Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La Poste a fait paraître en 2010 une série de 12 timbres ayant pour thème "la musique des timbres". Sur chaque vignette postale étaient mis en valeur un série d'instruments: la lyre, la harpe, le violoncelle, la guitare, le cor, l’orgue, le clairon, le clavecin, le piano, le tambourin ou le tambour.

Si l’illustration de ces 11 timbres est de facture fort classique, il n’en est pas de même avec le 12ème timbre, qui nous intéresse particulièrement car il gravé à partir d’une œuvre de Marthe et Juliette Vesque (voir blog07/03/2011). De plus il représente un joueur de saxophone en smoking, et cet instrumentiste n’est pas n’importe qui, il s’agit tout bonnement de Jérôme Medrano (voir blog16/10/2011).

En effet en 1937 lors de la venue de Grock (voir blog16/05/2015) sur la piste montmartroise le directeur du cirque du bd. Rochechouart fut son complice musical. Jérôme Medrano relate d’ailleurs cet épisode dans son livre de souvenirs : ”Une vie de Cirque (voir blog13/04/202à). Etant dans l'impossibilité de trouver en urgence un violoniste saxophoniste parlant correctement le français ( Schatz, le partenaire attitré de Grock baragouinant un français impossible mâtiné d’un fort accent allemand, impensable à cette époque), Jérôme Medrano s'est vu  dans l’obligation avec l’aide de René Chapon (voir blog27/05/2015) d’apprendre en quatre semaines non seulement le texte du numéro, mais aussi la partie saxophone, Schatz se chargeant lui-même en restant muet, du moment violon.

Comment Jérôme Medrano a vécu cette expérience, il suffit de lire ses mémoires page 144 où il indique : ”Quand mon tour arriva, Schatz dut me pousser pour me faire entrer en piste et il fallut toute l’habileté de Chapon qui dirigeait l’orchestre (heureusement) et qui était prêt à tout, pour me suivre et essayer de me remettre en mesure. A ce moment ; à peine avais-je paru à la barrière qu’un tonnerre d’applaudissements éclata et me désarçonna l’espace d’une seconde, mais quand j’eus réalisé qu’ils m’étaient destiné je repris du poil de la bête et termina mon solo honorablement. Toute la partie parlée avec Grock se passa très bien ainsi que le trio final. Grock fit un immense succès et – probablement en mon honneur – il fit un rappel ce qu’il ne faisait jamais. A la sortie, il m’embrassa et me fit des compliments. Venant de lui, ils m’allèrent droit au cœur.

C’est fou ce qu'un simple timbre postal peut titiller la mémoire !

Tag(s) : #timbres
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :