Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le bloc-notes de cirk75

Depuis 2010, Chronique au fil du temps et de la mémoire d'un circophile amateur

Articles avec #personnalites catégorie

La Goulue: artiste de cirque (1866-1929)

Publié le 20 Septembre 2013 par cirk75gmkg dans Personnalités

La-Goulue-HTL2.jpgLa vie de Louise Weber, personnage hors du commun, est surtout connue, à côté de" Valentin le Désossé", de Jane Avril ou de "Nini Patte en l’air" comme danseuse de french-cancan, mais cela serait très incomplet si on omettait ses incursions dans les arts de la piste car elle s’est produite non seulement au Cirque Fernando (voir blog01/07/2012), puis une fois sa carrière de danseuse terminée elle s’est reconvertie en dompteuse de fauves. C’est cette partie moins connue de son existence que nous allons évoquer aujourd’hui.

Fernado2Orpheline, recueillie par son oncle Georges à Saint-Ouen elle débute à 6 ans à l’Elysée Montmartre dans un bal public. Puis c’est pour elle la période de la débrouille. Elle est tour à tour blanchisseuse, modèle pour peintres ou photographes. Et c’est au Cirque Fernando le 12 janvier 1889 qu’elle commença sa carrière de danseuse où elle apparaissait dans la revue: "En selle pour la revue", reine du chahut, elle enchantait déjà les amateurs de jolies femmes en choquaint les pudibonds. Puis elle se produisit au "Moulin de la Galette" à "l'Élysée-Montmartre", au "Bal Bullier" ou à la "Closerie des Lilas". Despres, les frères Oller et Charles Zidler la lancèrent alors dans le cancan où en dansant le quadrille elle taquinait l'audience masculine par le tourbillon de ses jupes à volants relevés et de la pointe du pied elle faisait voler le chapeau d’un mondain. Son habitude à vider les verres des clients, tandis qu’elle passait à leurs tables, lui valut le surnom de La Goulue.

La-Goulue-dompteuse.jpgDélaissant les grands établissements en 1895 elle ouvrit à La Foire du trône une baraque de danseuses, décorée par son ami peintre Henri de Toulouse-Lautrec (voir blogt17/03/2011). En 1898 le célèbre dompteur Adrien Pezon l’engagea  pour danser au milieu des fauves. Cette présence des animaux la décida à présenter elle même les félins. C’est ainsi qu’on put la voir à la "Ménagerie Juliano", chez "Laurent" où elle eut un accident avec la lionne Bellone. En 1900 elle épousa un ancien prestidigitateur José Roxler qui en cadeau de mariage lui offrit quatre lions et un tigre.

La-Goulue-Petit-Journal.jpgEn 1903, elle eut les honneurs des gazettes car lors d’une représentation elle sauva son mari des griffes d’un puma. En 1907 à la foire de Saint-Cloud elle est blessée par le lion Négus. Puis c’est l’époque où les affaires sont moins bonnes et son établissement est réduit à présenter deux porcs-épics. Ruinée elle est obligé pour survivre de vendre des colifichets et s'éteint le 30 janvier 1929, mais reste à ce jour comme un personnage mythique de la Belle Epoque.

commentaires

La Rue des Rancy à Lyon

Publié le 17 Septembre 2013 par cirk75gmkg dans Personnalités

rue-Rancy.JPGAuparavant rue de la Villardière, renommée rue des Rancy, située entre la rue de Créqui et le boulevard Marius Vivier-merle  dans le III° arrondissement à Lyon, cette dénomination rappelle le brillant passée d’une vieille famille circassienne issue de Théodore Rancy (1818- 1892) qui est à l’origine d’une longue liste de cirques (Lyon, Genève, Amiens…). Grace aux Rancy Lyon, durant des années, a eu son cirque permanent qui se trouvait à l’angle de l’avenue de Saxe et de la rue Moncey au 33, près de la rue Chaponnay à l'emplacement de l’actuelle DDE. Préalablement Théodore repris le cirque fondé en 1760 par Franconi, situé dans le pâté de maisons, "Sèze, Bossuet, Créqui et Duguesclin".

LyonRancy.jpgNotons aussi que la plus grande MJC de Lyon, située au 249 rue de Vendôme, communément désignée "Maison pour Tous" se nomme "Salle des Rancy", c’est dire la marque indélébile que cette famille a laissé à Lyon. Enfin pour être le plus complet possible, au Cimetière de la Guillotière à Lyon, se trouve le caveau de cette famille surmonté du buste du patriarche Théodore Rancy. Si on jour vous passez par Lyon, amis circophiles n'oubliez que le nom de Rancy y est fortement enraciné!

commentaires

Alain M. Pacherie homme de spectacle et de cœur

Publié le 17 Avril 2013 par cirk75gmkg dans Personnalités

Alain_M_PACHERIE.jpgLe Président-fondateur du Cirque Phénix a longtemps vécu, ignorant tout de ses origines jusqu’en 1975 où, un appel téléphonique lui apprend qu’il est petit fils d’un trapéziste et fils d’un forain. Peut être est-ce de cette origine, que lui vient sa penchant pour les spectacles ? En 1967 Alain M. Pacherie, crée l’Européenne de Spectacles, agence qu’il dirige depuis plus de 40 ans qui à l’origine organise des concerts et des carnavals tout en gérant la carrière d’artistes existentialistes comme Eva et Monique Morelli. Puis, dans les années 70, nouvelle rencontre: Annie Fratellini, qui l’initie aux arts du cirque et à ses côtés, il se forge sa propre vision des arts du cirque moderne qui doit être résolument ancré dans son temps, tout en s’appuyant sur la tradition permettant ainsi des passerelles entre les disciplines.
Phenix.jpgEn octobre 1999, après avoir produit de très nombreux spectacles, Alain M Pacherie acquiert son premier chapiteau, mais deux mois après, le 26 décembre, la tempête dévastatrice qui déferle sur la France a raison de cette enceinte. Et c’est dans ces circonstances qu’il imagine le chapiteau de ses rêves, sous forme d’une immense nef de toile dépourvue de toutes structures internes offrant une visibilité totale à chaque spectateur. Douze mois plus tard en décembre 2000, tel le phénix de ses cendres, le cirque d’Alain Pacherie renait et prend comme nom celui de cet animal mythique. Et depuis, Alain Pacherie parcourt chaque année le monde entier à la recherche de numéros originaux qu’il adaptera au thème de ses spectacles. Sa dernière production Cirkafrika (voir blog08/04/2013) a séduit critiques et spectateurs devrait reprendre à partir du 23 novembre prochain une nouvelle tournée.
Demain34.jpgPrésident de l’Académie Fratellini et, du Festival Mondial du Cirque de Demain qui célèbrera en 2014 sa 35ème édition, Alain M. Pacherie permet à cette compétition internationale, réservée aux artistes de moins de 25 ans, s’exprimer l’éclectisme pour que ce rendez-vous annuel reste un des grands festivals de cirque moderne. Côté moins connu du bonhomme, Alain M. Pacherie n'oublie pas d'où il vient, Vice Président Fondateur de l’Association Culture du Cœur, qui offre des places invendues aux plus démunis, Secrétaire Général de l’Association Les Petits Princes, qui permet aux enfants atteints de maladies graves d'aller à Roland-Garros, de plonger avec les dauphins en mer des Caraïbes ou de prendre le Train des nuages en Argentine, enfin avec Clowns sans frontières, il soutient la création de spectacles pour enfants dans les zones de conflit ou d'extrême. Alain M. Pacherie, plus qu’un Directeur ou producteur de spectacle, un homme de cœur.
commentaires

Henry Thétard (1884-1968)

Publié le 29 Mars 2013 par cirk75gmkg dans Personnalités

HenryThetard.JPGFils d’un général reconnu pour être un des meilleurs écuyers du Cadre Noir de Saumur et, destiné à poursuivre la voie paternelle, Henri Thétard une fois son service militaire effectué entre comme employé au Crédit Lyonnais. Mais fasciné par le mouvement et les fêtes foraines, il devient dompteur chez Edmond Pezon. Il travaille aussi chez Darius et Macdonald, établissements fort courus au début du XX° siècle et fut même un temps lutteur et boxeur à Marseille chez Ambroise. En tant que belluaire il côtoye Alfred Court, François Bidel ainsi que les dompteurs allemands formés à la "méthode Hagenbeck". Après avoir fait la 1ère guerre mondiale en tant qu’artilleur, il devient journaliste de presse écrite au "Petit Parisien" où on lui confit les chroniques sur le cirque et les courses hippiques. Parallèlement en 1931 et sur recommandation du maréchal Lyautey, qu’il a connu en Algérie lors de son service militaire, il devient directeur du Zoo pour l'Exposition Coloniale.

thetardcover.jpgAuteur de nombreux ouvrages comme ‘‘Les Dompteurs’’, ou sa toujours actuelle ‘‘Merveilleuse Histoire du Cirque’’ dans laquelle il retrace l’histoire du cirque moderne de sa naissance à la seconde guerre mondiale, il devient la mémoire vivante du cirque. En 1949 avec un groupe d’amateurs éclairés, il fonde le "Club du cirque" (voir blog19/12/2019), dont il assume la présidence jusqu’à sa mort en 1968  Son successeur fut recherché parmi des noms prestigieux. Il y eut d’abord le grand maître du barreau, Maurice Garçon, membre de l’Académie Française, puis dans le monde des lettres, l’écrivain Paul Vialar, Prix Fémina et Président de la Société des Gens de Lettres. Ce premier vivier laissa place à la forte personnalisation de la fonction qu’impulsa le journaliste Louis-René Dauven en imposant durablement une ligne de conduite et en cumulant, à l’image d’Henry Thétard, la présidence et la rédaction en chef de la revue "Le cirque dans l’Univers".

commentaires

Rue des Fratellini au Perreux sur Marne

Publié le 26 Mars 2013 par cirk75gmkg dans Personnalités

photo3.JPGRares sont les artistes de cirque qui possèdent une rue à leur nom. Au Perreux sur Seine, Paul (1877-1940), François (1879 - 1951) et Albert (1886 - 1961) Fratellini ont eu cet honneur. Non loin de la Mairie on trouve une artère portant la dénomination de ‘rue des Fratellini’. La plaque de cette voie fut dévoilée le 11 septembre 1978, en présence de Baba (fils de François) et d’Annie Fratellini (petite fille de Paul), par Michel Giraud, le Sénateur-Maire à cette époque de la ville. La municipalité du Perreux avait voulu ainsi rendre hommage à un des plus célèbres trios de clown qui de 1909 à 1940 furent des vedettes mondialement connues. 

villa-du-rire-le-perreux-sur-marne.jpgPour la petite histoire, au 3 dans une villa joliment nommée ‘La Villa du Rire’ demeurait la famille Fratellini ; maison où Paul, l’ainé. des trois frères, finit ses jours. Et il sembla tout naturel à la municipalité du Perreux de donner à cette rue le nom de ses plus illustres occupants. On raconte que dans cette vaste maison qui permettait d’accueillir toute la famille on trouvait un véritable petit musée contenant tous les souvenirs provenant des différentes tournées que les 3 frères avaient effectués aux quatre coins du monde. S’y trouvaient par exemple le ‘livre d’or’ dans lequel on pouvait voir les signatures de toutes les célébrités de cette époque, ainsi que des collections des plus diverses comme des petites cuillères, des soupières lilliputiennes, des animaux en verre, des instruments de musique ainsi que des affiches et photographies de tous les membres de cette famille. Si un jour vous passez au Perreux allez flâner quelques instants sur les pas des Fratellini vous verrez…(la suite dépendra de votre imagination).

commentaires

Paul Henwood dit Adrian (1919-2013)

Publié le 26 Juin 2012 par cirk75gmkg dans Personnalités

    Adrian "Larousse» ou «Robert" du monde du cirque Paul Henwood dit Adrian, est né en 1919  à Paris . Influencé par son père, journaliste hippique, créateur de la revue  La Vie hippique  Adrian s'intéresse au cirque d'abord par la voie de l'équitation, il écrira plus tard un ouvrage dénommé  "Le cirque commence à cheval", puis en apprécie toutes les disciplines. Cet ami du cirque en devient très vite un référent, initialement comme historiographe puis en tant qu'historien du cirque, il collabore à de nombreux dictionnaires ou encyclopédie sur le sujet.

Scènes et pistesCréateur du journal "Scènes et Pistes" avec l'illusionniste Carrington, il y collabore de nombreuses années et écrit également de nombreux articles dans d'autres revues de music-hall et de cirque. Dès 1968, il entreprend de publier des ouvrages consacrés à son passe-temps, avec quelque fois la collaboration de son épouse Paulette, dite Geneviève Adrian Il a édité L’Encyclopédie du Cirque, une série de 7 livres qui sont devenus des classiques citons:

Le cirque commence à cheval(1968)

Ce rire qui vient du cirque, complété par le Dictionnaire des rois du rire de Geneviève Adrian (1969)

En piste les acrobates. Tome 1 : Sauteurs, contorsionnistes, athlètes, hercules (1973)

A vous les jongleurs En piste les acrobates. Tome 2 : A vous, les jongleurs (1977)

Cirque au cinéma, cinéma au cirque (1984)

Ils donnent des ailes au cirque (1988)

Le sens de l'équilibre (1993)

Adrian-copie-1Dans le même temps, il enregistre un disque: "La voix du cirque" (disque MF) dans lequel il raconte l’histoire du cirque et, nous fait entendre certains clowns légendaires comme Grock, les Fratellini, Antonet & Beby ainsi qu’une interview de Sabine Rancy. Adrian une encyclopédie du cirque non tout simplement un amateur pédagogue!



commentaires

Simonne Fabre-Bertin dite Silvia Monfort (1923-1991)

Publié le 23 Juin 2012 par cirk75gmkg dans Personnalités

 

SilviaMontfort.JPGFille du sculpteur Charles Favre-Bertin, Silvia Monfortt après de brillantes études au Lycée Victor Duruy, elle obtient son bac à quatorze ans, s’oriente vers le théâtre après avoir suivi les cours de Jean Hervé et de Jean Valcourt. Grande résistante pendant la seconde guerre mondiale, elle participe ainsi à la libération de Chartres et de Nogent-le-Rotrou, elle est décorée de la "Croix de guerre" par le Général de Gaulle et de la "Bronze Star Medal" par le Général Patton.

SilviaMontfort&GrussAprès avoir joué Federico Garcia Lorca, Cocteau ou, Tennessee Williams, Maurice Clavel avec qui elle est mariée depuis la fin de la guerre, lui fait rencontrer en 1947 Jean Vilar. Au contact de ce grand directeur de théâtre elle prend part à la grande aventure du "TNP" et du "Festival d’Avignon". Un moment courtisée par le cinéma mais sa passion pour le théâtre reste intacte et c’est ainsi qu’elle se jette dans l’aventure des "Tréteaux de France" de Jean Danet, expérience qui lui permet d’approfondir sa connaissance du théâtre populaire.

GrussAlexis1974.jpgAprès avoir joué plus de soixante-dix pièces différents, dont cinq versions de Phèdre, le 1er octobre 1972 elle se lance avec l’appui de Jacques Duhamel, alors ministre de la culture dans l’aventure du "Carré Thorigny" . Insatiable et curieuse de tout, elle présente dans ce nouvel espace culturel des spectacles novateurs et pluridisciplinaires. Et c’est tout naturellement qu’en 1974 elle organise une exposition célébrant le bicentenaire du cirque; rappelant ainsi qu’en 1774 dans un manège situé à Paris rue Vieilles-Tuileries, un anglais Philip Astley avait présenté au public parisien le 1er spectacle de cirque. Devant le succès de cette exposition Silvia Monfort demande à Alexis Gruss Junior (voir blog13/02/12) de planter son chapiteau familial dans la cour de l’hôtel Salé, situé en face du Carré Thorigny, afin de proposer des représentations de Cirque à l’Ancienne. Devant l’engouement du publique, Silvia Monfort et Alexis Gruss Junior créent le premier "Centre de Formation aux Arts et Techniques du Cirque et du Mime", dont le secrétaire général n’est autre que Dominique Jando (voir blog21/06/12). Bien vite ce Cirque à l’Ancienne va trouver son public et sa réputation va dépasser rapidement les frontières de l’hexagone.

GrussAlexis1975En 1974, le "Carré" obligé de quitter la rue Thorigny va être transféré dans le théâtre de la Gaîté-Lyrique; le cirque Grüss s’installant dans le "Square des Arts et Métiers" situé en face du théâtre. Puis Silvia Monfort en raison de la vétusté des bâtiments et en attendant la rénovation de la Gaîté-Lyrique est contrainte d'installer son "Carré", de 1978 à 1979, sous un chapiteau au Jardin d'acclimatation de Paris. Puis  nouveau déménagement, le chapiteau est planté dans les anciens abattoirs de Vaugirard. Le cirque Grüss suivant à chaque fois Silvia Monfort dans ses différents déménagements jusqu'à ce qu'il devienne 1982, indépendant et prenne le titre de "Cirque National".

theatre-opera-silvia-v433jj.jpgEntre temps Silvia Monfort n’a de cesse d’œuvrer pour trouver une implantation définitive à son "Carré" à Vaugirard. Une décision est enfin prise en 1986, mais Silvia Monfort  disparait le 30 mars 1991 d’un cancer des poumons quelque mois avant l’inauguration en 1992 d’un théâtre portant désormais son nom. Monfort un grand nom du théâtre mais aussi du cirque! 


commentaires

Jean-Dominique Puet dit Dominique Jando

Publié le 21 Juin 2012 par cirk75gmkg dans Personnalités

JandoNé le 1er août 1945 à Neuilly sur Seine Jean-Dominique Puet dit Dominique Jando est un passionné de cirque et après avoir dès douze ans monté avec quelques amis des spectacles de cirque, il participe à l’école du cirque fondé par Jérôme Medrano (voir blog16/10/11) où il apprend les fondamentaux de la piste. En 1962 il débute sa carrière de clown avec comme partenaire Dominique Denis. Il crée une fondation d’amateurs de cirque: Ring, travaille comme assistant metteur-en-scène au théâtre, puis devient décorateur, dresseur de dauphins. Il fonde le Club Jean Richard, rencontre Sylvia Monfort et Alexis Gruss Junior (voir blog13/02/12) avec qui il fonde le Centre de Formation aux Arts et Techniques du Cirque et du Mime, dont il devient le secrétaire général. Parallèlement il réalise aussi des affiches pour les cirques de Jean Richard ou le Cirque de Montmartre.

Jando-Histoire.jpgJando-CircusDominique Jando historien réputé des arts de la piste a publié plusieurs livres. Parmi les ouvrages qu’il a écrit deux écrits se détachent, sa célèbre "Histoire Mondiale du Cirque" (Éditions Jean-Pierre Delarge) ainsi qu’un impressionnant livre tant au niveau de ses dimensions (29 x 44 cm, 670 pages) qu’au niveau de son contenu. Cet ouvrage: "The Circus 1870-1950", écrit en collaboration avec Linda Granfield et Fred Dahlinger Jr. (Éditions Taschen) est reconnu aujourd’hui comme le livre de référence du cirque américain.

Medrano09JRJando2.JPGEgalement cofondateur du Festival du Cirque de Demain à Paris, Dominique Jando de 1983 à 2002 a travaillé comme intendant adjoint du Big Apple Circus de New York et, en 2003 devient le directeur de la "School of Circus Arts de San Francisco", ville dans laquelle il réside actuellement.

commentaires

Exploit du funambule américain Nik Wallenda

Publié le 18 Juin 2012 par cirk75gmkg dans Personnalités

 

Wallenda.jpgAcclamé par des dizaines de milliers de spectateurs, le funambule américain Nik Wallenda a réalisé vendredi 15 juin au soir son rêve de gosse et est entré dans l'histoire, en traversant sur un fil les chutes du Niagara. Il a mis moins de 30 minutes pour traverser des Etats-Unis au Canada, juste au dessus du gouffre des chutes les plus puissantes d'Amérique du Nord, finissant même en courant et en saluant la foule d'un bras levé. Wallenda, 33 ans, extrêmement concentré, vêtu d'un pantalon noir et d'une veste rouge imperméables s'est élancé à la nuit tombée, éclairé par d'énormes projecteurs, après une brève prière, comme il le fait toujours avant de grimper sur son fil. A petits pas mesurés, avec les chaussons à la semelle de daim spécialement créés par sa mère, il a traversé avec son long balancier, à 60 m au dessus des chutes au débit de 2.800 m3/seconde. Une oreillette le reliait en permanence à son père au sol durant la traversée, et Walenda, filmé en direct par la chaîne de télévision ABC, échangeait avec lui ses impressions."C'était une vue absolument incroyable", a-t-il ensuite raconté dans une conférence de presse. "C'était à couper le souffle". Il a ajouté que la brume qui montait des chutes était "pire" qu'il ne l'avait prévu, avec des vents parfois violents. "J'ai adoré chaque instant", a-t-il ajouté, visiblement fatigué mais heureux. "L'impossible n'est pas si impossible si vous y croyez", a-t-il encore ajouté, insistant sur l'importance de sa foi. Il portait un harnais durant la traversée, pour la première fois de sa carrière, à la demande d'ABC, son principal sponsor. Fidèle à sa parole, en dépit de l'espoir de certains de ses fans, il ne l'a pas enlevé, mais a souligné à l'arrivée qu'il n'en avait pas eu besoin. Et a ajouté qu'il n'avait jamais eu peur de glisser. "Nous sommes entrés dans l'histoire", a-t-il ajouté, avant de poser en famille avec ses parents, sa femme et leurs trois enfants. Au 19e siècle, 14 acrobates avaient déjà tenté et parfois réussi le pari de la traversée de la rivière Niagara, jusqu'à son interdiction. Mais ils l'avaient fait en contrebas des chutes, dans un secteur plus calme.

Wallenda2.jpgDétenteur d'une demi-douzaine de records mondiaux, notamment pour ses exploits à vélo sur un fil, Wallenda, basé à Sarasota en Floride, est de la septième génération d'une famille d'artistes de cirque, dont certains sont morts en exerçant leur art. Il a tenu à rendre hommage vendredi soir à son arrière grand-père, le patriarche de la famille, mort à 73 ans en tombant d'un fil alors qu'il traversait entre deux immeubles à San Juan (Porto-Rico), en 1978. Wallenda est prêt pour un nouveau défi. Il a reçu, a-t-il expliqué, l'autorisation de traverser le grand Canyon. Une distance trois fois plus longue que la traversée des chutes du Niagara et il espère pouvoir réaliser ce nouveau rêve d’iici trois à cinq ans.

 

 

 

commentaires

François Baucher (1796 – 1873)

Publié le 13 Mai 2012 par cirk75gmkg dans Personnalités

FrancoisBaucher.jpgA Paris, à deux pas du Palais de l’Elysée, entre la place Beauvau et l’avenue Gabriel on trouve une "rue du Cirque", rappelant qu’au XIX° siècle un cirque avait été édifié. Non loin là, en déambulant on peut voire une plaque apposée sur le Théâtre Marigny rappelant de nouveau qu’un cirque fut construit à cet emplacement (voir blog24/02/11). De plus cette inscription fait aussi référence à un écuyer célèbre François Baucher. Revenons aujourd’hui sur le parcours de ce personnage qui au départ n’avait rien d’un homme de spectacle et bien qu’ayant décidé d’endossé le costume de scène, avait l’habitude de préciser, à ceux qui prétendaient qu’il abaissait son titre d’écuyer en se mettant en scène, "que Shakespeare et Molière avaient eu, eux aussi la bassesse de jouer leurs pièces, eux-mêmes en public".

François BaucherNé à Versailles en 1796 dans une famille modeste, son père est marchand de vin, François Baucher  part à l'âge de quatorze ans rejoindre à Turin un de ses oncles, écuyer du prince Borghèse et suit les leçons du maître Frederico Mazzuchelli qui lui enseignera ce qui devait devenir la base de son équitation, "annihiler toute volonté chez le cheval et la remplacer par celle du cavalier". De retour en France, il devient piqueur chez le Duc de Berry puis prend la direction de deux manèges au Havre et à Rouen. Vers 1834 se fixe à Paris où il acquiert alors une grande notoriété en se produisant entre 1837 et 1843 au Cirque des Champs Élysées, avec des chevaux brillamment dressés. Il stupéfie ainsi les spectateurs par la précision avec laquelle il les monte. Et c’est ainsi que le général Oudinot, ayant eu vent de sa méthode, envoie à Paris non seulement le commandant de Novital, écuyer en chef à Saumur, mais aussi 26 officiers de cavalerie pour suivre les cours de Baucher. En 1843, le Maître-Ecuyer se rend à Saumur où sa méthode, sous l'impulsion du commandant de Novital est alors enseignée dans le célèbre "Cadre Noir". Mais son enseignement fait polémique et une commission du Ministère de la Guerre émet un avis défavorable ce qui entraine l’interdiction pure et simple de promouvoir la méthode Baucher dans l'armée.

Francois_Baucher.jpgRevenu à sa profession de Maître-Ecuyer, en 1855 il est victime d’un grave incident, il est écrasé par la chute d'un lustre alors qu'il travaille un cheval à pied, ce qui lui entrainera un fort handicap physique (il ne peut chausser ses bottes). Cerains s’en félicitent, car peu d'hommes au XIX° siècle ont été aussi violemment attaqués que Baucher. Comme d’habitude on peut attribuer cette violente opposition à l'hostilité que rencontrent souvent les novateurs. François Baucher reste vraiment un novateur et à l'heure actuelle, les traditions qu'il a laissées servent de base, en France comme à l'étranger, à l'équitation savante, au dressage raisonné du cheval de selle. Presque tous les ouvrages publiés depuis s'inspirent plus ou moins, et quelque fois inconsciemment d'ailleurs, des principes qu'il a posés et des moyens équestres dont l'ensemble est connu sous le nom de Méthode ou Système Baucher.

commentaires
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>