Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le bloc-notes de cirk75

Chronique au fil du temps et de la mémoire d'un circophile amateur

Le petit Dragon, 15ème spectacle du Cirque phénix

Publié le 9 Janvier 2016 par cirk75 in Programmes

Le petit Dragon, 15ème spectacle du Cirque phénix

Tous les 2 ans, depuis 2003 et pour la septième fois, Alain Pacherie (voir blog17/04/2013) nous propose une nouvelle mouture des "Etoiles du Cirque de Pékin", avec cette année en bonus les Moines Shaolin, congrégation déjà vue en 2007 dans un programme où le terme Dragon apparaissait déjà dans le titre du spectacle.

Si cet établissement de divertissement voit ses inconditionnels augmenter d’année en année - il faut dire que le Maître des lieux sait utiliser avec bonheur le petit écran et les "peoples" pour célébrer ses spectacles – pour notre part, depuis 2 ans nous sommes resté un peu sur notre faim, tant les programmes devenaient redondants. Et c’est un peu en rechignant, d’autant plus que la place est à 75€, que nous rejoignons la pelouse de Reuilly, où le chapiteau partiellement rempli est implanté. Il faut dire que les attentats et le porte-monnaie n’ont pas été très porteurs cette année pour les scènes en général et les pistes du cirque en particulier (voir blog27/12/2015).

Comme à chaque spectacle nous devons écouter les sempiternelles palabres un peu lénifiantes, servant de fil conducteur entre les numéros, que l’oncle Alain, nous prenant pour des enfants nous distille, avec cette année en plus un baigneur en celluloïd représentant le petit dragon. Poupée que se repassent entre les numéros les parents, les brigands puis les moines, bref un sentiment de totale vacuité. Rappelons que chez Phénix le présentateur c’est ringard, et il faut bien trouver avec plus ou moins de bonheur un fil rouge, souvenons-nous l’astrologie chinoise en 2013, ou l’abeille en "3 D" mettant en scène en 2007 le spectacle "Extra". Or une histoire en voix enregistrée à tonalités asiatiques ça c’est une trouvaille jeune et moderne, vieille comme l’âge de la radio, mais bon c’est la signature Phénix.

Or cette année, il faut l’avouer, nous sommes surpris, le récit est sobre et les artistes proposent avec des numéros de très haute tenue un retour à l’essence même du cirque chinois, sans salmigondis l’acrobatie.

Mais avant de détailler la dizaine de numéros présentée, il nous semble important de signaler l’exceptionnel travail fait au niveau des costumes qui parent chaque artiste ainsi des décors lumineux qui enveloppent chaque numéro. Un coup de chapeau à Christian William pour les vêtements et à Antonio de Carvalho pour le lumières. Quant à l’orchestration, il est dommage qu’elle soit toujours enregistrée, mais il faut reconnaître que le résultat est en parfaite harmonie avec le travail des artistes, alors donc acte.

Le spectacle débute par un joyeux charivari mêlant jongleurs aux diabolos et acrobates bondissant à travers des cercles. Puis viennent les dames aux lames proposant d’hardies postures aériennes sur cerceaux où chaque artistes tient en même temps en équilibre avec leur bouche une canne soutenant un plateau sur lequel un verre rempli de liquide repose. Puis on voit une prestation où sont combinés deux domaines : la bascule et les jeux icariens, ce qui donne un numéro très rythmé où les doubles ou triples sauts périlleux sont monnaie courante. Puis viennent un quatuor mené par un jongleur de jarres qui charme le public par sa dextérité et son charisme, un porteur qui assemble et maintient en équilibre sur son front 17 petits bancs de bois, une acrobate maniant avec maestria une roue Cyr (spécialité oh combien chinoise !), un numéro de corde élastique qui renouvelle le genre, un splendide équilibre sur canne, des portés acrobatiques à couper le souffle, une troupe d’antipodistes maniant toutes les facettes de cet art et pour terminer deux artistes composant de savantes figures aériennes en utilisant une simple corde souple.

Un vrai régal ce programme, de la grande classe et des numéros de haute tenue, qui nous font complétement oublier notre double ressenti des années passées. Un tel spectacle on en redemande et on en veut bien chaque année. Gageons qu’avec une telle réussite Alain Pacherie a mis la barre haute et que les artistes cubains qui seront présents l’année prochaine pour le programme "Circo de Cuba" devront être bons non très bons, mais nous faisons confiance à la "Phénix Family" pour trouver ces perles rares, non pardon ces cigares rares, car il s'agit d'artistes cubains.

Le petit Dragon, 15ème spectacle du Cirque phénix

.

Commenter cet article