Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le bloc-notes de cirk75

Chronique au fil du temps et de la mémoire d'un circophile amateur

Articles avec #cirques catégorie

En piste cet été !

Publié le 30 Juin 2016 par cirk75 dans Cirques

En piste cet été !

Si le cirque Bouglione vient de terminer sa tournée "Bravo" (voir blog28/06/2016), la plupart des chapiteaux français et européens seront cet été sur les routes:

Arlette Grusss naviguera vers la Méditerranée ou vers les alpes.

Alexis Gruss comme chaque année sera sédentaire dans le Vaucluse à Poilenc.

Pinder comme à l’accoutumé visitera chaque jour une nouvelle ville plage de Normandie, de Bretagne, de Vendée ou du Pays Basque.

Le cirque Plume (voir blog13/06/2016) sera à Lannion puis à Besançon.

En piste cet été !

Et n’oublions hors frontières, en Allemagne Krone, Roncalli et Flic Flac ou en Suisse Knie, Nock ou Monti.

On trouvera des pistes pour tous les goûts, alors bonnes vacances et bon cirque.

#cirqueété

commentaires

Cadets’ Circus, un cirque d’amateurs vraiment...

Publié le 20 Juin 2016 par Lagrange dans Cirques

commentaires

Cadets’ Circus, un cirque d’amateurs digne des pro

Publié le 20 Juin 2016 par cirk75 dans Cirques

Cadets’ Circus, un cirque d’amateurs digne des pro

L’histoire du cirque d’Étréchy commence avec le Père André Regnault, chanoine de l’Ordre des Prémontrés, et curé de la paroisse. Il crée en 1921 les Cadets de la Juine (société de gymnastique), et fonde en 1927 le Cadets’ Circus, qui présente son premier spectacle le 25 septembre de cette même année. Depuis cette date, et avec la même ferveur, les membres du Cadets’ Circus initient les jeunes aux arts du cirque.

Cadets’ Circus, un cirque d’amateurs digne des pro

Et depuis près de 90 ans le succès de l’association ne se dément pas. Chaque année plus de 100 membres actifs, allant de 8 à 70 ans créent, réalisent et présentent un spectacle entièrement renouvelé sous leur chapiteau de 1 000 places. Ils sont tous bénévoles, retraités, ingénieurs, enseignants, électriciens, cuisiniers, coiffeurs, commerciaux, étudiants … Bref ce qui permet de dire que le Cadets’ Circus est le premier cirque amateur en France, car tous les numéros présentés, et de fort belle tenue, sont mis au point pendant l'année scolaire et présentés par les membres de cette sympathique association strépiniaçoise.

il faut dire que le Cadets' Circus a plusieurs cordes à son arc, des infrastructures modernes, un atelier avec des techniciens réalisant l'ensemble des décors et costumes, un parc routier pour le transport du matériel, des formateurs disponibles et compétents ainsi qu'une équipe de "petites mains" réalisant dans l'ombre des prouesses et sans qui rien sans ces bénévoles ne serait possible.

Cadets’ Circus, un cirque d’amateurs digne des pro

Véritable institution à Etréchy, charmante commune située au sud de l'Essonne où chaque année son traditionnel gala annuel est un événement très attendu par la population. Cette année, les samedis 4 et 11 juin le Cadets’ Circus a ravi comme toujours ses fans toujours plus nombreux en proposant deux représentations du spectacle "Karuzela" avec des prix de places allant de 7 à 16€.

Si le Cadets’ Circus peut revendiquer le titre de premier cirque amateur de France, c’est aussi un établissement proposant des arts de la piste en amalgament les habitants de cette charmante ville à l’événement, ainsi l'orchestre d'excellente qualité est bien entendu strépiniaçois.

Le Cadets' Circus, plus qu'un spectacle une réponse citoyenne à notre quotidien.

#cadets'circus

commentaires

Quelques visuels de l'ex Cirque de Montmartre (1963-1972)

Publié le 30 Novembre 2014 par cirk75 dans Cirques

Quelques visuels de l'ex Cirque de Montmartre (1963-1972)

.

Quelques visuels de l'ex Cirque de Montmartre (1963-1972)

Et il y a eu du beau monde dans ce cirque de Montmartre, ex Medrano, et ex Fernando

commentaires

Pour les fêtes de fin d'année 63, les Bouglione Junior rouvrent le cirque du Bd. Rochechouart qui se nomme dorénavant, le Cirque de Montmartre

Publié le 29 Novembre 2014 par cirk75 dans Cirques

Pour les fêtes de fin d'année 63, les Bouglione Junior rouvrent le cirque du Bd. Rochechouart qui se nomme dorénavant, le Cirque de Montmartre

.

En 1963 les Juniors se prénommaient:

Firmin l'aîné, créateur en Belgique du cirque Alexandre Bouglione,

Emilien dit Julot, actuel directeur du cirque d'hiver,

Sampion dit l’avocat, actuel directeur du cirque d'hiver,

Joseph dit Zézé le magnifique, actuel directeur du cirque d'hiver.

Pour les fêtes de fin d'année 63, les Bouglione Junior rouvrent le cirque du Bd. Rochechouart qui se nomme dorénavant, le Cirque de Montmartre

.

La critique du spectacle par L-R Dauven, Vice-Président du Club du Cirque, pour la revue "Le Cirque dans l'Univers".

Pour les fêtes de fin d'année 63, les Bouglione Junior rouvrent le cirque du Bd. Rochechouart qui se nomme dorénavant, le Cirque de Montmartre
commentaires

Année 2014, année anniversaire pour certains cirques français

Publié le 14 Octobre 2014 par cirk75 dans Cirques

Année 2014, année anniversaire pour certains cirques français

En 2014 on ne commémore pas seulement le 100ème anniversaire du déclenchement de la grande guerre, car cette année est aussi un millésime un peu particulier pour les cirques que sont Amar, Bouglione, Gruss, Pinder et Plume. En effet pour tous les cinq, 2014 est une année anniversaire, mais reprenons par ordre alphabétique.

Amar il y a 90 ans que les 4 frères Amar (voir blog05/04/2011) transformaient la ménagerie lozérienne parentale en un cirque qui a marqué l’histoire de la piste. Après les Amar se sont succédés à la tête de cet établissement les Roche, Bouglione, Carrigton, Bonnel, Reich. De nos jours c’est la famille Falck qui a repris les rênes de ce vénérable cirque et qui en a fait un des plus beaux cirques qui à l’heure actuelle circule sur les routes de France.

Année 2014, année anniversaire pour certains cirques français

De leur côté les Bouglione (voir blog16/05/2013) avec le spectacle ”Géant“ rappellent qu’il y a 80 ans, leur famille a pris au nez et à la barbe des Amar la direction du plus ancien cirque en dur du monde, le Cirque d’hiver de Paris (voir blog25/02/2011) et depuis 1999, c’est la nouvelle génération Bouglione qui a repris le flambeau et propose chaque année au Cirque d’Hiver un spectacle où se mêlent émotion, poésie, rire et frissons.

De plus chez Bouglione, on est prêt à reprendre la route avec un chapiteau, ce qui devrait voir le jour au printemps prochain.

Année 2014, année anniversaire pour certains cirques français

Pour les Gruss, branche Alexis, 2014 est une année très particulière.

En effet elle célèbre non seulement les 160 ans de cette Famille circasienne, les 70 ans d’Alexis Gruss, les 40 ans du Cirque National mais aussi les 20 ans du Parc Gruss à Piolenc dans le Vaucluse, lieu où la famille d’Alexis prend dorénavant ses quartiers d’été après sa saison hivernale parisienne.

Année 2014, année anniversaire pour certains cirques français

Pinder, cette année commémore ses 160 ans ou ses 164 ans, la date n’est pas certaine mais peu importe. Pour l’histoire de ce cirque, en 1854 au Royaume-Uni les frères William et Georges Pinder fondèrent un cirque à l’époque modeste qui à l’origine se nommait Cirque Britania, devenu depuis Pinder.

Notons que cet établissement n’a connu que 4 directeurs : outre William Pinder, de 1928 à 1973 Charles Spessiert et ses fils ont fait de ce cirque un des plus célèbres d’Europe, puis Jean Richard de 1971 à 1983 et actuellement Gilbert Edeinstein et ses enfants ont maintenu la qualité du cirque préféré des français.

Année 2014, année anniversaire pour certains cirques français

Enfin 30 ans, c’est l’âge du cirque Plume fondé en 1984 par Michèle Faivre, Vincent Filliozat, Jean-Marie Jacquet, Bernard Kudlak, Pierre Kudlak, Jacques Marquès, Robert Miny et Brigitte Sepaser. Et pour fêter ces 30 années de désirs, de joies, de peines, de vie, cet établissement propose actuellement une production sur le temps –"Tempus fugit" mêlant l’histoire de ce cirque à la culture et la virtuosité des artistes d’aujourd’hui.

Oui en France on aime beaucoup les commémorations, on aime vivre avec son passé, mais soyons rassuré 2015 ne sera pas en reste, ce sera l’occasion pour le cirque Arlette Gruss de célébrer ses 30 ans, ou les 40 ans du cirque Educatif, cher à Hugues Hotier (voir blog09/01/2011), mais cela est une autre histoire… dont un reparlera.

commentaires

La suite des aventures de Léo & Nicolas (3eme partie)

Publié le 8 Octobre 2014 par cirk75 dans Cirques

La suite des aventures de Léo & Nicolas (3eme partie)

Depuis vendredi 3 octobre, nos héros sont à pieds d’œuvre, en effet l’aventure du Cirque Gold (voir blogs18 & 19/06/2014) se concrétise par la première qui a eu lieu vendredi 4 octobre sous un chapiteau de 1 000 places installé sur le parking du Dock des suds à Marseille. Et comme nom de leur premier spectacle ils ont choisi "l'histoire d'un rêve", ou plutôt l'histoire de leur rêve, tant ces deux vingtenaires sont fondus de cirque. Et ensemble, ils ont construit un projet : créer leur propre cirque voyageur. Au programme lions, chameaux, autruches, chevaux, hippopotame, une trentaine d'artistes au programme. Avec comme point d’orgue un des plus originaux numéros de dressage de chats présenté par la Russe Anelya Rosliakova. N’oublions pas car le cirque a commencé un cheval : la cavalerie blanche de William Kerwich et bien sûr des clowns, les Salvini sans lesquels le cirque ne serait pas ce qu'il est. Puis après Marseille suivront Aix-en-Provence, Avignon, Agen, Bordeaux, Périgueux, Nantes… bref la grande aventure pour nos jeunes directeurs Léo Brière et Nicolas Bilher à qui on souhaite toute la réussite possible, qui donnent de leur personne lors de spectacle, le premier proposera des grandes illusions et le second sera la M. Loyal du Cirque Gold.

La suite des aventures de Léo & Nicolas (3eme partie)
La suite des aventures de Léo & Nicolas (3eme partie)
La suite des aventures de Léo & Nicolas (3eme partie)
La suite des aventures de Léo & Nicolas (3eme partie)
La suite des aventures de Léo & Nicolas (3eme partie)
La suite des aventures de Léo & Nicolas (3eme partie)
La suite des aventures de Léo & Nicolas (3eme partie)
La suite des aventures de Léo & Nicolas (3eme partie)
commentaires

Le cirque pendant la grande guerre

Publié le 22 Septembre 2014 par cirk75 dans Cirques

En cette année du centenaire du déclenchement de la 1ère guerre mondiale, voyons comment les cirques ont survécu à cette sombre période.

Le cirque pendant la grande guerre

Lorsque l’on évoque ces temps incertains beaucoup ont en mémoire la vision du cirque d’Amiens (voir blog10/09/2011) dévasté par 2 bombes, éventrant la toiture et détruisant sa buvette ; mais ce n’est pas le seul tribut que la piste magique a dû payer aux belligérants. D’une manière générale pendant la guerre 14-18 la notion de spectacle est mal perçue car on ne peut accepter que certains s’amusent pendant que d’autres meurent sur le front. Cependant la production artistique n’est pas stoppée car, c’est aussi un moyen d’entretenir le moral de la population et du soldat en permission, aussi l’interdiction totale aurait été de courir à la catastrophe. ”Fermer les salles de spectacle aurait dit le général Gallieni, gouverneur de Paris, c’est déjà nous donner une attitude de vaincu“. Et c’est pourquoi à partir du mois de décembre quelques salles de spectacle rouvrirent leurs portes comme le Nouveau Cirque (voir blog08/12/2010). Cependant cette période pose beaucoup de problèmes aux cirques, car pour les besoins de l'armée leur matériel et leurs chevaux sont réquisitionnés, aussi bon nombre d’établissements s’arrêtent de fonctionner d’autant que l’on pensait que dans un mois au plus, tout serait fini, tant l’armée française semblait, du moins aux yeux de ses généraux, supérieure à la teutonne ! Les mois se succèdent aux mois et la plupart des cirques ne rouvriront leurs portes qu’après l’armistice. Monter un spectacle de cirque devient une entreprise délicate, car comment composer un programme quand les animaux manquent, les troupes acrobatiques disloquées, les artistes au front, ou expatriés en Amérique. Ainsi chez Pinder seuls 4 éléphants et ce qui reste de matériel est remisé dans un bâtiment agricole à Lavilledieu.

Autre exemple le cirque Lamy (voir blog04/04/2011) qui donnait un spectacle à Maubeuge, fit partie des sacrifiés. Les hommes partirent immédiatement rejoindre leur régiment, tel Pierre Lamy, qui dès ses 18 ans révolus s’engagea dans la cavalerie. Le reste du personnel et les lionnes furent évacuées, la réquisition n’épargna ni les chevaux qui faisait l’orgueil de la maison, ni le chapiteau, ni les écuries, ni les roulottes. La locomobile, (le cirque Lamy à cette époque déplaçait son matériel avec une locomotive routière), joua même un rôle héroïque au moment de la retraite en obstruant un pont. Quant à Adrienne Lamy, la sœur de Pierre, elle se recycla en conductrice de taxi, et en cette qualité elle participa à l’épopée des célèbres Taxis de la Marne.

Chez Amar par contre lorsque que le 3 août 1914, l’Allemagne déclare la guerre à la France, Marie-Gabrielle Veuve Ben Amar et ses fils (Ahmed, Abdellah, Mustapha, Saïd, Ali et Schérif) partent se cacher on ne sait où, mais ce qui est sure c’est que tous disparurent. Et une fois l’amnistie dûment signé la veuve Ben Amar reprend sa place à la caisse contrôle et avec l’aide de ses fils, ”les plus jeunes dompteurs du monde“ selon la publicité de l’époque, fait repartir la ménagerie pour laquelle ont été achetés deux vieilles hyènes et trois lionceaux.

Si tous les cirques n’ont pas été à la même enseigne tous ont vu leurs biens ou leurs animaux plus ou moins prélevés par l’armée.A Paris le Cirque Medrano fermé un temps n’a rouvert que lors de la saison 1915-1916 avec au programme un groupe de clowns qui allait faire parler de lui les 3 frères Fratellini. Quant au Cirque d'hiver il n'a de cirque que le nom, car depuis 1907 il est transformé en cinéma de 1 600 places et 60 musiciens et les écuries transformées en bar et salles d'exposition. Et ce n'est qu'en 1923 qu'avec Gaston Desprez (voir blog25/03/2013) qu'il redeviendra l’établissement que nous connaissons.

Mais la guerre 14-18 n’a pas été la seule à toucher les Arts de la piste le second conflit mondial a aussi bouleversé le spectacle (voir blog03/09/2013) mais ceci est une autre histoire aurait pu dire Rudyard Kipling !

Le cirque pendant la grande guerre
commentaires

Et aujourd’hui un conte de fée

Publié le 18 Juin 2014 par cirk75 dans Cirques

Et aujourd’hui  un conte de fée

Il était une fois à Sées dans le département de l’orne, un jeune sagien qui ne rêvait que de piste aux étoiles peuplée d’acrobates, clowns, écuyères, jongleurs, animaux le tout sous la houlette de MM. Loyal. Il faisait ce rêve depuis l’âge de 8 ans, année où ses parents l’avaient pour la première fois emmené au cirque. Et à chaque fois qu’y allait, à l’apparition du M. Loyal il s’écriait “Un jour, je serai à sa place”. Dix ans plus tard, à 18 ans, Léo Brière car tel est son nom devenait au Cirque Pinder et pendant un an et demi, lors de la tournée 2013 le présentateur attiré du spectacle et assurait le bon déroulement des représentations à travers toute la France, après avoir fait ses armes en 2012 sous le chapiteau de la Falck. Aujourd’hui Léo souhaite aller plus loin et fort avec un autre fondu du cirque Nicolas Bihler (voir blog19/06/2014), un pertuisien d’un an son ainé, il crée à 20 ans sa propre société de production de spectacles LN Prod. (LN comme Léo & Nicolas) qui proposera à partir du 3 octobre prochain, sous le nom de Cirque Gold, un programme de cirque traditionnel avec animaux Nicolas en Maitre des cérémonies et Léo en Maitre en magie. Comme quoi la passion n'attend pas le nombre des années !

Et aujourd’hui  un conte de fée
commentaires

La création de l’Ecole Nationale du Cirque : 1972 ou 1974 ?

Publié le 10 Juin 2014 par cirk75 dans Cirques

La création de l’Ecole Nationale du Cirque : 1972 ou 1974 ?

Depuis quelques jours nombre de sites circassiens évoquent les quarante ans de l’école du cirque d'Annie Fratellini. Or très curieusement beaucoup d’auteurs d’ouvrages et parmi les mieux informés sur cette aventure font référence à l’année 72. Ainsi Laurent Gachet et Pascal Jacob indique, dans ”La Saga des Fratellini“ page 36, l’année 72 comme année d’origine de la création de l’Ecole Nationale du Cirque Fratellini. Annie Fratellini elle-même dans “Un cirque pour l’avenir”, livre dans lequel elle répond aux interrogations du journaliste Jean Monteaux indique 1972 comme moment charnière de la conception de la première école de cirque en France. Alors 1974 ou 1972 ? Mais pour élucider ce mystère, reprenons la genèse de ce projet.

La création de l’Ecole Nationale du Cirque : 1972 ou 1974 ?

Suite à la tournée qu’Annie Fratellini fit chez Pinder en 1971 avec Pierre Etaix; tous deux remarquèrent qu’il y avait de moins en moins d’artistes français sur les pistes des cirques. Une fois la tournée terminée un rendez-vous fut pris avec Jacques Duhamel, à cette époque ministre des Affaires Culturelles, et après moult réflexions les 3 interlocuteurs conclurent que, où le cirque était bien vivant c’était dans les pays où il y avait des écoles et qu’il était urgent de concevoir une école française et nationale de cirque. Après le départ du gouvernement de Duhamel, les Fratellini-Etaix durent prendre leur bâton de pèlerin pour convaincre les directeurs de cirque, qui hormis Jean Richard, n’étaient pas vraiment séduits par cette idée. Ce dernier va même jusqu’à proposer de créer cette école chez lui à Ermenonville. Proposition digne d’intérêt mais non retenue car cette école, pour avoir du rayonnement, devait être installée à Paris. Au même moment est constituée l’Association de l’Ecole du Cirque, loi 1901 sans but lucratif. Puis après deux ans de démarches avec revers et réussites, et après avoir aussi refusé le site du cirque de Reims pour les mêmes raisons évoquées plus haut, la première école Fratellini-Etaix ouvre dans une Maison pour les Jeunes au 20 Avenue Marc-Sangnier à Paris. En octobre 75 un chapiteau, ayant pour nom “Le nouveau Cirque de Paris” estplanté dans le 14ème arrondissement accueillant ce qui allait devenir le cirque de l’Ecole Nationale réunissant des artistes d'horizons différents. Cette nouvelle institution va transformer la France en pays en pointe en matière de diversité des cirques, et d'innovations. Au fil des ans, la formation va se professionnaliser et va intéresser les institutions culturelles. L'école est devenue un centre de formation supérieure, délivrant un "diplôme national supérieur professionnel d'artiste de cirque", de niveau licence. A ce jour elle est située en Seine-Saint-Denis et connue sous le nom d’Académie Fratellini (voir blog24/01/2012). Suivront en 1979 les premières bourses Louis Merlin, qui avec le temps deviendront les célèbres Médailles du Festival du Cirque de Demain (voir blogs 13/01//2014 & 14/01/2014) compétitions destinées à reconnaître les meilleurs élèves formés par ces écoles de cirque, n'oublions pas l'Ecole d'Alexis Gruss et de Silvia Montfort avait aussi vu le jour (voir blog17/05/2014), mais ceci est une autre histoire... Alors quelle est l'année de la création de l’Ecole Nationale du Cirque, à vous de juger ! Mais place aux images d'archive de cette école...

commentaires
1 2 3 4 > >>