Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le bloc-notes de cirk75

Depuis 2010, Chronique au fil du temps et de la mémoire d'un circophile amateur

Articles avec #economie catégorie

Le poids économique des Comités d’Entreprise dans la rentabilité des Cirques Français

Publié le 8 Avril 2014 par cirk75gmkg dans Economie

Le poids économique des Comités d’Entreprise dans la rentabilité des Cirques Français

La responsabilité d’organiser la traditionnelle fête de Noël stricto sensu est, en France laissée au bon soin des C.E. En 2013 par exemple, le C.E. de Microsoft a choisi le cirque Gruss, celui de la RATP Bouglione. La période des fêtes de fin d’année est cruciale pour les grands cirques français. Pinder, Arlette Grüss, Bouglione... pour ne citer que les plus connus, réalisent près de 40 % de leur chiffre d'affaires, environ 6 à 9 millions d'euros chacun, avec les Comités d'Entreprises, voire parait-il plus pour le cirque Phenix.

Le poids économique des Comités d’Entreprise dans la rentabilité des Cirques Français

Globalement, sur les 12 millions de spectateurs captés chaque année par la centaine de cirques traditionnels recensés, deux millions viennent à l'invitation de leur C.E. lequel débourse entre 10 et 35€ par salarié. Air France, la SNCF, EDF, ou la Mairie de Paris, représentent à eux quatre plusieurs dizaines de milliers de clients potentiels, et la compétition est féroce pour les séduire; ainsi en 2010, Bouglione a débauché Jean Arnaud (voir blog06/11/2011), le spécialiste des C.E., chez Pinder depuis vingt-quatre ans. Et depuis, les relations demeurent un peu tendues entre les deux grands cirques… car n’oublions pas que le cirque est le 3ème loisir préféré des Français.

commentaires

Le Cirque un spectacle bien souvent mis à l’index par les municipalités

Publié le 4 Octobre 2013 par cirk75gmkg dans Economie

zavatta.jpgLa presse relate souvent les déboires de  certains cirques lorsqu’on leur refuse l'autorisation de s’installer sur un terrain communal. Le dernier exemple qui vient à l’esprit concerne le Cirque Cathy Zavatta, qui faute d’un accord avec la municipalité de La Madeleine, située dans le Nord, a dû replier précipidement son chapiteau, les tribunaux ayant exigé son départ sous astreinte de 3 000€ par jour. De telles situations deviennent monnaie courant et mettent non seulement l’existence d’établissements en jeu, mais prive aussi le public d’une distraction populaire largement appréciée du grand public. Mais quels sont les raisons du bannissement dont fait l’objet le cirque traditionnel ?

LH47_reportage_02.jpgLes arguments avancés par les défenseurs de cette politique sont connus. Généralement on indique  le manque de place dont dispose la commune. Il est vrai que beaucoup de villes ont transformé les espaces dédiés aux fêtes foraines en places de parking, le plus souvent payantes. Pourtant on remarque souvent que ces emplacements deviennent libres pour des manifestations qui semblent aux élus plus dignes d’intérêt. Autre récrimination contre les saltimbanques, ils sont jugés encore comme des voleurs de poules, et fauteurs de troubles au quotidien (bruit, gêne, pollution, présence d’animaux…). De tels arguments sont méprisants et c’est bien mal méconnaître les circassiens qui sont pour la plupart des gens respectueux des usages et des lois. Et si des abus ont pu ici ou là être constatés, il ne faut pas généraliser à un groupe entier ce qu’une petite minorité s’est permis. Mais mettre en évidence ces incivilités peut être électoralement rentable à quelques d’élections municipales. Comme nous le voyons les références généralement présentés sont le plus souvent fallacieuses, car si certaines municipalités interdisent la présence de cirques sur leur territoire, il s’agit tout bonnement d’un choix politique, pour elles le spectacle de cirque est un art mineur voire insignifiant donc indigne de leur politique culturelle.

850535Ce type d’arguments montre combien ceux qui les véhiculent sont totalement ignorants de valeurs portées par ce spectacle ! Le cirque rassemble au-delà des différences sociales et culturelles, ainsi toutes les catégories sociales possibles allant du quasi SDF aux plus grands aristocrates de la piste sont présentes. Au cirque la haine, le racisme, la xénophobie et l’intolérance n’ont pas droit de citer, chacun est jugé uniquement à l’aune de ce qu’il est capable de faire. Chaque personne au cirque doit faire ce pourquoi elle est là. Si le monteur faillit à sa tâche, les gradins peuvent s’écrouler ou la toile s’envoler. Nulle fonction n’est subalterne, chacun est absolument nécessaire à la construction du spectacle. Par exemple pour présenter un numéro de fauves il faut non seulement un dompteur, mais également un ou plusieurs dresseurs pour le mettre au point, des garçons de piste pour monter ou démonter la cage, des "galoupes" pour nettoyer les voitures cages, des aides pour préparer la nourriture et la donner aux animaux, sans oublier le vétérinaire pour garantir la bonne santé des artistes à quatre pattes. Le cirque rassemble à la fois hommes et animaux. Beau symbole rappelant que la terre n’est pas la propriété exclusive des humains. Dans un spectacle de cirque les animaux sont des artistes à quatre membres, des partenaires au même titre que les artistes à deux membres. Alors amis circophiles en cette période préélectorale rappelez à vos élus les vertus de ce spectacle qui est de plus en plus mis au ban de notre société.

commentaires

Le coût des repas des animaux dans les cirques

Publié le 17 Juin 2013 par cirk75gmkg dans Economie

Otarie.jpgDernièrement un article de "La Dépêche du Midi", décrivait les repas que prenaient chaque jour les animaux du cirque Pinder. Comme vous le lirez ci-dessous le poste restauration pour animaux représente une dépense importante voire gigantesque. A titre indicatif l'alimentation de la centaine d'animaux du cirque Pinder coûte 8000 € tous les jours. Ce qui représente à peu près le tiers des charges fixes de ce cirque, qui atteignent 27 000 € par jour. Peut être faut-il, à travers ce chiffre y voir une des raisons, rarement avouée car elle est économique, de la mode du cirque sans animaux, car nourrir 6 lions coûte forcément plus que le repas d’un jongleur avec ses massues et ses balles?

Otarie2.jpgAlors que dit cet article? "Adrew, Nelson et Siggi, les trois otaries du cirque Pinder sortent de leur piscine à l'appel de leur dresseur Gary. Les trois bêtes à moustaches et nageoires, plaquées au sol, adorent les petits mots doux en forme de câlins qu'il leur dispense. Mais pas seulement ! Ces grosses bébêtes aiment aussi beaucoup le hareng et tous les poissons en général. Elles en consomment 25 kg par jour en hiver et un peu moins en été. L'essentiel de leur repas se fait sur la piste, comme une récompense pour le travail accompli, puis un peu le matin en guise de petit-déjeuner et un peu le soir. Chacune a ses exigences : Andrew, 12 ans, mange l'intégralité des poissons, Nelson, 5 ans, ne les mangerait jamais sans leur tête et Siggi délaisse la tête et la queue ! Le cirque Pinder stocke ainsi une tonne de poissons toutes les deux à trois semaines dans d'immenses frigos…

Repas.jpgDans une grande cage, Sophie, une jeune lionne blanche pataude commence tout doucement son dressage. "Il s'agit juste pour l'instant de l'inciter à monter sur le tabouret" précise le dompteur et directeur du cirque Fréderic Edelstein (voir blog12/04/2013) qui lui offre des petits bouts de steak au bout d'un bambou… La lionne ne refuse jamais. À son âge, elle ingurgite déjà 4 kg et demi de viande par jour ! La viande est stockée dans une semi-remorque de 38 tonnes. Elle est livrée par bœufs entiers, congelée et découpée par une société basée dans les Deux-Sèvres, à Bessines, qui livre également tous les zoos et les parcs animaliers… Une fois par semaine, le menu change. Le poulet remplace le bœuf. Les grands lions peuvent engloutir jusqu'à 6 à 7 poulets par jour et par individu ou 8 kg de bœuf…

elephants.jpgLes éléphants grignotent toute la journée : des pommes, des bananes, des légumes, du foin, des granulés… Pour satisfaire leur appétit pachydermique, il ne faut pas moins de 300 à 400 bottes de foin tous les 10 jours et deux palettes de fruits et légumes… Le cirque Pinder ne compte pas loin d'une centaine d'animaux. Chevaux, chameaux, lamas, ânes, lions, tigres…" Alors le repas des fauves et autres animaux coûtent vraiment un bras, à vous de juger !

commentaires

2012 - année d'augmentation des taxes à la consommation

Publié le 1 Janvier 2012 par cirk75gmkg dans Economie

tva55.jpgLe 1er janvier n'est pas toujours synonyme de meilleurs vœux, il annonce bien souvent des hausses de tarifs. Ainsi le taux réduit de TVA passera de 5,5% à 7%. Sont concernés notamment la restauration, l'hébergement, les travaux à domicile, les transports en commun, les services à la personne mais aussi certains services culturels comme les livres et les spectacles. En même temps les pouvoirs publics ont instauré une taxe sur les sodas et boissons avec édulcorants qui sera de 6 centimes par litre; ainsi qu’une hausse de la taxe sur les alcools titrant plus de 18 degrés ce qui représentera environ 90  centimes pour une bouteille de 1 litre d'alcool titrant à 40 degrés. Concrètement cela veut dire que le prix des places des cirques va augmenter et si, à l’entracte on souhaite boire un coca ou acheter le programme une augmentation est aussi à prévoir Par exemple un billet actuellement proposé à 20 € (soit 18.95€ hors taxes) devrait  passer à 20,28 € et un billet actuellement à 35 € (soit 33.17 € hors taxes) devrait être affiché à 35,50 €.

Bonne année 2012 quand même.

commentaires

Pinder n'est plus le 1er Cirque de France

Publié le 8 Novembre 2011 par cirk75gmkg dans Economie

Pinder2010Le Cirque Pinder a pendant de nombreuses années été en tête du classement des cirques français avec un chiffre d’affaires qui était de 10 300 000 € en 2009.

JeanArnaud0.JPGEn 2010, suite à la séparation avec Jean Arnaud (voir blog06/11/11) créant sa propre organisation de spectacles dédiée au cirque, l’activité du cirque Pinder a vu son chiffre d’affaires fondre de 25 %…  Du coup les cartes sont redistribuées, et le Cirque Pinder a du laisser la première marche du podium au Cirque Arlette Gruss qui a réalisé un chiffre d’affaires de 7 791 000€. Pinder de son côté devant se contenter de la deuxième place avec une recette globale de 7 720 000€.

Bouglionech1971bLa troisième marche du podium est, elle,  attribuée au Cirque d’Hiver Bouglione avec un chiffre d’affaires de 7 180 000 €. Pour 2011 il ne faut pas s’attendre à un bouleversement: le cirque Pinder ne prévoyant pas de progression significative d’activité, et envisageant seulement de développer l’activité: la location de chapiteaux.

commentaires
<< < 1 2 3 4 5 6