Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le bloc-notes de cirk75

Chronique au fil du temps et de la mémoire d'un circophile amateur

Articles avec #sport catégorie

Le boxeur Al Brown (1902-1951) sur la piste de Medrano

Publié le 19 Novembre 2015 par cirk75 dans Sport

Le boxeur Al Brown (1902-1951) sur la piste de Medrano

Al Brown, de son vrai nom Alfonso Teofilo Brown, né le 5 juillet 1902 à Colón au Panama, était un boxeur qui évoluait dans la catégorie poids coqs, et qui fut de 1929 à 1935 Champion du monde. Mais en plus du noble art Al Brown aimait tout particulièrement se produire sur scène en tant que chanteur, danseur, musicien, présentateur, humoriste, mime, avec une prédilection pour Paris où on le vit plusieurs fois avec son Orchestre & Partner proposer un show où alternaient chant, danse et boxe.

Joueur en boxe, joueur de jazz, joueur d’argent, joueur avec la vie mais aussi avec sa santé, ce flambeur décédé à 48 ans le 11 avril 1951, a porté son optimisme d’un continent à l’autre. Doué par nature, avantagé par sa longue silhouette et doté d’un rare sens de la danse, mais peu porté sur l’entraînement, forçant sa motivation durant ses matches en pensant à la façon dont il fêterait avec ses amis la victoire. On raconte même qu’entre les rounds, on rinçait son protège-dents au champagne, lorsqu’on ne lui en servait pas une coupe entière pour démoraliser l’adversaire en plein match. L’éblouissant Alfonso le soir après le combat n’hésitait pas à poursuivre le spectacle, en jouant du saxophone ou de la batterie.

Le boxeur Al Brown (1902-1951) sur la piste de Medrano

Une telle vedette ne pouvait que plaire à Jérôme Médrano toujours à la recherche de nouvelles stars et, c’est ainsi qu’on vit Al Brown dans le "XVI° spectacle accéléré" du 13 avril au 1er mai 1938 lors de la saison du Jubilé où "la Perle Noire", nom qui lui était donné avant-guerre, était la tête d’affiche de ce programme. Le tout-Paris se bousculait ainsi pour le voir, tel Jean Cocteau son mentor-poète qui le présentait ainsi : "Medrano n’offre pas à son public, un pugiliste en fin de courbe, une ruine, un souvenir. Medrano laisse directement descendre du ring vers la piste ronde un miracle qui refuse de cesser d’être un miracle, un spectre qui refuse de prendre corps."

Le boxeur Al Brown (1902-1951) sur la piste de Medrano

Un livre paru en 1998 aux Editions du Seuil a fait revivre sans sensiblerie ni clinquant l’extraordinaire destin de ce boxeur artiste de music-hall.

Bien des années plus tard, Jérôme Medrano mettra avec Robert Cohen un autre champion du monde de boxe au programme de son cirque montmartrois, (voir blog26/02/2011) mais ceci est une autre histoire aurait pu dire Kipling.

commentaires

Jules Ladoumègue au cirque Amar, une énigme

Publié le 22 Décembre 2014 par cirk75 dans Sport

Jules Ladoumègue au cirque Amar, une énigme

Nous avons déjà parlé par deux fois des exploits circassiens du populaire Julot, autrement dit des apparitions sur la piste du cirque Médrano de l’athlète Jules Ladoumègue (voir blogs26/02/2011 & 27/11/2014), mais très curieusement on ne mentionne jamais le contrat signé le 4 juin 1957 entre lui et Mustapha Amar pour une tournée qui devait débuter entre le 1er et le 15 mars 1958 et s’achever à la fin de la saison 1958.

Lorsque l’on consulte les programmes de cette tournée, point de Jules Ladoumègue et aucune trace du dit contrat dans les livres se rapportant à ce cirque mythique (Christian Berthault & Jean-Claude Lucet “Amar” Le Masque Editions - Dominique Denis “Les Cirques des Frères Amar” Editions Arts des 2 Mondes). En 58 il y eu bien des sportifs au programme un boxeur Alphonse Halimi et des cyclistes Robic, Caput, Chupin et Guegan (voir blog27/02/2011) alors qu’est devenu ce contrat ? Pourquoi n’a-t-il pas été appliqué& ?

Quelqu’un peut-il éclairer ma lanterne car je ne sais que penser?

Jules Ladoumègue au cirque Amar, une énigme
commentaires

Jules Ladoumègue par 2 fois sur la piste de Medrano

Publié le 27 Novembre 2014 par cirk75 dans Sport

Jules Ladoumègue par 2 fois sur la piste de Medrano

Jérôme Médrano présenta plusieurs fois le populaire Julot (voir blog26/02/2011) sur la piste de ses cirques où l'athlète défiait à la course des pur-sang ayant pour nom "Boziac" ou "Espoir".

Jules Ladoumègue par 2 fois sur la piste de Medrano
Jules Ladoumègue par 2 fois sur la piste de Medrano
  • Contrat pour la tournée de 1937 avec les signatures de Jules Ladoumègue et de Jérôme Medrano
Jules Ladoumègue par 2 fois sur la piste de Medrano
Jules Ladoumègue par 2 fois sur la piste de Medrano
  • Contrat de 1943 pour le cirque de Paris avec les signatures de Jules Ladoumègue et de Jérôme Medrano
commentaires

On boxe par deux fois chez Pinder !

Publié le 17 Novembre 2014 par cirk75 dans Sport

On boxe par deux fois chez Pinder !

En 2014 Pinder fête ses 160 ans avec un spectacle de cirque traditionnel, ce qui n’a pas toujours été le cas pour cet établissement plus que centenaire. En effet de 1953 à 1955 ainsi qu’en 1960 Pinder a proposé en seconde partie un show digne d’Holiday en Ice. Dans les années 60 les spectateurs pouvaient voir une deuxième partie music-hall avec des chanteurs ayant pour nom Luis Mariano (voir blog15/05/2011), Danny Boy (voir blog29/01/2011) ou Gloria Lasso. Et n’oublions que de 1936 à 1938, époque de pré-conflit mondial, temps où il était bon de montrer ses muscles, plusieurs tournées ont eu pour têtes d’affiche des sportifs qui selon l’année furent cyclistes, lutteurs ou boxeurs.

On boxe par deux fois chez Pinder !

Ainsi lors de la tournée 38, l’affiche évoque le "3ème Grand Festival des Vedettes Internationales du Cirque et du Ring", avec Marcel Thil, "avant son prochain départ en Amérique pour le championnat du Monde". Ce boxeur, surnommé "la gloire du sport français était fort populaire ce qui permettait à Charles Spiessert, le patron de Pinder à cette époque de remplir son cirque. La célébrité de cet "héros national", était si attractive que Marcel Thil fut par deux fois la vedette des tournées 36 et 38. Et pour mieux le mettre en valeur, Pinder avait spécialement fait réaliser pour la tournée 38 une remorque podium, sur lequel était installé à un mètre cinquante du sol un ring. Pendant l’entracte les garçons de piste disposait cette plateforme en plein milieu de la piste afin de permettre à Marcel Thill d’y effectuer des démonstrations d’entrainement et des combats avec pour partenaire Georges Riez ou le russe Dimitri. Et pour faire bonne mesure en ouverture de cette seconde partie on pouvait aussi assister à la présentation en exhibition de combat en "Catch as catch can", du Champion Olympique et Champion du Monde de Force toutes catégorie : Charles Rigoulot (voir blog01/03/2011).

On boxe par deux fois chez Pinder !

Pour Pour les moins de vingt ans rappelons que Marcel Thil combattit dans les années trente dans la catégorie des poids moyens, dans laquelle il devint de 1932 à 1937 champion du monde. Lorsqu’il s'arrêta il se consacra au noble art en devenant entraineur, superviseur de combats et président du Club de boxe dieppois. Décoré de la Légion d'honneur en 1961, il meurt à Cannes le 14 août 1968, des suites d'un accident de voiture.

Pinder ne fut le seul cirque à avoir utilisé la popularité de champions du noble art. Medrano en 1954 avec Robert Cohen (voir blog26/02/2011) ou Amar en 1958 avec Alphonse Halimi (voir blog27/02/2011) ont aussi habillement utiliser la gloire éphémère de ces champions du monde de boxe pour remplir leurs gradins, comme quoi au cirque tout est spectacle !

commentaires

Coupe du Monde, (non) Coupe France Soir en 1957, au "Cirque Zoo Jean-Richard Ambiance assurée !

Publié le 30 Juin 2014 par cirk75 dans Sport

Coupe du Monde, (non)  Coupe France Soir en 1957, au "Cirque Zoo Jean-Richard Ambiance assurée !

Sous cette enseigne se cachait une belle association composée de Lucien Jeannet (directeur administratif), Jean Richard (directeur artistique), Alexis Gruss Senior (directeur général) et André Gruss (directeur technique). Les Gruss-Jeannet c’était l’ex Radio Circus quant à Jean Richard c’était une des personnalités préférées des français. Un amoureux du cirque et créateur à Ermenonville du "Zoo Jean Richard" et de "La Mer de Sable". Grace aux Gruss-Jeannet, à la recherche d’un nom attractif pour leur chapiteau, “Cirque Zoo Jean-Richard” sonnait bien et était porteur d’espoir. Les Gruss, séniors (Alexis, Arlette, Dédé, Philippe) et juniors (Alexis, Bella, Christiane, Lucien, Patrick..) assuraient à la fois la logistique et la 1ère partie du programme. Jean Richard de son côté prenant en charge pratiquement la totalité de la 2nde partie. Il donnait la réplique à 4 comédiens dans un de ses grands succès, une fantaisie intitulée "A Champignol", après avoir présenté les "Baby Eléphants des Indes". Le Chef d’orchestre avait pour nom Henri Martinet, c’était le célèbre compositeur de "petit papa noël" et M. Loyal était un acteur fort populaire à cette époque Albert Préjean.

Coupe du Monde, (non)  Coupe France Soir en 1957, au "Cirque Zoo Jean-Richard Ambiance assurée !

Cerise sur le gâteau et pour être certain chaque soir de faire une bourrée, juste avant l’entracte, un tournoi de football, patronné par un grand quotidien français du soir, avait lieu chaque jour sur la piste de ce cirque. La vedette de cette joute sportive n’était autre que le célèbre goal français, 32 fois International : Julien Da Rui. Ce dernier participait à un concours de football arbitré par Albert Préjean en étant opposé dans chaque ville, à cinq joueurs sélectionnés par les responsables de clubs de la région. Les concurrents devaient en quatre shoots (2 coups francs de l’aile, un penalty et un tir avec un ballon en mouvement trompé la vigilance du portier français. Des points étaient attribués en fonction de la réussite du joueur et le public grâce au célèbre applaudimètre octroyait également une notation. A à la fin de la tournée un vainqueur devait être désigné. L’Histoire ne se souvient plus du nom du vainqueur, mais par contre avec une telle attraction footballistique, l’ambiance sous la piste était assurée !

Coupe du Monde, (non)  Coupe France Soir en 1957, au "Cirque Zoo Jean-Richard Ambiance assurée !
commentaires

Daniele Finzi-Pasca signe la cérémonie de clôture des J.O. de Sotchi

Publié le 22 Février 2014 par cirk75gmkg dans Sport

Daniele-finzi-pasca-julie.jpgAprès “Les 7 doigts de la main”, qui ont conçu le premier tableau de la cérémonie d'ouverture des Jeux Olympiques de Sotchi, c'est au tour au metteur en scène Daniele Finzi-Pasca et à sa collaboratrice  artistique, Julie Hamelin de prendre en main la cérémonie de clôture. Ces deux créateurs, bien connus du monde circassien grâce à leur travail avec les cirques Eloize et du Soleil, ne sont pas à leur première scénographie olympique car en 2006, ils avaient déjà conçu la cérémonie de clôture des Jeux de Turin.

Daniele-finzi-pasca.jpgDemain, dimanche dès 11h00 et devant une audience qui devrait friser les 3 milliards de téléspectateurs, cette cérémonie rendra hommage aux grandes figures de la culture russe en reprenant le thème du temps imaginaire, avec plus de 6000 artistes et bénévoles. La même structure volante utilisée pendant la cérémonie d'ouverture, où l'on a pu voir d'immenses îles voyager dans les airs, sera aussi de la partie. Les costumes ont été conçus et réalisés par Giovanna Buzzi et devraient eux aussi nous faire voyager dans la Russie du passé.  

 

Daniel-FriziLa cérémonie inclura musique, danse classique, littérature mais aussi arts de la piste. Et selon Frizzi  “ceux qui aiment le cirque vont le retrouver, dans sa nature profonde”. Mais le travail de Daniele Finzi_Pasca ne s'arrêtera pas dimanche, car avec son équipe il mettra aussi  en scène la cérémonie d'ouverture des Jeux paralympiques de Sotchi qui se dérouleront du 7 au 16 mars 2014.

 

commentaires

Le cirque Québécois très présent à Sotchi,,

Publié le 11 Février 2014 par cirk75gmkg dans Sport

Sotchi.jpgPour la troisième fois la Compagnie ”Les 7 doigts de la main“, (voir blog30/11/2011) a été  présente lors des Jeux olympiques de Sotchi. Rappelons qu’en 2006, à Turin elle a participé à la cérémonie de clôture des JO, puis en 2010 à Vancouver, elle a animé la Maison du Québec avec 160 performances durant les 16 jours des jeux et une présentation lors de la cérémonie des médailles de ski acrobatique. Aussi n’est-il pas surprenant qu’elle ait réalisé cette année la mise en scène de l’un des trois tableaux qui  a composé la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques de Sotchi.

7doigts-Sotchi2.jpgDéfis de taille car cette manifestation a nécessité non seulement l’utilisation d’objets gigantesques de plus de 15 mètres de haut, mais il a fallu coordonner plus de 600 danseurs, gymnastes, acrobates et enfants venant d’horizons divers, aux cultures et aux langues  différentes. Ce sont Shana Carroll et Sébastien Soldevila assistés de  Raphaël Cruz qui ont signé la conception et l’idée originale de ce tableau où se mêlaient une troïka de 40 m de haut, un coq et un chat, une baleine ainsi qu’une cinquantaine de statues gonflables représentant les grands symboles de la Russie médiévale dont les neuf coupoles de la cathédrale Saint-Basile. 

 

Daniel-Frizi.jpgEt pour la cérémonie de clôture, le 23 février prochain, c’est le metteur en scène italo-suisse, Daniele Finzi Pasca, qui sera aux manettes et qui fera équipe avec la cofondatrice du Cirque Éloize (voir blog26/12/2011) Julie Hamelin pour créer l'ensemble des tableaux. Oui le Cirque québécois a ramassé la mise à Sotchi montrant ainsi son grand professionnalisme !


commentaires

Charles Rigoulot 1903-1962

Publié le 1 Mars 2011 par cirk75gmkg dans Sport

 

Bureau26.jpgBureau27Nous avons vu hier que Charles Rigoulot, l’homme considéré dans les années 30-40 comme le plus fort du monde avait fait la tournée 1936 avec le Cirque Pinder. Pour lui ce n’était pas sa première prestation, en effet il avait déjà foulé la sciure de la piste en 1927 en présentant sous le chapiteau du Cirque Bureau, assisté de Magda Roche, son épouse, des exercices d’haltérophilie, et un match de « Catch-As-Catch-Can » (appellation du Catch à cette époque)où il était opposé au Champion Ernest Cadine. Au cours de cette tournée Rigoulot fut victime d’une déchirure musculaire et dû interrompre quelques jours ses prestations. En 1938, à la demande de Jules Glasner, le directeur du Cirque Bureau, l’homme le plus fort du monde fut de nouveau tête d’affiche. A la fin de la première partie il fit, selon les dires du programme papier de cette époque, «quelques mouvements de poids et haltères qui l’ont rendu célèbre dans le monde entier ». Puis en seconde partie il participait avec Emile Rivollier (finaliste du championnat du monde de lutte) à un combat de « Catch-As-Catch-Can ».

 

Rigoulot.jpgRevenons sur le parcours de cet athlète qui fut très populaire en France et dont plusieurs cirques en firent une vedette de la piste. Né au Vésinet en 1903 Charles Rigoulot se fit connaître en devenant tout simplement l’Homme le plus fort du Monde, en battant à plusieurs reprises le Champion Olympique Ernest Cadine. D’une gentillesse permanente, aux mensurations impressionnantes : 103kg, pour 1,73m. tour de cou: 52cm, tour de poitrine: 132cm, tour de ceinture: 97cm, tour de biceps: 47cm, tour de cuisse: 70cm, tour, toujours accessible, cet homme à l’appétit gargantuesque, savait attirer les foules et c’est tout naturellement que le milieu du spectacle lui ouvrit ses portes. Lors de la dernière guerre, prisonnier au Stalag du camp de Stargard, il tordit à mains nues les barreaux de la baraque dans laquelle il était enfermé ; permettant ainsi l’évasion de tout le groupe qui s’y trouvait. A la fin de sa vie Charles Rigoulot fut atteint d’un cancer et décéda à Paris le 22 août 1962. Il est aujourd’hui difficile d’imaginer la popularité de cet homme qui eut une fille Dany, plusieurs fois championne de France de patinage artistique et qui retrouva un peu la ferveur populaire que son père savait déchainer.

commentaires

ça sent la castagne à Pinder

Publié le 28 Février 2011 par cirk75gmkg dans Sport

Pinder36.jpgAmar et Medrano ne sont pas les seuls cirques à avoir eu l’idée de présenter des attractions sportives intercalées entre deux numéros de cirque. Charles Spessiert , le patron de Pinder de 1928 à 1971 a proposé à de nombreuses reprises ce type de numéros. En 1953, 1954, 1955 et 1960 il a proposé en seconde partie un 4 spectacles dans la veine d’Holiday on Ice, dont le dernier a été un échec cuisant, aussi la tournée 60 a du être complètement recomposée pour mieux convenir aux souhaits du public de cette époque.  Pinder de 1936 à 1938, a mis a ses différents programmes des boxeurs, des lutteurs et des cyclistes pour enthousiasmer les foules. Revenons ce jour sur ces exhibitions sportives. 

MarcelThil.jpgLors de la tournée 36, Pinder est heureux de présenter en seconde partie, je cite, "la gloire du sport français,  notre héros national dans des démonstrations d’entrainement et de combats" le Champion du Monde de Boxe poids moyen : Marcel Thil. Et pour faire bonne mesure en ouverture de cette seconde partie on peut assister à la présentation en exhibition de combat en "Catch as catch can", du Champion Olympique et Champion du Monde de Force toutes catégorie : Charles Rigoulot. Rappelons que cette époque qui précède le début de la seconde guerre mondiale est un moment où chaque pays doit montrer sa puissance et sa force et le monde du cirque n’échappe pas à la règle. 

Pinder37.jpgEn 1937 devenu selon la publicité, "le plus grande cirque d’Europe", là aussi on souhaite damer le pion à l’allemand Krone (blog 07/02) sont présentés les vedettes nationales du cycle : Charles Pélissier (Recordman du monde de vitesse sur route) André Ledcq (Double vainqueur du Tour de France) Pierre Magne (Grand prix de la Montagne) Ferdinand Le Drogo (Champion de Bretagne). Là aussi que des petits français parmi les meilleurs sportifs du monde. Comme qui même au cirque à cette époque il est bon de montrer ses muscles, en attendant l’année 40 celle du déclanchement de la barbarie mondiale. Mais ceci est une autre histoire comme aurait pu dire Kipling. 

commentaires

Châtaignes et vélos chez Amar

Publié le 27 Février 2011 par cirk75gmkg dans Sport

Pinder57amar08AZAprès le succès sans précédent en 1957 chez Pinder avec en vedette Luis Mariano, Mustapha Amar voulu réagir et présenta lors de la tournée 58 en plus d’Achille Zavatta, la vedette incontestée de la tournée, deux attractions sportives inédites composées de quatre cyclistes (Caput, Chupin, Guegan et Robic), et un boxeur : Alphonse Halimi. Revenons aujourd’hui sur cet aspect sportif de la tournée. 

 Amar09Alphonse Halimi né le 18 février 1932 à Constantine, territoire français à cette époque,  a été un boxeur très populaire.  Sportif aux multiples facettes, il excelle comme nageur aux 100m brasses, mais c’est la boxe qu’il choisit car lors d’une rixe dans les rues d’Alger il prend conscience de ses talents pour le noble art. Et c’est ainsi qu’il devient Champion de France et d’Europe des poids coq.  Le 1er avril 1957, devant la France sportive rivée devant son écran de télévision, il reprend à Mario d’Agata le titre de Champion du Monde des poids coq que Robert Cohen avait perdu l’année précédente (blog du 26/2).  Sept mois plus tard le 6 novembre 1957, à Los Angeles il unifie le titre en triomphant aux points de l’américain d’origine mexicaine Raul "Raton" Macias. Surfant sur cette gloire Halimi fait la tournée du cirque Amar qui édite des affiches mentionnant que sur la piste Halimi fera revivre les phases dramatiques de son match de Los Angeles dont il est sorti vainqueur. 

RobicJean.jpgRobic.jpgAutre attraction de cette tournée sportive, Jean Robic -dit biquet ou Tête-de-cuir, ou Trompe-la-mort- était opposé dans un omnium endiablé sur Cyclo-roll à Caput, Chupin et Guegan; le tout arbitré par le dynamique Gilbert Richard, dans une atmosphère digne des 6 jours du veldiv. Sportif très populaire, vainqueur en 1947 du Tour de France, sans avoir revêtu un seul jour le maillot jaune, pensant devoir sa victoire à Sainte-Catherine, la patronne des Bretons, Robic offre son maillot jaune à la Basilique de Sainte-Anne d’Auray dans laquelle cette relique se trouve toujours aujourd'hui. Il meurt en 1980, d’un accident de la route suite à une soirée où il avait fêté à Germiny-Lévêque la victoire au Tour de France de son ami Joop Zoetelmelk. 

Amar1959Mais que penser de telles attractions dans un programme de cirque? Aux dires de Dominique Denis: "ces exhibitions ni artistiques ni franchement sportives, furent quelque peu décevantes" et, certains chroniqueurs parleront même d’erreur. Mustapha Amar tirant la leçon de cette tournée appréciée grâce à Zavatta mais laissant un goût d’insolite, ne renouvela cette composition et l’année suivante c’est le comique Fernand Raynaud qui sera tête d'affiche.

commentaires
1 2 > >>