Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Conçu, dirigé et chorégraphié par Gene Kelly ce film d’une heure trente-trois comporte trois séquences, trois tours de chant d'une demi-heure chacune. Sans dialogues ni chansons Gene Kelly y interprète tour à tour, un clown jouant les funambules dans "Le Cirque", un marin dans "Le Bracelet" et le capitaine Sinbad dans "Sinbad la marin ".

Le premier sketch, nommé "Le Cirque, nous plonge dans le monde de la piste, faisant s'entrecroiser les amours tourmentés des artistes avec leurs numéros. Ainsi le clown, sorte de Pierrot, est épris d'une jolie ballerine qui, malheureusement pour lui, n'a d'yeux que pour un autre. Le clown ne se résigne pas et entame une danse pour tenter de conquérir sa belle.

Pour la séquence "Sinbad le marin", le matelot américain transformé, par la grâce de la lampe d'Aladin, en Sinbad, vit des aventures extraordinaires dans des pays exotiques où ses partenaires sont des personnages de dessins animés ...

"Invitation à la danse" marque une époque où le cirque était source d'inspiration même pour Hollywood et occupe une place paradoxale dans la filmographie de Gene Kelly, à la fois le sommet, c’est le film qui lui tenait le plus à cœur, et le déclin de l'artiste. Tourné en 1952 à Londres, la MGM ni croyant pas vraiment, a mis 4 ans avant de le sortir sur les écrans.

Même si cette œuvre cinématographique ne tient pas toutes ses promesses, les danseurs sont irréprochables et, Gene Kelly, dans les scènes où il paraît, est toujours un éblouissant danseur.

"Invitation à la danse" a reçu l’année de sa sortie lors du Festival du film de Berlin, l'Ours d'or du meilleur film et a été aussi nominé par la British Sociéty of Cinematographers pour le Prix de la meilleure photographie.

 

 

Tag(s) : #Cinéma

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :