Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le bloc-notes de cirk75

Depuis 2010, Chronique au fil du temps et de la mémoire d'un circophile amateur

Quelques peintures du temps du cirque Medrano (ex Fernando) de Paris

Publié le 18 Octobre 2020 par cirk75 dans Art

Pour les congés de la Toussaint, voici un petit florilège de tableaux où le Cirque Medrano (ex Fernando), est mis en vedette....

 

Quelques peintures du temps du cirque Medrano (ex Fernando) de Paris
Quelques peintures du temps du cirque Medrano (ex Fernando) de Paris
Quelques peintures du temps du cirque Medrano (ex Fernando) de Paris
Quelques peintures du temps du cirque Medrano (ex Fernando) de Paris
Quelques peintures du temps du cirque Medrano (ex Fernando) de Paris
Quelques peintures du temps du cirque Medrano (ex Fernando) de Paris
Quelques peintures du temps du cirque Medrano (ex Fernando) de Paris
Quelques peintures du temps du cirque Medrano (ex Fernando) de Paris

 

Les Jongleuses au Cirque Fernando par Pierre Auguste Renoir  (voir blog31/122015)

Leçon de maintient au Cirque Fernande par Maurice Blum (voir blog17/03/3018)

Equestrienne au Cirque Fernando par François Flameng (voir blog22.12/2017)

Le cirque de Georges Seurat (voir blogs 17/04/2013 & 02/01/2016)

Le Cirque Medrano, Bd. Rochechouart par Louis Abel-Truchet (voir blog01/12/2018) 

L'écuyère à panneau du Cirque Medrano par Jean Dufy (voir blog31/03/2018)

L'écuyère du Cirque Fernando par Toulouse Lautrec (voir blog03/01/2016)

L'écuyère et le Clown au Cirque Medrano (voir blog06/04/2019)

Comme on le voit ce cirque parisien a été une intense source d'inspiration pour bien des peintres et à des époques différentes. 

C'est pourquoi beaucoup ont surnommé cette piste à juste titre :"le cirque des peintres" (voir blog30/12/2015)

 

commentaires

Ecuyère (Musée municipal de Bourgoin Jallieu)

Publié le 17 Octobre 2020 par cirk75 dans Art

Comme dans bien des œuvres représentant ces deux personnages si caractéristiques et mythiques du monde de la piste, le peintre Joseph Buisson (1859-1910) dans une toile réalisée après 1890, on n’a pas d’autres précisions sur la date, montre un  couple alliant la grâce au grotesque et la tristesse à la joie,

Nous sommes sur la piste d’un cirque où en plein milieu d'un numéro. Une belle écuyère, toute de blanche vêtue, est assise avec élégance sur le dos d’un cheval à la robe bai. Cette amazone regarde affectueusement un bouffon habillé de rouge à la chevelure terminée en houppette, digne de celle de Geronimo Medrano (voir blog17/10/2011). Le comique cache dans sa main droite un bouquet de fleurs qu’il va donner à sa belle.

On remarque aussi sur la gauche du tableau, un clown blanc habillé d’un sac vert, et un peu devant ce personnage on distingue un cerceau rouge posé contre un tabouret d’assise, qui attend le bon vouloir de la cavalière. Enfin à l’opposé sur la droite on aperçoit un autre blanc engoncé dans un sac verdâtre et M. Loyal devant la gardine, Tous les deux semblent observer de loin cette scène de facture très classique.

Au fond les spectateurs complètent cette huile sur toile (81x65) accrochée sur une cimaise du Musée municipal de Bourgoin-Jallieu.

Très curieusement on sait peu de chose de ce peintre..

Fut-il ou non amateur des arts de la piste? Cette information est aussi absente.

Joseph Buisson un peintre totalement tombé dans l'oubli...

commentaires

César Cascabel au cirque Rancy

Publié le 16 Octobre 2020 par cirk75 dans Cirques d'hier

Tout un chacun connait ce roman de Jules Vernes (voir blog23/03/2015), grand amateur de la piste, où dans cet ouvrage il relate l’histoire dune famille d'artistes forains les Cascabel.

César Cascabel, le chef de famille, est un véritable enfant de la balle. Orphelin il fut jadis recueilli par une troupe de saltimbanques, où il grandit en apprenant tous les rudiments du métier de la piste en devenant par exemple clown, gymnaste, acrobate ou hercule de foire.

Fortune faite, les Cascabel décident de quitter l'Amérique pour rejoindre leur Normandie natale. Par malheur, deux aigrefins les volent, leur enlevant ainsi tout espoir de pouvoir payer leur traversée de l'Atlantique.

César décide alors de regagner son sol natal en roulotte, en passant par le détroit de Behring pris dans les glaces, puis par la Sibérie et la Russie. Ce qui va entrainer on s'en doute toute une série de mésaventures toutes plus poignantes les unes que les autres. 

 

De telles périgrinations ne pouvaient produire qu'une fabuleuse pantomime (voir blog02/09/2011).

Aussi, comme en témoigne ce programme le Cirque Rancy proposa en 1899 en deuxième partie de spectacle, une splendide production en 15 tableaux avec moult numéros, où se côtoyaient avec bonheur à la fois humains et animaux. 

Spectacle qui présentait avec force de détails l'odyssée de César Cascabel et des siens. Un grand moment indiquaient ceux qui étaient présents autour de cette piste légendaire, mais c'était il y a bien longtemps... 

 

commentaires

Histoire du Cirque, 250 ans en 250 images

Publié le 15 Octobre 2020 par cirk75 dans Livres

Dominique Denis, historien bien connu du monde du cirque, administrateur du site ”Circus Parade“ (voir blog23/06/2016) et auteur d’une cinquantaine d’ouvrages sur la piste, vient de publier aux "Editions Arts des 2 Mondes" (voir blog19/12/2010), un remarquable livre relatant l’histoire ethnologique du cirque.

Ce voyage dans les 5 continents, débute un certain 4 avril 1768, jour où un ex Sergent-major des dragons légers Philip Astley (voir blog06/04/2018) propose au New Springs Gardens de Londres un spectacle équestre auquel il adjoint acrobates, danseurs de corde, magiciens, comiques ...

Puis l’auteur nous guide dans un fabuleux voyage allant d’Antonio Franconi et ses fils (voir blog08/06/2015) aux fastueuses mises en piste du Royal Circus de Gia Eradze (voir blog27/01/2029) en passant par Phineas Barnum (voir blog01/04/2015 ou les 100 ans du cirque Knie (voir blog21/11/2019).

Agrémenté, comme le titre l’indique de 250 illustrations, toutes en couleurs (gravures, affiches, photographies, dessins, programmes, cartes postales ou annonces de presse …) ce livre nous permet non seulement de découvrir ou redécouvrir des moments extraordinaires et méconnus du patrimoine culturel circassien, mais aussi de se demander pourquoi les arts de la piste ont au XIX° siècle essaimé partout sur terre. Question fort légitime à une époque où ce type de spectacle est fortement mis en cause et contesté dans de nombreux pays,...

Avec une belle peinture en couverture : "L'esquestrienne au cirque Fernando"  signée François Flameng  (voir blog22/12/2017) ce livre est à mettre entre toutes les mains, et à lire ou à relire sans modération.

 

commentaires

Poly film de Nicolas Vanier (2020)

Publié le 14 Octobre 2020 par cirk75 dans Cinéma

Sort le 21 octobre prochain en salle, le dernier d’une très longue liste de films anti cirque et qui fait, il faut en être conscient, le lit des animalistes pour retourner l’opinion des jeunes contre les cirques avec animaux.

Cette histoire, tirée d’un feuilleton culte des années 1960, signée Cécile Aubry relate l’histoire de Cécile une fillette de 10 ans qui se sent seule, et qui s’ennuie jusqu’à l’arrivée en fanfare du cirque Poly dirigé par l’autoritaire Brancalou.

Notre héroïne va découvrir que Poly, le poney vedette est maltraité. Aussi elle décide de le kidnapper avec la complicité des enfants du village et va s’enfuir avec l’animal, poursuivis par l’inquiétant directeur du cirque, par un mystérieux M. Victor. Cécile et Poly vont alors s’embarquer dans une cavale pleine de rebondissement afin de prouver que le poney est bien plus heureux hors de la piste.

Comme on le voit les personnages de ce film ne sont pas très futés il leur faut la durée du film soit 1h40 de film pour organiser l’évasion de l’équidé. N'aurait-il pas été plus simple d’ouvrir la barrière pour faire évader un poney, mais cela n’aurait pas fait pleurer margot...

Filmés par Nicolas Vanier, avec dans les rôles principaux : François Cluzet (Victor), Julie Gayet (Louise la mère de Cécile - voir blog25/12/2018), Elisa de Lambert (Cécile), Patrick Timsit (Brancalou)…

Poly est un film que l’on peut oublier d’aller voir pendant les vacances de Toussaint, même si Timsit est irresistible en directeur de cirque acrimonieux.

commentaires

Un festival circassien maintenu, celui d’Italie

Publié le 13 Octobre 2020 par cirk75 dans Festivals

A ce jour la 21ème édition du Festival International du Cirque d’Italie est maintenue et se tiendra du 15 au 19 octobre à Latina, ville italienne à 70 km au sud de Rome.

Conformément à la législation actuelle et à la situation sanitaire dans le monde, les organisateurs de cette manifestation ont fait savoir que pour chaque spectacle seuls 80 billets seront mis en vente.

Cette année ce festival de cirque traditionnel ne réunira que des artistes italiens. Les meilleurs numéros seront récompensés par des "Latina " d'Or, d’Argent ou de Bronze. Récompenses décernées lors du gala de clôture qui se tiendra lundi 19 octobre à partir de 20h30.

Pour les circophiles, jeudi soir, ils peuvent suivre en direct l'ouverture du festival, via youtube, en suivant ce lien : https://youtu.be/3qnJHuI8xP0

Pour tout renseignements supplémentaires : #festivalcircolatina #festivalcircolatina2020

commentaires

"La toile vivante" une œuvre vraiment singulière signée Charles Belle,

Publié le 12 Octobre 2020 par cirk75 dans Art

Pour son ultime spectacle Bernard Kudlak (voir blo13/06/2015) le directeur du Cirque Plume a demandé à Charles Belle un ami peintre d’utiliser une de ses compositions comme décor naturel de “La Dernière Saison” (voir blog07/06/2017). La genèse de cette œuvre nommée "La toile vivante" mérite d’être contée, tant elle souligne la ligne créatrice de cet artiste inclassable.

L’histoire débute lors de l’hiver 2015, époque où le peintre veut réaliser une œuvre très personnelle et destinée à n’être jamais exposée. Pour cela, Charles Belle installe une grande toile de 3 x 8 mètres dans un endroit quasiment inaccessible au cœur de la forêt du  Haut-Doubs, un lieu où les indiscrets randonneurs n’iront pas.

Pour réaliser cette œuvre, le peintre fabrique une sorte de pinceau avec une branche et un bloc de fusain avec lequel il commence à jeter sur la toile, tendue entre deux arbres, un dessin abstrait. Puis sur l’autre face, il va réaliser un second dessin, encore plus obscur, plus impénétrable. Belle enfin abandonne le tout pendant de long mois aux bons soins de la forêt. Au contact du temps et des conditions climatiques, le vent, la neige, la pluie et les branches, la griffent, la patinent, l’abîment, la transforment,.

A l’automne suivant, Charles Belle revient et découvre une toile envahie par la végétation. La nature semble reprendre ses droits sur cet intrus. Avec un bloc de fusain, il recouvre le premier dessin et retravaille le tout. Puis il abandonne de nouveau cette toile dans la forêt où elle est de nouveau malmenée par les éléments climatiques.

En 2017, un an plus tard accompagné de son ami Bernard Kudlak, Belle vient revoir l’œuvre où les lignes du premier dessin réapparaissent sous le noir, le fusain a coulé, les branches laissent des traces de griffures. Cette œuvre qui a été confiée 608 jours à la nature plait à Bernard Kudlak qui souhaite l’intégrer dans son spectacle en préparation et demande à l'utiliser en fond de spectcle.

"La toile vivante" tel est son nom est, aujourd'hui l'objet d'un film, d’un spectacle et d'un livre-mémoire. Une manière de conter, par les mots et la pellicule aussi, cette aventure pas comme les autres.

Charles Belle peintre de la singularité...

commentaires

Au cirque de Paris Clowns et Augustes

Publié le 11 Octobre 2020 par cirk75 dans Livres

En 1923, les Editions Philippe de Girard avait fait paraître un livre de 6 feuillets, page montée en accordéon (25x17cm). Cet opuscule représentait les clowns de Paris, à savoir de gauche à droite :

          -Bob O’Connor, le Maestro du rire,

          -Angel, le Super-gonflant,

          -Charley, l’Ultra-comique,

          -Manetti, le Virtuose de la gaité, (voir blog12/06/2013)

          -Coco, le Désopilant,

          -Pinocchio,

          -Andreleft,

          -Al & D. Marcoli,

          Goliath, le Super -nain,

          -M. Loyal & M. Lionel

Ces illustrations sont dues au talent d’Adrien Barrère (1874-1931) célèbre caricaturiste et affichiste de théâtre et de cinéma de la Belle Epoque.

Ce document est une petite merveille et pour celles et ceux qui ne connaitraient pas ces étoiles de la piste, le livre de Tristan Rémy (voir blog08/04/2020) vous aidera à réparer cet oubli.

commentaires

Destins de Cirque, un hommage aux étoiles de la piste au fil du temps

Publié le 10 Octobre 2020 par cirk75 dans exposition

A partir du 24 octobre 2020 se tiendra dans le Doubs à Arc et Senans -dans l’ancienne manufacture de sel du XVIIIe siècle -monument inscrit sur la Liste du patrimoine mondial par l’UNESCO- une exposition rendant hommage aux grandes personnalités du cirque depuis 1768.

Le cirque : arène des belluaires, hippodrome des voltigeurs, manège des écuyers, amphithéâtre pour pantomimes équestres, cavalcades et chevauchées, corde de Mme Saqui (voir blog21/06/2016), fil de Con Colleano (voir blog10/11/2011), ou piste des clowns Grock (voir blog16/05/2015) ou des Fratellini (voir blog18/05/2015), autrement dit piste aux étoiles.

Costumes, affiches, instruments de musique, gravures originales, films… pour évoquer l’art du cirque du XVIII° siècle à nos jours comme la piste où viennent se cristalliser les émotions des spectateurs en quête d’exceptionnel, de fantastique, d’extraordinaire.

Au programme les visiteurs pourront apprécier les fabuleux dessins et aquarelles des sœurs Vesque (voir blog07/03/2011), les planches uniques du grand costumier Gérard Vicaire (voir blog21/11/2018) ou la peinture de Zingaro par Charles Belle...

Cette manifestation éclaire les destins des femmes et hommes du cirque au travers des collections exceptionnelles provenant de celles du Docteur Alain Frère (voir blog21/09/2011) ou du MuCEM de Marseille (voir blog06/06/2013).

A voir sans modération...

 

commentaires

Le Festival des Clowns, Burlesques et Excentriques au Samovar

Publié le 9 Octobre 2020 par cirk75 dans Nouveau-Cirque

Ecole de cirque, le Samovar est situé dans la commune de Bagnolet au 165, avenue Pasteur.

Dans le cadre de son 19ème Festival des clowns, des burlesques et des excentriques, le Samovar, ouvre ce week end sa scène à ses élèves de 2nd cycle.

Chaque année ce lieu culturel subventionné propose une manifestation qui permet de se rendre compte de l’effervescence qui règne aujourd’hui dans le monde de la création clownesque.

Occasion de voir ce qui passe dans la tête des artistes de demain, et d'observer les tendances en matière d'art du clown… qui n’ont plus grand-chose à voir avec le clown de cirque. En effet pour coller à son époque le clown d'aujourd'hui est curieux, triste, terrifiant, engagé, mais rarement drôle, ce qui est un comble.

“C'est une étrange entreprise que celle de faire rire les honnêtes gens” avait coutume de dire Molière. Mettre un nez rouge ne suffit pas pour possèder la vis comica en tout cas ...

commentaires
1 2 > >>