt tenu par des hommes, c’était une visionnaire qui a su redonner ses titres de noblesse au cirque, à une époque où il en manquait cruellement.

#arlettegruss

commentaires

Hubert Bonnet un M. Loyal ancien banquier

Publié le 24 Septembre 2016 par cirk75 dans M. Loyal

Hubert Bonnet un M. Loyal ancien banquier

Le monde de la piste fascine petits comme grands, témoin l’histoire édifiante d’un banquier devenu à la retraite M. Hubert autrement dit M. Loyal. Né après-guerre à Limoges demeurant avec ses parents près du stade où les cirques s'installaient, Hubert Bonnet a alors 7 ans lorsqu’il voit pour la première fois le film de Cecil B. DeMille " Le Plus Grand Chapiteau du monde " (voir blog07/10/2013). Son chemin lui semble tout tracé il sera directeur de cirque. Puis les années passent et avec le temps les rêves s’estompent.

Hubert Bonnet un M. Loyal ancien banquier

Mais à 64 ans à l'heure de la retraite après une vie bien remplie, il a été tour-à-tour banquier, commerçant, musicien ou chanteur il repense à sa passion d'enfance : le cirque. Le hasard faisant bien les choses, une annonce demandant un M. Loyal pour lui tombe sous les yeux. Ni une ni deux Hubert Bonnet en discute avec Philippe son fils qui l’encourage à se lancer dans cette aventure. Et c’est ainsi qu’il devient pendant huit ans M. Loyal au Cirque Stéphane Zavatta, à l'éphémère Parc Eléphantastique des Gartner, au Cirque Maximum puis au Cirque Claudio Zavatta de la famille Prein.

Depuis décembre dernier à 72 ans Hubert Bonnetquitte le monde du voyage où pendant 8 belles années il s'est offert une vie de saltimbanque, une vie d’itinérance 10 mois par an, dans une caravane de 15 mètres carrés.

Et depuis le début de la présente année il bénéficie à Poitiers, ville où il a posé ses souvenirs et ses valises d'une retraite bien gagnée.

commentaires

Soirs chez Medrano avec les Gruss

Publié le 23 Septembre 2016 par cirk75 dans Programmes

Soirs chez Medrano avec les Gruss

Du 18 janvier au 13 février 1947, Jérôme Médrano (voirblog01//10/2011) a proposé un spectacle où la troupe Gruss-Jeannet (voir blog13/11/2010) tenait une grande partie le programme. On pouvait en effet applaudir le Maître écuyer Alexis Gruss sénior (19/12/2011) présentant 3 numéros, un de voltige-revue, un deuxième avec une une jument en liberté et un troisième avec un mulet récalcitrant. Complétaient le programme Arlette et Philippe Gruss, dénommés les enfants terribles, avant qu’Arlette revienne en seconde partie du spectacle en gracieuse trapéziste, dixit le programme. Rappelons qu’en plus d’être la directrice de cirque, Arlette Gruss avait été une dompteuse de panthères réputée comme son frère Philippe et, une trapéziste reconnue. Et pour parachever le spectacle, un numéro de Jockey avec toute la troupe au complet, dont Alexis Sénior et son frère André.

Rodolphe Gruss, Christiane Gruss, Alexis Gruss  junior et Lucien Gruss devant lui, Bella Gruss, Arlette Jeannet   Patrick Gruss devant elle,  et Armand Gruss.
Rodolphe Gruss, Christiane Gruss, Alexis Gruss junior et Lucien Gruss devant lui, Bella Gruss, Arlette Jeannet Patrick Gruss devant elle, et Armand Gruss.

Avoir les Gruss au programme était synonyme de qualité et de quantité et cela à une époque l'après-guerre ,où il n’était pas toujours facile de mitonner un programme équilibré. C’était aussi l’époque où les Gruss tournaient pendant la belle saison sous un cirque dont la signature était "L’arène des temps modernes ", autrement dit le Cirque Gruss-Jeannet, en attendant de faire un carton à partir de 1949 sous la bannière du Radio Circus (voir blog16/01/2015), mais ceci est une autre histoire.

Soirs chez Medrano avec les Gruss

Ironie de l'histoire quelques années après l'épisode Radio Circus en 1956, les Gruss tourneront sous l'enseigne Medrano, après l'avoir louée à Jérôme Medrano. Dans un programme très Gruss, on pouvait voir le festival équestre, dont l'étalon Oural du Maître écuyer, le Rodéo des Juniors (c'est-à-dire Philippe, Rodolphe, Arlette, Alexis junior, Jeannine, Patrick et Lucien Gruss), les panthères présentées par Philippe Gruss, à la coupole Hélène de Vernon (autrement dit Arlette Gruss) et ses ballerines, Dédé Gruss dans 3 entrées dont la célèbre "Nuit au château hanté", les joyeux drilles Tay-Tys, alias la sœur et le beau-frère d'Alexis et André Gruss, et n'oublions pas Rodolphe Gruss proposant des animaux exotiques.

Soirs chez Medrano avec les Gruss

Et en 1978, Jean Richard à son tour louera l'enseigne Medrano pour relancer un cirque voyageur éponyme, avec comme directeur Alexis Gruss Sénior. Au programme de ce cirque éphémère qui ne tourna que 3 mois, on pouvait applaudir outre le Maître écuyer Alexis Gruss sénior et sa cavalerie, Lucien Gruss présentant un numéro de haute école ainsi que les éléphants du cirque Jean Richard et Christiane Gruss à la corde souple.

Medrano et Gruss une longue histoire commune.

#medranogruss

commentaires

Yves de La Cour, un aristocrate sur la piste

Publié le 22 Septembre 2016 par cirk75 dans Animaux

Yves de La Cour, un aristocrate sur la piste

Le comte Jean-Yves de La Cour dit Yves de La Cour n’était pas un enfant de la balle mais un gentleman amateur de concours hippiques et sa venue sur la piste est très originale. Et aussi étonnant que cela puisse paraître, nous la devons à la guerre contre l’Allemagne… Propriétaire d'un certain nombre de chevaux qu'il montait en concours hippiques, il ne trouva rien de mieux pour éviter leur réquisition par l'armée allemande, que de se convertir au cirque . Et lorsque la paix revint, les voyages, les contrats et les bravos déployèrent un attrait non négligeable et Yves de La Cour devint un des fleurons du cirque international en général et de Medrano en particulier (voir blog07/04/2011).

Yves de La Cour, un aristocrate sur la piste

Yves de La Cour fit les beaux soirs de la piste du boulevard Rochechouart où il présenta de nombreux numéros de haute école, de quadruple tandem ainsi que des présentations de chevaux en liberté. Animateur de l’impeccable et racée "Cavalerie de la Rose d’Argent" ou de la "Patrouille de l'Aube", il proposa des chevaux sauteurs, ou conduisit à l’aide de longue guides son lipizzan Rheingold. Il était aussi à l’aise dans un pur numéro de haute école à l’espagnole ou dans la présentation d’un square danse à cheval, qu’il proposa lors du spectacle "Hollywood Rhythm Extravaganza" (voir blog05/04/2016) entouré des écuyers Allen Percival, Jean Mesnier, Pierre Deshays, Jacques Brestous.

Yves de La Cour, un aristocrate sur la piste

Yves de La Cour avait comme partenaire son épouse, la belle et racée Benji de La Cour, la Princesse Benji, comme l’appelait le public de chez Medrano avec qui il réalisait un double de haute école: double maîtrise et double charme.

Il eut aussi comme coéquipière Monique Montez ou la sculpturale danseuse Francine Hansen avec qui il présenta un numéro appelé " cheval et la danseuse " où la ballerine dansait avec grâce à côté du cheval du Maître écuyer en réalisant les mêmes pas que l’animal.

Et n’oublions en novembre 1962, le numéro qu’Yves de La Cour régla pour la stripteaseuse équestre viennoise Lilo qui ne passa pas inaperçue à Medrano.

Yves de La Cour, un aristocrate sur la piste

Les amateurs en arts équestres lui reconnurent une sûreté et une autorité naturelle. Il a apporté une note élégante, avec un un souci constant, du moins à ses débuts sur piste, de renouer avec les airs hippiques que Molier (voir blog29/04/2012) aimait nous faire retrouver dans son arène de la rue de Bénouville (voir blog27/04/2012).

Yves de La Cour a su donné à son écurie tant d’élégance et de variété spectaculaire, il eut un tel sens du cirque qu’il fut surnommé chez Medrano, le "1er Ecuyer de France".

#yvesdelacour

commentaires

Le Grand Cirque Monbar (1918-1937)

Publié le 21 Septembre 2016 par cirk75 dans Cirques d'hier

Le Grand Cirque Monbar (1918-1937)

Parmi les nombreux cirques disparus et totalement oubliés de nos jours, le cirque Monbar, créé par Raoul Delpy, célèbre trapéziste du début du XX siècle connu aussi sous le nom de " l'homme fusée " est particulièrement intéressant.

Delpy, qui avait pour nom de piste Monbar, après une carrière aérienne comme voltigeur réputé, il tournait notamment le triple alors qu’à cette époque la plateforme de départ n’était pas surélevée, fonda après la guerre 14-18 un cirque portant son nom. Cet établissement, dont la devise était " le cirque le plus important voyageant en France" tourna essentiellement dans la région parisienne.

Le Grand Cirque Monbar (1918-1937)

Le cirque Monbar comprenait un chapiteau à deux mats avec une façade d’entrée ressemblant à celles des semi-constructions, très en vogue à cette époque. Il présentait des programmes de bonne qualité où l’on pouvait applaudir notamment le dompteur Yvanoff et ses lions, le duo clownesque Lavatta et Friscot et le célèbre bouffon Little Walter.

Raoul Delpy dit Monbar, cessa en 1937 l’exploitation de son cirque, et devint alors un membre actif du Club du cirque, jusqu’à son décès en 1958

commentaires
1 2 3 > >>