Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le bloc-notes de cirk75

Chronique au fil du temps et de la mémoire d'un circophile amateur

Pipo, Dario et Mimile, l'autre trio magique

Publié le 30 Octobre 2013 par cirk75gmkg dans Clowns

Pour ceux qui ont connu ce trio magique, ce petit montage:

Pipo-Dario---Mimile.jpg

commentaires

Le Lido, Centre des Arts du Cirque de Toulouse

Publié le 10 Octobre 2013 par cirk75gmkg dans Bâtiments

Lido.jpgA l’initiative de la ville de Toulouse et soutenu par la Région Midi-Pyrénées et la DRAC, le Lido ouvre ses portes en 1988. A départ ce centre accueillait des ateliers pour amateurs, puis à partir de 1992 suite au rachat à la mairie de Toulouse d’un ancien cinéma de quartier  un secteur pour les professionnels est proposé permettant ainsi à des jeunes artistes de mettre au point leur numéro. La démarche pédagogique de l’école est centrée sur l’artiste, à la recherche d’une signature et d’une authenticité artistique. Elle s’appuie sur les techniques de cirque et revisite le théâtre, la danse, les arts plastiques et toutes autres formes créatives susceptibles d’influencer et d’enrichir les propositions artistiques de la scène contemporaine, sans perdre pour autant la spécificité du cirque. Le Lido privilégie l’écriture personnelle, la recherche d’un langage corporel propre au comédien de cirque. A la fin du processus de formation de 2 ans, le Lido propose aux jeunes artistes de les accompagner à la réalisation de leur insertion professionnelle (Formation Insertion), ou à la finalisation de leur projet de création (Studio de Toulouse - PACT).
Lido3.jpgParmi quelques compagnies issues de ce Centre on peut citer : les Acrostiches, la compagnie 111, le Boustrophédon, Cridacompany, la compagnie Singulière, les Triplex, le Petit Travers ou le collectif Prêt à Porter, ainsi que les Sœurs Pillières , Gérard Cibola entre autres. ...Un livre édité aux Editions Privat et coécrit par Michel Mathe  et Henri Guichard, un des fondateur de ce Centre dédié au cirque et à sa formation est à la disposition de ceux qui souhaitent être mieux informés sur cette aventure.
commentaires

Adrien Terme

Publié le 9 Octobre 2013 par cirk75gmkg dans Musique

Adrien-Terme.jpgNombre de musiciens de jazz, un jour d'une façon plus ou moins éphémère, se sont produits au sein d'orchestres de cirque. Mais tel ne fut pas le cas du trompettiste et chef d’orchestre Adrien Terme, qui dirigea de 1962 à 1966, l'orchestre du "Cirque Sabine Rancy" date à laquelle il prit la place de René Bazzanella chez "Amar", collaboration qui dura jusqu’en 1978. Compositeur de musique de cirque dont le célèbre "Rancy 65", Adrien Terme, originaire du Sud de la France et ancien "collégien" de Ray Ventura, de par ces origines imprimait un ton très "jazzy" à l'accompagnement des numéros, ce qui parfois déroutait certains puristes mais en enchantait bien d'autres en conférant à la musique de cirque à cette époque une certaine modernité.

AdrienTerme.jpgPour bons nombres de circophiles il demeure à ce jour comme un des meilleurs chefs d'orchestre de cirque, n’hésitant jamais quand il le fallait à improviser. Adrien Terme est aujourd'hui décédé et son épouse qui était chef caissier chez Rancy fut aussi l'une des dernières confidentes de Sabine Rancy. Si vous souhaitez entendre le ton musical d’Adrien Terme, le disque qu’a enregistré l’historien du Cirque Adrian (voir blog26/06/2012) et appelé "La voix du Cirque" permet de réécouter ce virtuose de la trompette, dans quelques une de ses compositions au temps où il tenait le pupitre chez Sabine Rancy.

commentaires

Le Buren Cirque

Publié le 8 Octobre 2013 par cirk75gmkg dans Bâtiments

Buren.jpgLes tourangeaux, depuis septembre dernier bénéficient d’un nouveau mode de transport en commun traversant à la fois le Cher et la Loire : le tramway. Et parmi la particularité de ce tram, son design confié à un collectif comprenant plusieurs artistes-designers, dont Roger Talon le créateur du TGV, et Daniel Buren dont le nom est attaché à jamais aux colonnes du Palais Royal à Paris et qui a signé à Tours tout au long du tracé, plusieurs œuvres monumentales.
BurenCircus2.jpgMais le nom de Buren, ce qui est moins connu,  est aussi attaché à monde de la piste, car pour ce créateur original le cirque n’est pas un monde inconnu. Môme il habitait à côté du Cirque Medrano (voir blog01/04/2011) et depuis toujours il est fasciné par les cirques ambulants qui en s’installant construisent des villages éphémères. Peut être, est-ce à cause de cela qu’en 2000 Dan Demuyinck, un pionnier du nouveau cirque, est allé lui proposer de donner non seulement son nom à un cirque mais aussi d’élaborer les spectacles et le décor qui va avec.
BurenCircus3.jpgSi Daniel Buren n’est pas présent à chaque représentation, sa patte de metteur en scène est bien présente lors de ces spectacles pluridisciplinaires fondés sur la rencontre des arts plastiques et des arts du cirque, mêlant performeurs, artistes, musiciens, contorsionnistes, chanteurs, danseurs... Au Buren Cirque, il n’existe pas un cirque mais des cirques où chacun véhicule un imaginaire qui lui est propre à partir des propositions des artistes et des codes visuels de Buren où on retrouve ses célèbres bandes verticales de couleur sur les décors.
BurenCircus.jpgLa dernière  création du Buren Cirque a été proposé à Istres du 4 au 6 octobre, non sous un chapiteau mais sous trois cabanons où le public était réparti équitablement. Cette disposition permettait à chaque spectateur de voir les mêmes numéros mais dans un ordre différent. Comme indiquait la communication du  Buren Cirque "Les spectateurs sont stables, ce sont les artistes, acrobates, danseurs, contorsionnistes, performeurs, musiciens qui se déplacent d’un lieu à l’autre" Le Buren Cirque un cirque original, à vous de juger !
commentaires

Sous le plus grand chapiteau du monde (1952)

Publié le 7 Octobre 2013 par cirk75gmkg dans Cinéma

hapite LePlusGrandSpectacleDuMonde.jpgEn 1951 Hollywood propose à Cecil B. DeMille, l’un de ses meilleurs réalisateurs, de mettre en scène la vie trépidante des saltimbanques modernes que sont les cirques américains. "The Greastest Show on Earth", car tel est le titre original de ce film est aujourd’hui un véritable document sur les vicissitudes des tournées, sur la vie au quotidien des gens du voyages et sur une époque aujourd’hui révolue car depuis 1956 les chapiteaux ont progressivement laissé place aux grandes arènes qui ont fleuri un peu partout aux USA depuis les années 1960. Ces salles sont des immenses constructions qui permettent de présenter un large éventail d’évènements allant du sport aux concerts en passant par les réunions politiques et le spectacle de cirque.
   
Cecil B.DeMilleL autre grand intérêt de ce film réside dans le nombre d’artistes de cirque que l’on peut entrevoir. La liste est longue et non exhaustive: Lou Jacobs (voir blog06/10/2013), Emmet Kelly, Antoinette Concello, Alzana, Trisco, Lilo Juston, les Chaludis, les Idvanis, les Realles, les Fredonias, Luciano Friedel, Suzy Potts, les Zoppes, Bones Brown, Fay Alexander, Lola Dobritch, les Hemadas, Christy & Gorrilla, Felix Ader, Paul Jérôme, Edith Kolb, les chevaux de Mrockowski, les otaris de Tibor, les chiens de Peterson, les ours de Rix, les Flying Artonis, les Flying Concellos, les Flying Comets, l’orchestre de Merle Evans (voir blog01/02/2011), le chapiteau du "Ringling Bros. & Barnum & Bailey Circus" et Cecil B DeMille lui même en Ringmaster…    
        
Sous-le-plu-grand-chapiteau-du-monde.jpgLe scénario de ce film mélodramatique, bourré de poncifs, nous distrait et nous permet de voir ce qu’est un cirque à trois pistes. L’histoire relate la vie quotidien d’un directeur d'un grand cirque américain, qui doit faire face à des difficultés financières. Pour tenter d'équilibrer le budget, il engage un trapéziste de renom, ce qui entrainera des tensions et des rivalités amoureuses, sans parler du lourd secret que cache le clown Patoche, qui dans la réalité est… chut ne dévoilons pas cette intrigue cousue quand même de fils blanc.
Sous-le-plus-grand-chapiteau-du-mondeb.jpgSous le plus grand chapiteau du monde un film d’une autre époque en tous points, mais à voir ou revoir et disponible en DVD.
commentaires

Johann Ludwig Jacob dit Lou Jacobs (1903 – 1992)

Publié le 6 Octobre 2013 par cirk75gmkg dans Clowns

Lou_Jacobs.jpgNé le 1er janvier 1903 en Allemagne de parents artistes (chanteurs et danseurs), Lou Jacobs est le cadet d’une fratrie de neuf enfants. À 11 ans, pour la première fois il endosse le frac de clown, mais son père opposé à sa vocation va lui apprendre le métier d’acrobate. En 1923 il rejoint son frère Keith aux USA et va alors pendant plus de 2 ans s’exhiber dans des foires en tant qu’acrobate contorsionniste. Puis il rencontre Michael Moris un autre contorsionniste, avec qui il va à l’aide d’un manche à balaie parodier le travail du trapéziste. Comme son alter égo est sous contrat avec le "Ringling Brothers & Barnum & Bailey Circus" cela lui ouvre les portes du plus grand cirque du monde où désormais il va développer son personnage d’auguste au maquillage outrancier, néanmoins fortement inspiré de celui qu’Albert Fratellini avait mis au point.

AlbertF.JPGStar pendant plus de 60 ans de ce cirque américain où il a les honneurs de la piste centrale en présentant des entrées où les accessoires jouent un rôle primordial. Aux USA les clowns jouant dans une arène de plus de 20 000 places avec trois pistes, il est donc impératif d’être vu de loin. Parmi ses dispositifs mécaniques plus notables sa voiture miniature est devenue un classique. En 1953 il épouse Jean Rockwell, un ancien mannequin devenue artiste acrobate de cirque, avec qui il aura deux filles Dolly une future trapézite et Lou-Ann, future dresseuse d’éléphants.

Disk barnum4Son comique avait du mal à être expatrié, ainsi invité en 1977 au IV° Festival International du cirque de Monté Carlo, il apparut en chasseur suivi de son chien déguisé pour les circonstances en lapin farceur. Son entrée sembla bien anodine aux spectateurs présents, peut être que le cadre du chapiteau plus intime par rapport aux trois pistes de chez "Brothers & Barnum & Bailey Circus" ne lui convenait pas. Lou Jacobs semblait dépaysé dans une seule piste, et se sentit obligé de ralentir son jeu rapport à ce qu’il faisait habituellement. En 1988, après 64 ans, Lou Jacobs enfin se retire tout en continuant à enseigner le métier de Clown. Il s’éteint paisiblement dans son sommeil le 13 septembre 1992 à l’âge de 89 ans.

Amar1977bbouglionech1977cPinder87Lou Jacobs, peut être l'auguste le plus célèbre du monde, image de marque du "Brothers & Barnum & Bailey Circus" est encore utilisé ou du moins sa trogne par la plupart des cirques sur quantité d’affiches ou d’objets publicitaires…Pour les cinéphiles on peut entrevoir Lou Jacobs sortir de sa voiture dans le film de Cecil B DeMille "Sous le plus grand chapiteau du Monde"

commentaires

Félix François Bouisset (1875-1960)

Publié le 5 Octobre 2013 par cirk75gmkg dans Affiches

Circus_-Varietes_Menier-.jpgFrère cadet de l’affichiste Firmin Bouisset, mondialement connu pour entre autre sa saga Menier  (voir blog28/04/2013), Félix François Bouisset effectue ses études à l’Ecole Nationale des Arts Décoratifs et à l’Ecole Nationale des Beaux-Arts de Paris. Il  exerce ses talents d’artiste peintre et de lithographe, puis se fixe définitivement à Montauban où il assume les fonctions de Conservateur des Antiquités et des Objets d’Art du Tarn-et-Garonne et de Conservateur jusqu’en 1950 du Musée Ingres.

Pinder-Felix-Francois-Bouisset.jpgOn ne lui connait pas plus de trois affiches réalisées en lithographie, dont une pour le Cirque Pinder exécutée par l’artiste dans les années 1910. Cette affiche a été imprimée à Montauban, ville où jusqu’en juin 1928 ce célèbre cirque avait ses quartiers d’hiver.

commentaires

Le Cirque un spectacle bien souvent mis à l’index par les municipalités

Publié le 4 Octobre 2013 par cirk75gmkg dans Economie

zavatta.jpgLa presse relate souvent les déboires de  certains cirques lorsqu’on leur refuse l'autorisation de s’installer sur un terrain communal. Le dernier exemple qui vient à l’esprit concerne le Cirque Cathy Zavatta, qui faute d’un accord avec la municipalité de La Madeleine, située dans le Nord, a dû replier précipidement son chapiteau, les tribunaux ayant exigé son départ sous astreinte de 3 000€ par jour. De telles situations deviennent monnaie courant et mettent non seulement l’existence d’établissements en jeu, mais prive aussi le public d’une distraction populaire largement appréciée du grand public. Mais quels sont les raisons du bannissement dont fait l’objet le cirque traditionnel ?

LH47_reportage_02.jpgLes arguments avancés par les défenseurs de cette politique sont connus. Généralement on indique  le manque de place dont dispose la commune. Il est vrai que beaucoup de villes ont transformé les espaces dédiés aux fêtes foraines en places de parking, le plus souvent payantes. Pourtant on remarque souvent que ces emplacements deviennent libres pour des manifestations qui semblent aux élus plus dignes d’intérêt. Autre récrimination contre les saltimbanques, ils sont jugés encore comme des voleurs de poules, et fauteurs de troubles au quotidien (bruit, gêne, pollution, présence d’animaux…). De tels arguments sont méprisants et c’est bien mal méconnaître les circassiens qui sont pour la plupart des gens respectueux des usages et des lois. Et si des abus ont pu ici ou là être constatés, il ne faut pas généraliser à un groupe entier ce qu’une petite minorité s’est permis. Mais mettre en évidence ces incivilités peut être électoralement rentable à quelques d’élections municipales. Comme nous le voyons les références généralement présentés sont le plus souvent fallacieuses, car si certaines municipalités interdisent la présence de cirques sur leur territoire, il s’agit tout bonnement d’un choix politique, pour elles le spectacle de cirque est un art mineur voire insignifiant donc indigne de leur politique culturelle.

850535Ce type d’arguments montre combien ceux qui les véhiculent sont totalement ignorants de valeurs portées par ce spectacle ! Le cirque rassemble au-delà des différences sociales et culturelles, ainsi toutes les catégories sociales possibles allant du quasi SDF aux plus grands aristocrates de la piste sont présentes. Au cirque la haine, le racisme, la xénophobie et l’intolérance n’ont pas droit de citer, chacun est jugé uniquement à l’aune de ce qu’il est capable de faire. Chaque personne au cirque doit faire ce pourquoi elle est là. Si le monteur faillit à sa tâche, les gradins peuvent s’écrouler ou la toile s’envoler. Nulle fonction n’est subalterne, chacun est absolument nécessaire à la construction du spectacle. Par exemple pour présenter un numéro de fauves il faut non seulement un dompteur, mais également un ou plusieurs dresseurs pour le mettre au point, des garçons de piste pour monter ou démonter la cage, des "galoupes" pour nettoyer les voitures cages, des aides pour préparer la nourriture et la donner aux animaux, sans oublier le vétérinaire pour garantir la bonne santé des artistes à quatre pattes. Le cirque rassemble à la fois hommes et animaux. Beau symbole rappelant que la terre n’est pas la propriété exclusive des humains. Dans un spectacle de cirque les animaux sont des artistes à quatre membres, des partenaires au même titre que les artistes à deux membres. Alors amis circophiles en cette période préélectorale rappelez à vos élus les vertus de ce spectacle qui est de plus en plus mis au ban de notre société.

commentaires

Jean Fiolle (1884-1955) un chirurgien peintre

Publié le 3 Octobre 2013 par cirk75gmkg dans Art

JeanFiolle2.jpgPlus réputé pour ses prouesses chirurgicales que picturales Jean Fiolle n'en fut pas moins un artiste accompli et un peintre reconnu, de nombreuses galeries parisiennes ont exposé ses huiles peintes dans l‘esprit de l’école provençale et, influencés aussi par les toiles du peintre fauvisme Auguste Chabaud. Parmi les sujets que ce chirurgien-peintre marseillais peignait figurent notamment les personnages emblématiques du cirque comme l’homme fort, le clown ou l'écuyère.

JeanFiolle.jpgHomme de lettres aussi, Jean Fiolle a publié plusieurs romans, dont un roman policier "Des millions pour un navet"dans la collection Le Masque. Humaniste reconnu il fait partie de cette race de médecins circophiles (voir blog21/09/2011) qui sont bien connus dans le milieu de la piste.

commentaires

La Société Parisienne de Spectacles

Publié le 2 Octobre 2013 par cirk75gmkg dans Cirques d'hier

 

SocieteParisienneDeSpectacles.jpgLe Cirque d’Hiver pendant les périodes de tournées estivales des frères Bouglione était sous-loué à une société organisatrice de spectacles afin que cette salle propose des spectacles tout au long de l’année. La Société Parisienne de Spectacles, car tel était son nom, a ainsi offert sous la coupole de cet établissement de nombreux programmes de grande qualité. Dirigée par Emile Audiffred et Jean Coupan (voir blog15/02/2012), cette société de spectacles s’était spécialisée dans les spectacles de Cirque en assumant en plus du cirque parisien la direction de nombreux cirques comme ceux d'Amiens (voir blog09/05/2011), Bordeaux, La Rochelle, ou Bruxelles…

Amiens1949Amiens1950Si on regarde les programmes ou les affiches des spectacles proposés par cette entreprise on peut voir que ceux-ci étaient de grande qualité. On pouvait en effet applaudir Grock (voir blog21/02/2012), les Fratellini (voir blog13/05/2013), les Clérans (voir blog24/03/2011), les Antares, Pipo et Rhum (voir blog10/10/2011 et 23/03/2011)… l’orchestre était dirigé par René Chapon, l’ancien chef de Grock et la régie était sous la responsabilité de Georges Loyal.. De plus certains cirques étrangers comme le Cirque National de Suède ont fait les beaux soirs de ses programmes.

Bordeaux1952-1-.jpgBordeaux1952.jpgLa Société Parisienne a de 1947 à 1952 organisé les spectacles des fêtes de la Saint Jean du cirque municipal d’Amiens, à travers 3 programmes qui changeaient tous les 10 jours. Et en 1951 et, les deux années suivantes, elle a proposé dans l’ancienne construction de Dorget, sous l’enseigne du Grand Cirque de Bordeaux, pour les Foires d’automne, une pléiade d’attractions où on pouvait applaudir le dompteur Jacky Rex, la trapéziste Andrée Jan (voir blog12/05/2011), la cavalerie de  Jean Houcke, ou les éléphants de Bouglione…

commentaires
1 2 > >>