Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le bloc-notes de cirk75

Depuis 2010, Chronique au fil du temps et de la mémoire d'un circophile amateur

Jean-Baptiste Pezon (1827-1897) un célèbre belluaire lozérien

Publié le 25 Mars 2018 par cirk75 in Dompteurs

 

En cette période où il est bon de dire pis et pendre des dompteurs et autres dresseurs d’animaux sauvages, il fut un temps où ces derniers étaient adulés à l’instar des rock-stars d’aujourd’hui enflammant les foules lors de leur exhibition, aussi revenons aujourd’hui sur la vie d’un des plus célèbres à savoir Jean-Baptiste Pezon.

Plus communément appelé Baptiste Pezon, ce célèbre dompteur à l’origine de la dynastie et des ménageries Pezon, est né en Lozère à Rimeize en 1827. Il est le fils de Catherine Cornut et de Jean-Baptiste Pezon (1800-1849), journalier et marchand colporteur propriétaire d’un humble logis et de quelques arpents de terre sans grande valeur en Lozère.

Comme ses 5 frères et sa sœur, Baptiste passe sa jeunesse en Lozère où il est placé comme berger ou garçon de ferme. Mais à 17 ans, il quitte sa famille et son  village natal, et se fait montreur de loup, il en avait capturé puis dressé un deux ans plus tôt, puis quelques temps après achète un ourson. Ayant amassé un petit pécule, car comme tous les jeunes de sa condition il ne sait pas lire mais sait compter, il retourne dans sa famille et aide financièrement son père. Il repart cette fois accompagné de son frère Jean, celui qui sera plus tard surnommé "Jean l’Ours". L’entreprise des frères Pezon prend de l’expansion et Baptiste présente dorénavant seul des scènes de travail dans une cage où cohabitent lions, ours, hyènes, singes, serpents. La "Ménagerie Lozérienne" est née, connaissant selon les saisons des hauts et des bas. Ainsi en 1866 suite à des agressions criminelles vis-à-vis de ses animaux -suite à des empoisonnements criminelles il perd des chevaux, des lions, des tigres- ses finances sont au plus bas.  

Devenu fort célèbre et adulé, Baptiste Pezon inspire les artistes. Ainsi Auguste Bartholdi prend comme modèle son lion Brutus pour sculpter son célèbre Lion de Belfort ou, le peintre Toulouse-Lautrec (voir blog17/03/11) lui rend moult visites à Montreuil dans sa "Grande ménagerie lozérienne" pour faire en 1883 des croquis des fauves, dont celui de Bellone une des lionnes.

Baptiste Pezon au sommet de sa réputation et immensément riche, à la tête de plusieurs hôtels mais, demeurant toujours dans sa roulotte, décède d’une crise cardiaque à Montmartre le 13 novembre 1897.

Il est enterré au Cimetière du Père-Lachaise et sur sa tombe repose une sculpture le représentant chevauchant un lion.

Son fils Adrien Pezon, reprend le flambeau et ses neveux et nièces continueront aussi la ménagerie qui disparaîtra  définitivement en 1939.

Une ère s'achevait et la seconde guerre allait pointer avec son cortège de morts et de souffrance... bien triste époque

Commenter cet article