Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le bloc-notes de cirk75

Chronique au fil du temps et de la mémoire d'un circophile amateur

Vacances de Printemps

Publié le 9 Avril 2011 par cirk75gmkg dans Livres

Fratellini.jpgEn cette période de vacances, mon blog sera mis en sommeil jusqu'au 1er mai, je vous propose  d'emporter dans vos valises ce livre sur la "Saga des Fratellini", qui permettra à beaucoup d'entre nous de mieux connaître cette grande famille du cirque, dont un des derniers membres: Francesco (19 ans) fait les beaux jours du Cirque Alexis Gruss.

commentaires

Parade (1974)

Publié le 8 Avril 2011 par cirk75gmkg dans Cinéma

Parade2Film franco-suédois de Jacques Tati, réalisé en 1974 avec outre l'auteur Michèle Brabo, Karl Koosmayer et sa mule, les Sipolo (voir blog 07/12)...Le film se compose d'enregistrements effectués lors d'une représentation circassienne. Tati, sexagénaire, y tient le rôle du M. Loyal. Il présente chacun des numéros et y intercale les différentes prestations qui, à ses débuts, lorsqu'il se produisait dans les cabarets parisiens, firent sa renommé. Mouvements souples et gracieux, maîtrise de l'espace, sens du rythme, Tati revisite ses performances de mimes en joueur de tennis, gardien de football, cavalier, boxeur, ou encore pêcheur à la ligne. Le spectacle est vivant, dynamique, les tours s'enchaînent, il y a le trio de jongleurs qui rivalise d'adresse avec son ombre portée sur le mur, la séance de rodéo sur poney à laquelle est invité à participer le public, les danses de flamenco, de musique disco et de musique tyrolienne qui côtoient les chants de la diva Pia Colombo, les tours de passe-passe des magiciens, la séance réservée aux clowns avec les symphonies délurées d'un orchestre aux membres pour le moins dissipés, qui se trompent dans leurs accords, se disputent, s'invectivent, s'interrompent, font mine de quitter la scène, etc. Tati mêle music-hall et cirque dans une profusion de couleurs, de fantaisie et de mouvements en tous genres.

 

 

Le réalisateur n'a pas filmé de grands et dangereux numéros. Il décrit plutôt un cirque familial, tout simple, le petit cirque qui vient parfois nous côtoyer en province. Il s'attarde sur toutes les étapes du spectacle, depuis l'arrivée des spectateurs jusqu'à la vie souvent mouvementée des coulisses avec la préparation des numéros et les imprévus que le spectacle peut engendrer. Au milieu de tout cela on sent que Jacques Tati est heureux, il jubile. Comme un clown lors de son dernier tour de piste, il rend un hommage appuyé à ses premières amours, ce cirque qui lui apporta tant de joies et de bonheur.

commentaires

Le Cirque Medrano 1897-1963

Publié le 7 Avril 2011 par cirk75gmkg dans Cirques d'hier

Medrano15.jpgD’origine espagnole, Geronimo Medrano est d’abord danseur en Angleterre puis acrobate aérien dans la Troupe de Léopold Salonne, notamment au Cirque des Champs-Élysées, à Paris. En 1874, Fernando, le directeur du cirque parisien du même nom, lui offre une place de clown. Il se fait remarquer par sa célèbre exclamation  "Boum boum ! " adressée au chef d’orchestre. Enjoué, agile, vêtu d'un maillot décoré de fleurs et de papillons brodés, il a le visage enfariné et porte une perruque de chanvre hérissée de houppettes. Il est très populaire auprès des femmes et surtout des enfants, à qui il ne fait pas peur, à la différence de beaucoup de clowns de l'époque...

 

Medrano09-copie-1.jpgAu Nouveau Cirque, il joue ensuite dans divers intermèdes, notamment avec Chocolat alors au début de sa carrière. Lorsque le cirque Fernando, situé au 63, Boulevard Rochechouart, à l'angle de la rue des Martyrs, connaît des difficultés en 1897, Medrano en reprend l'exploitation, lui donne son nom et en devient le directeur.

 

Medrano03Avec lui puis plus tard, son fils Jérôme, le cirque Medrano devient "le cirque des clowns". Il impose un nouveau style, celui des clowneries “latines” populaires, comiques et légères. Les trois clowns Fratellini sont engagés à Medrano du 1er septembre 1915 au 29 juin 1923 et obtiennent un succès phénoménal.  Grock (engagé en 1904), Fppttit & Chocolat, Porto, Pipo, Rhum, Achille Zavatta vont s'y succéder, sans oublier le jongleur Rastelli, le trapéziste androgyne Barbette, l'équilibriste Mlle Lala. Des artistes de passage s'y produisent aussi, comme  Buster Keaton en 1947, avec Beby Frediani, puis en 1952 avec sa femme Eleanor Norris, puis une dernière fois en 1954, et Fernand Raynaud (1956). Medrano inspira de nombreux artistes de Pigalle : Toulouse-Lautrec, Seurat, Renoir, Derain, Van Dongen ou Picasso.

 

Medrano04.jpgAvec son épouse Violette, Jérôme Medrano se distingue également par de nombreuses trouvailles techniques et innovations: Le cirque sur l'eau, la cavalcade sur glace et sa piste fluorescente ou encore la cage aux fauves-ascenseur.Ils font appel aux talents de metteurs en scène à l'esprit nouveau comme Gilles Margaritis, et ses "Chesterfollies" dont on se souvient en tant que réalisateur de "la piste aux étoiles". Ils imposent un rythme soutenu, sans temps mort. (Spectacles dits "accélérés").

 

Medrano63.jpgNon propriétaire du cirque, les Medrano se voient expulsés des lieux au début des années 60 par la concurrence qui venait de racheter les murs. La dernière a lieu le 7 janvier 1963 exactement. Fin 1963, l'ancien cirque Medrano rouvre ses portes sous l'appellation de "Cirque de Montmartre" direction Bouglione juniors. Le succès escompté n'est pas au rendez-vous et le bâtiment est démoli en 1973. Ironie du sort, l'immeuble qui occupe l'emplacement se nomme "le Bouglione".

 

MedranoJR78.jpgA partir de cette période, Medrano devient une enseigne dont le nom est loué par Jean Richard, en 1978 qui met le trio de clowns Les Bario en vedette, puis par Raoul Gibault à partir de 1987. Le Cirque Medrano, désormais ambulant, continue, lui, à sillonner la France.

commentaires

La légende Mulan au Cirque Phenix

Publié le 6 Avril 2011 par cirk75gmkg dans Programmes

Dans le cadre de son plan de communication, le Cirque Phenix vient de diffuser la bande annonce de son prochain spectacle qui se donnera à Paris, sur la pelouse de Reuilly à partir du 18 novembre 2011. 

Pour les non sinologues, la légende de Mulan relate l'histoire d'une femme, abandonnant son métier à tisser pour aller faire à la place de son père la guerre. Après avoir vaincu l'ennemi elle retournera chez elle refusant tous les honneurs. Ce conte très populaire, car dans une société où la femme n’est pas reconnue à sa juste valeur, continue de faire rêver des générations de chinois.

commentaires

Le Cirque Amar

Publié le 5 Avril 2011 par cirk75gmkg dans Cirques

amar1920L'aventure du cirque Amar commence avec Ahmed Ben Amar qui crée la ménagerie lozérienne (nom choisi en hommage à sa femme, originaire de cette région), un établissement présentant des loups, des ours des Pyrénées et des fauves dans les villes du sud de la France. Petit à petit, la ménagerie s'étoffe et finit par devenir le cirque ménagerie des frères Amar en 1924. Ce sont les fils d'Ahmed, Ahmed junior, Ali, Shérif, et surtout Mustapha, qui entre en piste à l'âge de douze ans, qui ont pris la relève de leur père.

 amar1928Entre 1924 et 1926, le cirque Amar se lance dans une gigantesque tournée qui le mènera d'Afrique du Nord à la Syrie, la Grèce, la Roumanie, la Yougoslavie, avant un retour en Europe Occidentale. C'est dans l'entre deux guerres que ce cirque connaît son âge d'or. L'établissement compte ainsi jusqu'à 20 éléphants ! Les frères Amar envisagent aussi de racheter le cirque d'hiver à Paris, mais la famille Bouglione se montre plus rapide. Le cirque Amar se rabattra sur l'ancien théâtre de l'Empire, avenue de Wagram, où il présentera un spectacle en fixe. C'est enfin le seul cirque au monde à avoir son siège social sur la plus prestigieuse avenue du monde : 120 avenue des Champs Elysées à Paris ! 

Amar1949Pendant la seconde guerre mondiale, les quatre frères se séparent et proposent quatre spectacles différents. Cette formule est mise en place afin de limiter les déplacements, naturellement difficiles en cette période de troubles. Une fois le conflit terminé, la famille se retrouve, à l'exception de Shérif qui monte le nouveau cirque de Paris. 

Amar1953bLe cirque Amar voyage huit mois par an en France, avant de prendre chaque année ses quartiers d'hiver en Afrique du Nord où le climat est plus clément. Les convois utilisent d'abord le train avant de préférer la route dans le milieu des années cinquante. Mustapha, promu PDG du cirque, est un redoutable gestionnaire. Ainsi, lorsque le cirque arrive dans une ville, les convois stationnent aux abords de la cité et n'y pénètrent que vers huit heures du matin. Certes, cela crée des embouteillages, mais quelle meilleure publicité pour le cirque ? De cette manière, plus personne ne peut ignorer qu'Amar est arrivé !

amar08AZ En 1957, Shérif cesse son cavalier seul et fait son retour sous le chapiteau familial. C'est aussi cette année là que le cirque engage Achille Zavatta, le célèbre clown qui ne possède pas encore d'établissement à ses couleurs. Mais sa notoriété est telle que le succès des frères Amar ne se fait pas attendre. Malgré tout, dès l'année suivante, Shérif quitte à nouveau ses frères, incapable de supporter l'autorité de Mustapha. L'aventure se poursuivra donc jusqu'en 1968, année où Mustapha, seul après le décès de ses frères Ali et Ahmed, décide de quitter la piste et de vendre son cirque à Jean Roche, alors concessionnaire du cirque Amar. 

Amar1970Au départ, les choses vont pour le mieux. Le cirque vogue sur sa grande popularité en France, et les spectacles, toujours de haute qualité, font le reste. La trésorerie est florissante. Mais bientôt survient le premier choc pétrolier et la crise économique que l'on connaît. La situation économique devient plus difficile. Les charges sont toujours en augmentation alors que les spectateurs font de plus en plus attention à leur budget. A cela, il faut ajouter la concurrence de la télévision qui se démocratise totalement. La venue d'un cirque dans une ville n'est désormais plus un évènement aussi important que dans les années 50 ou 60. 

Amar1973Jean Roche se résigne donc à son tour à se séparer du cirque Amar, qu'il vend à Roger Jacob, un amoureux du monde de la piste. Mais la passion ne fait pas tout. Les difficultés vont encore en s'accroissant. Il n'y a plus d'argent ni pour acheter de quoi nourrir les bêtes, la presse commence à parler des difficultés de l'établissement et l'inquiétude gagne les artistes qui ne savent pas s'ils seront payés. Ces derniers décident finalement de quitter Roger Jacob en 1973, après seulement quelques mois de tournée. S'en est fini du cirque Amar. L'ensemble des convois est purement et simplement abandonné sur la route ! 

Amar1977Le 9 octobre 1973, une vente aux enchères de ce qui a pu être sauvé est organisée afin de désintéresser les créanciers du cirque. Firmin Bouglione rachète le nom commercial et les actifs du cirque Amar. C'est lui qui va sauver ce cirque en le remettant sur la route dès l'année suivante. Pour ce faire, Firmin utilise des camions provenant de sa famille et un chapiteau appartenant à la famille Prin, autre grand nom de la piste.

Amar1976 Pour relancer le cirque Amar, Firmin Bouglione fait appel aux stars connues et reconnues des chapiteaux : Achille Zavatta en 1976 (le célèbre clown ne créera son propre cirque que deux ans plus tard), puis Wolfgang Holmaier en 1977. Ce célèbre dompteur de fauves qui évolue au milieu de 20 fauves, qui prendra plus tard la direction du cirque Jean Richard, est de retour des USA où il a travaillé sous le chapiteau du Ringling Bros & Barnum & Bailey Circus. Pour son arrivée chez Amar, tous les convois sont repeints dans une livrée qui rappelle volontairement le drapeau américain : bleu, blanc, rouge, bardés de nombreuses étoiles…

 

Bouglione-Alex-1999.jpgEn 1982, Firmin Bouglione part pour la Belgique exploiter un autre chapiteau avec son fils Alexandre. Ce cirque est d'ailleurs actuellement toujours sur la route. Du coup, le cirque Amar ne reprend pas la route. Mais Firmin reste propriétaire du nom, et il va le louer à d'autres familles circassiennes.

 Amar1985bA partir de 1982, Firmin Bouglione cesse d'exploiter personnellement le cirque Amar et met l'enseigne en location. Ce sera d'abord James Carrington qui l'utilisera. En 1985, ce dernier décide de laisser tomber l'exploitation de l'enseigne "Jean Richard" qu'il louait à Gilbert Edelstein, nouveau propriétaire des cirques Pinder et Jean Richard qu'il a rachetés en 1982, pour prendre celle d'Amar qu'il va louer à Firmin Bouglione. Il s'en suit une terrible guerre entre les cirques Amar et Pinder, mais elle sera de courte durée, James Carrington devant cesser son activité, et même quitter la France, suite à un contrôle fiscal qui démontre l'existence de fraudes au sein de l'établissement.

 Amar1986En 1985, c'est Jean-Edouard Bonnel qui reprend le nom d'Amar, après avoir, lui aussi, exploité son cirque sous le nom de Jean Richard. La même colère et la même guerre reprenne donc entre Pinder et Amar, Gilbert Edelstein se sentant d'autant plus trahi que M. Bonnel est un compagnon de route de longue date. Du coup, M. Edelstein relance son propre cirque Jean Richard, parallèlement au chapiteau Pinder, qui va visiter les villes prévues par la tournée d'Amar 15 jours avant son concurrent ! 

 Amar1997Jean-Edouard Bonnel cesse d'exploiter le cirque Amar en 1988. Il faudra alors attendre trois ans avant de retrouver un cirque à ce nom sur nos routes. C'est cette fois Désiré Rech qui loue le nom à Firmin Bouglione. Cette famille avait déjà participé, en 1976, au relancement du cirque Amar par Firmin. Elle va louer le nom d'Amar jusqu'en 1997, année à partir de laquelle Désiré Rech poursuit son aventure sous le nom de cirque Kino's.

 

Amar2011La famille Rech ayant cessé de louer l'enseigne Amar, c'est au tour de la famille Falck d'en prendre possession. Cette famille, qui exploitait: le cirque Achille Zavatta fils (ex cirque Christiane Gruss), est maintenant locataire du nom Amar depuis 2007.

commentaires

Le Cirque Lamy 1836-1952

Publié le 4 Avril 2011 par cirk75gmkg dans Cirques d'hier

    Lamy27.jpgD’abord appelé Cirque Français, le cirque Lamy fut fondé en 1836 par un jeune maquignon breton, Antoine Lamy (conséquence d’une histoire d’amour avec la fille du directeur d’un cirque de passage). Son fils Julien, puis ses petits-fils Jules et Victor prirent la relève et l’établissement devint le Cirque Lamy frères. 

Lamy29.jpgLors de la grande guerre, le cirque qui donnait un spectacle à Maubeuge, fit immédiatement partie des sacrifiés. Les hommes partirent rejoindre leur régiment (Pierre Lamy s’engagea dans la cavalerie dès ses dix huit ans) le reste du personnel et ses lionnes furent évacuées, la réquisition n’épargna pas les chevaux qui faisaient l’orgueil de la maison, ni le chapiteau, ni les écuries et ni les roulottes. La locomobile (le cirque Lamy se déplaçait alors avec une locomotive routière) joua un rôle héroïque au moment de la retraite en obstruant un pont. Quant à la jeune Adrienne, elle se recycla en conductrice de taxi et, en cette qualité elle participa à l’épopée des fameux Taxis de la Marne.

Lamy35.jpgAprès les hostilités, le cirque ressuscita et se reconstitua. En 1930, à la mort de Victor, la direction fut assurée par ses enfants Adrienne et Pierre. Ce dernier s’occupait du montage et de la cavalerie, Adrienne de l’administration, bientôt épaulée par son second mari Luigi Zavatta, dit Tonino (le premier époux d’Adrienne, Thomas Footit dit Tommy, était mort en 1927) qui s’occupait de l’entretient du matériel roulant et de la publicité. Il était doué pour concevoir les affiches publicitaires et imaginer des entrées comiques jouées aux côtés de ses frères Michel et Rolf Zavatta. 

Lamy36.jpegFidèle à la tradition et aux origines du cirque Pierre Lamy réservait dans les programmes une place de choix aux exercices équestres: chevaux en liberté, double Jockeys, mini maxi associant un frisson et un poney, ou groupe de poneys en liberté dirigé par Florentine Lamy enfant. Il débourrait et dressait lui même les bêtes dans un petit manège édifié dans le fond de la remise à Montereau (Seine & Marne), aidé par son fils Charly et les enfants d’Adrienne. Sa cavalerie était composée exclusivement de chevaux de race qu’il allait lui même acheter dans les haras, (ses chevaux n’étaient pas comme pour beaucoup de cirques des animaux de réforme rescapés de l’abattoir). Le jour de la représentation, Pierre Lamy avait fière allure, en habit, menant à coup savants de la chambrière sa cavalerie empanachée. 

Lamy39.jpgLe cirque Lamy sillonnait surtout la région parisienne et la Normandie et  cessa son activité en octobre 1952. C’était un établissement sérieux qui, en marge des grands chapiteaux, donnait régulièrement de bons spectacles de famille qu’un public connaisseur savait apprécier sans être alors fasciné par une publicité tapageuse. La famille Lamy s’était toujours attachée à conserver à son cirque un cachet équestre,. D’ailleurs les Lamy ne jouissaient-ils pas d’une réputation d’écuyers et de dresseurs. 

Lamy45.jpgEn 1953, Pierre Lamy assura la direction du cirque «ça va Seul», le chapiteau avait été sponsorisé par une marque de cirage. En 1954 il se retrouva afficheur chez Bouglione et en 1955 il conduisit l’autocar du cirque Bostock, dont Titine et Achille Zavatta étaient les gérants, tandis que son épouse Julia y faisait la cuisine. Ce fut sa dernière tournée car il mourut pendant la saison. 

Lamy48.jpgAujourd’hui, ses enfants Serge et Yann Lamy produisent des spectacles de cirque et de music hall à l’attention des mairies et autres comités d’entreprise et perpétuent ainsi le nom de Lamy dans le milieu circassien

commentaires

2ème journée mondiale du cirque

Publié le 3 Avril 2011 par cirk75gmkg dans Cirques

 

WCD_FR_2011_web.jpgSamedi 16 avril sera organisée la 2ème Journée Mondiale du Cirque. Ce sera l'occasion pour les familles du monde entier de célébrer la magie du cirque  en organisant un événement particulier,  ou en emmenant  un enfant au cirque, voire en mettant sur pied une fête du cirque. Pour participer à cette journée il suffit de rejoindre une association de fans du cirque pour cela il suffit de se connecter sur le site suivant : http://www.circusfederation.org 

WCD_FR_2011_web.jpg

"La Journée mondiale du cirque a pour but de réserver un jour pour reconnaître les contributions du cirque en tant que part essentielle de notre culture partagée," a dit Laura van der Meer, Directrice de la Fédération. "Après le succès de l'année dernière, nous nous attendons à une augmentation significative du nombre d'événements et de leur étendue en 2011. Nous avions déjà des enregistrements pour des événements dans cinq pays dans les 24 heures après avoir annoncé la date de cette année," a expliqué Mme van der Meer.

  

WCD_FR_2011_web.jpgDes cirques, des associations d'amis du cirque, des sociétés historiques, des organisations de jeune cirque, des groupes scolaires, des associations professionnelles, des musées, des bibliothèques, des groupes civiques et toute autre personne intéressée par la participation à la JMDCII sont encouragés à enregistrer leurs événements sur le site web de la Fédération. L'année dernière plus de 75 événements ont eu lieu dans 36 pays d'Amérique du Nord, centrale et du Sud, en Afrique, Asie, Europe et Océanie. 

commentaires

Les animaux en chiffres

Publié le 2 Avril 2011 par cirk75gmkg dans Cirques

Le Nouveau Cirque est un défenseur acharné des animaux et aux dires des adeptes de cette forme de spectacle faire travailler nos amis à 4 pattes est un sacrilège. Au delà du débat philosophique, il existe un autre problème celui du coût journalier d'un animal de Cirque. Savez-vous combien coûte en nourriture un animal?

JFLecoutre.jpgA titre informatif, Jean-François Lecoutre dans son ouvrage "Le Cirque au Quotidien" éclaire notre lanterne, page 89 de son livre on peut lire: "Pour un Cirque comme Pinder, de nourriture quotidienne est la suivante:                    - 200 kg de boeuf pour les lions et les tigres,                        - 200 kg de paille et de fourrage pour les éléphants, auxquels il convient d'ajouter le son et l'avoine, ainsi que 200 litres d'eau,                                                                     - 50 kg de fruits pour les singes (pommes, oranges, bananes, mangues),                                                               - 60 kg de carottes pour les poneys et les lamas. Pinder utilise en moyenne, chaque jour, 500 kg de paille, 100 kg de foin, 60 kg d'avoine, 60 kg de son, sans compter les aliments vitaminés pour certains animaux. Mais l'hygiène impose également les désinfectants, le savon et le shampooing pour les crinières et les queues des chevaux.                                                              S'ajoutent aussi les frais vétérinaires, pour le suivi des animaux, les frais du personnel pour l'entretien et le transport de la ménagerie".  

A la vue de ces chiffres il est évident qu'un numéro de mains à main ou de trapèze revient nettement moins cher qu'un numéro de fauves ou de chevaux. Pourtant le prix de la place reste sensiblement identique. Aussi ne pensez-vous pas que la marge comptable beaucoup plus importante dans le Nouveau Cirque que dans le Cirque traditionnel ne soit la seule raison de cette polémique? Et que le débat Cirque sans animaux ne soit qu'un calcul de boutiquier? A vous de juger.  

commentaires

Hautes Tensions à La Villette

Publié le 1 Avril 2011 par cirk75gmkg dans Nouveau-Cirque

"Hautes Tensions", du 6 au 17 avril le nouveau festival organisé par le Parc de la Villette à Paris est consacré aux nouvelles écritures et aux formes artistiques inédites issues du cirque, de la danse hip hop et du théâtre. 

hautes_tensions.jpgEn tension semble être aujourd'hui l'état permanent du monde. En tension est la posture adoptée par la quinzaine de créations conçues par une nouvelle génération d'artistes français et internationaux, présentées pendant le festival. Dans tous les espaces du parc de la Villette, en intérieur et en plein air, chacune des soirées-parcours est l'occasion de découvrir et de confronter le regard de ces artistes qui aiment dynamiter les codes et les langages pour faire du festival un laboratoire artistique, ouvert à tous. C'est l'ambition de "Haute tensions", formule renouvelée de l'attention constante portée par la Villette aux nouveaux arts vivants (cirque, danses urbaines et contemporaines etc .) 

Parmi les artistes invités : Jeanne Mordoi, Clotilde Ramondou, Race Horse Company (Finlande), Renagade Théâtre (Allemagne) Serge Amisi et Yaoundé Mulamba  (RD du Congo), Anthony Egéa et le ballet national de l'Opéra de Bordeaux...

 

commentaires