Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le bloc-notes de cirk75

Depuis 2010, Chronique au fil du temps et de la mémoire d'un circophile amateur

Articles avec #personnalites catégorie

Gaston Desprez, le sauveur du Cirque d’Hiver

Publié le 11 Juin 2020 par cirk75 dans Personnalités

Lorsque Gaston Desprez (voir blog25/03/2012) rachète en 1923 à Serge Sandberg le bail du Cirque d'Hiver, il crée une société en commandite par actions au capital de 1 172 500 francs, nommée Société du Cirque d’Hiver A. Michelet & Cie (Anciennement Ch. Franconi & Cie) comme on peut le lire sur ce document datant du 1er janvier 1926 pour gérer cette salle de spectacle.

De colossaux travaux furent entrepris pour redonner au Cirque d'Hiver son lustre d’autrefois, dont le premier geste fut de redonner au bâtiment son ancienne gloire, car il n'était plus adaptée aux arts de la piste. Furent complètement refaits car ils avaient disparu la piste et les écuries. Les travaux de réhabilitation et création de la piscine, n'ont duré que trois mois et furent surveillés par Louis Gagey, l’architecte chargé du projet.

On l’oublie peut être aujourd’hui, mais sans Gaston Desprez qui a relancé et dirigé pendant onze ans la salle de la rue Amelot, ce bâtiment ne serait jamais redevenu un haut lieu du cirque. Il aurait certainement été démoli comme le furent les 4 autres cirques de la capitale que furent le Cirque des Champs Elysées (voir blog24/02/2011), le Nouveau Cirque (voir blog07/09/2011), le Cirque de Paris ou Métropole (voir blog23/11/2011)et le Cirque Medrano (voir blog07/04/2011).

 

 

 

commentaires

La famille Dutrieu

Publié le 15 Mai 2020 par cirk75 dans Personnalités, Cirques d'hier

Le cirque Dutrieu fut créé par Eugène Dutrieu, un ancien coureur cycliste fort prisé dans le nord de la France. Personnalité à l’origine du remplacement  des halles de Tourcoing en cirque hippodrome fixe et par ailleurs directeur d’un cirque fixe, L’Excelsior situé à la frontière belge à Tournai.

Le Cirque Dutrieu établissement voyageur tournait principalement dans le nord de la France et proposait des spectacles de qualité dans les enceintes des hippodromes de Tourcoing et Valencienne (voir blog21/12/2014). On pouvait ainsi applaudir selon les tournées : les clowns Antonet (voir blog16/04/2012) et Beby (voir blog15/04/2012),  Léandre avec Marval, Little Walter, le dompteur Fortunio, la cavalerie Gautier,  l’excentrique Germain Aéros (voir blog07/10/2018)…

On pouvait aussi frémir quelques fois aux exploits d’une casse-cou et comédienne fort prisée: Hélène Dutrieu, sœur du directeur. Née le 10 juillet 1877 à Tournai en Belgique, elle proposait un numéro fort dangereux "La Flèche Humaine". Pratiquant aussi avec succès les compétitions cyclistes, elle avait imaginé en voyant "Le Looping the Loop" (voir blog01/12/2014) de remplacer la boucle par un vide et le looping par un saut.

Alternant le cirque, (avec "Flèche Humaine" ou 'Moto Ailée"), et le théâtre qui restait sa grande passion, elle fit aussi parler d’elle en décrochant un brevet de pilote et devient recordwoman de distance en parcourant en 1911 sur un Forman, 167 km. L’année suivante en 1912 elle devint la première femme à piloter un hydroplane (premier terme pour désigner un hydravion). 

Tous ces exploits lui valurent en 1913 d’être promu au grade de Chevalier de la Légion ’Honneur. Pendant le 1ère guerre mondiale elle est conductrice d' ambulance puis directrice de l'hôpital militaire de Campagne à Val-de Grâce . Après la guerre, elle devient journaliste et suite à son mariage en 1922 avec Pierre Mortier elle prend la nationalité française.

Devenue vice-présidente de la section féminine de l' Aéro-Club de France, elle crée en 1956 la Coupe Hélène Dutrieu-Mortier récompensée avec une gratification 200 000 francs pour la pilote française ou belge qui effectue chaque année le plus long vol sans escale.

Sans jamais se glorifier de ses prouesses, qui selon elle n’étaient pas des exploits, mais simplement une tendance à suivre ses pulsions, elle décède dans son lit le 26 juin 1961 après une vie bien remplie, d'audace et d'exploits dont quelques uns sur une piste.

 

commentaires

Un livre à lire en période de confinement : Mes Quitte ou Double par Zappy Max

Publié le 7 Mai 2020 par cirk75 dans Livres, Personnalités

Chanteur, comédien et animateur radiophonique, énorme vedette dans les années 50 et 60 tant en France qu’en Belgique, Zappy Max (voir blog12/03/2011) une fois un peu retiré des micros, a écrit de nombreux livres relatant sa brillante carrière du temps de l’âge d’or de la radio.

Dans un ouvrage intitulé "Mes quitte ou double" paru en 2000 pour les Editions Dreamland, le joyeux phénomène de la radio, comme on le nommait à cette époque, raconte non sans humour, sa double expérience de la piste avec le Radio Circus , mais aussi sa tournée en 1967 avec le Cirque Rancy.

Vingt ans plus tôt en 1947, Zappy Max fut engagé par Louis Merlin (voir blog14/02/2012) pour animer les  célèbres jeux radiophoniques de la station grand ducale: Radio Luxembourg. Il va animer principalement " le Quitte ou double" (voir blog07/10/2011) ou "le Crochet radiophonique" (voir blog08/10/2011) sous le chapiteau du Radio Circus (voir blog16/01/2015) -enseigne créée par Roger Audiffred et Jean Coupan (voir blog15/02/2012) ) - et appartenant aux Gruss-Jeannet (voir blog21/06/2015).

Zappy Max dans "Mes Quitte ou Double" au chapitre "En piste" transcrit son premier ressenti à la vue du chapiteau du Radio Circus. Laissons-lui la plume. "Sur ce terrain à peine déblayé des ruines du dernier conflit, que découvrais-je ? Un petit cirque familial avec deux modestes mats et ne dépassant pas les douze cents places.  En serrant bien. Son parc automobile provenait directement des surplus de guerres… Hélas au pluriel. La toile proprement dite était propre , mais elle avait visiblement souffert à de nombreuses reprises. "

Notre trublion des ondes mentionne aussi sa tournée en 1967 avec le Cirque Rancy pour lequel il avoue ne pas garder un bon souvenir. Il évoque aussi ses rencontres avec Roger Lanzac (voir blog25/09/2011), Marcel Fort (voir blog06/10/2011), Henri Kubnick (voir blog29/06/2015), Lucien Jeunesse (voir blo05/02/2012), Albert Préjean (voir blog06/01/2015) et avec bien d’autres personnalités de cette époque et ce sans langue de bois.

Zappy Max est aussi à l'origine de deux autres livres où la piste est également présente.

Dans la brochure "Quitte ou Double!" édité en 1954 par "Les Amis de Radio Luxembourg", il se fait historien en narrant quelques anecdotes relatives à ce jeu qui fut fureur après guerre et dont un des grands vainqueurs se nommait l'Abbé Pierre. On peut aussi se frotter à ce jeu. Sur 36 pages, on trouve une palanqué de questions (et réponses), posée aux nombreux concurrents qui y ont participé.

Avec "Amours de cirque" (Edition André Martel pour la collection "Votre Bonheur" Zappy Max se fait romancier pour nous raconter l'histoire d'une jeune orpheline recueillie par un cirque. L'héroïne est bien entendu amoureuse de Jimmy, un dompteur volage, tandis que Bernard le trapéziste est fou d'amour pour la belle orpheline. Comme on le voit, cette Andromaque sous le chapiteau est un vrai un roman à l'eau de rose! 

Ces 3 livres signés Zappy Max, selon nos goûts sont à lire, surtout le premier, en période de confinement ou non.

commentaires

Un livre à lire en période de confinement : J’en ai fait, j’en ai vu, j’en ai connu…  par Jean-Pierre Panir

Publié le 6 Mai 2020 par cirk75 dans Livres, Personnalités

Jean Poupaert, alias Jean-Pierre Panir bien connu du public du Nord-Pas de Calais pour avoir fait venir entre 1955 et 1986, les plus grandes artistes sur la piste du cirque Voix du Nord , puis à partir de 1987 sur celle de la Grande Fête Lilloise du Cirque. (voir blog12/11/2014), a fait paraître en 2003 un charmant petit livre de 152 pages racontant son expérience professionnelle d‘agent artistique.

Dans "J’en ai fait, j’en ai vu, j’en ai connu… " Jean-Pierre Panir relate par exemple qu’en 1952, rêvant de devenir directeur de cirque il va créer "le France Circus" . Mais cette  expérience va vite tourner court . Le matériel, le chapiteau, les camions rendent l’âme rapidement et "France Circus" selon l’auteur est "la plus grande bêtise de sa vie". Mais le virus du cirque est dorénavant chez Jean-Pierre Panir et n'est pas prêt de partir. Et quelques années plus tard, en 1955 naîtra, à la demande d’un célèbre quotidien régional du Nord de la France, Le Cirque Voix du Nord (voir blog 22/12/2010) avec le succès que l’on connait.

Ce livre évoque aussi : Tintin et Milou, le Père Duval le curé chantant, Achille Zavatta, le ventriloque Jacques Courtois et Omer, le fakir Yvon Yva, les galas de catch, les kermesses de la bière, Sim, Henry’s (voir blog01/01/2014), Henny, Les Bario et bien d’autres anecdotes artistiques...

Un livre à lire ou relire en période de confinement ou non

commentaires

Un livre à lire en période de confinement : L’Imaginaire du Cirque

Publié le 1 Mai 2020 par cirk75 dans Livres, Personnalités

Hugues Hotier (voir blog10/01/2011), universitaire , circophile, créateur et animateur du Cirque Educatif (voir blog09/01/2011) est aussi un expert de la communication interculturelle.

Directeur de deux collections, "Communication des organisations" et "Arts de la piste et de la rue" aux Editions L’Harmattan, où il a fait paraître une demi-douzaine de livres, dont "L'imaginaire du Cirque" édité en 2005.

Cet ouvrage évoque tout d'abord des notions de base de la psychologie sociale et des sciences de l'information et de la communication  puis nous voyons comment les médias et les pouvoirs publics ont construit une représentation sociale confiné au cirque dit "nouveau".

L'observation du cirque permet aussi de comprendre comment les animaux, les clowns, les acrobates sollicitent l'imagination du spectateur qui participe ainsi à la co-construction d'un imaginaire à la fois propre à chacun et commun aux quelque 12 millions de français qui constituent le public du cirque  que l'on nomme maintenant traditionnel.

Cet ouvrage de vulgarisation est passionnant et à déguster à tout moment, confiné ou non.

commentaires

Un livre à lire en période de confinement : Une vie de Cirque

Publié le 13 Avril 2020 par cirk75 dans Livres, Personnalités

Qui peut mieux que Jérôme Medrano (voir blog18/10/2011) raconter la merveilleuse histoire du Cirque Medrano ? C'est ce que se sont dit les Editions Arthaud lorsqu’ils ont souhaité proposer un livre sur cette légendaire piste parisienne du Bd Rochechouart.

Aussi  en 1983, parait un ouvrage de 319 pages, intitulé "Une vie de Cirque" produit par la maison d’édition grenobloise, dans lequel le fils de Geronimo Medrano (voir blog17/10/2011) relate ses souvenirs qui côtoient les Fratellini, Grock, Rastelli, Antonet, Béby, Alex, Pipo, Rhum, Porto, les Bario, Zavatta, Gilbert Houcke, Vojtech Trubka. . . autrement dit la fine fleur des étoiles de la piste du début du XX° siècle.

Un chapitre est aussi consacré à la fin de Medrano et à la reprise de la piste de Montmartre par le famille Bouglione..

Un livre à lire absolument qu’on soit en période de confinement ou non…

commentaires

Un livre à lire en période de confinement : C'était formidable, Louis Merlin

Publié le 7 Avril 2020 par cirk75 dans Livres, Personnalités

Ce deuxième tome des Mémoires de Louis Merlin, paru en 1966 chez René Julliard, relate avec force et détails la période 1940-1957 de ce grand patron de la radio qui fut l’inventeur d’Europe et de 1945 à 1953 l’âme de Radio Luxembourg.

Un paragraphe est tout particulièrement intéressant pour un circophile est celui où il relate la création du Radio Circus (voir blog16/01/2015) ; piste qui à partir de 1949 allait devenir une des plus connues de France. Il y parle notamment de Zappy Max, de l’abbé Pierre candidat du Quitte ou Double et de bien d’autres anecdotes.

Dèjà dans le premier tome de ses Mémoires, intitulées "J'en ai vu des choses..." Louis Merlin nous montrait que le cirque n'était pas un spectacle inconnu pour lui. Il décrivait dans un chapitre se rapportant à Medrano et aux Fratellini (voir blog18/05/2015) le succès phénoménal que ces trois frères ont eu entre les deux guerres. Un témoignage d'une époque où il était essentiel d'être reçu dans la loge de ces trois artistes. Ainsi Jacques Copeau, Charles Dullin voire Firmin Gémier les prenaient  pour modèle et s'inspirèrent de leur jeu, c'est dire l’aura qu'avaient à cette époque Paul, François et Albert...

Louis Merlin grand amateur des étoiles de la piste fut aussi à l'origine du "Gala de la Piste", où chaque année pour présenter le spectacle il revêtait l'habit bleu. Malheureusement le troisième tome de ses Mémoires qui devait se nommer "A cœur ouvert" et devant cibler la période 1958 et après n'est jamais paru. C'est dommage car on jamais pu lire son témoignage sur cette manifestation circassienne dont la première a eu lieu le 23 mai 1958 sous le chapiteau du Cirque Napoléon Rancy. 

 

Louis Merlin très tôt se plongea dans l'univers du cirque, ainsi en décembre 1923 il a alors 22 ans, organise un arbre de Noël pour les Doc au Cirque de Touraine et dessine la couverture du programme, où on peut voir un clown blanc tenir à la main une petite fille.

Pour lui rendre hommage les premières éditions du Cirque Mondiale de Demain remettaient aux lauréats des Bourses nommées Louis Merlin (voir blog25/01/2017),rappelant ainsi le long compagnonnage qui avait lié Louis Merlin et les arts de la piste. 

 

 

commentaires

Un livre à lire en période de confinement : Ma vie sans filet

Publié le 6 Avril 2020 par cirk75 dans Livres, Personnalités

En 1984 les Editions Robert Laffont ont souhaité recueillir les souvenirs de l’acteur et directeur de cirques Jean Richard. En neuf grandes parties dont une consacrée au cirque, Sacha Zahnd transcrit dans un livre de 360 pages les moments charnières de l’homme de spectacles que fut ce natif des marais poitevins.

Jean Richard est aussi à l’origine de deux autres livres parus en 1966 et 1971 chez Fernand Nathan dans lesquels il nous fait part de sa passion pour les félins et de son attrait pour le métier de dompteur.

 

Entre temps en décembre 1968 il a aussi enregistré chez Decca, un disque intitulé "De la jungle à la Piste" où il raconte quelques anecdotes déjà retranscrites dans les ouvrages ci-dessus. C'est aussi l'occasion d'évoquer le souvenir de quelques grands dompteurs français contemporains.  

 

commentaires

Un livre à lire en période de confinement : La piste aux étoiles

Publié le 3 Avril 2020 par cirk75 dans Livres, Personnalités

En 1966, les Editions Raoul Solar ont édité un livre où sont recueillis par Jacques Prezelin les souvenirs de Gilles Margaritis (voir blog15/10/2015). En 224 pages, avec photos et dessins du producteur de la Piste aux étoiles, cet ouvrage relate comme dit l"avant-propos des "histoires touchantes ou drôles qui constituèrent la vie"de ce pionnier de la télévision.

Malheureusement Gilles Margaritis, n'a jamais pu lire ce livre, car il est décédé d'une mort brutale sans que rien ne le laisse prévoir un 6 novembre 1965. Néanmoins cet ouvrage permet de retracer non seulement sa vie de producteur d'une des plus populaires émissions de la télévision française, mais aussi de rappeler que Gilles Margaritis fut aussi un artiste de talent. 

Très curieusement et malgré le titre de ce livre, l'émission phare de la télévision  française, tout comme les tournées Pinder ORTF qui de 1961 à 1969 ont suivies, sont peu évoquées.

Pour les nostalgiques de cette période il est préférable de lire ou relire l'ouvrage intitulé "Le livre d'Or de la Piste aux Etoiles", paru en 1969 chez Fernand Nathan, signé Hélène Margaritis, photographies de Jean-Claude Muller et Georges Lang, pour avoir une bonne idée des artistes ayant jalonné cette émission.

commentaires

André Vylar le fidèle directeur des cirques de Jean Richard,

Publié le 19 Janvier 2020 par cirk75 dans Personnalités

Peu connu du grand public, Antoine Vendetti, plus reconnu dans le milieu du spectacle sous le nom d’André Vylar, est décédé à l’âge de 91 ans, jeudi 16 janvier 2020. Résumer sa vie en quelques mots tient de la gageure tant sa carrière est à la fois longue et variée. En effet il fut tour-à-tour comédien, chanteur de variété, fantaisiste dans les opérettes, imprésario, speaker lors des grandes rencontres de boxe de l’hexagone, homme de radio et de télévision. Il tâte aussi de la mise en scène avec notamment "Le Pays du Sourire", une opérette de Franz Lehár. Il joua par exemple dans des pièces comme,  "Le Médecin malgré lui" de Molière, "Le Valet de quatre cœurs d’Albert Husson", "Le Coq aux œufs d'or" de Henry Lapierre, ou "Le Jeu de l'amour et du hasard" de Marivaux.

En 1965 il participa à l'aventure de "Monsieur Carnaval" une opérette française de Charles Aznavour, livret de Frédéric Dard, il tient le rôle d’Adrien-Luc aux côtés de Georges Guétary (voir blog18/1/2010)  et d’un certain Jean Richard avec qui il se lie d’amitié. Et lorsque ce dernier crée à la fin des années 60 son cirque il en devient le directeur. Avec le développement de la société que le comédien a créé pour gérer ses activités circassiennes, le Groupe "Chapiteaux Spectacle Jean Richard", André Vylar a en charge, en plus des parcs de loisirs, de la gestion des 4 cirques du comédien : le "Cirque Jean Richard", le "Pinder-Jean Richard", le "Nouvel Hippodrome de Paris" et le "Nouveau Cirque Jean Richard"(voir blog22/11/2010).

Touche à tout artistique depuis le début des années 50, Il a aussi écrit ses mémoires et a co-signé un roman policier (Le linceul je veux bien, mais la bière non...) avec son ami lyonnais Jacques Bruyas, bref André Vylar ne s’est pas ennuyé dans la vie. Lorsque le cirque Pinder faisait étape dans sa bonne ville de Lyon, il allait toujours dire un petit bonjour à ses amis de la piste dont à un certain Frédéric Edelstein (voir blog12/04/2013).

commentaires
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>