Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le bloc-notes de cirk75

Depuis 2010, Chronique au fil du temps et de la mémoire d'un circophile amateur

Un soir au Cirque d’Hiver le Gala APSAP 1959

Publié le 30 Novembre 2017 par cirk75 dans Programmes

Chaque année l’APSAP autrement dit l’Association de la Préfecture de la Seine et de l’Assistance Publique, organisait pour son personnel une soirée privée généralement au mois de décembre et non loin des fêtes de fin d’année.

En 1959 c’est au cirque d’hiver que les salariés furent convié à voir en seconde partie la pantomime western Davy Crockett & Jimmy Boy (voir blog09/12/15) avec entre autres la famille Maurin dont Yves-Marie jouait Jimmy Boy, qui quelques fois était remplacé par son jeune frère Patric et sous le patronyme de Patrick Maurin se cachait un acteur qui deviendra fort célèbre quelques années plus tard : Patrick Dewaere.

La première partie du programme était 100% cirque et permettait de sourire aux facéties d'un trio clownesque fort célèbre qui fit les beaux soirs de la piste de la rue Amelot: Pipo, Dario & Mimile (voir blog13/10/11).

Une autre troupe de clowns était aussi de la partie Rex et Quito (voir blog26/05/15) jouant peau d'hareng dans la pantomime western à grand spectacle.

En souvenir de la soirée un programme papier de 16 pages était imprimé pour l’occasion et en première page on pouvait voir les Bouglione Junior : Firmin, Emilien, Sampion et Joseph, dont deux aujourd’hui  un peu plus âgés sont les actuels directeurs du Cirque d’Hiver Bouglione:

 

commentaires

L’éphémère cirque Avrillon à Marseille (1828-1839)

Publié le 29 Novembre 2017 par cirk75 dans Bâtiments

A partir de 1828, et pour une dizaine d'années, Marseille a connu cours Bourbon (actuel cours Pierre-Puget), sous le nom de Cirque Olympique, un établissement spécialement conçu et construit en dur, pour présenter des spectacles de cirque.

Rappelons l’histoire de cette salle aujourd’hui oubliée.

François Avrillon dans le héro grec défendant l'étendard de la foi (gravure signée G.de Galard)

François Avrillon dans le héro grec défendant l'étendard de la foi (gravure signée G.de Galard)

Cette initiative est à mettre sur le compte d’un excellent écuyer doublé d'un mime remarquable François Avrillon, qui par deux fois avait fait ériger des cirques en bois sur le cours du Chapitre dans le cité phocéenne. Fort de cette expérience le 19 avril 1827, il crée une société par actions pour la construction à Marseille d’un bâtiment en dur, destiné aux exercices de voltige, pantomimes équestres et autres genres de spectacles.

Malheureusement le succès ne fut pas au rendez-vous et le Cirque Olympique fut l'objet d'une adjudication le 30 décembre 1939.

Au total et depuis son inauguration et jusqu'à sa disparition, cette salle n'avait réellement fonctionné qu'une dizaine de mois et sur des courtes périodes de un ou deux mois, séparés par de longues phases de fermeture.

On était loin du cirque permanent dont avait rêvé Avrillon. Ce dernier  fut entravé dans son action non seulement par un manque de public, mais aussi par une rivalité théâtre cirque, rappelons qu’à cette époque la séparation entre spectacle théâtral et équestre était strictement encadré. De plus Avrillon ne put faire construire dans son cirque Olympique une scène où il aurait pu donner des pièces à grand spectacle équestre, des pantomimes équestres ou autres genres de spectacles scéniques…

Et depuis cette mésaventure, plus personne ne s'est aventurée dans l'édification d'un cirque en dur à Marseille, mais en revanche les chapiteaux sont les bienvenus et actuellement il sont accueillis au pied du MUCEM (voir blog06/06/13) sur le parking du J4.

commentaires

Camp Volant (Marko der Klown) 1931

Publié le 28 Novembre 2017 par cirk75 dans Cinéma

Ce film franco-allemand muet, en noir et blanc de 84 mn réalisé par  Max Reichmann d’après un scénario de Benno Vigny,  se déroule parmi la communauté circassienne. Il relate l’histoire d’un directeur de cirque (Thomy Bourdelle) qui provoque un accident dans lequel sa femme est tuée. Le clown Marco (Ivan Kowal-Samborski) est accusé d’être l’auteur de ce crime. Reconnu coupable il passe dix années an bagne. A sa sortie, il reçoit la confession du véritable auteur du crime qui, en mourant, lui lègue son cirque. Mais le clown frustré par la mort de l’assassin cherche à se venger et reporte sa vindicte sur Gloria (Meg Lemonnier) la fille du meurtrier.  Pour cela il en fait sa partenaire et son souffre-douleur.  Mais elle le quitte pour créer avec Bobby Barnes  (Roberto Rey) un artiste dont elle est amoureuse un numéro aérien avec un "Saut de la mort" qui , suite à la jalousie d’une femme (Berthe Ostyn) pourrait de finir tragiquement, le clown Marco comprenant enfin que Gloria n’est pas responsable de ses malheurs passés, lui sauve la vie.  

Comme on le voit ce n’est pas cette trame qui va rendre pour un circophile cette œuvre attractive et captivante. Le seul intérêt c’est que ce film a été tourné pour partie au Cirque d’hiver de Paris et qu’il permet aussi de voir ou de revoir quelques artistes d’antan de la piste comme : Jean Houcke proposant son numéro de Haute Ecole (voir blog11/10/15), Louis Lavata régisseur du Cirque d’hiver, les frères Mangini dans leur numéro de mains à mains, Les Back Warrin ou la contorsionniste Barbara La May (voir blog15/01/2016).

Film de nos jours totalement invisible, il peut néanmoins être entrevu grâce à la revue "Le Film Complet du Mardi" qui dans son numéro n°1269 en a fait son sujet principal.

commentaires

Un livre sur le cirque contemporain,

Publié le 27 Novembre 2017 par cirk75 dans Livres

Après un ouvrage consacré à la danse contemporaine,  Rosita Boiseau journaliste du service culturel du journal Le Monde et de l’hebdomadaire Télérama , propose avec une mise en images de Christophe Raynaud de Lage, une cartographie subjective de ce que l’on nomme le Nouveau Cirque. Thématique pas forcément chronologique, ce livre broché de 144 pages paru dernièrement aux Nouvelles éditions Scala dessine en 5 parties, ( Cirque en tribu, Mono, Agrès à inventer, Extra corps et Clowns mais encore) les grands axes d’un art nourri bien souvent au bel esprit des utopies sociales et politiques de mai 68.  

Ce cirque contemporain qui ne veut rien de moins que, renouveler le paysage et l'esthétique du cirque en France, déclenche comme on le sait d’intenses polémiques mais aussi des vocations passionnées d’artistes n’appartenant pas aux familles de la piste et qui sont formés dans les écoles de cirques (voir blog10/09/16).

Ecrit par une spécialiste du spectacle en général et de la danse contemporaine en particulier, ce livre détaille une nouvelle fois l'approche chorégraphique et esthétique du Nouveau Cirque.

Rappelons que le cirque traditionnel n'est nullement dénué d'esthétique voire de chorégraphie mais avec deux grands plus l’exploit et le dépassement, qualités essentielles de ce spectacle vivant et populaire organisé sur une scène circulaire et où se retrouvent mêlés des artistes à 2 et 4 pattes.

commentaires

Le duo Shcherback Popov, les prodiges du main à main

Publié le 26 Novembre 2017 par cirk75 dans Artistes

Anciens athlètes de haut niveau, membres de l’équipe nationale de gymnastique acrobatique d’Ukraine,  Mykola Shcherback (le voltigeur) et Sergii Popov (le porteur) ont un palmarès sportif impressionnant. Champions d’Europe d’Acrogym en 2005 et 2007, Champions du Monde en 2006 et 2008 et l'année suivante lors des Word Games (Jeux Olympiques pour les disciplines sportives non retenues par le C.I.O.) ils obtiennent l’or.  Après cette brillante carrière sportive commencée fort tôt à 7 ans pour le voltigeur et dès 8 ans pour le porteur, sur les conseils d’Igor Zaripov, un ancien du Soleil, ils passent du statut d’athlètes à celui d’artistes de la piste.

Les prouesses réalisées par ces artistes sont prodigieuses : équilibre d’un bras de Mykola sur la nuque de Sergii qui est lui-même en équilibre sur ses mains, ou salto lancé réalisé par le voltigeur et rattrapé bras tenu par le porteur… De plus ils respectent un synchronisme parfait entre la musique tiré de la Comédie musicale "Singing in the Rain" et leur prestation acrobatique. Enfin ils ont choisi l’ironie comme fil rouge de ce petit chef d’œuvre d’art acrobatique que constitue leur numéro où la force fait place à la virtuosité.

Ce duo exceptionnel enthousiasme aussi bien le public que les jurys des compétions circassiennes. Et c’est ainsi qu’en 2011 ils obtiennent la Médaille d’or lors du 32ème  Festival Mondial du Cirque de Demain, en 2013 ils accrochent un Clown d’Or à leur besace Festival monégasque et n'oublions pas l'or de Moscou.

Mykola Shcherback & Sergii Popov des artistes en état de grâce… qui ont inscrit leur numéros dans les plus grandes salles de spectacle  (Krystallpalast Varieté à Leipzig, Teatro Circo Price de Madrid, au Palazzo de Mannheim, Moulin-Rouge de Paris, Circus Carré de Amsterdam, Circus Sarasota en Floride…) pour le plus grand plaisir des spectateurs.

commentaires

Edward Brian Seago (1910-1974)

Publié le 25 Novembre 2017 par cirk75 dans Art

Né en 1910 à Norwich en Angleterre Edward Seago est un peintre, écrivain et illustrateur britannique, qui de 1928 à 1933  a voyagé en suivant de nombreux cirques européens. Et de cette expérience nomade il a écrit et illustré trois livres Circus Company" (1933), "Sons of Sawdust"» (1934) et "Caravan" (1937) sur les artistes de cirque et ses à côtés.

Témoignage de cette passion circassienne il a aussi réalisé des toiles qui ont toutes été réalisées autour de 1930 où il a peint notamment un clown blanc, un auguste jovial, une funambule sur son fil, une parade d’artistes sur la piste, mais aussi un campement circassien,ou des caravanes aux couleurs étincelantes.

Edward Brian Seago (1910-1974)
Edward Brian Seago (1910-1974)
Edward Brian Seago (1910-1974)

Artiste autodidacte, qui peut être classé dans la mouvance  impressionniste ou postimpressionniste il est remarquable l'utilisation qu'il fait de la couleur et de la lumière. Capturer l'atmosphère plutôt que le détail exact d'une scène particulière telle est la caractéristique des huiles ou aquarelles signées Edward Seago.

Ses paysages et ses portraits conservent une fraîcheur sans pareil. Son coup de pinceau donne une apparence simple, mais nous montre les éléments essentiels qui racontent son copinage avec les arts de la piste.

Edward Brian Seago (1910-1974)
Edward Brian Seago (1910-1974)
Edward Brian Seago (1910-1974)

Edward Seago un peintre britannique amoureux des spectacles de la nature mais aussi du cirque qui eut comme admiratrice la Reine mère Elisabeth, autrement dit la mère de l’actuelle Reine de Grande-Bretagne.

 

commentaires

Medrano pendant les années 40

Publié le 24 Novembre 2017 par cirk75 dans Cirques d'hier

Un peu à court d’attractions pendant la seconde guerre mondiale, Jérôme Medrano (voir blog16/10/11) fait appel à des vedettes du théâtre, du cinéma ou du cabaret pour se produire sur la piste montmartroise.

 

Ainsi il engage notamment Pierre Mingaud (voir blog12/02/14) pour un pot-pourri d’acrobaties, Albert Préjean (voir blog06/01/15) dans un numéro d’acrobate à vélo, les fantaisistes  Charpini et Brancaro dans l’entrée de la voyante, ou la comédienne Gina Manès (voir blog02/10/11) face aux fauves. Numéro qui comme on le sait se termina tragiquement et ,n’oublions pas les Chesterfollies (voir blog10/02/11) chères à Gilles Margaritis (voir blog15/10/15).

Cette pénurie d’artistes fut aussi l’occasion d’engager des orchestres, qui proposaient des sketchs musicaux.  C’est ainsi que du 11 au 24 décembre 1942 le grand orchestre de Jo Bouillon fit les beaux soirs de Medrano. Et comme la formule attira du monde, du 8 au 28 janvier 1943 Alix Combelle et sa formation de Jazz, puis du 26 juin au 15 juillet 1943 ce fut le tour du Quintette du Hot-Club de France avec Stéphane Grappelli et Django Reinhardt d'être les vedettes de ces programmes circassiens et parisiens.

Medrano pendant les années 40
Medrano pendant les années 40
Medrano pendant les années 40
commentaires

Le Cirque en dur de Bordeaux

Publié le 23 Novembre 2017 par cirk75 dans Bâtiments

La capitale de la Nouvelle-Aquitaine, a eu au XIX° siècle comme bon nombre de grandes villes françaises (voir blog02/1/10) un cirque en dur. Cette construction selon un document datant de 1835  devait être édifiée  "sur l’hôtel de la Providence, situé rue Porte-Dijeaux, à côté de l’hôtel des Postes, à deux pas de la Galerie de Bordeaux, non loin du Grand Théâtre et de la Bourse. La position était si privilégiée que le projet tomba à l’eau et que fut fait le choix d’un autre endroit, celui de l’Hôtel Castelnau d’Auros, rue Judaïque". 

Ce bâtiment bordelais nommé Cirque Olympique ou de Cirque Français comprenait un amphithéâtre circulaire avec piste mais sans scène, un rez-de-chaussée et deux niveaux de galeries. Construit en 1836 d’après des plans signés Gabriel-Joseph Durand il eut néanmoins une courte existence et fut démoli trente ans plus tard.

Un autre cirque en dur fut bâti en 1868 mais deux ans plus tard devient un théâtre nommé successivement Folies Bergères, Théâtre des Arts ou  Apollo avant de devenir définitivement un cinéma.

A Bordeaux, ville où le cirque a toujours été présent mais plus sous forme de constructions provisoires en planches ou de chapiteaux en toile que d'une construction durable.

De nos jours la célèbre Place des Quinconces abrite les toiles des meilleurs cirques français comme Amar,  Bouglione ou Pinder… et chaque année en janvier le cirque Arlette Gruss propose sa nouvelle production en commençant toujours par cette métropole du sud-ouest.

Le Cirque en dur de Bordeaux
Le Cirque en dur de Bordeaux
Le Cirque en dur de Bordeaux
commentaires

Le "Galactik Ensemble", ou l’acrobatie en milieu hostile

Publié le 22 Novembre 2017 par cirk75 dans Nouveau-Cirque

Créé en 2006 d’une complicité issue de l’Ecole Nationale des Arts du Cirque de Rosny-sous-Bois (voir blog10/09/16), le "Galatick Ensemble" comprend 5 acrobates Mathieu Bleton, Mosi Espinoza, Jonas Julliand, Karim Messaoudi et Cyril Perno auxquels se joignent Nicolas Julliand (directeur technique), Charles Rousseau (régisseur plateau) et Franck Breuil (création machinerie).

Ce Collectif propose ce qu'il appelle une acrobatie de situation, autrement dit la capacité que nous avons tous à nous adapter au monde accidenté qui nous environne et qui consiste à mettre l’individu et le groupe face à une situation à risque.

L’acrobatie n’apparaît plus ici comme une élégante manière de défier les lois de la gravité, "mais comme une capacité à éprouver l’imprévisible, ce court instant où le contrôle nous échappe, ce passage de l’esquive à la chute, au rétablissement de l’équilibre." dixit "Galatick Ensemble". 

Actuellement cette troupe acrobatique en tournée, propose son spectacle "Optraken" dans lequel nos 5 artistes doivent faire face à des situations imprévues et pour le moins insolites. Le groupe acrobatique  est en effet confronté à des sacs de farine qui leur tombent sur la tête, des pétards qui leur claquent dans les jambes, ou un plafond qui s’effondre… et devant ces situations hors normes qui frisent quelques fois le burlesque les corps se mettent en jeu, et s’adaptent pour se protéger.

Leur pratique commune du cirque a donné envie à ces artistes de mettre en scène par des actions simples dans des dispositifs mettant en jeu,le corps humain. Et plus que le cirque en lui-même, leur prestation est une réflexion  sur l’homme et le rapport qu’il entretient à un environnement hostile, en court-circuitant le fugitif du réel. Ce monde inamical crée forcément des liens spontanés et solidaires entre les individus(les 5 artistes) en lutte contre l’adversité.

 

"Optraken" un spectacle pour le moins original dans le sens premier du terme qui  ne peut que déconcerter le spectateur et qui interroge …

Mais mieux qu'un long discours, à vous de juger à partir de cette vidéo extraite de cette production sur ce qu’est aujourd’hui le spectacle  et aussi sur ce que certains nomment le Nouveau Cirque.....

commentaires

L’attraction tragique (1931)

Publié le 21 Novembre 2017 par cirk75 dans Cinéma

"Schatten der Manege" film allemand muet, écrit et mis en scène par Heinz Paul d’après un livre de Paula Busch et Fritz Falkenstein, avec dans les rôles principaux : Liane Haid, Oscar Marion, Luigi Bernauer, Fred Bird Rhythmicans…

Le scénario relate l’histoire d’Artonis (Luigi Bernauer) un barriste aérien employé dans le cirque d'Elvira Starke. Apparemment, il ne limite pas ses acrobaties à la piste, car en privé il a deux aventures sentimentales. Une avec Elvira sa patronne, et l'autre avec la belle cavalière du cirque Kitty Rallay (Liane Haid), ce qui entraine naturellement des drames dues à la jalousie. Et résultat des courses; le bel Artonis est mortellement blessé par une arme à feu. Un détective de police (Georg Schnell) va le reste du film interroger les suspects et rechercher l’assassin.

Pour les amateurs de cirque cette œuvre cinématographique a comme seul mérite de montrer quelques artistes de la piste dont Hermann Picha et les Strassburger, les 5  Artonis... Et l’un des héros de cette tragédie porte le même nom que l’artiste qui exécute vraiment le numéro. Il s’agit d’Artonis de la troupe du même nom qui fit les beaux soirs du cirque allemand Sarrasani où il proposait un numéro en combinaison avec les Marcès.

Pour la petite histoire, l’héroïne du film la belle actrice autrichienne Liane Haid fut dans la version allemande du film Grock tourné en 1931 par Carl Boese la partenaire du célèbre comique.

commentaires
1 2 3 > >>