Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le bloc-notes de cirk75

Chronique au fil du temps et de la mémoire d'un circophile amateur

On a enlevé la femme à barbe, chez Medrano

Publié le 12 Décembre 2015 par cirk75 in pantomime

On a enlevé la femme à barbe, chez Medrano

Du 4 au 17 février 1938, Jérôme Medrano propose une grande folie clownesque en 16 tableaux, dont le livret servant de canevas à cette fantaisie par moments délirante et d’une jolie cocasserie, est sortie de l’imagination débridée de Recordier (voir blog24/06/2014) sur une musique composée par Paul Florendas (voir blog23/06/2014).

Le scenario est délirant: le directeur du cirque ambulant Recordi vient d'apprendre que la femme à barbe qui figurait parmi ses pensionnaires est la fille naturelle d'un riche Mahradjah, aussi forme-t-il le projet de la faire épouser par l'un de ses clowns avant qu'elle-même n'ait connaissance de son illustre origine. Mais notre héroïne, dont le cœur est ailleurs, a disparu. Voilà donc le cirque parti sur les routes de l'Europe et de l'Asie à la poursuite de la femme à barbe. Tout le monde se retrouve au fond de l'Inde, aux pieds d'un prince généreux, qui se réjouit fort de pouvoir enfin serrer contre son cœur une fille bien-aimée, et longtemps perdue, malgré qu'elle ait de la barbe.

On a enlevé la femme à barbe, chez Medrano

Il est difficile d'imaginer à quel degré de folie atteint cette énorme clownerie jouée par : Alex (voir blog20/12/2011), Boulicot (voir blog08/01/2012), Porto (voir blog14/04/2013), Averino et Tony, la Femme à Barbe, jouant dans une robe de satin rose tendre.

Avec ce spectacle, qui reste encore à ce jour un monument de la bouffonnerie et de la dérision et, dont la seule fonction était de distraire et d’amuser en utilisant tous les ingrédients de la farce permettant à chacun de retrouver sa fraîcheur, sa franchise, sa bonhomie et, sa bonne humeur…

Une production inimaginable aujourd’hui… où le sérieux est de mise… et où les poils de barbe sont à manier avec précaution, le blasphème est malheureusement une notion qui est redevenue trop tendance.

Commenter cet article