Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le bloc-notes de cirk75

Depuis 2010, Chronique au fil du temps et de la mémoire d'un circophile amateur

Julius Fucik (1872-1916) compositeur de musique circassienne

Publié le 31 Janvier 2020 par cirk75 dans Musique

Julius Ernest Wilhelm Fucik compositeur tchèque, est mondialement connu pour une marche qui est certainement la musique de cirque la plus célèbre. Son titre à l'origine était "La Grande Marche Chromatique" du fait de l'utilisation massive de l'échelle chromatique.

En 1910, le compositeur canadien Louis-Philippe Laurendeau (1861-1916) écrit un arrangement de cette composition qu'il intitule "Thunder and Blazes"(tonnerre et éclairs). Et c'est pendant cette période que cette marche gagne sa popularité en tant que musique de cirque et perd aussi son titre original.

Composée en 1897 lorsque Fucik est affecté au 86ème régiment d'infanterie à Sarajevo, nommée dorénavant en français "Entrée des gladiateurs", "Entry Of The Gladiators" en anglais ou en allemand "Einzug der Gladiatoren", cette composition est souvent en prélude d’un spectacle de cirque que certains qualifie à tort de traditionnel.

Julius Fucik a aussi composé plus de 400 pièces musicales : musique de chambre, chansons, marches, valses, un requiem ainsi que le début d'un opéra : La Rose de Toscane, mais l’Entrée des gladiateurs est la seule à être passée à la postérité.  

De nombreux chefs d’orchestre comme François Rauber (voir blog25/11/2018), Carmino d’Angelo (voir08/01/201) ou Reto Parolari (voir blog22/12/2019) l’ont mis à leur répertoire et l’on enregistré, démontrant que cette marche reste un succès intemporel.

commentaires

9ème Festival New Generation Circus

Publié le 30 Janvier 2020 par cirk75 dans Festivals

Faisant suite au Festival International du cirque de Monte Carlo (voir blog21/01/2002), la 9ème édition de New Generation Circus se tiendra les samedi 1er et Dimanche 2 Février sous le chapiteau de l’espace de Fontvieille.

Présidée par Pauline Ducret, la fille de S.A.S. la princesse Stéphanie, cette manifestation pour jeunes artistes, à la différence de celle de Paris (voir blog29/01/2020), ne se conçoit pas sans animaux.

Comme chaque année les meilleurs artistes seront récompensés par des Juniors d’or, d’argent ou bronze, décernés par un jury de professionnels.

Cette année les knies seront très présents avec notamment les poneys proposés par Chanel-Marie Knie (8 ans) mais aussi son frère Ivan-Frederic (18 ans) proposant de son côté deux numéros : une présentation de Chevaux en Liberté ainsi qu’une poste hongroise, rappelant ainsi que le cirque est né avec le cheval.

Pour 2020 le programme du 9ème  Festival New Generation, présenté par Thomas Judit le Junior et Lionel Goutelle M. Loyal, propose :

Francesco Fratellini – comédie

 Iryna Herman et Tetiana Kuznietsova

Opening – l’Académie de Cirque de Kiev

Sandro Montez et ses chiens

Trio Black Diamonds – acrobaties

Danil Lysenko – jongleur

Anastassiya Demidova – sangles aériennes

Chanel Marie Knie et ses poneys

Ivan Knie – présentation de Chevaux en Liberté du Cirque National Suisse Knie

Steven Ferreri – fil bas

Viktoriia Dziuba – équilibriste

Martinez Brothers – Icariens

 

Entracte

 

The High Five – trampoline

Matthew Casey – Cerceau

Les mimes de l’Académie de Cirque de Kiev

Duo Our Story – mât Chinois

Troupe Acrobatique de Anhui – antipodistes

Zdenek Polach – Jongleur

Ivan Knie – La Poste du Cirque National Suisse Knie

L’Académie de Cirque de Kiev

Grand Final

commentaires

41ème Festival Mondial du Cirque de Demain

Publié le 29 Janvier 2020 par cirk75 dans Festivals

La 1ère édition intitulé "Bourse Louis Merlin" (voir blog25/01/2017) s’est tenue sous les ors du cirque d’hiver de Paris, le mercredi 5 janvier 1977 devant environ 400 spectateurs. Dès ses débuts et c’est encore le cas de nos jours, cette manifestation a souhaité assurer la promotion des jeunes artistes en récompensant des artistes de moins de 25 ans.

Depuis 43 ans, afin de sélectionner les 24 candidats composant les 2 spectacles, les organisateurs les choisissent à partir notamment des candidatures spontanées reçues ainsi que des artistes applaudis aux quatre coins de la planète par exemple festivals, spectacles vus etc. …

La production concoctée pour la présente édition, se tiendra du 30 janvier au 2 février 2020, pelouse de Reuilly (voir blog25/05/2011) sous le chapiteau du Cirque Phénix. Elle sera animée par la verve légendaire de son altesse et maître des cérémonies Calixte de Nigremont (voir blog25/01/2014 et habillée musicalement par les arrangements musicaux du maestro Maurel (voir blog08/02/2019). Quant au jury, présidé cette année par Maxim Nikulin le Président directeur général du Cirque Nikulin de Moscou (voir blog11/03/2011), attribuera les convoités Médailles d’Or, d’Argent et de Bronze.

 

Artistes invités en 2020 :

1.2.3. Marinich Foundation (Portique coréen)

Anna & Saleh (Portés acrobatiques)

Arttu Lahtinen (Jonglerie)

Benedikt Baumann (Cerceau)

Célien & Nicolas (Trapèze en ballant)

Delphine Cézard (Mât pendulaire)

Dima Bakhtin (Jonglerie)

Elsa Hall (Sangles aériennes)

Erwan Tarlet (Sangles aériennes)

Filip Zahradnicky (Jonglerie)

Francesca Hyde & Laura Stokes (Suspension capillaire)

Holland & Sara (Sangles aériennes)

Jannis Kölling (Equilibre)

Kateryna Nikiforova (Jonglerie)

Luminous-J (Jonglerie)

Maddison Costello & Woody Fox (Corde Verticale)

National Taiwan College of Performing Arts (Acrobaties)

Théo et Lucas Enriquez - Kirn Compagnie (Jeux Icarien)

Tjaša Dobravec (Aérien)

Tom Lacoste (Diabolo excentrique)

Trio Tribarre (Barre russe)

Troupe Municipale de Guangzhou (Fil souple)

Valeriia Davydenko (Equilibre)

Veronika Goroshkova (Mât pendulaire)

Le spectacle des lauréats aura lieu le dimanche 2 février 2020 à 15h00, à l’issu seront remises les médailles dont le total ne peut dépasser 10.

commentaires

Invitation à la danse (1956)

Publié le 28 Janvier 2020 par cirk75 dans Cinéma

Conçu, dirigé et chorégraphié par Gene Kelly ce film d’une heure trente-trois comporte trois séquences, trois tours de chant d'une demi-heure chacune. Sans dialogues ni chansons Gene Kelly y interprète tour à tour, un clown jouant les funambules dans "Le Cirque", un marin dans "Le Bracelet" et le capitaine Sinbad dans "Sinbad la marin ".

Le premier sketch, nommé "Le Cirque, nous plonge dans le monde de la piste, faisant s'entrecroiser les amours tourmentés des artistes avec leurs numéros. Ainsi le clown, sorte de Pierrot, est épris d'une jolie ballerine qui, malheureusement pour lui, n'a d'yeux que pour un autre. Le clown ne se résigne pas et entame une danse pour tenter de conquérir sa belle.

Pour la séquence "Sinbad le marin", le matelot américain transformé, par la grâce de la lampe d'Aladin, en Sinbad, vit des aventures extraordinaires dans des pays exotiques où ses partenaires sont des personnages de dessins animés ...

"Invitation à la danse" marque une époque où le cirque était source d'inspiration même pour Hollywood et occupe une place paradoxale dans la filmographie de Gene Kelly, à la fois le sommet, c’est le film qui lui tenait le plus à cœur, et le déclin de l'artiste. Tourné en 1952 à Londres, la MGM ni croyant pas vraiment, a mis 4 ans avant de le sortir sur les écrans.

Même si cette œuvre cinématographique ne tient pas toutes ses promesses, les danseurs sont irréprochables et, Gene Kelly, dans les scènes où il paraît, est toujours un éblouissant danseur.

"Invitation à la danse" a reçu l’année de sa sortie lors du Festival du film de Berlin, l'Ours d'or du meilleur film et a été aussi nominé par la British Sociéty of Cinematographers pour le Prix de la meilleure photographie.

 

 

commentaires

Les tournées et les spectacles 2020 vont bientôt redémarrer

Publié le 27 Janvier 2020 par cirk75 dans Affiches

Les vacances scolaires de février arrivant, beaucoup de cirques -après avoir effectué une pause hivernale, permettant non seulement de revoir le matériel, mais aussi de régler les derniers ajustements pour les nouvelles productions- repartent sur les routes pour proposer leur nouveau spectacle.

Depuis quelques années les pistes font preuve enfin de créativités visuelles en éditant des affiches originales pour vanter leur poduction. Cela change un peu du sempiternel clown imaginé en 1986 pour le cirque Amar par Louis Bernard (voir blog03/10/2014), clown au poing que l'on a vu et revu un peu partout. Témoins ces 3 créations pour les familles Borman, Caplot (voir blog20/01/2020) et Falk (voir blog20/06/2018) démontrant qu’il faut sans cesse innover et pas que sur la piste pour attirer l’œil du spectateur et l'inciter à venir applaudir les artistes qui font le spectacle.

commentaires

Gilbert Houcke,  (1918-1984) la référence dans le dressage des félins

Publié le 26 Janvier 2020 par cirk75 dans Dompteurs

Dans son livre "La Merveilleuse Histoire du Cirque" (Ed. Julliard), Henry Thétard (voir blog23/03/2013) évoque la brillante carrière de Gilbert Houcke en ces termes. Il " se veut dresseur et non dompteur …le dresseur contemporain, le bon tout au moins, étudie la psychologie animale et s’applique à comprendre ses élèves, pour tirer le meilleur parti de leurs dons naturels". Et pour cela Gilbert Houcke avait le chic pour trouver le bon félin pour le bon numéro. Rappelons que tous les fauves ne se prêtent pas au dressage, seuls certains montrent des aptitudes naturelles qui vont être utilisées par le dresseur pour réaliser certains exercices.  

Ancien écuyer et élève d’Alfred Court (voir blog01/10/2013), habitué par son père Jean Houcke (voir blog11/10/2015) à tout obtenir des animaux, Gilbert Houcke  a mis au point une technique de dressage par la douceur qui lui permet non seulement d’apprivoiser les félins mais aussi de les faire travailler comme les chevaux, en liberté. Avec lui le travail des fauves est simple, beau et le métier de belluaire devient à coup sûr, art de la piste. Qui n’a jamais Gilbert Houcke évoluer, en Tarzan au sein de son troupeau de tigres et sans accessoires n’a rien vu ! C’est pourquoi il faut à tout prix pour combler cette lacune, que ressorte un film de 1959 "Le tigre de Colombo (voir blog 07/05/2012) où on peut voir ce dompteur hors du commun. Il apparaît aussi en 1954 dans une autre production cinématographique allemande : "Prisonnière du Maradjah"

Gilbert Houcke commence sa carrière de dompteur de tigres en Allemagne chez Busch.  Puis son numéro où il apparait en Tarzan est à l’affiche de tous les grands cirques comme: Krone, Knie, Blackpool Tower Circus, Cirque d’Hiver, Radio Circus, Medrano… Puis en 1956 il raccroche son pagne et son poignard de Tarzan pour devenir un nouveau dompteur avec un autre look, un Robin des Bois moderne. Collant noir sur une chemise blanche aux manches bouffantes sur laquelle il passe une veste boléro en cuir noir et chaussé de bottes de cuir noir, avec au cou son éternelle croix en bois.

Tout au long de sa longue carrière. Gilbert Houcke avait horreur des numéros où le dompteur faisait plus office de déménageur que de dresseur. C’est pourquoi il avait imaginé un numéro sans accessoires où seuls les tabourets d’assise meubleraient la piste, le travail étant entièrement axé sur la mise en valeur de ses tigres au sol. Une fois mis au point le numéro ne variait guère tout au long de sa carrière et jusqu’à son terme en 1972 où il met un terme à sa prestigieuse carrière au Cirque Pinder Jean-Richard.

Retiré à Uzes , Gilbert Houcke décède le 15 décembre 1984. Mme Isabelle Rouff, sa dernière compagne a fait don au musée du Cirque docteur Frère (voir blog21/09/2011) de nombreuses photos illustrant sa carrière. On peut les voir en tapant :

(https://www.museeducirquealainfrere.com/Les_Tresors/Gilbert_Houcke/Gilbert_Houcke.html)

Pour celles et ceux qui veulent en savoir un peu plus sur cet artiste exceptionnel, signalons que les Editions de la Gardine ont fait paraître en 1984 un livre sur la carrière de ce dompteur qui reste à ce jour une référence dans le dressage des félins en pelotage.

commentaires

Le Pierrot à la guitare (Centre Pompidou)

Publié le 25 Janvier 2020 par cirk75 dans Art

Voici une huile sur toile (90x73) peinte en 1919, nous montrant un pierrot mélancolique, comme peut l’être ce personnage le rival d’Arlequin, cher à la commedia dell’ arte. Vous allez me dire que là on est un peu loin de la piste. Pas si sûr, en effet beaucoup nomme ce tableau non pas le "Pierrot à la guitare", mais le "Clown à la guitare". Il faut dire que certains assimilent allègrement pierrot et clown blanc, laissant ainsi entendre que l’origine du clown proviendrait  des personnages grotesques de ce théâtre populaire du XVI° siècle en Italie où les comédiens improvisaient. Le clown tel qu’on le connait aujourd’hui est assez récent. Il apparaît pour la première fois en Angleterre pendant le XVIII° siècle. Les directeurs de cirques équestres pour divertir les spectateurs entre deux morceaux de cavalerie employaient, pour faire retomber la pression, des garçons de ferme qui ne savaient pas monter à cheval afin d'entrecouper les performances des véritables cavaliers et pour faire rire le public. 

De plus pour compliquer un peu plus cet amalgame,  le peintre espagnol, adepte du cubisme, José Victoriano Carmelo Carlos González-Pérez, plus connu sous le nom de Juan Gris  (1887 - 1927) et auteur de cette œuvre a brossé aussi quelques clowns, qui sont absolument fidèles à ce mouvement pictural, c’est-à-dire totalement déstructurés et très éloignés de la représentation que nous avons de ce personnage emblématique de la piste aux étoiles.

Alors Juan Gris un peintre circassien, à vous de juger ?

Le Pierrot à la guitare (Centre Pompidou)
Le Pierrot à la guitare (Centre Pompidou)
Le Pierrot à la guitare (Centre Pompidou)
commentaires

Les Visuels du Festival International du Cirque de Monte Carlo

Publié le 24 Janvier 2020 par cirk75 dans Affiches

Les Visuels du Festival International du Cirque de Monte Carlo

Quelques affiches qui ont vanté ce festival emblématique de la piste.

commentaires

On n'est pas là pour sucer des glaces, promotion 2020 du CNAC

Publié le 23 Janvier 2020 par cirk75 dans Nouveau-Cirque

C’est le premier numéro qui a donné son titre à ce spectacle En effet en préambule l’Italien Davide Bonetti, spécialiste d’acro-danse se contorsionne au sol, les chaussures recouvertes d’immenses blocs de glace qu’il fait fondre sur sa langue. Les blocs se cassent, et les artistes plongent et glissent sur la piste transformée en patinoire qui devient aussi dance-floor. Et puis plus rien pendant un bon moment  Cette entrée en matière est stoppée nette. Il y a certes de belles images, comme celle de ce violoniste qui joue quelques notes pour une fleur esseulée, mais le cirque est un peu à l’abandon. Puis une occupation de la piste foisonnante, tous les agrès sont montés en même temps  mâts chinois, bascule coréenne ou corde lisse, les artistes peuvent enfin s’exprimer.

"On n'est pas là pour sucer des glaces" est interprété par seize jeunes artistes, cinq filles et onze garçons, représentant neuf nationalités. Tout au long de cette production mise en scène par la compagnie protéiforme et moderne Galapiat, dont on connaît le goût pour le risque et l’humour, ces jeunes tous issus de la 31ème promotion du CNAC nous proposent pour leur spectacle de fin de cursus un  spectacle bourrés d’énergie, une sorte de charivari  mais quelques fois un peu déroutant. Néanmoins ces acrobates montrent qu’ils savent manier avec bonheur et poésie neuf disciplines : bascule coréenne, corde lisse, acro-danse, jonglerie, cerceau aérien, mât chinois, corde volante, roue Cyr et trapèze ballant.

Voilà toute les réjouissances acrobatiques auxquelles nous convie ce spectacle que l’on peut voir depuis le 22 janvier et jusqu’au au 16 février 2020 à l’Espace Chapiteau du Parc de La Villette.

commentaires

Un musée dédié au Cirque à Chalons-en-Champagne ?

Publié le 22 Janvier 2020 par cirk75 dans exposition

Depuis quelques temps on réfléchit à Châlons-en-Champagne à l'idée d’y implanter un musée du cirque. Il faut dire que les arts de la piste et cette ville sont depuis  plus de trente ans  intimement liés avec l'installation  dans l’ancien cirque en dur (voir blog06/05/2011) ainsi que dans sa périphérie du Centre National des Arts du Cirque (voir blogs 10/11/2015 & 02/10/2014). De son côté le Maire de cette préfecture de la Marne, mais sans en préciser la date l’affirme il y aura bien un musée dédié au cirque contemporain dans sa bonne ville. Enfin  le 20 janvier 2020 le quotidien L’Union  a fait savoir, que suite à une décision du Conseil municipal la collection historique de la célèbre famille Fratellini va prend la direction de Chalons-en-Champagne. Elle va ainsi s’ajouter à celle de Pascal Jacob, spécialiste du cirque et professeur de l'histoire du cirque, dont une grande partie se trouve déjà au CNAC et une autre au Québec au cœur de la Cité des arts du cirque de Montréal (voir blog18/09/2013).

Comme on le voit rien n’est fait mais l’idée est bien dans les tuyaux.  

Si ce musée venait à voir le jour, pourquoi ne pas lui adjoindre également les fonds Marthe et Juliette Vesque (voir blog07/03/2011), les photographies de la donation Jérôme Médrano (voir 16/10/2011), le fonds Gustave Soury (voir blog15/01/2011), les 100 clichés légués par François Tueffert (voir blog04/06/2013) ainsi que les nombreux et inestimables documents donnés par les membres du Club du Cirque (voir blog19/1 2/2019) qui, depuis la fermeture du Musée National des Arts et Traditions Populaires à Paris, ont été déposés à Marseille au MuCEM (voir06/06/2013), dont l'objet est de mettre en valeur la civilisation de l'Europe et de la Méditerranée. 

Les Arts du cirque bien que d'origines européennes ne semblent pas être la tasse de thé des expositions présentées dans cette institution. Aussi, pourquoi ne pas regrouper tous ces documents exceptionnels dans un musée dédiée  au cirque.  Celui projeté à Chalons-en-Champagne peut être  un bon point de chute, à la fois pédagogique et culturel permettant de regrouper en un seul lieu une partie de la mémoire et l'histoire des arts de la piste, notamment à travers affiches, livres, enregistrements, brochures programme, tableaux, sculptures, vêtements.. .

Qu'en pensez-vous?

 

commentaires
1 2 3 > >>