Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le bloc-notes de cirk75

Depuis 2010, Chronique au fil du temps et de la mémoire d'un circophile amateur

Meurtre d’Alfred Hitchcock (1930)

Publié le 22 Mai 2018 par cirk75 in Cinéma

Le maître du suspense  n’est pas considéré comme un circophile averti. Si  le nœud de l’intrigue pour son film "Les 39 Marches" se dénoue autour d’un medium de music-hall dont le cerveau a enregistré des secrets d’état, un seul de ses films a recours au cirque et à sa piste comme lieu de l’intrigue. Il s’agit de "Murder" titre anglais de la troisième expérience d'Alfred Hitchcock avec le cinéma parlant.  Cette  œuvre cinématographique dont le  scénario est tiré du roman "Enter Sir John" de Clemence Dane et Helen Simpson, relate une enquête policière dont le point d’orgue se déroule sous le chapiteau du cirque des frères Georges et John Sanger, malheureusement ce n’est pas celui de 1881 avec  sa cavalcade de 180 chevaux mais un établissement beaucoup plus modeste.

Le point d’orgue de cette histoire se situe à la fin du film, au cours des 5 dernières minutes, et permet d’entrapercevoir quelques équidés qui gagnent un chapiteau rayé de blanc et de noir. On voit également deux éléphants quitter la piste ainsi qu’un orchestre  qui accompagne leur sortie. Arrive enfin le tour du trapéziste meurtrier qui par certains côtés fait penser à la célèbre Barbette (voir blog07/01/12) entrer en piste pour proposer son numéro. Mais comme il voit, qu’il va être confondu et comme la fuite par les airs lui est aussi impossible, il préfère se pendre à la corde qui lui a servi à atteindre son agrée plutôt que de se rendre à la police. Il s’en suit une panique effroyable de la part  des spectateurs qui quittent promptement le chapiteau.

Comme on peut le voir l’affiche de ce film ne fait nullement référence à la piste; mais préfère montrer une jeune femme emprisonnée et montrer du doigt comme la coupable. le scénario est basée plus sur les convictions d’un juré qui doute de la culpabilité d’une jeune actrice condamnée pour meurtre que sur l’image de l’assassin le trapéziste. Ce thème du faux coupable sera repris plus tard dans d’autres films de l’Oncle Alfred comme "le Crime était presque parfait" ,  "La loi du Silence" ou "le faux coupable", mais jamais plus avec la piste en toile de fond.

Pour les cinéphiles vous trouverez le film dans sa version intégrale, mais pour ceux qui souhaitent aller à l’essentiel je joins le final de ce film.

A vous de choisir…

Version complète

le final circassien seulement

Commenter cet article