Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le bloc-notes de cirk75

Depuis 2010, Chronique au fil du temps et de la mémoire d'un circophile amateur

Immoler les cirques avec animaux pour faire passer une loi qui sacrifie les abeilles.

Publié le 30 Septembre 2020 par cirk75 dans Animaux

En cette période déjà fort délicate pour les cirques, les pouvoirs publics viennent de jeter un pavé dans la mare en mettant une profession au pilori, les accusant de maltraitance animale en laissant croire que les belluaires étaient des tortionnaires  abjectes.

On connait bien la méthode pour salir une réputation. Comme l’écrivait en son temps Beaumarchais : "Il n'y a pas de plate méchanceté, pas d'horreurs, pas de conte absurde, qu'on ne fasse adopter aux oisifs d'une grande ville, en s'y prenant bien".  En effet calomniez, calomniez, il en restera toujours quelque chose.

Et qui résisterait à la calomnie ?

Pas Mme Pompili, la ministre de la transition écologique qui mardi 29 septembre a présenté une série de mesures sur le bien-être, pour contenter un électorat recherché en vue des futures joutes électorales. " Il est temps que notre fascination ancestrale pour ces êtres sauvages ne se traduise plus par des situations où l’on favorise leur captivité par rapport à leur bien-être" a lancé  la ministre lors de sa conférence de presse.

Par contre son intervention sur le bien-être animal ne dit mot sur les courses hippiques qui sont comme on le sait un lieu paradisiaque pour les chevaux, ni sur les animaux de laboratoire, endroits où ils sont choyés et dorlotés… Seuls les animaux sauvages dans les cirques sont pointés du doigt, d’autant plus que ces mesures ne concerneront pas les spectacles présentant des animaux sauvages, a expliqué la ministre.

Certains esprits malveillants diront que ces annonces  servent surtout à donner un os à ronger aux écologistes pour cacher un projet de loi permettant aux betteraviers d’utiliser de nouveau des insecticides neurotoxiques mortels pour les abeilles.

Quelle carabistouille comme dirait le Président de la République!.

Mme la ministre va ainsi à peu de frais contenter les défenseurs des animaux car eux savent que les bêtes sauvages vivent un calvaire que dis-je un martyr épouvantable sur la piste. Tout le monde le sait dans nature les animaux vivent un bonheur inégalé, à l’abri des braconniers (voir blog21/04/2017) et des maladies.

Témoin ces trois cents éléphants retrouvés morts en juin à côté de points d'eau dans la région du delta de l'Okavango, lieu situé au nord du Botswana. Hécatombe. Mort qui serait due à une bactérie présente dans les points d’eau, et dont le développement serait favorisé par le réchauffement climatique.

N’oublions pas aussi que huit espèces sont menacées d'extinction à cause du trafic illégal d’espèces sauvages, ou cette une étude des Nations Unies en 2014 qui a révélé que les  braconniers ont tué près de 100 000 éléphants d’Afrique sur trois ans, et environ 1 200 rhinocéros en Afrique du Sud en 2014. Bref la nature est un long fleuve tranquille pour le bien-être animal

Concrètement, la fin des animaux sauvages dans les cirques itinérants se fera "dans les années qui viennent", a dit la ministre, sans donner de délai précis. Des solutions vont être trouvées pour les 500 fauves qui se trouvent dans les cirques français, a déclaré aussi Mme Pompili, soulignant que ces animaux ne pourront évidemment pas être remis en liberté. Ils seront donc placer dans des refuges où forcément ils seront mieux, à ne rien faire et où ils vont mourir d’ennui.

Que les gens sont d’une grande naïveté confondante sous couvert de dogmatisme politique !

Bien entendu ces agitateurs de la cause animale sont des sachants bien plus que les vétérinaires (voir blog07/01/2020), mais leur combat ne s’arrêtera  pas là, dans leur collimateur les animaux de compagnie et les chiens pour les aveugles sont leurs prochains objectifs.

Curieux communiqué ministériel d’autant plus qu’en octobre 2005, le Parlement européen, avait demandé aux pays membres de promouvoir le cirque comme élément de la culture nationale.

commentaires

Le Gosse du Cirque (The Circus Kid) 1928

Publié le 29 Septembre 2020 par cirk75 dans Cinéma

Comédie dramatique filmée par George B. Seitz avec dans les rôles principaux Joe E. Brown, Frankie Darro, Hélène Costello, Poodles Hanneford et Sam Nelson.

Ce film relate l’histoire de Buddy (Franckie Darro), un orphelin un peu agité et privé d’aller voir la représentation du Colossal Circus, à laquelle les enfants de son orphelinat sont conviés. Passionné d’acrobatie il parvient à s'échapper de l’orphelinat pour se cacher dans l'enceinte du cirque. Lorsqu’il est découvert les gens du cirque le prennent en sympathie et l'accueille, d'autant que Buddy se montre un  acrobate doué.

Ce film permet à Joe E. Brown, de jouer un belluaire ayant sombré dans l’alcool et qui veut se réhabiliter aux yeux du jeune Buddy.

Cet acteur américain connaîtra quelques années plus tard son heure de gloire en jouant dans le film "Certains l'aiment chaud" (Some like it hot), le rôle de Osgood Fielding III. Personnage qui dit à Jack Lemmon déguisé en femme la célèbre réplique finale : "Personne n’est parfait" (Well... nobody's perfect!).

Bien que considéré comme muet ce film de 1h10 contient des séquences parlantes, de la musique synchronisée et des effets sonores.

Ce film méconnu pour beaucoup sera projeté mardi 20 octobre à 17h00  la Fondation Pathé (voir blog22/09/2020).

commentaires

Le 20ème Festival du Cirque de Domont à la télé

Publié le 28 Septembre 2020 par cirk75 dans Festivals

Le 21ème Festival International du Cirque du Val d'Oise aurait dû se dérouler cette semaine les 2, 3 et 4 Octobe 2020 à Domont au parc des Coquelicot., mais la Covid 19 en a décidé autrement. La piste sera absente  pour la première fois depuis 20 ans en effet la manifestation initiale intitulée 1èr festival du cirque  s’est tenue les 22,23 et 24 septembre 2000 sous le chapiteau du cirque Franconi, avec le clown Boboss (voir blog24/12/2018) en vedette.

Et pour pallier à ce manque les organisateurs ont demandé à la chaine via grand Paris de diffuser le 20ème Festival (voir blog07/10/2019) samedi 3 octobre à 20h30 et dimanche 4 octobre à 14h.

Au cours de cette retransmission on pourra voir des artistes venus de Russie, de Chine, d’Autriche, de Géorgie, du Canada, du Kazakhstan et de France... et toutes les disciplines traditionnelles et innovantes qui font le succès du cirque moderne.

Pour recevoir viàGrandParis en continu ?

TNT Canal 34 Box - Mosaïque des chaînes locales Canal 30 - choisir viàGrandParis Box SFR Canal 468 Box Orange Canal 345 BBox Canal 405 Box Free Canal 904.

Alors à vos télécommandes pour 1h30 de spectacle …

commentaires

Ben-Hur a toujours fasciné la piste aux étoiles

Publié le 27 Septembre 2020 par cirk75 dans Programmes

Ben-Hur, roman écrit par de l’américain Lewis Wallace en 1880, situant l'action au Ier siècle est célèbre pour une scène qui cristallise toutes les attentions, moment où Ben Hur affronte Messala, dans un tournoi épique de course de chars romains.

Dans les années 60, Alexis et André Gruss créent un spectacle musical qui va être présenté sous le chapiteau du Grand Cirque de France ou sous la coupole du Palais des Sports de Paris (voir blog20/06/2013), avant d’être repris en 1975 sous la toile du Nouvel Hippodrome de Jean Richard.

Ce spectacle surfait sur le succès qu’avait obtenu en 1959 un film hollywoodien signé William Wyler et récompensé en 1960 par pas moins de 11 Oscars dont celui du meilleur film.

Un peu plus tôt, de leur côté les frères Amar (voir blog15/03/2020) ont par deux fois utilisé l'aura de la célèbre course de chars pour illustrer la couverture de leur  programme.

Une première fois en 1929 avec un dessin signé Antonin Magne (voir blog31/12/2011). Et 27 ans plus tard c'est  Tony Bernat (voir blog21/10/2017) qui est l'illustrateur de ce même morceau de bravoure

Mais si en 1929; sous un vaste chapiteau comprenant deux pistes on pouvait tout de même applaudir après des jeux du Far-West et un défilé militaire napoléonien, une course de chars romains, il n'en sera rien en 1956. Aucun numéro du spectacle n’allait dans le sens de la belle illustration conçue par Bernat. En effet pas la moindre course de char au programme dans cette production dont la vedette était la dompteuse Marffa –à ne pas confondre avec Martha la Corse- présentant des tigres.

Notons que les Amar n’ont pas eu le monopole de la course de chars pour illustrer la  couverture du programme papier, le Zoo Circus des Frères Court ont aussi dans les années 20 utilisé le même graphisme et au début du XX° siècle la même course se trouvait sur la couverture de l’ Hippodrome de la place de Clichy à Paris.

On le voit Ben-Hur a toujours beaucoup inspiré les arts de la  piste, laissant ainsi croire que le cirque moderne serait l'héritier des jeux romains ce qui est une erreur, car il est né en Angleterre dans l'imagination d'un fils d'ébéniste: Philip Astley  (voir blog07/06/2015), il y a plus de 250 ans.  

commentaires

Les Jongleurs, collections particulières

Publié le 26 Septembre 2020 par cirk75 dans Art

Comme bon nombre d'artistes, Győző Vásárhelyi, dit Victor Vasarely (1908-1997) (artiste plasticien franco-hongrois reconnu comme étant le maître de l'Optical-art, ou art optique, style où les motifs géométriques excitent forcément notre œil) avait en 1981-1982 réalisé une série de lithographies-sérigraphies en couleur signée, datée, ayant pour thème la jonglerie.

 

Les Jongleurs, collections particulières
Les Jongleurs, collections particulières

Notons aussi qu’il a aussi conçu dans les années 1930 et dans son style si particulier de nombreuses œuvres où les animaux de la piste sont présents, comme le cheval, le zèbre.

Vasarely n’était pas un artiste spécialement habité par le monde de la piste, mais par le mouvement d’où ces créations fort originales.

 

 

commentaires

Après 6 mois d’arrêt le cirque Arlette Gruss reprend la route avec, Excentrik

Publié le 25 Septembre 2020 par cirk75 dans Programmes

L’établissement sarthois a entamé mercredi 23 septembre à Aix-les-Bains sa tournée 2020-2021. Périple un peu particulier en cette période anxiogène due à la Covid 19, avec deux inconnues.

Les spectateurs seront-ils toujours présents ?

La tournée ira-t-elle jusqu’à son terme ou devra-t-on en fonction de la circulation du virus supprimer des étapes ou tout simplement rentrer en urgence à la maison ?

C’est bien entendu la grande angoisse du patron du cirque, Gilbert Gruss, car une nouvelle mise à l’arrêt pourrait être fatale pour cette pite qui a enregistré plus d’un million d’euros de pertes depuis le début de la crise sanitaire.

En tout cas chez Arlette Gruss, on a tout fait pour rassurer le public et respecter le protocole sanitaire. Le  nombre de places a été ramené de 2 000 à 1 200. On a créé six entrées pour éviter le croisement des spectateurs, le gel hydro alcoolique sera mis à la disposition du public, les billets seront scannés et non déchirés, enfin port du masque obligatoire pour les spectateurs. Même le site du cirque a été revu avec un édito "Votre sécurité est notre priorité !" pour rassurer le client.

Rappelons que le cirque Gruss c’est 140 salariés, une centaine de véhicules, le tout  pour proposer un spectacle de 2h, avec 15 attractions sans animaux sauvages.

De cette distribution se détache un artiste,  ZdenekPolach que nous avions déjà apprécié en 2019 à Massy, frère de la ravissante jongleuse Helena Polach. Zdenek jongle depuis l’âge de 4 ans et il est considéré aujourd’hui comme le jongleur le plus rapide au monde. Un numéro à assurément à voir…

Alors bon spectacle, avec le retour très attendu de Kévin Sagau dans le rôle de M. Loyal, et n'oublions pas qu'en allant au cirque on prend moins de risque qu’en allant faire la fête chez des amis…

commentaires

Le Cirque Plume vient de tirer sa révérence

Publié le 24 Septembre 2020 par cirk75 dans Nouveau-Cirque

Après plus de 3 500 représentations en France et dans le monde entier, le Cirque Plume a dû démonter définitivement son chapiteau. C’est par un simple communiqué diffusé le 18 septembre, que cette entreprise franc-comtoise annonce la fin de son histoire.

"Le Cirque Plume,indique le communiqué, ne meurt pas en ces jours, il achève sa carrière. Nous l'avions prévu depuis 5 ans. Mais pas comme ça ! Nous sommes bien désolé, nous avons tenu jusqu'au bout les options possibles, toutes très fragiles. Les circonstances ne nous permettent pas d'aller plus loin. Elles nous obligent à abandonner ces représentations que nous attendions depuis tout ce temps. Nous vous avons tant aimés. La vie continue : le cirque est très vivant et généreux, il est la vie qui continue. La poésie, elle, est éternelle."

La nouvelle a évidemment créé l'émoi autant auprès du public que des artistes. Ainsi les franc-comtois espéraient remercier, par d'ultimes applaudissements, la compagnie avant qu'elle ne quitte définitivement la piste après 36 ans de poésie vivante.

Hélas ce ne sera pas le cas. Les ultimes spectacles programmés du 14 octobre au 5 décembre à Besançon ont purement et simplement été annulées.

Ainsi la Covid 19 a eu raison des dernières représentations de ce cirque créé en 1984 par un groupe de musiciens, jongleurs et bonimenteurs(voir blog13/05/2016).

"La dernière saison" dernière production du Cirque Plume avait créé et joué à Besançon en 2017. Cette institution du Nouveau Cirque n’a donc pu achever l’aventure là où elle avait commencée, trente-six ans plus tôt.

commentaires

Une mauvaise nouvelle que l’on redoutait

Publié le 23 Septembre 2020 par cirk75 dans Economie

C’est avant-hier que l’on a eu connaissance par un communiqué de presse diffusé par le Président de l’association organisatrice d’une information que l’on appréhendait.

Déjà le 23  décembre 2019, deux jours avant Noel,  par le même moyen la même association avait fait savoir qu’au " vue des événements actuels touchants les transports publics en France et notamment en région parisienne le bureau de l’association a pris la décision d’annuler le 28ème Festival en application de la clause de force majeure".

Puis le 20 septembre dernier, on a appris que "le Covid19 a eu raison de toute nos espérances de réussir une 28ème édition et de la hisser au niveau des festivals précédents … c’est donc avec beaucoup de tristesse que nous vous annonçons le report une nouvelle fois de notre Festival au mois de janvier 2022".

Certains, et ils auront raison, me diront et Massy après Domont, Les Mureaux, Saint-Paul-les-Dax, Lille, Tours, Monte-Carlo, Stuttgart, Liège, ainsi que bon nombre de Cirque de Noel, suit le sage principe de précaution imposé suite à l’actuel état sanitaire. 

Et si nous comprenons bien les raisons et si nous partageons le désarroi des bénévoles de l’A.F.I.C.M.  force est constater que pour la seconde fois la manifestation massicoise joue les arlésiennes, donnant après d’autres couacs (voir blog01/06/2015) une impression de festival ayant du plomb dans l’aile.

Va-t-il tel le Phénix renaître de ses cendres.

Pour répondre, rappelons que Massy est par ses gènes, par sa genèse un cirque avec animaux. Son intitulé à l’origine n’est-il pas : "Concours des dresseurs du Festival Mondial du Cirque de Demain ?" (voir blogs 10/01/2017 & 13/02/2019) . Aussi les élus municipaux harcelés par les mouvements animalistes, vont-ils toujours lui apporter leur soutien ?

Les bénévoles seront-ils toujours après deux années blanches aussi motivés ?

Quant aux les spectateurs seront-ils  toujours au rendez-vous de cette piste francilienne ?

L’avenir nous le dira. Aussi croisons les doigts et ne jouons pas les Cassandre.

Souhaitons bonne chance au gang de Bata Gluvacevic qui en reprenant les rênes de cette manifestation circassienne il y a maintenant 5 ans, ne se doutait pas dans quelle galère ils allaient s’engager.

commentaires

"Au Royaume des illusions" une exposition où cirque et magie sont invités

Publié le 22 Septembre 2020 par cirk75 dans Cinéma, exposition

En pleine période du confinement une exposition "Tous en piste ! - Cirque et cinéma" avait été programmée par la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé (voir blog16/03/2020), et pour les raisons que l'on connait tous, elle n'a pas vu le jour.

le 2 septembre les cinéphiles et circophiles sont conviés à apprécier un programme nommé "Attractions, Cinéma, Forain, Magie et Cirque". Comme on le voit la manifestation prévue en mars dernier s’est un peu transformée, néanmoins, les circophiles y trouveront du grain à moudre, aussi bien au niveau des documents exposés que des films projetés, car magie et cirque ont toujours été une source d’inspirations pour le cinématographe

A travers des films comme notamment "Le Clown" (1917 et 1926) de A. Sandberg, "Le Cirque" (1928) de C. Chaplin, "Croquette" (1927) de Louis Mercanton, "Les Larmes du clown" (1924), "L’Inconnu et la Morsure" (1927) de Tod  Browning ou "Un reportage tragique" (1919) avec Harry Houdini, "Variétés (1925) d’E. A. Dupont, le cinéphile comme le circophile découvrira des trésors généralement rarement à la disposition du public.

Cerise sur le gâteau, cette exposition bénéficie du prêt exceptionnel des collections privées de François Voignier, Frédéric Tabet et Pierre Taillefer, ainsi que des prêts de la Cinémathèque française, du Musée des Arts Forains et Roy Export Company Limited (Archives Chaplin). Pour connaitre ce riche programme le mieux est de se connecter sur le site de la Fondation.

commentaires

La Compagnie Le P'tit Cirk présente Les Dodos

Publié le 21 Septembre 2020 par cirk75 dans Nouveau-Cirque

En ces temps anxiogènes voici un spectacle ensoleillé, une sorte de remède miracle contre le découragement et la déprime, un moment où la guitare est utilisée non pas comme instrument de musique mais comme agrès. Une production où se mélangent poésie espiègle et de rigueur technique avec notamment voltige aérienne, main à main, anneaux chinois et musique.

Les Dodos, (Alice Barraud, Pablo Escobar, Basile Forest, Christophe Lelarge, et le pitre musicien Charly Sanchez) cinq artistes qui simulent avec bonheur la maladresse pour jouer avec les nerfs des spectateurs sous la chaude lumière du petit chapiteau du P'tit Cirk. Tous déploient une énergie incroyante, enchaînant les prouesses acrobatiques et les prises de risque absurdes avec le regard amusé que celui d’enfants espiègles imaginant une nouvelle blague.

Pendant 1h30, on rit, on rêve, on frisonne, on s’émerveille, bref on est au cirque. Ces 5 circassiens savent tout faire et le font avec passion : jouer les équilibristes sur des constructions bancales, s’élancer dans les airs, se rattraper dans une étreinte salvatrice, chahuter, danser comme si leur vie en dépendait et nous faire vibrer de leurs instruments à corde.

Vous l’avez compris un spectacle à ne pas manquer, et cela tombe bien car ces Dodos sont en ce moment en tournée.

commentaires
1 2 > >>