Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le bloc-notes de cirk75

Depuis 2010, Chronique au fil du temps et de la mémoire d'un circophile amateur

Articles avec #art catégorie

François Fratellini (Musée du Cirque de Gilles Maignant)

Publié le 13 Juin 2020 par cirk75 dans Art

Nous avons déjà évoqué les dons picturaux d’Alain André autrement dit Petit Gougou (voir blog02/02/2017) ancien élève des Beaux-Arts de Paris, et  peintre à ses heures avec comme thème de prédilection l’univers du cirque.

Le Musée du Cirque de Gilles Maignant à Nice, vient de compléter sa collection dédiée aux frères Fratellini (voir blog18/05/2015) avec cette peinture représentant le clown François Fratellini,  réalisée à partir d’une des nombreuses photos représentant cet artiste.

La photographie à l'origine de cette toile montre bien la grâce et la légèreté que possédait cet élégant artiste qui avait débuté sa carrière en étant un étonnant écuyer à plateau, un extraordinaire acrobate et un danseur d'une souplesse et d'une vivacité sans pareilles. Magnifique clown parleur il était aussi reconnu pour ses sacs pailletés qu’il revêtait lors des entrées qu’il donnait avec Paul et Albert ses deux frères.

Toutes ces qualités qu’Alain André a bien su rendre dans cette œuvre qui orne désormais l'espace Fratellini de ce musée privé que Gilles Maignant souhaite ouvrir à Nice.

commentaires

Le Saut Raté (Smithsonian American Art Museum Washington DC)

Publié le 6 Juin 2020 par cirk75 dans Art

On a déjà évoqué John Steuart Curry (1897-1946), peintre américain grand connaisseur du monde de la piste à travers un tableau nommé "Spectateurs au Cirque" (voir blog16/06/2018). Nous savons qu’en 1932 il  passé plus de 6 semaines à suivre la tournée du plus grand spectacle du monde autrement dit du Ringling Bros. et Barnum & Bailey Circus. Et de ce voyage dans le monde circassien il a rapporté de nombreux dessins et des toiles qui ne représentent pas forcément ce que l’on a l’habitude de voir dans ce type de peinture.

C’est encore le cas dans cette lithographie sur papier (42,8 x 24,8) réalisée en 1934 et  intitulée "Le Saut Raté" J. S. Curry représente un thème rarement représenté car généralement on préfère dessiner la réussite plutôt que l’échec. C’est pourtant un saut raté, titre de cette œuvre, qu’il nous montre, Ce montre le moment où les artistes, ici ils sont deux une voltigeuse et un porteur, loupent leur rattrape. Il n’en a pas manqué beaucoup pour que la figure aérienne soit parfaite.  Si les deux mains gauches des deux aériens s'étaient trouvées le sort aurait été différent, mais le renom du numéro en a pris tout de même un coup.  Heureusement, le filet que l'on perçoit en bas à gauche, va amortir la chute et permettre à la voltigeuse d’avoir plus de peur que de mal, sauf si sa réception est bonne, car il ya toujours un risque à tomber dans un filet de sécurité. Mais la suite nous ne la connaissons pas, à nous de l'imaginer.

Peut être pour faire ressentir plus ce côté tragique, J. S. Curry a réalisé cette œuvre en noir et blanc, laissant peut être suggérer que les étoiles de la piste ont deux possibilité, la réussite (le blanc) ou le déboire (le noir).

Beau symbole, non!

commentaires

Une peinture circassienne d’un peintre breton, René Quéré

Publié le 30 Mai 2020 par cirk75 dans Art

La page Facebook de la revue Couleur Cirque, vient de diffuser une œuvre originale et poétique de René Quéré un peintre spécialisé dans les scènes de marins et de quais où l'on sent l’agitation, et peu présent dans celles représentant les saltimbanques. .

Cette peinture nous montre un groupe de trois femmes et deux enfants se tenant devant un parapluie (chapiteau) entouré de verdines (roulottes), le tout planté sur un terrain vague, hors d'une ville, sous un ciel un peu plombé..Un peu en retrait sur la gauche, trois hommes et encore plus loin on distingue ce qui parait être un cheval complètent ce tableau qui ne cultive pas la gaieté..

Contours simplifiés, présences humaines allusives, aplats de couleurs froides, même si l’ocre et le rouge ne sont pas absents, tout concourt dans cette peinture à donner aux spectateurs cette impression de tristesse.

Dans un style un peu naïf, René Quéré retranscrit dans ce tableau la rudesse au  jour le jour de la vie familiale des voyageurs.

commentaires

Le Clown Blanc (collection privée), signé et annoté au dos J Kostia-Blancheteau

Publié le 24 Mai 2020 par cirk75 dans Art

Cette huile sur toile (116x89) peinte dans les années 50, nous montre en premier plan et occupant les trois quarts de l’œuvre, un blanc vêtu d’un sac bleu, manches gigot, jouant du saxophone. Un peu plus loin sur la droite un auguste fortement grimé avec un énorme nœud papillon, un costume vert et gilet rouge, un bandonéon à la main assis sur la piste ponctue ce concert de musique.

Dans l’ombre, derrière ces deux comiques on entrevoit un aérien qui semble grimper à l’aide d’une échelle de corde vers son agrès. Nous sommes au cirque en présence de trois personnages inhérents, mais ils ne sont pas les seuls, composant un spectacle digne des arts de la piste.

Dans un style avec des couleurs un peu sombres ce qui pourraient faire penser aux clowns si chers à Bernard Buffet (voir blog18/03/2011), ce tableau est dû au talent de Jeanin Kostia-Blancheteau (1928-2013) une femme peintre autodidacte d’origine allemande, venue s’installer à Paris après-guerre pour se faire un nom dans le monde de l’art .

Connue aussi sous le nom de Kostia-B, elle est surtout connue pour ses scènes marines et ses paysages, plus que circassiennes.

commentaires

Un livre à lire en période de confinement : Jean Dufy, le cirque en majesté

Publié le 9 Mai 2020 par cirk75 dans Livres, Art

Ce livre bilingue (français anglais) signé Pascal Jacob (voir blog18/12/2013), parue en 2016 aux Editions Magellan & Cie, montre que Jean Dufy (voir blog09/02/2014), un peintre un peu mis à l’ombre à cause de son célèbre frère Raoul. a bien su représenter la piste et ses étoiles. 

Cet ouvrage de 128 pages, richement illustré par 98 toiles de ce natif du Havre, nous propose des peintures de cirques, de clowns ou d'écuyères d’où jaillissent la musique, le langage, la lumière avec une prédilection très nette pour le blanc, généralement réservé aux clowns, aux chevaux et aux athlètes. 

Son tableau "Le cirque" (1927) en est l’apothéose : fond chromatique puissant fait de rouge, bleu, noir et jaune, saisissant hommage au blanc.

Moins connu, mais tout autant circophile que les sœurs Vesque (voir blog07/03/2011), Jean Dufy a tenté selon Pascal Jacob, grand spécialiste es pistes "de saisir les spécificités du cirque, cet art vivant, par des couleurs éclatantes et des lumières vives dans ses peintures."

Un ouvrage à lire en période de confinement ou non, tant il fait voyager dans un temps où la piste était reconnue comme un spectacle majeur.

commentaires

Un livre à lire en période de confinement ou non : En piste, le cirque en image des sœurs Vesque

Publié le 24 Avril 2020 par cirk75 dans Livres, Art

En 1992 pour sa collection "Découverte" les Editions Gallimard a fait paraître un merveilleux album de 132  pages permettant ainsi à un large public de découvrir ou de redécouvrir la fabuleuse collection de dessins que Marthe et Juliette Vesque (voir blog07/03/2011) avaient consacré pendant 40 ans au cirque.

Conservé au Musée des Arts et Traditions Populaires, cette précieuse collection est désormais visible mais avec difficultés au MuCEM de Marseille (voir blog06/06/2013). Aussi il est bon d’avoir chez soi ce beau livre qui permet à chacun de retrouver le souvenir de grands artistes qui ont, entre 1902 et 1948, ébloui la piste, étoiles croquées avec gourmandise par ces deux sœurs peintres illustratrices et bien entendu circophiles.

Un livre indispensable pour tout amoureux de la piste... ouvrage présenté par Bernadette Boustany, ancienne Conservatrice du Musée des Arts et Traditions Populaires et elle même peintre de talent. 

 

commentaires

Circus Knie, Mary-José en amazone (1998)

Publié le 28 Mars 2020 par cirk75 dans Art

Voici une huile sur toile (20x28) flamboyante et fortement colorée. Nos yeux se débattent dans un luxe de violets, et d’orangers. Aucun doute possible nous sommes au cirque. Une cavalière drapée dans une longue robe violette, assise en amazone sur un cheval à la robe blanche nous propose un numéro de haute école. Derrière elle, un second équidé accompagné par un personnage, dont on n’aperçoit que les jambes complètent cette scène entourée de part et d'autre de spectateurs.

Nous sommes sous le chapiteau du Cirque Knie. Cette écuyère comme l’indique le titre du tableau, se nomme Mary-José Knie, l’épouse de Freddy Knie Jr. (voir blog01/12/2019), une ancienne de la modequi excelle aujourd'hui dans les numéros de dressage et les chevaux en liberté. Elle qui n'avait jamais fait de cheval avant de rencontrer son futur mari. Elle n'oublie pas pour autant son premier métier en ayant la responsabilité des costumes de la famille Knie, vêtements fabriqués à Paris.

Ce tableau, créé en 1998 par Hubertine Heijermans, une artiste peintre née en 1936 à Amsterdam, et spécialisée dans les portraits de célébrités du monde du spectacle et de la mode, montre bien l'univers de la piste.

Cette femme peintre résidente aujourd'hui en Suisse a, comme on le constate trouvé une grande source d’inspiration en croquant les artistes de ce cirque helvète. Et cette complicité lui a permis en 2003 de peindre de nombreux tableaux montrant la famille Knie au travail avec ses chevaux ou ses éléphants, témoins ce quelles autres huiles nées du travail d'Hubertine Heijoumans.

 

Circus Knie, Mary-José en amazone (1998)
Circus Knie, Mary-José en amazone (1998)
Circus Knie, Mary-José en amazone (1998)
Circus Knie, Mary-José en amazone (1998)
Circus Knie, Mary-José en amazone (1998)
commentaires

Music-hall, au Musée de La Piscine de Roubaix,    

Publié le 21 Mars 2020 par cirk75 dans Art

Voici un curieux tableau, composés d’êtres qui semblent  totalement étrangers aux autres. On est loin d'un numéro collectif, chacun a l'air dans son coin et semble ignorer ce que fait l'autre. Par contre ce qui est certain c’est que nous sommes au music-hall, c’est du moins le titre de cette toile. 

Sous nos yeux se déroule une scène se voulant un peu coquine montrant une jeune artiste dépoitraillée, seins nus, semblant présenter un numéro avec le concours de trois chiens blancs. Ce sont des spitz allemand connus aussi sous le nom de Loulou de Poméramie. Les trois toutous, chapeautés de surprenants et originaux couvre-chefs donnent à cette scène un côté cucul la praline. Les deux cabots à droite, dressés sur leurs pattes arrière, font le beau et semblent absents par ce qui se passe autour d’eux. Le troisième clébard porte une sorte de cocarde tricolore sur le haut de son crâne. Assis il semble attendre un geste de la jeune femme. C’est du moins ce que son regard nous suggère. Enfin n’oublions pas l’élément principal, au milieu cette jeune femme se dodinant tout en paraissant totalement enfermée dans ses pensées, étrangère à ce qui se déroule autour d’elle.  Bref toute cette disposition donne à ce tableau un aspect surréaliste et irréel.  En remet une couche supplémentaire cette sorte de guirlande courant derrière la tête de notre héroïne ainsi que les rubans colorés décorant sa chevelure. 

Sommes-noue en présence d'un tableau symbolique ?

Et si c’est le cas, que peut-il bien inspirer ? suggérer ?

Certains diront qu’il ne faut être le chien de personne. La vie ce n'est pas obéir continuellement en remuant la queue pour faire plaisir à un quelconque maître  

D’autres comme Montaigne verront que "L'amitié du chien est sans conteste plus vive et plus constante que celle de l'homme."

Bref ce qui est avantageux avec les symboles c'est que l'on peut dire tout et son contraire. En effet c’est à chacun de nous de trouver ses propres idées derrière les images. En quelque sorte à chacun sa vérité comme indiquait Pirandello.

Mais revenons à cette toile un peu ésotérique au camaïeux aux couleurs pastels. Cette huile sur toile, format 117 x 89,5 cm, brossée en 1925 par Mariette Lydis (1894 - 1970) une artiste peintre, graveur, illustratrice d’origine juive autrichienne semble représentative de la période Art déco et de l'école de Montparnasse caractérisé notamment par des coloris subtils, des compositions raffinées alliés à une finesse du trait.

Mariette Lydis est bien connue par ses estampes et ses illustrations aux nuances délicates où les personnages féminins sont très présents. On lui connait beaucoup de portraits d’êtres émouvants ou exquis. Par contre cette huile semble être une de ses rares incursions dans le monde du spectacle... 

 

commentaires

Chipperfields Circus (1960)

Publié le 14 Mars 2020 par cirk75 dans Art

Cette gouache un peu sombre ou sobre, (51 x 66) peinte en 1960 par Louis Arthur Ward (1913-2005) un peintre et illustrateur anglais né à Bristol, nous montre l’intérieur d’un chapiteau de cirque où se déroule une représentation sous le regard attentif des nombreux spectateurs qui peuplent les gradins.

Notre œil est naturellement attiré par le cercle clair dans lequel se trouvent  un monocycliste et ses deux partenaires debout sur les épaules du précédent. Tous les trois évoluent avec audace et grâce sur la piste d’un cirque anglais aujourd’hui disparu : le Chipperfields Circus. Et si on regarde sur la droite du tableau on aperçoit, un peu caché par la forêt de mats soutenant la toile verte du chapiteau et,  au-dessus de l’entrée des artistes, le nom illustre de cet établissement britannique, fondé  en 1905 par James Williams Chipperfields.

Louis Arthur Ward  à travers cette peinture, semble nous montrer le caractère austère du monde de la piste, un endroit clos, montrant les artistes au centre de la piste aux étoiles. Lieu où se conjuguent à la fois ombre et lumière, et où les circassiens sont face à leur destin  acrobatique.

En utilisant ces couleurs  le tableau renforce encore cette impression de rigueur et sérieux qu’est le monde des saltimbanques. Pour cela le peintre  utilise trois grandes couches colorées, les camaïeux d’ocres et de bruns où se trouvent spectateurs, artistes et piste, les verts et bleus de la toile du chapiteau et le grenat de la coupole, ce qui accentue  naturellement   cette impression de confinement et de cocon protecteur.

Pour Ward peintre figuratif de la vie au quotidien, le cirque n'est pas un de ses thèmes de prédilection, mais dans cette rare incursion dans le monde de la sciure , il le représente comme un lieu clos qui cultive abnégation et humilité.

 

commentaires

"Au cirque, amazone et les clowns" (collections privée)

Publié le 15 Février 2020 par cirk75 dans Art

Au centre de cette peinture de chevalet (55X33), une piste jaune éclatante, entourée d'une banquette rouge, cet espace de 13m de diamètre dans lequel évoluent dans la lumière d’un projecteur les personnages spécifiques du monde circassien. On distingue un blanc dans un sac vert saluer une belle écuyère sagement assise sur son cheval blanc, tandis qu’un auguste chapeauté et endimanché tournant le dos aux protagonistes, tient à la main une chaise. A gauche debout un habit bleu, sorte de Maître de la piste, se tient devant l’entrée des artistes et semble suivre à distance le numéro. Derrière deux autres personnages un peu cachés, on remarque même en bas à droite, un spectateur debout. Vient-il d’arriver ou a-t-il des fourmis dans les jambes, nul ne le sait ? Enfin en  haut du tableau des loges visibles sont aussi habitées par des spectateurs attentifs à ce spectacle..

"Au cirque, amazone et les clowns" tel est le nom de cette huile sur toile, peinte par Marcel Cosson (1878-1956) également connu sous le nom de Jean-Louis Marcel Cosson. Ce peintre, postimpressionniste dans le style et la technique, est un peu comme Degas fasciné par le monde du spectacle. Son œuvre est remplie d'images de foyers d'opéra, de représentation de la vie en coulisses qu’il allait dessiner dans les  théâtres ou les cirques parisiens. 

Auteur de nombreuses huiles, aquarelles ou dessins qui révèlent aussi la vie des artistes dans  mais aussi hors de la piste dernière la gardine, où on les voit attendre leur tour avant d’entrer en piste.

"Au cirque, amazone et les clowns" (collections privée)"Au cirque, amazone et les clowns" (collections privée)
"Au cirque, amazone et les clowns" (collections privée)"Au cirque, amazone et les clowns" (collections privée)
commentaires
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>