Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Dans une tribune parue le 7 janvier 2019 dans le journal "Le Monde"  le politologue Paul Ariès, défenseur de la décroissance et de l'écologie politique,  accusait le véganisme de vouloir en  fait en finir avec toute forme de prédation animale. De plus indiquait-il cette pensée "ouvre des boulevards aux idéologies les plus funestes mais terriblement actuelles". Revenons aujourd’hui sur cet article et voyons comment cette pensée impacte bien malheureusement aussi le monde du cirque.

Selon le politologue le véganisme n’est pas seulement une production d’alimentation farineuse mais aussi une machine à saper l’humanisme et à tuer une majorité d’animaux", dont ceux bien entendu  qui se trouvent dans les cirques ou les zoos.

Ainsi des théoriciens du mouvement, comme Brian Tomasik, estiment que mieux vaut encourager la pêche intensive qui détruit les habitats marins. Thomas Sittler-Adamczewski de son côté encourage à soutenir les lobbies pro-déforestation. Quant à Asher Soryl il suggère non seulement d’éviter d’acheter des produits biologiques, l’agriculture productiviste étant plus efficace pour réduire le nombre d’animaux, mais aussi d’éviter de combattre le réchauffement climatique qui réduit l’habitabilité de la planète pour les animaux.

Enfin comme le clame Tom Regan le but n’est pas d’élargir les cages mais de les vider. Les végans s’opposent donc à tout ce qui peut adoucir le sort des animaux puisque toute amélioration serait contre-productive en contribuant à déculpabiliser les mangeurs de viande, de lait, de fromages, de miel, les amateurs de pulls en laine et de chaussures en cuir ce qui retarderait l’avènement d’e leur monde totalement artificiel.

Enfin comme l’indique un autre théoricien de l’antispécisme, Abraham Rowe "quand vous vous adressez au grand public, évitez de plaider pour la déforestation, évitez de parler d’élimination de masse des prédateurs, évitez de parler des programmes consistant à tuer des animaux".  On comprend pourquoi ces sectes animalistes ont dans leur viseur  les cirques avec animaux. Une telle attitude leur permet de cacher leur projet suprême qui n’est pas de supprimer les animaux dans le cirque, mais comme le note Paul Ariès, "d’en finir avec toute forme de prédation, en modifiant génétiquement, voire en supprimant, beaucoup d’espèces animales, sous prétexte que n’existerait pas de viande d’animaux heureux et que les animaux sauvages souffriraient bien davantage et en plus grand nombre que les animaux d’élevage ou domestiques.

Le fond du problème à leurs yeux n’est pas la consommation de produits carnés mais la souffrance animale, or cette dernière étant inhérente à la vie, il faudrait réduire le vivant".

Édifiant non ?

Qu’en pensez-vous ?

A vous la parole...

Tag(s) : #Animaux

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :