Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le bloc-notes de cirk75

Depuis 2010, Chronique au fil du temps et de la mémoire d'un circophile amateur

Articles avec #pantomime catégorie

Zorro chez Rancy en 1965, un véritable show équestre

Publié le 16 Décembre 2015 par cirk75 dans pantomime

Zorro chez Rancy en 1965, un véritable show équestre

Avec la chanson "Zorro est arrivé", Henri Salvador fait en 1964 en parodiant la célèbre série télévisée, mettant en scène le cavalier masqué idoles de tous les enfants, hurler de rire toutes les familles. Aussi devant cet engouement musical et télévisuel, les Rancy décident pour leur tournée 65, de présenter un programme dont la seconde partie sera centrée sur Zorro. Et dans le rôle phare se cache le prodigieux Dany Renz (voir blog17/06/2012) qui démontre encore une fois sur la piste tout l’étendue de son talent d’artiste de la piste. Et pour être certain de mettre tous les atouts dans leur jeu, les Rancy font sponsoriser la tournée par le Journal de Mickey, qui offre chaque semaine une place gratuite et publie également les aventures du célèbre cavalier masqué imaginé par Johnston McCulley

Après une première partie composée au fil de la tournée par le dompteur Pierre Thomas (voir blog28/09/2015), Emma Hordos la femme caoutchouc, les Klassohn (jonglage et équilibre), les Dannelly’s (main à main), les clowns Zino, Footit & Fratellini, les Eleki (jeux icariens et bascule), Kerwich (trapéziste maladroit), le taxi des Franky Babusio, la cavalerie présentée par William Moore, les clowns Bocky & Randel (voir blog24/09/2011), les jeux icariens des Oscarianis, et les Clérans (voir blog24/03/2011), excuser du peu... la seconde partie démarre sur les chapeaux de roue, mais laissons un spectateur Robert Barrier (voir blog13/11/2013) qui un soir à Crépis-en-Valois étant présent la décrire.

Zorro chez Rancy en 1965, un véritable show équestre

" Arriva enfin l’illustre ZORRO ! qui n’était autre que Dany Renz. Il égalait sans conteste en élégance et en audace le mythique cavalier. Le rideau de la gardine était grand ouvert, et les gens de barrière s’étaient prudemment garés de chaque côté ; Dany Renz monté sur un superbe étalon noir, avait pris son élan de fort loin sur la place, il lança son cheval à toute allure et surgit sur la piste comme une bombe. Il vira en oblique, monture et cavalier dangereusement inclinés, soulevant des paquets de sciure au ras des spectateurs et frôlant le tour de piste qui parfois résonnait du heurt d’un sabot fougueux. Toute la cavalerie se trouvait brillamment menée à pareil rythme, et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il n’y avait ni temps mort ni cafouillage dans cette impeccable évolution équestre… Tout le programme était de la même eau…"

Autre témoin de choix le docteur Frédéric Denys (voir blog21/09/2011), médecin dunkerquois mais aussi docteur es Rancy, pour lui Zorro sans doute la meilleure saison de Sabine Rancy et Dany Renz, et ressemblait davantage à un véritable show équestre qu'à une véritable pantomime. Ce programme, prétexte "de montrer tout ce que l’on pouvait faire avec un cheval au cirque : évolution en liberté, haute-école avec Arva, présentation comique avec Dynamique et même un carrousel monté exercice aujourd’hui rarissime... Les chevaux, mais aussi les lassos, les haches, les exercices de tir… virtuoses au pistolet, à la carabine ou encore au tir à l’arc… sur cible humaine" fut un triomphe.

Zorro chez Rancy en 1965, un véritable show équestre

Ce succès permit au cirque Sabine Rancy de se faire un nom. En effet depuis deux ans la fille d’Henri et Tilly Rancy avait repris le fonds de commerce familial, en gardant toujours le nom de Napoléon Rancy et c’est seulement en 1965 qu’apparu pour la première fois la dénomination Sabine Rancy (voir blog17/12/2015) à l’enseigne éclatante d’un cirque voyageur.

Notons tout de même qu’au cours de cette tournée le cirque fut en fonction des villes traversées nommé aussi bien Napoléon que de Sabine Rancy, mais c’était la dernière année car le cirque Sabine Rancy était né et bien né.

Zorro chez Rancy en 1965, un véritable show équestre

.

commentaires

Tarass Boulba chez Rancy

Publié le 15 Décembre 2015 par cirk75 dans pantomime

Tarass Boulba chez Rancy

Après le succès de la pantomime "Féerie au Népal" (voir blog14/12/2015), les Rancy remettent le couvert en présentant lors de la tournée 1969 une nouvelle aventure féerique portant le nom du célèbre casaque ukrainien héros du roman de Nicolas Gogol.

Tarass Boulba chez Rancy

Le fil rouge du scénario de ce spectacle se résume ainsi : "S'initiant au métier des armes le grand-duc héritier Danilov Danilovitch a pour compagnon le comte Smolenak avec qui il se lie d'une profonde amitié. Leur intrépidité leur a valu d'être décorés de la médaille d'or de Saint-André, la plus haute distinction militaire, dont le port permanent leur est imposé et dont l'ornementation comporte la devise "Za Oucerdié" qui signifie "Pour le zèle".

La guerre, les périodes troublées, les invasions séparèrent les deux amis et la grande armée cosaque est dirigée par son chef incontesté connu sous le nom de Tarass Boulba (Szilagy).

Le temps passa et le grand-duc Danilov Danilovitch (Dany Renz) et sa femme la grande duchesse Katia Petrovna (Sabine Rancy) partent à la chasse accompagnés de la baronne Olga Pavlovitch (Patricia Loyal). Poursuivant un gibier le grand-duc s’égare dans un site inconnu où la fée des steppes Poliarnaya (Catherine Manetti) lui apparait et lui présage une heureuse rencontre.

La fée disparait et le grand-duc est attaqué et capturé par des cosaques qui l’entrainent à leur camp où se déroulent des réjouissances en l’honneur de Tarass Boubas alias le comte Smolenak.

Sûr de sa force le chef des cosaques provoque le grand-duc en un combat singulier au cours duquel, grâce à leur médaille les deux amis se reconnaissent. Et pour fêter ces retrouvailles le grand-duc Danilov Danilovitch Tarass Boulba et ses proches à un grand bal donné en son château."

Tarass Boulba chez Rancy

Cette production comporte 3 tableaux : "La chasse", "Le camp de Tarass Boulba" et "Le grand bal de la couronne ducale" et est mise en piste par Sabine Rancy (voir blog17/12/2015) et Dany Renz (voir blog17/06/2012), sur une musique du maestro Yves Bouvard, décors et costumes de Simone L’hermitte.

La tournée 1969 fut un plein succès d’autant plus que la première partie était composée par des artistes de grands renoms comme le dompteur Diether Farell, les comiques Don Saunders et Donnett (voir blog08/03/2014) et l’extraordinaire pick-pocket Borra. Ce programme était intelligemment complété par les Aquilla’s au trapèze, les chiens de Gabriella, les éléphants de Philippe Ricono, les Atlantas cascadeurs.

Et aux dires des aficionados de Rancy c’était un des meilleurs programmes présentés par cette illustre famille circassienne. Et cette production fit aussi une halte en Belgique où elle reçut aussi un accueil enthousiasme.

commentaires

Féerie au Népal chez Rancy

Publié le 14 Décembre 2015 par cirk75 dans pantomime

Féerie au Népal chez Rancy

S’il est un terme qui est solidement enraciné dans le monde de la piste, c’est bien le nom "féerie". Et chez les Rancy on l’aimait tout particulièrement car ils l’ont utilisé plusieurs fois pour baptiser plusieurs de leurs célèbres pantomimes. Ainsi en 1954 cette illustre famille a produit un spectacle nommé "Féerie à Sumatra" (voir blog13/12/2015) et 15 ans plus tard ils reprennent cette dénomination magique en proposant en 1968 une "Féerie au Népal". Cette production assez similaire à la précédente comprenait dix sept tableaux, cent vingt costumes, décors signés Simonne L'Hermitte. Quarante artistes dont Sabine Rancy "La Princesse Shera", Catherine Allarion "La Déesse Ellora", Catherine Muller "L’esclave blanche", Jeannine Fratellini "La Déesse Poona", Dany Renz "Le Prince du Népal", Fernand Donnet "Le Maharajah d’Assam" et Joe Bill "Le grand Vizir Zadji" étaient de cette revue avec les autres artistes du programme 68.

Féerie au Népal chez Rancy

Le fil conducteur de ce mimodrame était ainsi résumé dans le programme papier : le Prince du Népal fait route pour regagner ses Etats, il envoie un messager au Maharajah d’Assam pour lui demander l’autorisation de traverser son pays. Le Maharajah offre l’hospitalité au Prince et manifeste son désir de faire sa connaissance, c’est alors qu’un grand divertissement est donné en l’honneur de cette illustre rencontre.

Féerie au Népal chez Rancy

Cette pantomime fut non seulement présentée en France, mais aussi en Belgique et aux Pays-Bas, car en 1968 suite aux événements qui marquèrent notre pays et devant les difficultés que les cirques rencontraient pour tourner dans l’hexagone, Sabine Rancy et Dany Renz (voir blog17/06/2012) décidèrent, avec l’aide d’un imprésario flamand de tenter avec succès jusqu’en octobre l’aventure européenne.

Les ultimes représentations de "Feest in Nepal", titre flamand de cette production auront lieu du 13 décembre 1968 au 12 janvier 1969 au cirque Royal de Bruxelles (voir blog09/02/2012) avec Thomas Renier à la place de Fernand Donnet (18/03/2014) dans le rôle du Maharajah d’Assam.

Féerie au Népal chez Rancy

Le programme du cirque Royal de Bruxelles

commentaires

"Féerie à Sumatra" chez Rancy

Publié le 13 Décembre 2015 par cirk75 dans pantomime

"Féerie à Sumatra" chez Rancy

Les Rancy ont aussi commis dans les programmes à grand spectacle sur piste et même si cette illustre famille circassienne fondée par Théodore Rancy, - un mentor de nombreux cirques fixes en France, (Amiens, Boulogne-sur-Mer, Le Havre, Lyon, Rouen) et en Suisse ; Genève – est moins connue de nos jours par les jeunes générations, Napoléon et Sabine Rancy sont aussi à l’origine de nombreuses pièces de cirque communément nommées pantomime (voir blog02/09/2011).

"Féerie à Sumatra" chez Rancy

Une des premières présentées par le cirque Napoléon Rancy (voir blog22/09/2011) fut "Féerie à Sumatra" créée lors de la tournée 1954. Selon le programme papier, dont la couverture représentait une danseuse indonésienne, on pouvait lire cette définition de la pantomime. "Ce n’est ni du cinéma, ni du music-hall, ni de la comédie, mais une véritable Pantomime de Cirque, avec ses ballets aériens fluorescents, ses guerriers, ses sorciers, ses éléphants acrobates, ses fils du Ciel, ses illuminations. C’est un véritable enchantement, un éblouissement de couleurs exotiques"… avec comme principale innovation des milliers de petites lampes scintillant sur les costumes des 24 danseuses, dont la chorégraphie était réglée par Rozette Raymond, sur une musique du maestro Florimond.

"Féerie à Sumatra" chez Rancy

Parmi les artistes composant cette fresque en onze tableaux, allant du "Ballet des éventails" au "Fameux Fakir noir", en passant par les "Sorciers tibétains", "La danse du sabre", "Les danseuses de Bali", et bien sûr "Les extraordinaires fils du ciel", on notait la présence de Rex et Quito (voir blog26/05/2015), du dompteur Victor Saulevitch (voir blog25/03/2013) ainsi que la cavalerie du cirque Bureau (voir blog16/05/2011) présentée par son directeur Jules Glasner.

Chez Rancy il était courant que le final d'un programme se termine par une grande farandole, sans pour autant que ce soit une pantomime, afin de mettre en valeur une dernière fois les artistes composant le spectacle, ainsi que la cavalerie maison, signature de la maison, tant sa réputation était importante.

commentaires

On a enlevé la femme à barbe, chez Medrano

Publié le 12 Décembre 2015 par cirk75 dans pantomime

On a enlevé la femme à barbe, chez Medrano

Du 4 au 17 février 1938, Jérôme Medrano propose une grande folie clownesque en 16 tableaux, dont le livret servant de canevas à cette fantaisie par moments délirante et d’une jolie cocasserie, est sortie de l’imagination débridée de Recordier (voir blog24/06/2014) sur une musique composée par Paul Florendas (voir blog23/06/2014).

Le scenario est délirant: le directeur du cirque ambulant Recordi vient d'apprendre que la femme à barbe qui figurait parmi ses pensionnaires est la fille naturelle d'un riche Mahradjah, aussi forme-t-il le projet de la faire épouser par l'un de ses clowns avant qu'elle-même n'ait connaissance de son illustre origine. Mais notre héroïne, dont le cœur est ailleurs, a disparu. Voilà donc le cirque parti sur les routes de l'Europe et de l'Asie à la poursuite de la femme à barbe. Tout le monde se retrouve au fond de l'Inde, aux pieds d'un prince généreux, qui se réjouit fort de pouvoir enfin serrer contre son cœur une fille bien-aimée, et longtemps perdue, malgré qu'elle ait de la barbe.

On a enlevé la femme à barbe, chez Medrano

Il est difficile d'imaginer à quel degré de folie atteint cette énorme clownerie jouée par : Alex (voir blog20/12/2011), Boulicot (voir blog08/01/2012), Porto (voir blog14/04/2013), Averino et Tony, la Femme à Barbe, jouant dans une robe de satin rose tendre.

Avec ce spectacle, qui reste encore à ce jour un monument de la bouffonnerie et de la dérision et, dont la seule fonction était de distraire et d’amuser en utilisant tous les ingrédients de la farce permettant à chacun de retrouver sa fraîcheur, sa franchise, sa bonhomie et, sa bonne humeur…

Une production inimaginable aujourd’hui… où le sérieux est de mise… et où les poils de barbe sont à manier avec précaution, le blasphème est malheureusement une notion qui est redevenue trop tendance.

commentaires

"Rhum à Rome" mais à Medrano

Publié le 11 Décembre 2015 par cirk75 dans pantomime

"Rhum à Rome" mais       à Medrano

Nous avons vu que le Cirque Medrano avait aussi depuis longtemps une tradition dans l’art de la pantomime. On se souvient d’"Espana" en 1931 avec de véritables taureaux en piste, et en 1939 de cette féerie western qu fut "Le fils de Buffalo Bill ".

"Rhum à Rome" mais       à Medrano

En 1936 du 3 au 29 janvier le cirque montmartrois a proposé en seconde partie, le cirque qu temps de Romains, autrement dit une grande fantaisie clownesque intitulée "Rhum à Rome". Mis en piste par Floyd du Pont sur des chansons de Mireille et Jean Nohain, parmi lesquelles se trouvait la scie du spectacle : "Oui ; mais à Medrano". Et comme à chaque fois Jérôme Medrano avait dans son programme les meilleurs clowns du moment qui avaient pour nom : Alex(andre) (voir blog20/12/2011), Manetti(tus) (voir blog12/06/2013), Porto(bus) (voir blog14/04/2013), Rhum(ulus) (voir blog23/03/2011) ainsi que Boulicot (voir blog08/01/2012) et son petit Mimile (voir blog24/06/2014). Au programme on pouvait aussi applaudir la cavalerie Rancy, l’athlète Charles Rigoulot (voir blog01/03/2011), 20 Blue Bell Girls, ainsi que Barbara La May une artiste américaine spécialiste en danse acrobatique, jouant dans cette pantomime comme il se doit la belle captive à qui il arrive tous les malheurs du monde.

"Rhum à Rome" mais       à Medrano

Cette bouffonnerie clownesque venait d’une idée d’Henri Kubnik (voir blog29/06/2015) fortement améliorée par Emile Recordier avec comme obligation d’avoir un spectacle où se trouvaient mélangés les ingrédients chers chez Medrano : Rythme, Rire, Beauté et Jeunesse saupoudrés d’un peu de suspense.

commentaires

Le fils de Buffalo-Bill chez Medrano

Publié le 10 Décembre 2015 par cirk75 dans pantomime

Le fils de Buffalo-Bill chez Medrano

Les frères Bouglione (voir blog25/12/2014) n’ont pas été les seuls à présenter sur une piste de cirque des pantomimes-opérettes et pour être tout à fait exact ils n’ont même pas été les premiers à en présenter sur la piste de la rue Amelot à Paris. En effet dès 1933 le précédent directeur Gaston Desprez (voir blog25/03/2012) proposait pour inaugurer la piste nautique qui venait d’être creusée, un spectacle intitulé "Tarzan". Puis furent programmés "Les Fratellini en Afrique", "Les Fratellini détectives dans Les Diamants du Radjah"… C’est dire si la pantomime est ancrée dans l’histoire du Cirque d’hiver.

Medrano, le concurrent parisien, avait aussi souvent recourt à de tels programmes. Dans 2 précédents blogs nous avons déjà évoqué "La Route qui Chante" avec André Dassary (voir blog18/09/2014) ou "Espana" (voir blog15/03/2015) avec Colleano (voir blog19/11/2011), deux specacles qui firent les beaux soirs de la piste montmartroise.

En 1939, Jérôme Medrano (voir blog16/10/2011) proposa sur une idée d’Emile Recordier (voir blog24/06/2014) et d'après une musique de Vincent Scotto, une pantomime féerique moderne et Far-West : "Le fils de Buffalo-Bill". Comme d’habitude le maître des lieux s’entoura des meilleurs clowns avec Alex (voir blog20/12/2011), Porto (voir blog14/04/2013), Manetti (voir blog12/06/2013) Rhum (voir blog23/03/2011) ainsi que Boulicot (voir blog08/01/2012). Quant à la cavalerie il prit une des plus prestigieuses de cette époque celle des Rancy-Carré. Ce spectacle réunissait 100 artistes, des chevaux, un lanceur de couteaux et cerise sur le gâteau, une véritable locomotive attaquée par les indiens. Et devant l’ampleur des dépenses engagées cette pantomime fut reprise pour 14 dernières représentations au mois de mars suivant.

Une originalité à signaler, le programme souvenir en papier était imprimé avec une encre fluorescente car certaines scènes de cette pantomime étaient jouées en lumière noire et on pouvait ainsi le lire dans l’obscurité.

Le fils de Buffalo-Bill chez Medrano

Pour la petite histoire on trouve aussi au générique de cette pantomime Clément Duhour, chanteur, acteur, réalisateur et producteur français qui en 1957 supplée dans la mise en scène Sacha Guitry mourant, dans le film tourné pour partie à Medrano: "Les trois font la paire" (voir blog22/03/2015).

Mais ceci est une autre histoire.

commentaires

Davy Crockett & Jimmy Boy, une pantomime avec deux scénarios

Publié le 9 Décembre 2015 par cirk75 dans pantomime

Davy Crockett & Jimmy Boy, une pantomime avec deux scénarios

Suite à la vague Davy Crockett (film, chanson…) qui submergea la France à la fin des années 50, les Bouglione décident de proposer en seconde partie de programme, un western à grand spectacle: "Davy Crockett & Jimmy Boy". La musique est cette fois composée par Paul Elie, les lyrics sont signés Jean Loysel et les batailles sont minutieusement réglées par Emilien et Sampion Bouglione, les actuels directeurs du Cirque d’hiver.

On note parmi les participants trois grands noms de la piste :Pipo, Dario et Mimile,(voir blog19/10/2011) ainsi que les clowns Rex et Quito (voir blog26/05/2015).

Cette production faisait la part belle aux performances d'acrobates, clowns, jongleurs et dompteurs d'animaux, avec de nombreuses bagarres, des poursuites à cheval, de multiples échanges de coups de feu et de sketchs humoristiques mettant en valeur tout autant le jeune Jimmy Boy que le héros Davy Crockett.

Davy Crockett & Jimmy Boy, une pantomime avec deux scénarios

Si cette pantomime a vu le jour sur la piste parisienne en 1959, elle fut reprise en 1960 avec le chapiteau Bouglione pour la tournée avec entre autres Michel Francini (voir blog11/03/2014) et Gipsy Bouglione.

Le rôle de Davy Crockett était tenu en tournée par Claude Touraine. Par contre à Paris c'était Jacques Mansart qui jouait le célèbre trappeur. Quant au rôle de Jimmy Boy il était joué à Paris alternativement par les petits Maurin, Yves-Marie ou Patrick. Notons que sous le patronyme de Patrick Maurin se cachait un acteur qui deviendra fort célèbre plus tard : Patrick Dewaere.

En tournée c'est André Gazançon qui tiendra ce rôle.

Davy Crockett & Jimmy Boy, une pantomime avec deux scénarios

Notons aussi que pour la tournée Bouglione le scénario va évoluer, car il est en plus question d'un grand cirque Americano faisant une tournée au Texas avec en vedette le célèbre trappeur Davy Crockett et, non plus une femme blanche enlevée lors d’une diligence attaquée par les méchants.

Davy Crockett & Jimmy Boy, une pantomime avec deux scénarios

Les artistes lors de la tournée du Cirque Bouglione

commentaires

La perle du Bengale

Publié le 8 Décembre 2015 par cirk75 dans pantomime

La perle du Bengale

La plus célèbre opérette à grand spectacle féerique et nautique que les 4 frères Bouglione (voir blog25/12/2014) ont produit, reste La Perle du Bengale, mise en piste par Géo Sandry (voir blog08/09/2011), lyrique de Michel Murray sur une musique signée du très prolixe Raymond Brunel (voir blog05/09/2011).

Cette pantomime est présentée la première fois le 20 décembre 1935 au Cirque d'hiver de Paris, et devant le succès obtenu, ce spectacle part l'année suivante en tournée sous le chapiteau des frères Bouglione.

Avec son millier de représentations à Paris ou en province et sa reprise en 1954 la France découvre ce type de spectacles qui va asseoir définitivement la réputation des Rois du Cirque.

La vedette de cette première mouture est Renée Piat une ex première danseuse du Théâtre du Châtelet et parmi les autres artistes on note la présence de Joseph et Sampion Bouglione ainsi que celle de Zavata.

La perle du Bengale

Le principe de ces opérettes pantomimes est constante, les bons d'un côté et les méchants de l'autre avec toujours la présence d'une belle femme courtisée par les deux groupes. Et bien entendu à la fin les bons vont triompher des méchants.

En plus de nombreuses scènes surprenant le public tel le célèbre tableau de la piscine contenant une centaine de boas et pythons, dans laquelle sont jetés la Princesse ainsi que les autres condamnés, hurlant et se débattant avec des reptiles autour d'eux. Et n'oublions les costumes exotiques et la présence des tigres, lions et éléphants ainsi que les nombreuses chevauchées.

La perle du Bengale
La perle du Bengale

La Perle du Bengale restant encore de nos jours fort dans la mémoire collective, les Bougliones Jr. actuels responsables du Cirque d'hiver ont repris ce nom comme titre d'une production (voir blog11/12/2011) pour un spectacle présenté en 2011 au Bourget.

Mais très curieusement ce programme n'avait rien à voir avec cette célèbre pantomime. En effet il n'y avait aucun des tableaux mythiques qu'étaient: la danse sacrée, la marché de Bengalore, le camp des lanciers du Bangale, le cheval blessé, le Palais de Sanda Sahib, le supplice du fouet, ou le lac aux serpents avec la piscine.

Il est vrai que maintenant un tel spectacle pourrait peut être paraître un peu dépassé voire un tantinet neu-neu.

commentaires

Et maintenant Ali baba ou les 40 voleurs au Cirque d'hiver!

Publié le 7 Décembre 2015 par cirk75 dans pantomime

Et maintenant Ali baba ou les 40 voleurs au Cirque d'hiver!

Pour la saison 44, les Bouglione proposent une nouvelle pièce féerique et nautique à grand spectacle de Jean Loysel et Joseph Bouglione: Ali Baba ou les 40 voleurs, musique de Raymond Brunel (voir blog(voirblog05/09/2011) avec bien entendu les rois du rire et grandes vedettes qu'étaient Alex (voir blog20/12/2011) et Zavatta (voir blog17/05/2015).

Et maintenant Ali baba ou les 40 voleurs au Cirque d'hiver!

A l'origine une pantomime au cirque est une suite de tableaux avec des numéros de cirque présentés à la faveur de l'intrigue, et une partie musicale chantée qui sert de contrepoint aux textes dits par les artistes.

Et maintenant Ali baba ou les 40 voleurs au Cirque d'hiver!
commentaires
<< < 1 2 3 > >>