Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le bloc-notes de cirk75

Depuis 2010, Chronique au fil du temps et de la mémoire d'un circophile amateur

Un petit reportage sur le Cirque d'hiver Bouglione

Publié le 15 Février 2014 par Michel Alain Lagrange

commentaires

*: Courrier adressé à W.Leymergie par le président du club du cirque

Publié le 14 Février 2014 par Michel Alain Lagrange

Un rappel du Président du Club du Cirque Français qui remet les pendules à l'heure, suite aux propos de Mme Natacha Harry dans Télématin du 14 février 2014.

commentaires

Les lions, les éléphants, les rhinos, les buffles et les léopards victimes des trafics et de la perte d’espaces.

Publié le 14 Février 2014 par cirk75gmkg dans Animaux

Lion.jpgTel est le titre du reportage que la journaliste Laurence Caramel, du Monde a fait paraître dans l’édition du 13 février 2014. A la lecture de cet article on peut se demander si les défenseurs du cirque sans animaux, sont bien conscients des risques qu’ils veuillent faire prendre en demandant de relâcher dans leur pays d’origine, des animaux nés pour la plupart en captivité. Outre le fait qu’ils seraient pour la plupart incapables de trouver leur nourriture, ils seraient aussi FACILEMENT à la merci d’un prédateur implacable l’homme.

elephants-copie-1.jpgLaissons la parole à cette journaliste qui relate des faits que personne ne peut contester : “des éléphants abattus par dizaine de milliers pour alimenter les circuits clandestins de l’ivoire, à destination de l’Asie. Plus de mille rhinocéros braconnés pour leurs cornes en 2013. En Afrique, le trafic des grandes espèces emblématiques ne s’est jamais aussi bien porté. Au point que les spécialistes n’hésitent plus à prédire la disparition de plusieurs d’entre elles.” Est-ce-à dire que les cirques et les zoos vont dans un avenir prochain devenir le seul endroit au monde où on pourra encore voir certaines espèces ? A moins que les défenseurs des animaux ne les hébergent chez eux, c’est l’autre solution contre les braconniers. 


commentaires

Une petite vidéo du musée du docteur Frère, ...

Publié le 13 Février 2014 par Michel Alain Lagrange

Une petite vidéo du musée du docteur Frère, docteur es cirques!

commentaires

Joseph-Yves-Pierre Magnin dit Pierre Mingand (1900-1982)

Publié le 12 Février 2014 par cirk75gmkg dans Cinéma

Medrano04-1942.jpgUne affiche du Cirque Médrano de 1942 présente Pierre Mingand sous ces termes : ”acrobate, danseur équilibriste, musicien et toujours lui-même, vedette de cinéma et pour la première fois vedette de cirque“. Mais qui est cet artiste qui a foulé en vedette la piste de ce cirque de légende qui se trouvait à Paris 63 boulevard Rochechouart ? A la lecture de sa biographie on peut lire : Pierre Mingand a de nombreuses cordes à son arc : diplômé en sciences commerciales, comédien, chanteur, mime, musicien et artiste de cirque.

Empire-P.Mangand.jpgAu niveau piste magique, on trouve trace du jeune Pierre Mingand en 1926 au sein du Cirque Molier (voir blog29/04/2012), établissement fondé en 1880 par Ernest Molier.  Le 9 juin 1927 il se produit dans un Gala Mondain Equestre au Cirque de Paris (voir blog23/11/2011) où il se produit en duo avec Maxime Vaz dans un numéro de danse athlétique. Il fait partie de l'orchestre de Ray Venture comme chanteur et pianiste où il se produit à l’Empire (voir blog10/05/2013), salle de music-hall et de cirque parisienne.

 

PierreMingand.jpgIl chante et enregistre en duo avec Danielle Darrieux, avec laquelle il se liera d'amitié. Ils tourneront notamment plusieurs films ensemble : ”Mauvaise graine” (1934), ”Mademoiselle Mozart” (1935), ”Abus de confiance, ”Retour à l'aube” (1938). Après le tournage de ”Coup de tête” il  estimmobilisé de longs mois à la suite d'un accident survenu au cours d'une scène de bagarre. Artiste il faut le dire un peu oublié de nos jours, mais certains admirateurs continuent d’entretenir sa mémoire avec par exemple un blog dédié à sa carrière. (mingand.canalblog.com)


commentaires

Le cirque Québécois très présent à Sotchi,,

Publié le 11 Février 2014 par cirk75gmkg dans Sport

Sotchi.jpgPour la troisième fois la Compagnie ”Les 7 doigts de la main“, (voir blog30/11/2011) a été  présente lors des Jeux olympiques de Sotchi. Rappelons qu’en 2006, à Turin elle a participé à la cérémonie de clôture des JO, puis en 2010 à Vancouver, elle a animé la Maison du Québec avec 160 performances durant les 16 jours des jeux et une présentation lors de la cérémonie des médailles de ski acrobatique. Aussi n’est-il pas surprenant qu’elle ait réalisé cette année la mise en scène de l’un des trois tableaux qui  a composé la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques de Sotchi.

7doigts-Sotchi2.jpgDéfis de taille car cette manifestation a nécessité non seulement l’utilisation d’objets gigantesques de plus de 15 mètres de haut, mais il a fallu coordonner plus de 600 danseurs, gymnastes, acrobates et enfants venant d’horizons divers, aux cultures et aux langues  différentes. Ce sont Shana Carroll et Sébastien Soldevila assistés de  Raphaël Cruz qui ont signé la conception et l’idée originale de ce tableau où se mêlaient une troïka de 40 m de haut, un coq et un chat, une baleine ainsi qu’une cinquantaine de statues gonflables représentant les grands symboles de la Russie médiévale dont les neuf coupoles de la cathédrale Saint-Basile. 

 

Daniel-Frizi.jpgEt pour la cérémonie de clôture, le 23 février prochain, c’est le metteur en scène italo-suisse, Daniele Finzi Pasca, qui sera aux manettes et qui fera équipe avec la cofondatrice du Cirque Éloize (voir blog26/12/2011) Julie Hamelin pour créer l'ensemble des tableaux. Oui le Cirque québécois a ramassé la mise à Sotchi montrant ainsi son grand professionnalisme !


commentaires

Phénoménal au Cirque d’Hiver Bouglione

Publié le 10 Février 2014 par cirk75gmkg dans Programmes

bouglionech2013.JPGLe dictionnaire définit le terme phénoménal comme ce qui sort de l’ordinaire, qui est surprenant voire incroyable. Et disons-le tout net ce n’est pas le qualificatif que nous donnerions à ce spectacle, léché, bon chic bon genre, un brin sophistiqué, bien mis en scène, avec de belles lumières, de beaux costumes, le tout emballé dans le très bel écrin qu’est le cirque d’Hiver. On y vient avec plaisir, peut être aussi avec un brin de nostalgie, nostalgie de notre enfance où la sortie au Cirque d’Hiver était la grande sortie de l’année. Oui un beau et agréable programme, un programme parisien digne du Lido ou du Moulin Rouge, étapes obligés pour tout touriste visitant Paris. Depuis quelques années, le Cirque d’Hiver se recentre sur un spectacle que les allemands appellent “variété” où les animaux sont tolérés mais la vedette revient plus aux girls, chez Bouglione les “Salto Dancers” apparues en 1999, avec le spectacle,( j’allais dire la revue) Salto.

Pasha-Voladas.jpgCommençons par le meilleur le biélorusse Pasch Voladas. Cet artiste nous gratifie d’un travail impressionnant aux barres parallèles comprenant des échappées toujours spectaculaires. Il est aidé par Astrid une des “Salto Dancers”, ce qui donne à la prestation un côté glamour et tango. Deux autres belles prestations sont dues  au talent et au charme d’Helena Poloch, et de Romina Micheletty. Helena déjà vue à Massy en 2012, nous propose un numéro de jonglage avec des ballons de football. Et sans se départir de son élégance elle en manipule jusqu’à cinq ce qui semble du domaine du magique. Romina, véritable enfant de la balle, rayonnante dans une mise en scène et costume très étudiés nous gratifie d’un numéro d’acrobatie avec cerceaux d’un rare esthétisme. Elégants, les ukrainiens Dasha & Vadym aux sangles aériennes, séduisant le couple franco-hollandai qui jongle tout en dansant un tango torride complètent la meilleure partie du spectacle.

helena_pollach.jpgCôté remplissage : les sempiternels  numéros équestres de Joseph Bouglione (ce jour-là remplacé par Hans Suppmeir  présentant par ailleurs  des tigres à la limite du soporifique) ou de Régina Bouglione dans un numéro de poney, de surcroit parfois mal maîtrisé, est pour le moins indigne d’une Bouglione. Les traditionnels et récurrents intermèdes dansés par le “Salto Dancers”. Enfin comme chaque année, la dernière génération de la dynastie dans une succession de pas très grandes illusions, là aussi un numéro gentillet, il faut bien préparer la génération future !

Romina MichelletyCôté déjà vu, les frères Curatola déjà dans le programme Vertige de 2006 proposent un numéro viril de main à main. Les Fumaboys entrevus dans le programme Voltige de 2003, et Fumagalli dont c’était la 4ème apparition sur la piste après Voltige en 2003, Artistes en 2006, Virtuose 2011. Et chose surprenante pour une fois il ne nous alloue plus de son impérissable Petite Abeille, mais d’un autre classique : la Chambre Hantée où il utilise toutes les ficelles du métier et il faut bien le reconnaître ça marche. Enfin pour terminer le spectacle la roue de la mort colombienne “unique au monde” présentée dans la presque quasi-totalité des chapiteaux de France et de Navarre.

 

Bouglione.jpgComme on le disait en introduction Phénoménal un spectacle à la mise en piste fluide et léchée, à l’emballage soigné (musique, lumières, costumes, transitions…) mais dont la formule peu à peu s'use, et avec peu de numéros véritablement phénoménaux. Mais bonne nouvelle l’année prochaine les Bouglione indiquent avoir sous contrat les fabuleux Casselly (Clown d’or à Monte-Carlo, Piste d’Or à Massy et Médaille d’Or Budapest), avec un tel numéro l’édition 2014-2015 pourra réellement prétendre au qualificatif de Phénoménal, alors vite en octobre 2014.

 

commentaires

Jean Dufy (1888-1964) un peintre amateur de cirque

Publié le 9 Février 2014 par cirk75gmkg dans Art

Jean_Dufy0.jpgSeptième d’une famille de onze enfants, dont un de ses frères ainés n’est autre que le peintre Raoul Duffy,  Jean Dufy est né au havre en 1888 d’un père comptable et musicien amateur talentueux. Après son service militaire, le jeune Dufy s'installe à Paris où deux événements de la vie culturelle parisienne de l’après-guerre vont le marquer profondément. Il s’agit de la comédie “Le Bœuf sur le toit” qui lui donne l’occasion de rencontrer les musiciens de l’époque, ainsi que “La Revue Nègre” qui détermine dans son œuvre l’alliance du chromatisme et de la musique.

Jean_Dufy1.jpgProfessionnellement à partir de 1916 et pendant plus de trente ans, Jean Dufy réalisera, pour la porcelaine Théodore Haviland de Limoges des décors (nature florale et animale) qui lui vaudront, lors de l’Exposition Internationale des Arts Décoratifs en 1925, une médaille d’or pour le service “ Châteaux de France”. C’est aussi, à la même époque, que les frères Fratellini, véritables stars de la piste font venir au cirque leurs nombreux admirateurs parmi lesquels se trouvent Marquet, Derain, Picasso, Matisse… qui y trouveront une source de création. Jean Dufy est de ceux-là et il va réaliser de 1920 à 1950 une palanquée de peintures sur le cirque où s’entrechoquent la couleur-musique, la couleur-langage, les jeux de lumière. Spectateur assidu du Cirque Médrano (voir blog07/04/2011) ou du cirque d’hiver époque Desprez (voir blog25/03/2012) il va concevoir une oeuvre riche et singulière, méconnue et peu montrée où l’artiste peint la mélancolie naturelle qui sous-tend l’univers des saltimbanques.

Jean_Dufy.jpgArtiste à la palette riche et changeante, sa peinture circassienne montre le bruit et le silence, la lumière et l’ombre. Jean Dufy n’a pas peint comme les sœurs Vesque (voir blog07/003/2011) le spectacle de cirque mais plutôt des impressions ressenties et où il est souvent bien difficile de nommer l’artiste peint sur la toile, tant il les mélange, les additionne aux grès de ses inspirations. Pourtant en dépit du manque de reconnaissance de tel clown, de tel cavalier ou de telle écuyère le plaisir est ailleurs. Il se trouve dans l’atmosphère qu’il a su recréer d’une époque aujourd’hui révolue et dans le spectacle qu’il suggère. Dans son œuvre circassienne Jean Dufy s’est principalement attachée à peindre les clowns, les acrobates et les écuyères par contre les animaux sont absents à part les chevaux et la cavalerie.  

 

Dufy.jpgLes deux frères Dufy ont produit chacun une œuvre considérable de plus de 2 500 pièces, Raoul  a commencé plus tôt sa carrière artistique et Jean commence à peindre en 1920. Tous les deux croquent alors la mer, les vues des fenêtres de leurs ateliers. Raoul traite de la musique et Jean du cirque. Artiste renommé Jean Dufy est présent dans les collections des plus prestigieux musées américains : Art Institute of Chicago ou MoMA de New York.

Pascal Jacob (voir blog18/12/2013) a fait paraître en 2012 aux “Editions Magellan et Cie” un splendide ouvrage sur la période circassienne de ce peintre aux couleurs chaudes et réelles, livre qui remet en valeur cet artiste aujourd’hui un peu éclipsé par l’aura de Raoul son aîné

 

commentaires

A nos agendas pour noter dès maintenant ces...

Publié le 8 Février 2014 par Michel Alain Lagrange

A nos agendas pour noter dès maintenant ces...

A nos agendas pour noter dès maintenant ces dates.

commentaires

LE GRAND ORCHESTRE DU CIRQUE NATIONAL ALEXIS GRÜSS

Publié le 7 Février 2014 par Michel Alain Lagrange

Un peu de musique avec l'orchestre du Cirque National Alexis Gruss

commentaires
<< < 1 2 3 4 > >>