Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le bloc-notes de cirk75

Depuis 2010, Chronique au fil du temps et de la mémoire d'un circophile amateur

Articles avec #nouveau-cirque catégorie

La dernière saison du Cirque Plume

Publié le 12 Octobre 2018 par cirk75 dans Nouveau-Cirque

Le mythique Cirque Plume (voir blog13/06/16) présente cet automne, à paris au Parc de La Villette, son ultime spectacle avant de mettre un terme à sa magnifique aventure, la dernière occasion de voir ces monstres sacrés du cirque contemporain.

Le journaliste Eric Demey a profité de cet ultime spectacle pour échanger avec Bernard Kudlak un des membres fondateurs de ce célèbre établissement,  alors laissons leur la parole

Eric Demey : Est-ce la fin de l’aventure pour le Cirque Plume ?

Bernard Kudlak : C’est le onzième spectacle de la compagnie, cela fait quarante ans qu’on travaille ensemble. Et les fondateurs du Cirque Plume vieillissent. Malheureusement, toutes les bonnes choses ont une fin.

E.D. : Vous n’avez pas pu former de relève ?

B.K. : J’y ai pensé, mais le Cirque Plume est devenu une grosse machine, très peu subventionnée, très structurée, qui marche bien mais qui risque gros si le succès n’est pas au rendez-vous. Il nous faut 100% de remplissage, soit 1 000 spectateurs par soir, pour ne pas perdre d’argent. Cela fait plus de trente ans que nous sommes dans cet exercice financier de funambule et personne n’a voulu reprendre ce risque. Alors, la transmission se fait via les artistes qui viennent nous voir et nous disent qu’ils ont eu envie de faire du cirque en découvrant un de nos spectacles. Cela fait 2 000 ans que la chaîne du cirque se poursuit ainsi.

E.D. : Qu’aurez-vous apporté à cette histoire du cirque ?

B.K. : Je viens de l’éducation populaire et mon rêve était de créer un art du cirque s’adressant à tous, éclairé par une forme de poésie. Tout en restant attachés à nos principes, nous avons réussi à créer un très large public qui nous suit fidèlement. Avec d’autres compagnies nées comme nous dans les années 80, comme Zingaro ou Archaos, nous avons impulsé ce renouveau du cirque qui fait qu’il y a maintenant 400 troupes en France, aux esthétiques très diversifiées.

E.D. : Ce spectacle sera donc un spectacle d’adieux ?

B.K. : Absolument pas. Il s’agit d’une création, tout comme les autres spectacles. Comme souvent, nous avons travaillé la scénographie avant d’entamer les répétitions pour voir comment nos corps et nos mythologies y prennent place. Puis vient la musique, qui tient toujours un grand rôle dans nos spectacles, composée ici par Benoît Schick. Dans La dernière saison, nous traversons les saisons dans une forêt, avec l’idée que rester sensible à la beauté de la nature est aussi une invitation à en prendre soin. Mais bien plus que dans la thèse, nous serons comme d’habitude dans la recherche de la beauté, de la fragilité et de l’émotion.

commentaires

Village de Cirque #14

Publié le 10 Octobre 2018 par cirk75 dans Nouveau-Cirque

Comme chaque année en octobre, la pelouse de Reuilly  (voir blog25/06/18)  voit s’établir pour quelques jours, Village de Cirque (voir blog07/10/16)  une sorte de festival de nouveau cirque et de spectacles de la rue.

 Cette année cette manifestation gratuite, car financée par l’impôt, se tiendra du 10 au 14 octobre et les spectateurs pourront voir 10 compagnies proposer 15 représentations.

Les organisateurs, (La Coopérative de rue et de cirque), indiquent selon leur communiqué qu’ils ont bossé comme des fous, monté les chapiteaux, installé les caravanes, le catering, le chapiteau, le bar, des chaises, des  transats... on vous a même installé des palmiers, on se croirait à la plage.

Bref les badauds et les amateurs de nouveau cirque ou d’art de la rue seront ravis cette semaine.

Pour connaître le programme, à vos tablettes ou téléphones en tapant : https://quefaire.paris.fr/60349/village-de-cirque-14

commentaires

Le Collectif Entre Nous,

Publié le 5 Octobre 2018 par cirk75 dans Nouveau-Cirque

Compagnie fondée en avril 2017, composée de cinq artistes chevronnés et de nationalités diverses et variées, formés dans les écoles de cirque aux arts de la piste, comprend 2 filles et 3 garçons tous les 5 fondus de mat chinois  à savoir :

     -une française, Héloïse Bourgeois, (voir blog30/11/16) ancienne des "7 doigts de la main" elle a notamment participé aux spectacles "Trace" & "Psy" (voir blog30/11/11) et son duo de mât avec William Underwood lui a valu une médaille d’Or en 2012 lors de la 33ème édition du Festival Mondial du Cirque de Demain.

     -une suissesse, Constance Bugnon, qui depuis l’âge de huit ans pratique les arts de la piste. Elle participe à la fondation du "Collectif à Sens Unique" et en octobre 2015 lors de son passage au "Mongolian Circus Festival" elle se voit récompensée par le " Best Performance".

     -un belge, Mikaël Bres, un acrobate touche-à-tout, danseur, compositeur de musique musicien… travaille en solo, en duo et en trio sur le mât chinois

     -un argentin Jeremías Faganel, un acrobate jongleur, spécialiste en mât pendulaire et chinois, roue Cyr et disciplines aériennes, participe à nombreux spectacles avec des compagnies européennes et sud-américaines et avec Le cirque du soleil.

     -un argentin, Matias Plaul, artiste multidisciplinaire metteur en scène, acrobate, danseur, comédien et enseignant a travaillé avec "Le cirque du Soleil" (Zed), "Les 7 doigts de la main" (Cuisine et confessions).

Depuis sa fondation, ce collectif a produit 2 spectacles. En 2017 une production pour l’extérieur "Entre nous…" et en 2018 un spectacle pour théâtre ou chapiteau, "Le Grenier".

Dans un univers musical où la nostalgie et la chaleur humaine s’entremêlent, entre légèreté et jeu de gravité, ces 5 artistes évoluent dans un espace tridimensionnel créant un ballet acrobatique et esthétique, rythmé et centré bien entendu sur le mat chinois. En ce moment en tourné...

commentaires

Cirque La Compagnie, L'Avis Bidon

Publié le 15 Juin 2018 par cirk75 dans Nouveau-Cirque

Ce groupe franco-suisse constitué par 4 artistes à l’énergie communicative (Zachary Arnaud, Baptiste Clerc, Boris Fodella et Charlie Mach) s’est créé lors de leurs dernières années d’études à l’École Nationale de Cirque à Montréal. Les premières années ont été consacrées non seulement à la mise en place des démarches administratives mais aussi à la création d’un numéro d’acrobaties mêlant le mat chinois et la planche coréenne pour de se produire ponctuellement  lors de galas ou de festivals circassiens

En 2016, ils font une apparition fort remarquée lors de leur passage à Bâle en Suisse au festival "Young Stage" d’où ils reviennent  couverts de  4 récompenses dont la médaille de bronze et le prix du Cirque du Soleil. En 2017, sélectionnés pour le "38e Festival Mondial du Cirque de Demain" (voir blog30/01/17), ils repartent sous une extraordinaire pluie de récompenses. Excusez du peu, Prix de la Ville de Paris, Prix du Président de la République et la Médaille d’or, c’est la consécration pour cette jeune troupe.

Depuis, Cirque La Compagnie a conçu un spectacle mis en scène par Alain Francoeur et adaptable en salle, sous chapiteau ou en rue, nommé  "L’avis bidon". Cette production propose d’incroyables moments acrobatiques utilisant la planche coréenne, le mat chinois ou l’échelle libre, mais aussi un lancer de couteaux.... Le tout  donnant un concept furieusement drôle, communicatif et joyeux, mâtiné de nombreuses de chansons détournées avec un zeste de drôleries et des pitreries. Bref c’est irrésistibles.

La première de "L’avis bidon" a été donnée le 1er  décembre 2017 en France à Mougins et depuis cette troupe tourne dans de nombreuses villes en France, Suisse, Espagne, Italie et en Allemagne..

commentaires

Compagnie Marcel et ses drôles de femmes

Publié le 7 Juin 2018 par cirk75 dans Nouveau-Cirque

Ce quatuor normand-gersois-catalan composé de 2 voltigeuses (Marine Fourteau et Liza Lapert et de 2 porteurs (Angèle Guilbaud et Marcel Vidal Castells) s’est rencontré à l’École Nationale des Arts du Cirque de Rosny-Sous-Bois puis s’est constitué à l’issue de leur formation au C.N.A.C. de Châlons-en-Champagne (voir blog 02/05/2011).

En 2013, ils créent à Rouen la "Cie Marcel et ses Drôles de Femmes" et propose un premier spectacle d’une durée de 35 min joué en palc intitulé "Miss Dolly". Cette production met en scène autour du cadre aérien et du portique coréen, 4 personnages, Dolly, John, la fille et Jimmy dans un univers un peu déjanté, dans un pseudo western où ils mâchouillent quelques bribes d’anglais, avec des pommes, de l'humour, de l"absurdité, de la haute voltige. et c'est drôle...

Pour leur seconde création, "La Femme de Trop" donnée cette fois en salles, le quatuor  devient quintet avec  l’ajout de la trapéziste, chanteuse et clown Noémie Armbruster. Vêtus tour à tour d'une couleur primaire ou secondaire, ils sont à la fois uniques et interchangeables. Et autour du cadre aérien ou du portique coréen, ils se lancent, se rattrapent, se soutiennent, s'échangent et s'excluent parfois. Un spectacle haut en couleurs, en voltige et en chansons !

Leur acrobatie est en permanence parcourue par leur folie, leur côté décalé, mais aussi par la prise de risque, l'erreur, le ratage, l'échec, la gamelle, la chute. Et quand enfin, chacun trouve sa place, ce sont les angoisses et les problèmes de la vie qui se révèlent.

Bref on s'amuse.

commentaires

Terya Circus présente, Boulevard Conakry

Publié le 31 Mai 2018 par cirk75 dans Nouveau-Cirque

Le cirque de Guinée, héritier du mythique "Circus Baobab" est renommé pour son acrobatie adossé au son d’un orchestre  mandingue. L’année dernière  le "Cirque Mandingue" avait brillé de tous ses feux à Paris (voir blog29/06/17). Cette année une autre compagnie créée en 2008 nommée "Terya Circus" sillonne  la France après avoir enchaîné les représentations en Afrique ou en Europe, pour proposer depuis 2015  "Boulevard Conakry".

Cette production s’inspire des mouvements et des bruits des rues de la capitale de la Guinée, pour distiller l’énergie singulière de cette ville et surtout de son marché unique où les vendeurs crient, dansent, chantent au milieu de leurs étals pour mieux attirer le chaland et témoigner de leur goût de vivre.  Le spectacle enchaîne au son d'un orchestre mandingue, avec quelques intermèdes de tambours, des numéros traditionnels comme mât chinois, sangles aériennes, contorsion, équilibres, acrobatie au sol, pyramides humaines, trapèze…  

"Boulevard Conakry" n’est pas un spectacle nouveau pour les circophiles parisiens car du 9 au 17 décembre dernier, la même production avait été donnée au Théâtre Claude Lévy-Strauss du Musée du Quai Branly Jacques Chirac. Et c’est à cette occasion que nous avions pu applaudir des artiste emmenés par Kerfalla Bakala Camara, déployer un tourbillon de techniques acrobatiques pour donner  un mélange festif,  joyeux, généreux et rythmé  de cirque, de musique et de danse,

Pour celles et ceux qui ne connaissent pas le Cirque Guinéen "Boulevard Conakry" se produit  vendredi 1er  juin 2018 dans le cadre du 29ème Parade(s), festival des arts de la rue de à Nanterre. Et rappelons Parade(s) est un festival gratuit, ouvert et accessible à toutes et tous.

Alors pourquoi s'en priver...

commentaires

La Compagnie Max & Maurice a 30 ans

Publié le 25 Mai 2018 par cirk75 dans Nouveau-Cirque

Créé il y a 30 ans en 1987 par Emmanuel Gilleron et Antoine Deschamps, deux artistes de cirque animés par la volonté de raconter des histoires drôles et poétiques, en connivence avec le public. L'aventure a commencé par un duo clownesque et burlesque, puis un trio, puis une équipe qui évolue au gré des projets.

Après avoir proposé "Le Cirque Mons", "L’Arche à Songe" ou "Oups", les deux compères envisagent maintenant de créer une trilogie ayant comme fil rouge le cirque et les petits commerces en tout genre. La première étape a été "La Quincaillerie Lamoureux"  où deux compères ayant usé leurs semelles dans les cabarets miteux de la planète, arrivent à l’assaut du trottoir pour se refaire une jeunesse.

Le deuxième spectacle de ce triptyque se nomme "Les Grands Fourneaux"  mélange indescriptible de cirque et de gastronomie, autrement dit une fantaisie lyrique et culinaire. Car comme le cirque, le restaurant  se prête bien à une mise en scène où le baroque et l’absurde sont de mises avec ce qui est la signature de cette troupe au ton décalé, teinté d’absurde et de non-sens.

Ecrit et mise en scène par Emmanuel Gilleron "Les Grands Fourneaux" relate l’histoire d’un restaurant ambulant au chic suranné qui ouvre ses portes pour le meilleur et pour le pire. Au menu de la gastronomie emplumée, des chorégraphies de style, quelques fantaisies lyriques, ainsi que des acrobaties enluminées, des artistes chics, des cuisiniers philosophes et enthousiastes, des musiciens allants et charmants.

Ce spectacle d’une durée de 2h avec repas inclus repose sur les épaules d’artistes un peu déjantés et qui ont pour nom Cyriaque Bellot, Emile Chaygneaud-Dupuy, Sandrine Colombet, Antoine Deschamps, Rosaline Deslauriers (ou Emilie Corre) Emmanuel Gilleron, Olivier Verzelen et Mila Volmat.

Un moment inoubliable d’acrobatie, de jonglage et de gastronomie, musique incluse…

commentaires

5èmes Hurlants un spectacle de Raphaëlle Boitel

Publié le 17 Mai 2018 par cirk75 dans Nouveau-Cirque

Créé au TANDEM Scène Nationale Arras Douai en décembre 2017, lors du Festival de cirque Les Multipistes, le troisième spectacle de Raphaëlle Boitel (voir blog01/07/14) est aujourd’hui présenté à l’Académie Fratellini. et propose une réflexion pleine de sensibilité sur l’équilibre et le déséquilibre, la chute et la persévérance…

Ce sont en effet entre tentatives, efforts, ébauches et aboutissements que l’artiste, diplômée de l’Ecole des arts du cirque Annie Fratellini, utilise à travers sa troisième création. Après avoir travaillé sous la direction de James Thierrée, (voir blog03/07/12) Aurélien Bory, Marc Lainé…, Après avoir proposé en 2013 "Consolations ou interdiction de passer par-dessus bord " et   l’année suivante "L’Oublié(e)"elle a mis en piste avec "5èmes Hurlants" en quelque sorte l’envers du décor autrement dit, l’avant du numéro.  Ils sont 5 apprentis apprentis de l’Académie Fratellini sur piste (Aloïse Sauvage, Julieta Salz, Salvo Capello, Alejandro Escobedo, Loïc Leviel) issus de cultures et de pays différents qui cherchent à renouveler leur discipline (cerceau, danse-acrobatique, sangles, jonglage, fil ) à travers la répétition de leur quotidien circassien. Deux jeunes femmes et trois jeunes hommes qui s’élancent, chutent, se relèvent, sur des airs de Verdi ou de Bach, ou dans le silence le plus brut, s’échauffent, dérapent, rient, persévèrent, s’épaulent, se soutiennent…

Des moments d’espoirs et de difficultés partagés qui, à travers l’exigence du cirque, laissent entrevoir nos vies dans ce qu’elles ont d’incertain, de fragile et de grand à la fois. C’est bien entendu avant tout la vie qui s’exprime par le biais de cette succession de  tableaux  poétiques, chorégraphiques, climatiques. Et quand une jeune artiste effectue dans les airs de vertigineuses arabesques, aidée en cela par les tractions conjuguées du reste de la troupe, la beauté d’une forme de communion se mêle à la prouesse technique de l’exercice.  C’est finalement ça, "5èmes Hurlants" spectacle qui tourne en ce moment et, qui en région parisienne sera présenté à Noisiel  à La Ferme du Buisson le 18 mai.

commentaires

La Compagnie Ea Eo, un déroutant collectif de jonglage

Publié le 29 Mars 2018 par cirk75 dans Nouveau-Cirque

 

Cette troupe belge fondée en 2009 par Jordaan De Cuyper, comprend aujourd'hui 5 jongleurs bien déjantés qui ont débuté  dans l'événementiel: anniversaire, mariage, inauguration de centre commercial, ouverture de la ligne Thalys Paris-Bruxelles...

Après dans un premier temps avoir tourné avec deux spectacles  nommés "How to Welcome the Aliens" et  "m²", le collectif crée en 2014 une  production iconoclaste "All the fun"créée en 2014 sorte de  rituel  "défoulatoire" qui joue avec l’incertain, le bizarre, le doute et qui tente de répondre aux questions existentielles à l'aide d'objets en plastique produits de manière industrielle.

Jonglage et paillettes : le spectacle est conçu comme une grande fête familiale dont les règles s'inventent au fur et à mesure. Entre l’exploit et le non-sens, on ne sait plus où donner de la tête, mais l’essentiel demeure dans la maîtrise du geste. Pour affirmer que "les chutes déterminent à peu près où s’arrête la vie et où commence la mort", ou encore que "jongler rallonge l’espérance de vie et rend les animaux super-sympas", il faut un vrai brin de folie et une audace bienvenue. Le message de fond est aussi peu clair que possible, si bien que les artistes eux-mêmes (Jordaan De Cuyper, Sander De Cuyper, Bram Dobbelaere, Éric Longequel, Neta Oren) ne sauront pas s'il y a vraiment si tout ça n'est qu'une bonne blague racontée dans une langue que personne ne comprend réellement.

Bref un moment sans pareil, à voir en ce moment dans quelques salles franciliennes...

commentaires

Le cirque bonjour (1971-1979), à l’origine du nouveau cirque

Publié le 19 Mars 2018 par cirk75 dans Nouveau-Cirque

La fille et le gendre de Charlie Chaplin (voir blog03/07/12), sont à  l’origine de la création de ce que l’on nomme aujourd’hui "le Nouveau Cirque" et ils sont également les inspirateurs de nombreuses troupes qui depuis ont tracé leur propre sillon artistique. Revenons aujourd'hui sur la création de ce cirque à cette époque vraiment different.

Le cirque bonjour (1971-1979), à l’origine du nouveau cirque

Lui, Jean-Baptiste Thierrée vient du théâtre. A  25 ans il fonde sa propre troupe et crée cinq spectacles. Il travaille notamment avec Jean-Marie Serreau, Roger Planchon, Peter Brook… et joue même dans le film de Fellini "Les Clowns" (voir blog13/12/10). Elle, Victoria Chaplin, actrice et costumière britannique, joue aussi dans "Les Clowns" ainsi que dans le dernier film de son père "La Comtesse de Hong-Kong" où elle est une jeune femme dansant sur le bateau avec Ogden Mears. En 1969 elle rencontre Jean-Baptiste Thierrée, se marient et décident d’investir le milieu du cirque mais d’une manière moins traditionnelle. En 1971 en partenariat avec une vieille famille banquiste les Moreno-Bormann  ils  créent "Le Cirque Bonjour". Au programme un spectacle fantasmagorique mélangeant cirque traditionnel (acrobates, jongleurs et animaux…) et cirque contemporain (clown engagé, musique pop, marionnettes, costumes, surréalisme…) avec trame et mise en scène ou plutôt en piste.

Le cirque bonjour (1971-1979), à l’origine du nouveau cirque

Parmi les artistes du Cirque Bonjour un certain James Thierrée (voir blog27/02/17) qui enfant débute sur la piste familiale et, qui par la suite deviendra acteur et artiste de cirque au sein de la Compagnie du hanneton dont il est le fondateur. Victoria et Jean-Baptiste Thierrée ont également deux filles Aurélia et Juliette Thierrée elles aussi artistes de cirque.

Le Cirque Bonjour trouve son public, le chapiteau de 1000 places est bien souvent rempli. Il est même invité en 1971 au Festival du théâtre d’Avignon. Il faut dire et, peut être cela a aidé, font partie du spectacle Stéphane et Christophe Vilar les fils du fondateur du festival.

Originalité le spectacle est préacheté par les Comités d’entreprises, les Maisons de la Culture, Municipalités, Club du 3ème âge. Bref l'aventure marche, mais au bout d’une année les Moreno-Bormann mettent fin à cette association trop coûteuse pour eux, car trop de temps morts et de longs voyages entre deux points d’étape.

Les Thiérrée poursuivent seuls l’aventure et en 1979, le "Cirque Bonjour" devient le "Cirque Imaginaire", puis "Le Cirque Invisible" (voir blog21/12/11) mais cela est une autre histoire déjà d’ailleurs contée.

Le cirque bonjour (1971-1979), à l’origine du nouveau cirque
commentaires
<< < 1 2 3 4 5 6 7 > >>