Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le bloc-notes de cirk75

Chronique au fil du temps et de la mémoire d'un circophile amateur

Qui a créé ce beau clown pierrot?

Publié le 29 Février 2016 par cirk75 dans Art

Qui a créé ce beau clown pierrot?

Partant quelques jours en congés, je vous laisse en compagnie d'un bien joli clown pierrot qui servait en 1993 de visuel à une plaquette commerciale du cirque Christiane Bouglione.

Clown pierrot chargé de symboles: soleil, étoiles, couleurs bleue et blanche..., mais quelqu'un connait-il l'artiste qui est à l'origine de ce splendide dessin?

#cirqueclown29fevrier

commentaires

Deux instruments de musique destinés essentiellement aux clowns

Publié le 28 Février 2016 par cirk75 dans Musique

Deux instruments de musique destinés essentiellement aux clowns

Les clowns et les excentriques musicaux comme Les Sipolo (voir blog 07/12/2010), pour qui la musique est un moment essentiel de leur numéro, ont bien souvent utilisé des instruments plus que bizarres. En plus d’être passés maître dans l’art de la trompette, du saxophone, de la guitare, du concertina ou du xylophone... ils jouent d'engins musicaux insolites comme les grelots, les sifflets, les trompes, les cloches, les bouteilles... Mais ce qui reste du moins à mes yeux comme les plus originaux ce sont le Flexatone, qu’aimait utiliser François Fratellini (voir blog 17/01/2015) et la scie musicale qui n’avait aucun secret pour Dimitri (voir blog14/09/2011).

Deux instruments de musique destinés essentiellement aux clowns

Le Flexatone créé au début du XX° siècle est un instrument de percussion métallique, formée d’une petite lame d’acier enchâssée dans un cadre qui s’adapte à la main. Deux boules de bois fixées au bout d’un fin ressort martèlent la lame dès que l’instrument est secoué. Cet instrument a la particularité, en courbant plus ou moins la plaque vibrante, de pouvoir moduler la note obtenue. On obtient ainsi un effet comique ou un son angoissant. Le flaxatone est souvent utilisé dans les bruitages de dessins-animés.

Le compositeur arménien Aram Khatchatourian a utilisé ce curieux instrument dans le mouvement lent de son Concerto en ré bémol majeur pour piano.

Deux instruments de musique destinés essentiellement aux clowns

La scie musicale à l’origine une scie égoïne, est un instrument de musique de la famille idiophone ou autophone constituée d’une lame d'acier que l'on fait vibrer en la frottant à l’aide d’un archet, ce qui produit un son musical qui peut être modulé par la torsion et la courbure de la scie obtenue par la pression des doigts de la main. On peut aussi produire une résonnance en la frappant avec un maillet.

On trouve deux sortes de lames sonores, l’une avec dents donnant la parfaite illusion avec une scie, l’autre sans denture mais pourvue d’une poignée en forme de lyre.

Certaines scies musicales peuvent atteindre une tessiture de 3 octaves voire plus. Mais pour atteindre une telle musicalité il faut bien sûr une parfaite qualité d'acier trempé, une bonne épaisseur, une bonne dureté, de bonnes dimensions, le tout taillé dans le bon sens du laminage.

Signalons parmi les lamistes célèbres une certaine Marlène Dietrich. Elle en d'ailleurs joué durant la seconde guerre mondiale, aux troupes américaines pour les motiver.

Aussi pourquoi ne pas profiter de ces quelques jours de vacances pour s’exercer à la pratique de ces deux instruments ?

#cirqueclownmusique

commentaires

L’Ecuyère verte (Musée des Beaux-Arts d’Angers)

Publié le 27 Février 2016 par cirk75 dans Art

L’Ecuyère verte (Musée des Beaux-Arts d’Angers)

Avec cette toile datant de 1913 Merodack-Jeaneau né Alexis Jeaneau (1873-1919), montre combien il fut fasciné comme beaucoup d’artistes de son époque, par l’atmosphère colorée et chatoyante de la piste.

Ce tableau va à l'essentiel. Seuls l'écuyère et la tête du cheval intéressent Merodack-Jeaneau. Travaillant par aplats il peint l'amazone à côté de son cheval soulignant ainsi, à la fois les liens qui les unissent mais aussi, ce qui les isolent des spectateurs assis au loin sur les gradins.

Les volumes sont simplifiés. Les juxtapositions des bleus et des verts contrastent fortement avec les rouges vifs de la bride, des sangles et de la têtière du cheval. L’écuyère, au tutu bariolé de motifs vert, rose et ocre, semble saluer le public. Ses longues jambes sont enveloppées dans des bas sur lesquels apparaissent des motifs roses et verts et ses pieds sont emprisonnés dans des ballerines rehaussées de vert.

En contemplant cette œuvre on reste submergé et sous le choc des couleurs qui semblent irréelles voire chimériques.

Admirateur des Nabis et de Toulouse-Lautrec, défenseur du synthétisme cher à Gauguin, Merodack-Jeaneau, un peintre au style qui se caractérise par une utilisation brutale des couleurs. Enfin dans cette toile, remarquons le faisceau de la lumière qui traverse la piste et l’utilisation intensive de la couleur des personnages, signes montrant que ce créateur est proche des peintres expressionnistes ou fauves.

Artiste un peu négligé de nos jours, il est heureux que le Musée des Beaux-Arts d’Angers ait rassemblé un fonds important de peintures et de dessins de Merodack-Jeaneau, un peintre qui mérite mieux que l’oubli dans lequel notre époque semble l'avoir plongé.

#merodack-jeaneaupeinturecirque

commentaires

6ème salon de la maquette de cirque chez Bouglione

Publié le 26 Février 2016 par cirk75 dans Divers

6ème salon de la maquette de cirque chez Bouglione

Du 26 au 28 février et cela est devenu un classique, les afficionados du cirque et des maquettes vont se retrouver au théâtre de la Ménagerie du Cirque d’Hiver de Paris pour contempler 17 maquettes dont celle des cirques Rancy et Bouglione avec cette année en invité d’honneur le dompteur Mike Baray qui à plus de 75 ans a encore bon pied bon œil.

Une bourse d’échange comprenant 34 stands avec en animation Paupert du Cirque Rikiki et Hagappi clown jongleur compléteront cette manifestation toute dédiée aux arts de la piste.

#maquettecirque

commentaires

Quelques Visuels Bouglione d'hier et de maintenant

Publié le 25 Février 2016 par cirk75 dans Affiches

Quelques Visuels Bouglione d'hier et de maintenant

.

#cirquedhiverbouglione

commentaires

Quelques visuels du Cirque d'Hiver, époque Gaston Desprez

Publié le 24 Février 2016 par cirk75 dans Cirques d'hier

Quelques visuels du Cirque d'Hiver, époque Gaston Desprez

Certains visuels de spectacles parisiens ou de tournée entre 1924 et 1933...

#cirquedhiver

commentaires

Josep Oller i Roca dit Joseph Oller (1839-1922) un homme de jeux et de cirque

Publié le 23 Février 2016 par cirk75 dans Personnalités

Josep Oller i Roca dit Joseph Oller (1839-1922) un homme de jeux et de cirque

Né à Terrassa en Catalogne, Joseph Oller arrive avec ses parents à l'âge de deux ans à Paris et fait ses études au Lycée Saint-Denis, sans aller, semble-t-il, bien loin. Friand de combats de coqs il commence sa carrière en tant que bookmaker ce qui lui donne l’idée d’inventer une nouvelle méthode de pari, en mutualisant les mises, qu’il nomme bien évidemment le Pari mutuel.

Suite à un exil volontaire en Angleterre, pendant la guerre contre la Prusse de 1870, il se familiarise avec le monde du spectacle. Et à son retour en France vers 1876, il devient entrepreneur de spectacle et propriétaire du "Bal Mabille", de la "Bombonnière", des "Fantaisies Oller". En parallèle il crée le "théâtre des Nouveautés", la "Piscine Rochechouart" ainsi que les "Jardins de Paris" - démoli en 1914 - sorte de parc de loisir avec salle de spectacle et de danse. A la place des "Montagnes russes" du boulevard des Capucines il fait construire une salle de spectacle, et puisque la mode est au néo-hellénique il la baptise "Olympia". Elle sera inauguré le 12 avril 1893 par La Goulue (voir blog 20/09/2013).

Josep Oller i Roca dit Joseph Oller (1839-1922) un homme de jeux et de cirque

Quelques années avant il est à l’origine d’un célèbre cabaret, dédié à la femme et à la danse, dont l’objectif est de permettre aux plus riches de venir s’encanailler à Montmartre, un quartier à la mode. Cette salle portera le nom de "Bal du Moulin-Rouge" et ouvrira le 6 Octobre 1889. Le lieu est extravagant – un jardin agrémenté d’un gigantesque éléphant – permet à toutes les populations de se cotoyer. Petits employés, résidents de la place Blanche, artistes, bourgeois, hommes d’affaires, femmes élégantes et étrangers de passage s’y rencontrent.

Josep Oller i Roca dit Joseph Oller (1839-1922) un homme de jeux et de cirque

Cependant pour un circophile le nom de Joseph Oller reste associé à jamais à la création en 1877 de l'"Hippodrome du pont de l'Alma" (voir blog 16/12/2010), et quelques années plus tard au "Nouveau Cirque", lieu où Foottit et Chocolat (voir blog 12/02/2012) ont fait les beaux soirs de ce prestigieux établissement. Inauguré le 12 février 1886 cette salle était dès l'origine doté d’un luxe inouï. Elle était notamment éclairé par la lumière électrique et comprenait une piste nautique, c'est pourquoi sa première enseigne n'était pas "Nouveau Cirque" mais "Arènes Nautiques".

Josep Oller i Roca dit Joseph Oller (1839-1922) un homme de jeux et de cirque

Joseph Oller décédé en 1922, deux ans avant la fermeture de son immortel "Nouveau Cirque" fait partie de ces personnalités fécondes que l’histoire a injustement oubliées. Ainsi lorsqu’en 1954 le cinéaste Jean Renoir décide de réaliser un film évoquant l’histoire du "Bal du Moulin Rouge", il affuble du nom de Danglard et non d’Oller dans son film "French Cancan" le nom du propriétaire de ce haut lieu du spectacle ! Etonnant ? Non !

#olliernouveaucirque

commentaires

Medrano le cirque des cinéastes

Publié le 22 Février 2016 par cirk75 dans Cinéma

Medrano le cirque des cinéastes

Medrano cirque des clowns et des peintres (voir blog30/12/2015), a servi bien des fois de lieu de tournage pour de nombreux films. Parmi les œuvres cinématographiques les plus connus utilisant les décors du cirque et plus particulièrement la salle du Boulevard Rochechouart à Paris, on peut citer par exemple:

-en 1946, 24 h de la vie d'un clown de Jean-Pierre Melville,

-en 1947, Quai des Orfèvres d’Henri-Georges Clouzot,

-en 1952, La fête à Henriette de Jean Duvivier,

-en 1954, Obsession, de Jean Delannoy,

-en 1957, Les 3 font la paire de Sacha Guitry.

Le Court métrage de 18mn tourné en 1946, par Jean-Pierre Melville au cirque du Bd. Rochechouard (voir blog19/09/2014) avec béby (voir blog15/04/2012), Maïss(voir blog02/06/2013) avec Marlène Maïss et le jongleur Paolo nous fait partager une journée de la vie de Beby.

Dans le film de Clouzot, on voit une brève scène où Maurice Martineau (Bernard Blier), le mari de Jenny Lamour (Suzy Delair) est à la recherche de Valtone, le prestidigitateur se produisant chez Medrano. Et c’est ainsi que l’on voit dans les coulisses de ce cirque, une affiche Medrano sur la droite, le magicien une fois son numéro achevé quitter la piste pendant que la barrière et des chevaux entrent par la gardine.

Le film de Jean Duvivier (voir blog

Le film de Jean Duvivier (voir blog 08/02/2016), permet aux nostalgiques de ce Cirque de voir non seulement la façade du Bd. Rochechouart mais aussi celle de la rue des Martyrs avec son entrée des artistes, les coulisses dans lesquelles on entrevoit :Mylos, Loriot (voir blog 17/12/2014) et Randel (voir blog24/09/2011), un numéro aérien : perche aérienne exécutée par 2 artistes vêtus des blanc, enfin le montoir où se trouvent le régisseur et les deux garçons de piste, blouson et casquette avec du matériel qu’ils tiennent en main.

Pour le film de Jean Delannoy (voir blog11/11/2010), Michèle Morgan fut doublée pour les scènes périlleuses par Aimée Fontenay, la chanteuse au trapèze, et le trapéziste Yves Rozec remplaçait Ralf Vallone et Jean Gaven dans leurs scènes aériennes. Notons aussi la présence du trapéziste Roland Catalano. Autre moment important pour un circophile l'orchestre dirigé par le Maestro Jean Laporte (voir article 10/11/10), Jean Dréna (voir blog 16/03/2012) entouré des garçons de la piste, 4 en uniforme à brandebourg et 4 autres avec casquette, blouson et pantalon enfin un couple d’acrobate aérien présentant un numéro de l’échelle du diable. Autre indication, certaines scènes furent tournées au cirque de Rouen. On voit ainsi la façade, l’intérieur, le montoir, les coulisses, les loges de ce cirque démoli en 1973, ainsi que deux hommes et une femme dans un numéro de main à main et une affiche des Albarros.

Enfin dans le film de Sacha Guitry (voir blog 22/03/2015) tourné dans la réalité par le producteur Clément Duhour on peut pendant 7 mn contempler les coulisses, les loges, le bar, la piste du Cirque Medrano, ainsi que deux affiches une représentant Zavatta et l'autre les Bario et on entrevoit même Nello Bario.

Ces 5 films dont quatre sont en noir et blanc, "Obession" a bénéficié d’une pellicule couleur, permettent aux nostalgiques de ces deux bâtiments démolis depuis, d’être encore présents du moins sur la pellicule de certaines œuvres cinématographiques.

#cirqueetcinema

commentaires

Christophe Ivanès, le M. Loyal aux multiples costumes

Publié le 21 Février 2016 par cirk75 dans M. Loyal

Natif de Moulins-sur-Allier, Christophe Ivanès n’est pas un enfant de la balle, mère employée à la D.D.E et père à E.D.F. mais très jeune il est attiré par le monde des paillettes et du spectacle. N’indiquait-il à cette époque à sa mère qu’il souhaitait être derrière le rideau rouge. Et très curieusement c’est à cause d’une scoliose qu’un médecin, ayant peut-être déjà repéré son penchant pour les lumières de la rampe, lui prescrit de faire de la danse classique pour corriger cette malformation. Pensionnaire aussi de l’enseignement catholique, Christophe Ivanès est un élève studieux et imaginatif, bref sa scolarité se passe sans problème. Ayant toujours envie de côtoyer le milieu artistique, son père lui donne le choix entre EDF ou l’hôtellerie, aussi par défaut il choisit la restauration. Puis à la longue de retour à Moulins il fonde sa propre école de danse. En parallèle il organise des galas pour ses amis moulinois. Mais pour trouver des artistes pour ses spectacles il se met entre autres, à fréquenter les cirques ambulants qui passent dans sa bonne ville de Moulin. Son assiduité lui permet de faire la connaissance des familles Massot et Michelletty avec qui il se lie d’amitié. Et après un accident il met fin en 1991 à sa carrière de professeur de danse classique ou moderne jazz et ferme son école pour endosser la redingote rouge et le chapeau haut de forme noir de M. Loyal.

Et c’est ainsi qu’il officie pendant 6 ans au cirque Achille Zavatta, puis pendant 5 ans chez Amar devenu Kino's, ainsi que chez Pinder pendant les vacances de Frédéric Colnot. Succédant à Sergio au Festival international du cirque de Massy durant quatorze éditions, il est aujourd'hui M. Loyal des Festivals du cirque de Bayeux, du Loir-et-Cher, des Mureaux, et de l'European Circus Festival de Liège. En parallèle il propose aussi des spectacles de cirque et de music-hall, car il possède de nombreuses cordes à son arc : directeur artistique, régisseur, metteur en piste, présentateur….

Christophe Ivanès un M. Loyal élégant et raffiné sachant donner du rythme au spectacle et aux artistes qu’il présente. Il va lors de la 15ème édition du Festival International du Cirque des Mureaux fêter ses 25 ans de carrière. Notons que pour cette édition la famille Michelletty sera représentée par Romina et Ricky, comme quoi l’amitié est une autre qualité que Christophe Ivanès sait bien cultiver.

commentaires

Les Saltimbanques (musée d'art Roger-Quilliot, Clermont-Ferrand)

Publié le 20 Février 2016 par cirk75 dans Art

Les Saltimbanques (musée d'art Roger-Quilliot, Clermont-Ferrand)

Ce tableau peint en 1874 par Gustave Doré, illustrateur, graveur, peintre et sculpteur français, représente une famille de saltimbanques frappée par la tragédie. Un enfant tenu dans les bras de sa mère, suite d'un accident lors d'un numéro de funambule, vient d’être mortellement blessé à la tête.

La mère, vêtue d'un long manteau bleue et la tête couronnée tient dans ses bras son fils mourant, contre elle. Les yeux fermés, une larme coule sur son visage pendant qu'elle embrasse son enfant.

Le père, assis et légèrement en retrait, assiste à la scène avec une profonde désolation, les larmes aux yeux. Il tient des chaussons de cirque : le numéro est bel et bien terminé à cause des circonstances dramatiques.

L'enfant habillé d'un vêtement moulant blanc porte une culotte rouge qui souligne sa blessure à la tête entourée d'un linge largement taché de sang. Sa peau est très pâle semble indiquer la mort proche.

Par contraste les couleurs vives des habits de cirque tranchent avec la blancheur du vêtement de l'enfant blessé, pourtant éclairé comme s'il rayonnait avec sa mère qui le tient. Aux pieds de la mère, des cartes à jouer sont étalées en demi-cercle. Au centre, dans l'axe des corps de la mère et de son fils, une carte est mise en avant, il s'agit de l'as de pique qui symboliserait la mort.

Certains ont vu dans ce tableau une évocation d’un thème iconographique chrétien, celui de la Vierge Marie pleurant la mort du Christ - son fils - avant la mise au tombeau.

Cette toile serait donc à une pietà, d'autant plus que la femme porte la couleur bleue celle de la Vierge.

Pour d'autres cette toile semble rappeler le lourd tribu que certains artistes de cirque ont payé en devenant des martyrs de la piste.

commentaires
1 2 3 > >>