Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le poids économique des Comités d’Entreprise dans la rentabilité des Cirques Français

La responsabilité d’organiser la traditionnelle fête de Noël stricto sensu est, en France laissée au bon soin des C.E. En 2013 par exemple, le C.E. de Microsoft a choisi le cirque Gruss, celui de la RATP Bouglione. La période des fêtes de fin d’année est cruciale pour les grands cirques français. Pinder, Arlette Grüss, Bouglione... pour ne citer que les plus connus, réalisent près de 40 % de leur chiffre d'affaires, environ 6 à 9 millions d'euros chacun, avec les Comités d'Entreprises, voire parait-il plus pour le cirque Phenix.

Le poids économique des Comités d’Entreprise dans la rentabilité des Cirques Français

Globalement, sur les 12 millions de spectateurs captés chaque année par la centaine de cirques traditionnels recensés, deux millions viennent à l'invitation de leur C.E. lequel débourse entre 10 et 35€ par salarié. Air France, la SNCF, EDF, ou la Mairie de Paris, représentent à eux quatre plusieurs dizaines de milliers de clients potentiels, et la compétition est féroce pour les séduire; ainsi en 2010, Bouglione a débauché Jean Arnaud (voir blog06/11/2011), le spécialiste des C.E., chez Pinder depuis vingt-quatre ans. Et depuis, les relations demeurent un peu tendues entre les deux grands cirques… car n’oublions pas que le cirque est le 3ème loisir préféré des Français.

Tag(s) : #Economie

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :