Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le bloc-notes de cirk75

Chronique au fil du temps et de la mémoire d'un circophile amateur

Nino Nardini, plus qu’un musicien de cirque, un innovateur musical

Publié le 22 Juin 2017 par cirk75 in Musique

Entre 1952 et 1961 le Radio Circus (voir blog16/02/2015) et son petit frère le RadioThéatre (voir blog du 28/11/2010) établissements chers à Louis Merlin (voir blog14/02/2012) et Jean Coupan (voir blog15/02/2012) ont comme chef d'orchestre un pianiste compositeur et arrangeur nommé Nino Nardini. Dans la réalité il s’appelle Georges Achille Teperino, mais est connu aussi sous les pseudonymes de Georges Teperino ou  Peter Bonello

Né à Paris en 1912, issu d’une famille de musiciens, père italien et mère française, Nino Nardini débute sa carrière à sept ans en dirigeant un orchestre philharmonique, sous le regard de son père, violoniste et compositeur de renom.

Après la seconde guerre mondiale il se spécialise dans la musique exotique en montant un orchestre, le "Nino Nardini orchestra", qui enflamme les dancings où les adolescents flirtent et dansent sur des paso doble, fox trot, calypso, slow rock, cha cha cha ou tango. Parallèlement il dirige l’orchestre de Radio Luxembourg.  Et, c’est tout naturellement qu’on lui demande d’assurer l’habillage musical du Radio Circus et du Radio Théâtre, suivant au millimètre les numéros d’équilibristes, de clowns ou de dresseurs de lions avec une formation attractive composée de 8 éléments : 2 trompettes, 1 trombone, 1 guitare, 1 contrebasse, 1 batterie,  1 accordéon et,  parmi les trompettistes figurait Adrien Terme le futur maestro du cirque Amar (voir blog09/10/2013).

Nino Nardini, plus qu’un musicien de cirque, un innovateur musical
Nino Nardini, plus qu’un musicien de cirque, un innovateur musical
Nino Nardini, plus qu’un musicien de cirque, un innovateur musical
Nino Nardini, plus qu’un musicien de cirque, un innovateur musical

Puis une fois sa période circassienne passée, il collabore avec Roger Roger pour les éditions Chappell. Ensemble les deux compères font exploser les rigidités de la tradition musicale française en intégrant dans leurs compositions des instruments inattendus comme le clavecin, le marimba ou l’ondioline composant ainsi ce que l’on nomme la musique électronique.

 

Compositeurs reconnus, Nino Nardini décède en 1994 et son complice Roger Roger, l’année suivante en 1995 mais laissent tous les 2 une trace dans le paysage musical français. 

#ninonardini

Commenter cet article