Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le bloc-notes de cirk75

Depuis 2010, Chronique au fil du temps et de la mémoire d'un circophile amateur

Articles avec #opera catégorie

Carmen version cirque

Publié le 19 Avril 2019 par cirk75 dans Opéra

Après avoir été présenté à l’Opéra de Rouen du 24 février au 2 mars, c’est au tour du théâtre des Champs-Élysées à Paris de proposer du 13 au 21 mai, une Carmen, Etoile du Cirque, une version inédite et circassienne du célèbre opéra de Georges Bize. Et ceux qui s’attendent à trouver des cigarières, des toréros et des contrebandiers en seront pour leurs frais. Aussi afin de préserver ce climat espagnol caractérisé par l’atmosphère et la musique, le jeune metteur en scène Andrea Bernard a choisi de situer sa Carmen dans un cirque et particulièrement au cirque Séville, où , elle est la reine de ce cirque, Don José, en est le gardien, et Escamillo, l’homme de fer. Cette production permet de mettre en relief deux thématiques liées parce qu’une des conditions détermine l’autre une histoire d’amour et de liberté,.  C’est ainsi que Carmen, pour rester libre, est prête à affronter la mort. Mais la fin n’est pas forcément celle que l’on connaît. Car au cirque, tout n’est qu’illusion…

Dans cet opéra se côtoient autour de Carmen l’Etoile, ses  deux prétendants, Don José le gardien du cirque et Escamillo, l’homme d’acier, mais aussi un lanceur de couteaux, un trapéziste, un fakir, des jongleurs, acrobates, danseurs… Cet œuvre musicale comprend une partie saltimbanque important composée de : Alice Macchi (jonglage, cerceau aérien, acrobaties et danse), Marcel Zuluaga Gomez (jonglage, monocycle, acrobaties et danse), Anne-Claire Gonnard (corde, acrobaties et danse), Marianna De Sanctis( hula hoop, acrobaties et danse).

commentaires

Une Bouglione sur la scène de l’Opéra Bastille de Paris

Publié le 11 Avril 2019 par cirk75 dans Opéra

En ce moment l’Opéra Bastille propose Lady Macbeth de Mzensk opéra de Dmitri Chostakovitch. L’intrigue relate l'histoire en Russie au XIX° siècle d'une femme isolée qui tombe amoureuse d'un des travailleurs de son mari et qui finit assassinée. La mise en scène signée Krzysztof Warlikowski montre certaines scènes dans un vaste abattoir aux brillantes parois carrelées, où pendent de grandes carcasses de porcs. Lady Macbeth y est parquée dans une longue cage de ménagerie, sorte de cage aux fauves.

La scénographie nous propose notamment quelques numéros de cirque avec équilibres sur mains ou avec des cerceaux, ce qui permet d’applaudir Victoria Bouglione, la fille aînée de Sandrine et Thierry Bouglione, petite fille de Sampion Bouglione actuel codirecteur du Cirque d'Hiver. Elle nous montre tout son art en présentant ces cerceaux qui tournent avec vélocité autour de sa taille par des mouvements cadencés et soutenus. Cette jeune circassienne danseuse et cavalière, née en 1995 a déjà évoluéen 2016 sur la piste du Cirque d’Hiver avec le spectacle Surprise (voir blog18/12/2016) ainsi que lors de la tournée qui a suivi, toute qa fougue pour cette discipline le hula hoop demandant dextérité, rythme et grâce.

En ce moment sur la scène de l’opéra Bastille Victoria Bouglione, nous montre que le cirque permet tout.

commentaires

Les arts de la piste s’invitent à l’Opéra Bastille

Publié le 26 Mars 2018 par cirk75 dans Opéra

Pour la reprise de "Benvenuto Cellini" opéra d’Hector Berlioz, la mise en scène a été confiée à Terry Gilliam , un célèbre iconoclaste américain, devenu depuis sujet de sa très gracieuse Majesté. Le scénariste, acteur, dessinateur réalisateur des  Monty Python nous propose un spectacle  inventif aux allures un peu surannée des années 1980 , digne à certains moments du Grand Magic Circus cher à Jérôme Savary. 

Pour cette production qui, après Amsterdam, Barcelone, Londres et Rome, fait depuis le 20 mars halte à Paris, l’opéra maudit de Berlioz  a pris une tournure circassienne,  enchaînant, par exemple dans le dernier tableau du premier acte, plusieurs numéros de cirque. En effet on peut contempler sur le vaste plateau de l'Opéra Bastille:  jongleur, clowns, acrobates, trapéziste et même un numéro de cerceau aérien. Cela ne peut étonner les fans de Terry Gilliam, car dès 1969 le joyeux trublions avait déjà fait une incursion dans cet univers avec sa très célèbre série télévisuelle : "Monty Python's Flying Circus".

Notons en guise de conclusion que ce n’est pas la première fois, que Cirque et Opéra font scène commune. Déjà en 2011 (voir blog08/01/11), à Metz pour "Péricole" et à Paris pour "Les Mamelles de Tirésias" les mises en scène utilisaient déjà en toile de fond de leur intrigue les arts de la piste. 

Alors  pour les amateurs de bel canto mâtiné de piste aux étoiles, un rendez-vous à l'Opéra bastille s'impose ...

 

 

commentaires

Quand le cirque inspire l'Opéra

Publié le 8 Janvier 2011 par cirk75gmkg dans Opéra

 

Dernièrement deux spectacles d’opéra, l’un à Metz, l’ autre à Paris utilisait comme toile de fond de leur intrigue le cirque.  Revenons sur ces deux spectacles : La Péricole à Metz et  les Mamelles de Tirésias à Paris.

Opera_pericole.jpgL'Opéra-Théâtre de Metz Métropole a choisi de finir l'année 2010 en beauté et surtout en fête, avec la présentation de "La Périchole", opéra-bouffe en trois actes d'Offenbach, mis en scène avec fraîcheur, presque candeur, par Bernard Pisani. Au cours de cinq représentations, l'Orchestre National de Lorraine, le ballet et les chœurs de l'Opéra-Théâtre transportent le spectateur dans le monde du cirque. Il faut dire que le metteur en scène est un amoureux du cirque et qu’il souhaitait utiliser les codes de la piste dans un de ses spectacles.  Il  a donc choisi, pour cet opéra-bouffe, de placer les arts du cirque au cœur de la mise en scène : piste de cirque, cage aux lions, jongleurs et saltimbanques, costumes de cirques, clowns, tout y est, pour nous installer au cirque! Quel rapport entre "La Périchole" et le cirque ? Aucun ! Ou plutôt si ! Parce que l'oeuvre d'Offenbach est burlesque, démesurée, survoltée à la manière d'un spectacle de cirque, et le choix de mise en scène le souligne parfaitement. Dès son entrée dans l'Opéra-Théâtre, les  spectateurs sont accueillis par une troupe de jongleurs et, tout au long du spectacle, clowns et jongleurs vont investir la salle, passer entre les spectateurs, jouer avec eux. Une mise en scène qui rappelle l'extravagance de celles d'un Jérôme Savary à l'Opéra Comique de Paris. Si le spectacle dure près de trois heures, on ne s'ennuie pas un seul instant. Au contraire, à la fin du spectacle, on en aurait bien repris encore un peu... Le décor est beau, on y entre comme on entrerait dans un chapiteau, la magie opère.

opéra mamelles2TisériasL’Opéra Comique à Paris présente l’opéra Bouffe en deux actes avec prologue de Francis Poulenc, texte de Guillaume Apollinaire, spectacle créé en 1947 justement Salle Favart.. L’histoire est totalement abracadabrante. Elle se déroule à Zanzibar où un jour une certaine Thérèse veut s’émanciper de son mari. Pour cela, elle se débarrasse de sa poitrine, de ses "mamelles". La barbe lui pousse et Thérèse devient Tirésias. Une histoire qui a inspiré Macha Makeïeff, fondatrice avec Jérôme Deschamps de la troupe des célèbres Deschiens et pour cette production elle a transformé la scène de l’Opéra Comique en cirque où danseurs, clowns et acrobates animent un plateau sans cesse en mouvement, où la caricature devient poésie. Une soirée très Dada entre cirque et music-hall déglingué, une occasion d'avoir des émotions directes, comme au cirque.


Comme quoi il n'y a pas que l'Opéra de Pékin qui mélange cirque et opéra.

 

commentaires