Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le bloc-notes de cirk75

Chronique au fil du temps et de la mémoire d'un circophile amateur

Emmanuel Liadouze, MimiClown…

Publié le 31 Janvier 2016 par cirk75 dans Clowns

Emmanuel Liadouze, MimiClown…

Issu du Centre National des Arts du Cirque de Chalons en Champagne (voir blog02/05/2011) Emmanuel Liadouze (promotion 1992) est un des représentants de cette nouvelle génération d’excentriques où le maquillage et la tradition ne sont pas de mise et qui souhaitent proposer des entrées propres à leur univers. Des yeux malicieux, un béret, un bleu de travail et voilà MimiClown, prêt à être un insolite et bedonnant technicien qui voudrait trouver sa place au milieu de ceux qu’il admire : les artistes. Et pour mettre au point un numéro qui le rendra célèbre il utilise des accessoires inhabituels comme une longe ou une table tournante manœuvrée par un monocycle. Et bien entendu catastrophes assurées sont au rendez-vous …

Emmanuel Liadouze, MimiClown…

Que ce soit chez Flic Flac, le cirque allemand branché ou même aux Etats-Unis au célèbre Big Apple Circus, MimiClown - révélation du Festival Mondial du Cirque de Demain (Médaille de Bronze en 1994) - propose des aventures très personnelles qui depuis ont été à l’affiche de nombreux établissements comme Knie en 1996, Cirque d’hiver (spectacles Salto ou Audace), Krone en 2000 ou Arlette Gruss 2003 et 2004. N’oublions pas en 1998 le spectacle Crescend’O de Murielle Hermine (voir blog19/06/2012) où Emmanuel Liadouze jouait avec Franck Pinard les deux clowns aquatiques de cette production.

En dehors du personnage burlesque de MimiClown, c’est aussi un acrobate de talent et un magicien accompli, ce qui lui permet de proposer des spectacles clownesques pour enfants, mêlant contes et magie comme "T'es puni !".

Emmanuel Liadouze, MimiClown…

En parallèle, Emmanuelle Liadouze avec son épouse la voltigeuse Song-Hui Liadouze - clown d’Or en 1989 avec la troupe de trapézistes volants du cirque national de Pyongyang – a fondé depuis 2006 en Bretagne, le Centre des Arts du Cirque: BRAV’OH CIRQUE. Responsable pédagogique il enseigne l’acrobatie, les cascades burlesques et propose une formation clown.

Ah ! J’oubliais il possède un CAP de menuisier, aime la musique traditionnelle bretonne ainsi que le Jazz… les percussions et en 2015 a créé Formation Pro Cirque organisme qui propose non seulement des formations ouvertes et adaptées à tous les publics et à tous les niveaux mais aussi des spectacles…

commentaires

Le Cirque, (Cleveland Museum of Art)

Publié le 30 Janvier 2016 par cirk75 dans Art

Le Cirque, (Cleveland Museum of Art)

Cette toile, est-il besoin de le préciser tant c’est évident, représente un spectacle de cirque. Une piste ronde sur laquelle évoluent tous les personnages emblématiques de cet art. Un orchestre situé au-dessus de la "gardine" joue. Une écuyère sur son cheval, au centre un maître de manège dirige la manœuvre. Sur le reste de la piste on distingue des clowns dans un joyeux charivari. Encadrant la piste, des spectateurs en mouvement donnent ainsi un certain relief à ce tableau au style que l’on pourrait qualifier d’expressionniste "léger". Quant au lieu représenté il ressemble à s’y méprendre au Cirque Molier (voir blog27/04/2012). Il faut dire que le peintre qui dans la réalité est une femme, il s’agit de Marie-Clémentine Valade alias Suzanne Valadon (1865-1938), l’a assidument fréquenté pendant plusieurs années. En effet vers 11 ans Marie-Clémentine s'initie à l'acrobatie puis au trapèze sous la coupole du cirque créé par Ernest Molier. Mais à 15 ans un accident met fin à sa carrière d'enfant de la balle et l’oblige à se débrouiller autrement. Faute de mieux, elle traîne dans les bars que ces messieurs de la haute bourgeoisie fréquentent. Dotée d’une grande beauté, elle attire l’attention et devient modèle pour les peintres.

Oui curieux destin que celui de Suzanne Valadon fille naturelle d’une blanchisseuse et d’un père un forgeron mécanicien condamné pour fausse monnaie qui décédera au bagne. Peintre à la forte personnalité, ce qui lui permettra dans ce monde très masculin que représente la société du XIXème siècle de forcer ce temple masculin en devenant la première femme admise dans la Société nationale des beaux-arts. Et si elle fut aussi la mère du peintre Maurice Utrillo, elle demeure de nos jours une artiste reconnue, au style coloré et affirmé où portraits, nus et natures mortes sont monnaie courante dans sa production et où ce tableau sur le Cirque, conçu en 1889, reste une belle exception.

commentaires

V° New Generation de Monte Carlo

Publié le 29 Janvier 2016 par cirk75 dans Festivals

V° New Generation de Monte Carlo

Du 30 et 31 janvier 2016 et pour la cinquième fois sous le Chapiteau de Fontvieille, les jeunes artistes de la piste et leurs complices les animaux se produiront devant un jury international présidé par Pauline, la fille aînée de S.A.S La Princesse Stéphanie pour tenter de gagner un Junior d’Or, d’Argent ou de Bronze, dans cette compétition, nommée New Generation, avec cette année en vedette René Caselly Jr.

commentaires

XXXVII° Festival Mondial du Cirque de Demain

Publié le 28 Janvier 2016 par cirk75 dans Festivals

XXXVII° Festival Mondial du Cirque de Demain

Créé le 5 janvier 1977 au Cirque d’hiver Bouglione et organisée chaque année par l’Association Française pour le Cirque de Demain, cette manifestation fête cette année sa 37ème édition et se tient depuis plusieurs années pelouse de Reuilly sous la coupole du Cirque Phénix.

Le Festival Mondial du Cirque de Demain (voir blog13/01/2014) référence incontournable, et considéré comme une sorte de Jeux Olympiques du cirque, avec ses médailles d’Or, d’Argent et de Bronze, propose pour la présente édition qui se tient du 28 au 31 janvier 2016 des artistes venant de 16 pays, avec pour la première fois des artistes du Kirghizistan dans un numéro de contorsion singulière avec des robots.

XXXVII° Festival Mondial du Cirque de Demain

Cette année le Jury sera placé sous la Présidence de Daniela Arendasova codirectrice générale et directrice des études de l’Ecole Nationale de Cirque de Montréal et sera composé de Sabrina Alexandra Bouglione (productrice et directrice artistique), Valérie Fratellini (directrice adjointe et directrice pédagogique de l’Académie Fratellini), Mary Rose Lloyd (directrice de la programmation du New Victory Theater de New York), Didier Hamann (directeur Général du Groupe Dragone), Pavel Kotov (directeur du Casting du Cirque du Soleil), Maxim Nikulin (directeur du Nikulin Moscow Circus), Winston Ruddle (directeur d’African Circus Productions), Eike Stuckenbrok (ancien lauréat du 31ème Festival en 2010 et directeur artistique), Wu Hangping (directeur de la Troupe acrobatique de Zhejiang).

Ah ! J’oubliai Monseigneur Calixte de Nigremont (voir blog25/01/2014) fin diseur, homme du monde, et Maître es cérémonies mondaines sera bien entendu des nôtres pour présenter les futurs pousses de demain.

commentaires

Les bâtiments du plus petit cirque du monde

Publié le 27 Janvier 2016 par cirk75 dans Bâtiments

Les bâtiments du plus petit cirque du monde

En 1992, Daniel Forget et une poignée d'habitants de Bagneux décident d'investir le gymnase Marcel-Cachin situé en contrebas de barres HLM, dans une zone dite "sensible". Leur rêve un peu fou : initier et former gratuitement les jeunes du quartier aux arts et techniques du cirque et aux cultures émergentes. Et ça marche ! Leur association le Plus Petit Cirque du Monde (voir blog02/04/2013) autrement dit le PPCM, forme chaque année près de 5 000 personnes ­ enfants, adolescents mais aussi adultes.

Et vingt-trois ans plus tard, Patrick Bouchain (voir blog12/10/2014) et Loïc Julienne livrent à Bagneux un "vrai" cirque, en dur, sur l'ancien terrain extérieur du gymnase, près de l'école où, coïncidence peu banale, Loïc Julienne fut élève. Pour les architectes, c'est une troisième réalisation foraine en région parisienne, après l'Académie Fratellini à Saint-Denis (voir blog24/01/2012) et l'École nationale des Arts du cirque à Rosny-sous-Bois.

Les bâtiments du plus petit cirque du monde

Avec son chapiteau haut de 28 mètres, le bâtiment de 1 900 m² a fière allure. Structuré par une charpente de bois lamellé-collé, il possède une toiture bleu-vert époustouflante, aux allures d'origami. Les pans inclinés sont recouverts d'une membrane d'étanchéité reposant sur un système tôle-isolant. Les pans verticaux ont reçu un bardage en pin Douglas. L'entrée se fait par le foyer, imaginé dans l'esprit d'un café associatif. L'espace intérieur, avec naturellement une piste de 13 mètres de diamètre, peut accueillir 360 spectateurs sur des gradins démontables. Une salle de 330 m² avec trampoline et fosse d'acrobatie est dédiée aux compagnies en résidence et à la formation. Quant à l'ancien gymnase, il devient la salle de danse.

Un petit cirque qui tout compte fait est devenu un très grand cirque , en effet PPCM est la première école de cirque en pratique amateur en Ile-de-France.

Une brillante réussite!

commentaires

Sally fille de cirque de D.W. Griffith (1925)

Publié le 26 Janvier 2016 par cirk75 dans Cinéma

Sally fille de cirque de D.W. Griffith (1925)

Perdu depuis longtemps et récemment restauré, ce morceau de cinéma américain de David Wark Griffith, d'après une pièce de Dorothy Donnelly, démontre dans cette chaleureuse comédie toute l’étendue du talent de ce metteur en scène. Dans ce film muet dont le titre original est "Sally of the Sawdust", W. C. Fields (voir blog10/05/2012) tourne sa troisième apparition à l'écran dans le rôle du professeur Eustace Mc Gargle. Un aimable escroc qui devient d'une façon inattendue le malchanceux tuteur d'une femme artiste d'un cirque particulier destiné aux enfants abandonnés. Ayant l'attention de rendre Sally à ses grands-parents, Mc Gargle apprend que le fortuné grand-père est un juge sans pitié qui méprise les gens du spectacle...

Sally fille de cirque de D.W. Griffith (1925)

Mais c’est la diversité et la richesse des scènes qui étonne dans le film de D. W. Griffith. Cirque, foire, demeures fastueuses, gare, tribunal, nombreux extérieurs, sont autant de lieux qui défilent tout au long du film. Ceci étant, le film souffre tout de même d’imperfections et de lourdeurs propres aux années vingt. On trouve par exemple des intérieurs surchargés jusqu’au mauvais goût. Plus étonnant encore, un grand nombre de raccords sont approximatifs, et les poses des personnages ne sont pas forcément cohérentes d’un plan à l’autre.

Finalement, si Griffith reste un des pères de la grammaire cinématographique américaine, avec son cultissime film "Naissance d’une nation", il n’en paraît pas moins dormir un peu sur son acquis dans les années vingt.

Sally fille de cirque de D.W. Griffith (1925)

Quant à W.C. Fieds, il aimait beaucoup incarner les artistes de cirque, cela lui rappelait sa jeunesse car il avait vécu la vie des gens du voyage comme monteur, soigneur d’éléphants, musicien et bien entendu jongleur où il excellait.

W.C. Fields, un personnage haut en couleurs dont les péripéties lui valurent bien des fois de sérieux ennuis. Comme ce jour où sur le tournage d'un film, il soûla un bébé en versant dans son biberon une dose de gin. On relate que le bébé mettra une journée entière à dessoûler.

W.C. Fields, un personnage d'une autre époque.

commentaires

Massy 2016, une année de transition pour ce Festival International du Cirque

Publié le 25 Janvier 2016 par cirk75 dans Festivals

Massy 2016, une année de transition pour ce Festival International du Cirque

Bata Gluvacevic, le nouveau président de l'association peut-être satisfait, la 24ème édition du Festival du Cirque de Massy a eu lieu, et si la querelle des égos (voir blog19/05/2015) se sent encore lors de cette édition, le principal est sauvé, cette manifestation n’est pas morte mais elle reste encore convalescente et fragile. Mais ce que recherche, aux dires des organisateurs le public massicois, c’est du cirque avec animaux et non de savoir qui en est le Président. Et en ce qui concerne les artistes à quatre pattes, ceux-ci ont ce week-end répondu présents. Chevaux, chiens, fauves, lamas, otarie, éléphants, watussis … ont défilé sur la piste de Massy. Aussi commençons par eux et tout d’abord par la famille Caplot dont la complicité avec les animaux est bien visible.

Massy 2016, une année de transition pour ce Festival International du Cirque

Steve Caplot, déjà vu à Massy en 2014, reçoit une "Piste d’or méritée. Cette année en 2016, il présente un nouveau groupe composé de 6 lionnes et d’un lion blanc. Numéro traditionnel avec une pointe de férocité, vivement mené par un belluaire qui obtient un triomphe, tant il communique bien au niveau du public.

John Caplot de son côté obtient une "Piste de Bronze" pour son très pur numéro de chevaux en liberté. Au cours de cette même manifestation il propose également un numéro d’exotiques avec chameaux, lamas, watussis…

Le russe Leonid Beliakov, "Piste d’argent", nous propose avec 5 chiens savants, deux prestations différentes, dont un numéro comique où son partenaire canin ne tient absolument pas compte des souhaits de son maitre. Succès assuré.

Massy 2016, une année de transition pour ce Festival International du Cirque

Côté prestation sans animaux, notons en priorité les incroyables et époustouflantes Flying Girls, déjà récompensées par une "Etoile d’or" lors du 12ème festival du Cirque de Grenoble qui reçoivent ici à Massy le "Prix du Président de la République". Ces extraordinaires artistes de Corée du Nord, 4 gracieuses voltigeuses soutenues par 4 énergiques porteurs, nous proposent une succession d’exploits où la beauté se dispute au danger. Triple pirouette, triple saltos suivi d’un double puis feux d’artifice final, un quadruple salto, montrent que ce groupe est un des meilleurs, si ce n’est le meilleur, à l’heure actuelle.

Venant de Mongolie la Troupe Puje nous propose deux numéros : un de voltige au sol et un second de corde à sauter. Ils enthousiasment public et jury, et obtiennent une "Piste d’or", tant leur numéro est rythmé et parfois audacieux au niveau des prises de risques.

Côté grâce et beauté aux tissus aériens, le duo formé par la splendide Ambra Faggioni et l’acrobatique Yves Nicols qui sur un air de tango chanté par Yves lui-même, nous présente un audacieux numéro aérien. Ces artistes sont récompensés par une logique "Piste d’argent".

Un jongleur dont la rapidité dépasse l’entendement, et qui sait admirablement communiquer avec le public, rafle une "Piste de bronze". Michael Ferreri nous propose toutes les facettes de son art et va jusqu’à jongler avec 9 balles, là aussi succès assuré !

Un dernier numéro visuel récompensé par un "Prix spécial du jury" il s’agit des Mesa Brothers, funambules colombiens proposent avec une grande maitrise tous les classiques de leur art à grande hauteur.

Massy 2016, une année de transition pour ce Festival International du Cirque

Complètent ce Festival présenté par l’énergique Carrie Harvey (voir blog22/01/2016) le duo Minazov (transformistes), Gustavo Sartori (tissus aériens), David Confal (diabolos), l’excentrique Konstantin Muraviev, les animaux d’Adriana et Ronald Spindler, à la barre parallèle les originaux Holmikers, une troupe de 7 motards les Dioros. Les frères Néry nous présentent, sans se prendre au sérieux, deux entrées traditionnelles : le château hanté et la machine à laver où Garibaldy et son frère, dans des entrées pas franchement nouvelles, savent être efficaces et faire rire de bon cœur les spectateurs conquis d’avance.

Cependant en sortant de cette manifestation on ressent bien que cette édition, que ce soit niveau de la qualité ou de la quantité, n’est pas à la hauteur de celles des années précédentes. Par exemple, pour les deux derniers millésimes, on comptait 26 numéros différents en compétition et cette année, il n’y en a que 21. En 2014 Jigalov et Bello Nock en 2015, comiques stars mondialement connus tiraient le programme par leur personnalité. Cette année ce rôle est dévolu à César Dias. Et si ses reprises d’excentrique musical sont subtiles il ne joue pas, du moins encore, dans la même division que ces illustres prédécesseurs. Enfin dernier ressenti, et c’est peut être le point à surveiller de toute urgence. Après avoir vu les spectacles, A et B on ressort avec le sentiment qu’il n’y avait pas assez d’artistes pour construire les 2 programmes qui composent cette manifestation. Ainsi en 2016 sur 12 ou 13 numéros programmés par spectacle, 6 sont au programme des 2 spectacles. Rappelons-nous en 2014 seul Jigalov était des 2 spectacles ou en 2115 Bello Nock, les tigres de Carmen Zander et l’admirable troupe de sauteurs à la Bascule, clowns d’or les Sokolov doublaient. En 2016, 6 numéros doublent, soit presque 50% du programme, c’est beaucoup trop. Et même le jury cette année est à la portion congrue, 5 membres à la place des 7 habituels.

En fin de compte cette cuvée 2016 a eu comme mérite de perdurer cet événement et même si cette année on constate, une baisse significative de la fréquentation, elle vient principalement d’après les organisateurs de la menace d’attentats en France, et non des bisbilles et changement de direction.

Oui 2016 année de transition en attendant 2017, année de la 25ème édition, et où ce Festival devra avoir retrouvé tout son faste et sa grandeur, sans quoi son avenir peut être saumâtre… Mais pour réinventer les bonnes recettes, une année de quiétude et de sérénité ne sera pas de trop pour élaborer un double programme digne du glorieux passé de Massy et pour cela faisons confiance à l’équipe de bénévoles dorénavant sous la houlette de Bata Gluvacevic.

commentaires

La Famille Cassely plébiscitée lors du Festival du Cirque de Monte Carlo

Publié le 24 Janvier 2016 par cirk75 dans Festivals

La Famille Cassely plébiscitée lors du Festival du Cirque de Monte Carlo

Le Prix du public est la seule récompense distribuée lors de l’édition sans palmarès de la 40ème édition de ce Festival créé en 1974 par la Prince Rainier III. Cette distinction a été remise le mardi 19 janvier 2016 lors de la soirée de gala, à cet exceptionnel numéro d'acrobaties sur le dos de pachydermes à la famille Casselly et à ses 4 complices...

En parallèle un clown d’Or exceptionnel a été remis par S.A.S. le Prince Albert II à sa sœur la S.A.S. la Princesse Stéphanie lors de ce même spectacle pour son dévouement en tant que présidente du Festival, trophée qu'elle a tant de fois offert et qui symbolise une vie de passion pour les arts de la piste....

commentaires

L’écuyère (Musée Faure d’Aix-les-bains)

Publié le 23 Janvier 2016 par cirk75 dans Art

L’écuyère (Musée Faure d’Aix-les-bains)

Voici une toile éclatante montrant en pleine lumière, sur un cheval blanc lancé au galop, une écuyère qui exécute une audacieuse pirouette. Mais quelle figure propose-t-elle exactement ? Dans le flou délibéré de son pinceau, Pierre Bonnard (1867-1947) laisse planer le mystère. D’autant que le visage de la jeune femme est à peine esquissé, au-dessus de son épaule étrangement levée… Derrière elle, quelques rares spectateurs, noires silhouettes sans visage, observent la scène depuis les gradins du cirque. On voit d’abord un nœud rose dans les cheveux blonds de la demoiselle, une "trousse" pailletée qui lui donne des allures de sirène et une bride jaune d’or de sa monture frémissante, puis nous sommes happés par le mouvement tournoyant dont le peintre a su animer cette petite toile de 27 cm de haut sur 35 cm de large.

Pierre Bonnard, un des chefs de file du mouvement Nabi, propose une nouvelle manière de restituer la lumière, se démarquant ainsi des impressionnistes, auxquels il rend pourtant un dernier hommage dans les irisations par petites touches de la "trousse" de l’acrobate équestre. Le reste du tableau est entièrement traversé de larges courbes parallèles d’un rouge foncé alternant avec d’autres raies d’un turquoise moucheté d’or : ce sont les gradins du cirque, d’ailleurs bien clairsemés…

Pierre Bonnard mélange ainsi joyeusement les bleus, les gris et les roses comme dans un ciel à l’envers, tout diapré et chatoyant. Quel contraste avec les sombres spectateurs portant chapeau, aussi compacts et anonymes qu’est rayonnante la jeune écuyère aux cuisses fuselées couleur de pêche !

Les "bonnardiens" pensent que cette scène a été réalisée in situ, au cirque Medrano de Paris (voir blog07/04/2011) mais très curieusement Bonnard ne reprendra jamais plus dans sa production le thème du cirque, ce qui donne tout son prix à cette ravissante exception achetée à Drouot dans les années 1930 par le docteur Jean Faure et, dont son lègue de 220 œuvres impressionnistes et pré-impressionnistes à la ville d’Aix-les-Bains a servi de base à la création de ce magnifique Musée de province.

L’écuyère de Pierre Bonnard un extraordinaire tableau sur l’art équestre un peu méconnu, car aux dires de son Conservateur il ne sort jamais du Musée Faure et si on veut le contempler il faut obligatoirement faire un saut jusque à Aix-les-Bains ce qui en soi n'est pas désagréable ...

commentaires

Carrie Harvey: Mme Loyal, Ringmistress ou Presentadora…

Publié le 22 Janvier 2016 par cirk75

Carrie Harvey: Mme Loyal, Ringmistress ou Presentadora…

Découverte en 2005 au cirque Amar qui, à cette occasion annonçait : "Carrie Harvey la première Mme Loyal sur une piste française." Affirmation non contestable dans la mesure où la poignée de femmes qui avaient revêtu l’habit de présentatrice ne l’avait fait que pour quelques étapes de tournées ou de galas occasionnels, comme Danièle Gilbert, Nathalie Simon ou Tania Young... De plus aucune n’avait laissé un souvenir impérissable de leur passage. Seul intérêt, pour l'organisateur, que leur notoriété télévisuelle permette de mieux remplir les gradins.

Rien de tel avec Carrie Harvey qui vient du monde du théâtre et de la télévision, et c’est au "Cirque des Horreurs" de Gerry Cottle qu’elle a découvert le cirque en 1999 lors d'une tournée anglaise. Ce qu’elle apprécie au cirque, c’est la circularité et la proximité qu’elle apporte avec le public. L’Hippodrome de Great Yarmouth, le Gran Circo Mundial, le Cirque Amar et le Big Apple Circus ont été ses plus prestigieux engagements. Depuis plusieurs saisons, elle s’exprime aussi en portugais sur la piste du chapiteau de son mari Raul Nery.

Amoureuse de notre belle langue, cette année au moins deux Festivals celui Domont en septembre dernier et celui de Massy en janvier, lui ont demandé de présenter avec son charmant petit accent les artistes conviés à ces manifestations circassiennes franciliennes. Ce qu'elle fait toujours avec bonheur en apportant dynamisme et entrain conjugués à ses talents de chanteuse et danseuse.

commentaires
1 2 3 4 > >>