Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le bloc-notes de cirk75

Depuis 2010, Chronique au fil du temps et de la mémoire d'un circophile amateur

Articles avec #jongleur catégorie

Kris Kremo, le gentleman jongleur

Publié le 24 Novembre 2019 par cirk75 dans Jongleur

Kristian Gaston Kremo né à Paris en 1951, est fils de Béla Kremo (1911 – 1978) célèbre jongleur issu d'une vieille famille d'icariens germano-hongrois et de Marianne Kalbitz, son épouse.

Kris ou Cris (cela dépend des époques) fait ses humanités en Suisse, ses parents étant tous deux de nationalité suisse. L’été pendant ses vacances il suit naturellement son père dans les cirques où il se produit. Et c’est tout naturellement qu’il va apprendre l’acrobatie mais tâter aussi du jonglage. Et pendant l'année scolaire, il poursuit dans cette voie en respectant les conseils de son père qui vérifie à chaque retour les progrès de son fils.

A quinze ans, Kris est déjà un jongleur accompli et deux ans plus tard il va se produire avec son père. Et pendant sept ans, les deux hommes vont faire preuve d’un rare talent de synchronisation, exécutant à l'unisson et à une vitesse vertigineuse le même numéro. Ainsi  ils jonglent de concert avec une série de trois objets (trois balles, trois chapeaux, trois boîtes à cigares ...), la signature artistique de Béla Kremo, le jongleur mondain car apparaissait toujours dans un élégant et impeccable costume.

En 1973 Kris est associé à son père sur la piste du cirque Knie, puis en 1975  il commence à se produire seul en signant sa première saison en Angleterre au Blackpool Tower Circus (voir blog14/01/2011). Son succès est immédiat d’autant plus qu’il a amélioré le numéro de Béla en ajoutant notamment des pirouettes triples et quadruples, tout en jonglant avec ses 3 boîtes à cigares lancées dans les airs.

Kris Kremo, s’est depuis s'est produit dans les plus grands cirques, et sur les scènes les plus réputées. Il a ainsi pendant onze ans (1978-1989) été engagé au Stardust Hotel à Las Vegas.

En 1981 lors du 8ème festival International du Cirque de Monte Carlo il reçoit un Clown d’Argent pour son numéro où il est l’un des rares après une triple pirouette à rattraper, dans les airs trois boites de cigares.

En 2016 il a été parmi les artistes invités sur la piste du chapiteau de l'Espace Fontvieille pour les 40 ans de la manifestation monégasque.

Enfin il est le seul artiste à s’être produit 5 fois (1973,1984, 1991, 2000 et 2009) sur la piste du cirque national Knie.

 

 

Artiste de grande classe, pétillant d’humour, Kris Kremo, légende vivante du jonglage, fait virevolté balles, boites, cigares, chapeaux melons ou haut de forme.

Marié à l'artiste russe spécialiste en hula-hoop Yelena Larkina, Kris Kremo jongle aujourd’hui avec son fils Harrison reproduisant ainsi ce qu’il faisait avec son père Béla il y a déjà quelques années.

Les Kremo une dynastie de gentlemen jongleurs

commentaires

Gipsy Gruss, une reine de la piste

Publié le 7 Avril 2019 par cirk75 dans Jongleur, Artistes, Aériens

A elle seule, Gipsy pourrait faire tout un spectacle !"  Tel est le constat que fait Alexis Gruss. On ne peut que lui donner raison, tant son épouse possède de nombreuses cordes à son arc circassien : amazone, fil de fer, jonglerie, trapèze Washington, roue allemande, équilibres sur boule, sur vélo ou monocycle, poses ou pyramides équestres, jeux du far west, haute école, accordéoniste, pianiste et que sais-je encore… Reconnue par ses pairs,  encensée par les circophiles, cette perfectionniste et adepte de l'excellence, élue en 1964 à Madrid "Reine du cirque" sur la piste du Cirque Price, honorée par de nombreuses récompenses, "Grand prix National du cirque",  3ème prix de la Coupe Rastelli (voir blog29/05/2011) de jonglerie ou à Monte-Carlo prix de la Dame du cirque, récompense créée par le romancier Guy des Cars … Gipsy Gruss est une artiste exceptionnelle.

En revanche rien au départ ne laissaient supposer que Camille, son nom de baptême officiel; deviendrait  cette élégante et formidable étoile de la piste que nous connaissons ! En effet ses parents le célèbre belluaire Firmin Bouglione (voir blogs 25/12/2014 & 10/02/2015) et la fildefériste Violette de Dessus le Moustier (voir blog15/05/2013) la trouvent trop fragile pour la piste, et la voient plus dans un bureau qu’artiste. Mais bon sang ne saurait mentir, aussi quand on s’appelle Bouglione, l’appel de la piste est trop fort surtout quand on est fasciné par le monde du cirque.

Devant, pour corriger un dos un peu voûté faire un peu de sport, sa mère Violette l’initie à l’art de la danse sur un fil.  Elle apprend aussi à jongler ce qui lui permettra de combiner ces deux disciplines en proposant à douze ans un numéro de jonglage sur fil où son maniement des massues ou des cerceaux est déjà éblouissant.  Adepte du monocycle elle va le faire rouler sur son fil avec en plus, un cerceau tournoyant à chaque bras et un troisième virevoltant sur un bâtonnet tenu en bouche . Comme elle adore augmenter la difficulté, elle va proposer par exemple un équilibre en force sur échelle reposant sur le cadre d’un vélo, lui-même en équilibre sur des boules servant de piedestal. Bref elle réalise l'impossible avec le sourire.

Qui n'a jamais vu Gipsy jongler n'a rien vu!

Son union, un certain 9 février 1970 avec Alexis Gruss Jr. (du moins à cette époque) va lui ouvrir d’autres horizons : l'univers des chevaux où elle va proposer notamment avec son mari, sa belle-sœur Martine, son beau-frère Patrick (voir 10/04/2015), sa cousine Sandrine (voir blog25/06/2015) des pyramides humaines, des trios ou quatuors équestres brillants. Bref avec Gipsy tout est possible car tout est travail. Il faut dire qu’avec Alexis, elle a trouvé plus qu’un mari, son double. Lui aussi est un travailleur acharné remettant sans cesse sa pratique en question.

L’aventure du cirque à l’ancienne perpétuée maintenant avec ses enfants et petits-enfants, lui permet chaque année de mettre au point de légendaires moments de cirque.  Même aujourd'hui à 72 ans elle propose avec le spectacle Origines (voir blog24/02/2019) un étonnant numéro où elle monte en amazone montrant encore une fois son immense talent de cavalière.  Pour montrer combien elle indispensable dans ses créations circassiennes, Alexis Gruss ira même en 2008 appeler sa 35ème production du nom de sa femme. Autre moment phare, en 2002 avec Impulsion 2, elle propose avec sa fille Maud un duo, où toutes les deux sur le même fil, elles réalisent un incroyable équilibre simultané sur la tête ? Du jamais vu…

Mais est-ce possible d'évoquer tous ses numéros, elle qui en a créé plus de 100 avec un tel niveau d'exigence ? En 1973, le journaliste Jacques Richard (voir blog 21/10/2018) écrivait à son propos : Gipsy Gruss " brille cette année encore dans ses équilibres sur fil, très justement célèbres. Mais, toute élégante et grâce, Gipsy reparaît sur un jour différent, dans un numéro moins connu : jongleuse en pyjama pailleté, avec une souplesse d’algue elle ondule au milieu des balles, et son saut final sur une main est une réussite que l’on ne peut oublier.

Melle Bouglione devenue Mme Gruus a su, avec la grâce et le talent qu'on lui connait, faire briller au fronton des chapiteaux par sa créativité et sa pugnacité deux grands noms du cirque français…mais c'est plus grande fierté ce sont à coup sûr ses enfants et ses petits-enfants, car Gipsy est aussi une grand-mère attentive et pédagogue.

Et en 2005 elle a fait paraître avec le concours de François Marillier aux Editions La Mirandole, un livre relatant de A à Z son aventure sur la piste, une autre manière de transmettre, ouvrage indispensable à tout gipsyphile...

commentaires

Jérôme Thomas, profession jongleur

Publié le 10 Février 2019 par cirk75 dans Jongleur

Né en 1963 à Anger, une mère enseignante et musicienne, un père ancien footballeur professionnel avant de devenir imprimeur, le jeune Jérôme est dans un premier temps attiré par le foot et le ballon rond. Mais en 1977 lors d’un stage de  jonglage, il va découvrir l’attrait des petites balles et cela va changer définitivement le cours de sa vie. Des heures dans sa chambre il va s’entraîner à jongler avec quatre balles, avec des torches enflammées, des diabolos, des massues, des boules de pétanque… ou avec des balles de tennis qu’il a bricolé et remplies d’eau ou de riz. En parallèle il se produit à la fête de fin d’année de son lycée, ou dans une pizzeria où il touchera son premier cachet.

Puis c’est l’école du  cirque d’Annie  Fratellini (voir blog10/06/2014) et Pierre Etaix (voir blog16/10/2016)  où il reçoit  l’enseignement d’Eddy Sosman, fils du  grand Pipo (voir blog10/10/2011)  qui avant de former un efficace duo  clownesque avec  Petit-Gougou (voir blog04/10/2015), avait été un solide jongleur professionnel.  En 1984 lors de la VII° édition du Festival Mondial du Cirque de Demain il remporte une médaille de Bronze.  Dans les coulisses il est même félicité par un Francis Brunn (1922- 2004)  un des grands maîtres en l’art de la jonglerie.  Jérôme Thomas est de 1984 à 1987 jongleur au cirque Fratellini,  puis fait un remplacement au Cirque Rancy. 

Jongleur formé pour le cirque et le cabaret, Jérôme Thomas va petit à petit intégrer dans son numéro la danse contemporaine mais aussi les techniques du théâtre (mise en scène, lumière, etc).  Insatiable il s’intéresse à la musique et notamment au jazz. Il va travailler avec de nombreux musiciens comme Bernard Lubat, Carlo Rizzo, Marc Perronne, Pascal Lloret, Alfred Spirli, Jacques Higelin…

De 1989 à 1991 il enseigne l’art du jonglage au Centre National des Arts du Cirque de Châlons-en-Champagne (voir blog02/05/2011). En 1990 il crée en collaboration avec le chorégraphe Hervé Diasnas, un spectacle solo de jonglerie d’une heure "Extraballe",  avec lequel il tournera  dans le monde, puis l’année suivante il enchaînera avec cette fois une création collective "Kulbuto".

En 1992 il fonde ARMO (Atelier de Recherche en Manipulation d'Objets). Puis l'année suivant il propose "Quipos",  en 95 "Hic-Hoc", en 96 "Amani Ya Bwana" avec la troupe kenyanne Jumbo Mambo, en 1998 il crée au Creusot "4", en 2000 c’est "IxBE", en 2001 "Le Cirque Lili', 3ème volet de la trilogie IxBE, en 2003 Milkday, en 2006 Rain Bow, arc après la pluie, en 2008 Libellule et Papillon !! et Sortilèges… comme on le voit c’est un créateur prolixe, jamais à court d’idées.

Côté reconnaissance Jérôme Thomas est nommé directeur artistique des Arts de la Jongle à l’Espace Chapiteaux du Parc de la Villette dans le cadre de l’Année du Cirque en 2001. En 2003 il reçoit le prix SACD pour les Arts du Cirque. Depuis 2005, il fait partie du Comité d’experts DRAC Bourgogne et depuis 2010, il est membre de la Commission des licences. En 2012, il a été membre du jury d’attribution des diplômes de DMA à l’Académie Fratellini et en 2014 au CNAC. Enfin il est élu en 2015 Administrateur délégué-Arts du Cirque à la SACD pour la seconde fois.

En 2010, un livre coédité par Actes Sud-Papiers et le C.N.A.C. et conçu par Jean-Gabriel Carasso et Jean-Claude Lallias lui est consacré. Un site http://www.jerome-thomas.fr/ lui est totalement dédié.

Aujourd’hui même si malgré son indéniable créativité, son approche de la jonglerie est parfois sujets à controverses. Pour certains Jérôme Thomas n’est ni plus ni moins que le père de jonglage contemporain et cubique en Europe. Pour d’autres ses productions mettent la technique trop en avant au détriment de l’émotion ce qui donnerait des spectacles froids.

Alors à chacun sa vérité comme disait Pirandello.

commentaires

Alexandra Bormann-Pauwels, le cirque dans la peau

Publié le 28 Janvier 2018 par cirk75 dans Jongleur

Véritable enfant de la balle, née en 1978 et fille de Marquis et Nelly Pauwels, Alexandra Bormann-Pauwels a de nombreuses cordes à son arc circassien; trapèze, rubans, rola rola. Elle  présente aussi avec élégance la cavalerie ou les exotiques et ne dédaigne pas non plus les tigres où la belle Alexandra dirige de main de maître une tigresse qui s’élance entre les jambes de son mari de dompteur qui, lui se tient en équilibre d’une main sur une canne,

Mais où elle excelle c'est au jonglage. Il faut dire qu'elle a été initiée à cette discipline dès 13 ans sous le chapiteau familial par son père. En 1995 elle participe au Festival du Cirque de Demain où elle obtient une Médaille d'argent (catégorie Avenir) en présentant un numéro composé en deux parties. La première, exécutée en équilibre sur une boule permettait à Alexandra de jongler avec des cerceaux puis elle enchaînait par un moment plus rapide avec des massues et des torches enflammées. Quelques années plus tard, elle va mettre au point un numéro qui fait d'elle la seule artiste de cirque féminine à jongler avec 9 cerceaux en équilibre sur une boule.

Aujourd’hui Alexandra Bormann-Pauwels tout sourire, énergie et bonne humeur vit à Paris avec son mari le dompteur Eric Moreno-Bormann et leurs 2 enfants Richard et Silvana à qui elle a transmis bien entendu le virus de la jonglerie. Grande collectionneuse de bronzes sur le cirque, elle adore créer et mettre en scène les numéros du cirque Bormann, mais n'oublie pas sa discipline favorite le jonglage.

commentaires

Françoise Rochais, de la canne de tambour-major aux twirling bâtons

Publié le 21 Janvier 2018 par cirk75 dans Jongleur

A 5 ans la petite Françoise débute sa prodigieuse carrière dans une troupe de majorettes aux Sables d’Olonne. Puis dès l’âge de 8 ans elle s’initie au joie du jonglage, discipline qui va devenir rapidement une véritable passion. A 10 ans, en vacances en Australie on remarque sa dextérité de jeune prodige et elle passe pour la première fois à la télévision. Puis à en 1989 à 15 ans sous la coupole du cirque d’hiver, elle décroche une Médaille d'argent du Festival du Cirque de l’Avenir. Une fois son bac en poche elle fait de sa passion son métier en proposant au Puy du Fou son propre spectacle. Enfin cerise sur le gâteau en 1995 à Las Vegas lors de la convention de "l'Association Internationale des Jongleurs", elle devient la deuxième femme championne du monde de jonglage (catégorie individuelle mixte) et n’oublions pas que son nom est inscrit au Guinness Book pour avoir jonglé avec sept bâtons en 2014.

Françoise Rochais explique son parcours

Quel impressionnant CV possède Françoise Rochais native de Ris-Orangis mais devenue depuis sablaise d’adoption. Et au gré de ses spectacles auxquels elle participe, seule ou avec son compagnon l’inénarrable Elastic (voir blog07/05/17) alliant grâce et charme combinés à ses compétences artistiques elle continue à marquer et éblouir les spectacles auxquels elle participe. En effet plutôt que de jongler comme bon nombre de ses collègues avec un type d’objets elle aime à dessein compliquer les choses. En toute simplicité elle jongle avec des objets de masse, de taille et de forme différentes que sont massues, ombrelles, anneaux, balles, raquette et bâtons, ce qui est évidemment beaucoup plus difficile.

Françoise Rochais s’est peu produite sur la piste d’un cirque français, on note toutefois en 1995 un mois de tournée avec le Cirque Arlette Gruss. Grande voyageuse elle a beaucoup investit l'Europe, l'Asie et les États-Unis, dans des galas, des cabarets ou lors de Festivals où elle est très souvent récompensée. Témoin le Prix du Président de la République qui lui a été décerné lors du dernier Festival International du Cirque de Massy (voir blog16/01/2017).  

Au Wintergarten de Berlin

Et si elle garde depuis ses debuts les mêmes bases techniques, son numéro évolue mais comprend toujours une touche de douceur saupoudrée d’un moment plus dynamique où elle semble se lâcher. Françoise Rochais a  non seulement un énorme talent mais elle a aussi un atout essentiel : sa féminité.

Son charme, son élégance, son dynamisme et sa performance laissent ébahis, et touchent le public en plein cœur !

 

Depuis quelques temps avec Elastic, elle est Francesca dans le spectacle "Momento!" où le pitre et la jongleuse marient leurs deux univers différents pour former un duo original et étincelant. Plus tard, quand elle aura posé ses valises définitivement elle envisage d'ouvrir une école de jonglage pour transmettre à d’autres sa pratique et son experience artistiques. Mais ça c’est pour plus tard.

Extrait de Momento avec Elastic

commentaires

Michael Ferreri, un jongleur recordman

Publié le 10 Octobre 2017 par cirk75 dans Jongleur

Il n’y a pas que les athlètes et les nageurs qui détiennent des records du monde. L'univers de la piste a aussi ses champion, témoin le jeune jongleur espagnol Michael Ferreri, déjà détenteur des records du plus grand nombre de jongles en une minute à 4, 5, 6 et  7 balles au-dessus de la tête, vendredi 6 octobre 2017 a réalisé un nouveau record sur la piste du cirque Knie à Lausanne. Le jongleur a réussi l'exploit de 352 jongles à six balles en une minute, surpassant de deux son précédent record. Pour cela il disposait de seulement cinq tentatives. Au final, il en a totalisé 352 lors de son… dernier essai et sous un chapiteau pratiquement vide.

Dernier point il reste encore au très officiel jury du "Guiness Book" à valider le record sur la base d’une vidéo de la performance réalisée à Lausanne, cela ne devrait être qu’une formalité

Ce fils de fil-de-fériste de 21 ans a aussi empoché de nombreuses distinctions lors de diverses manifestations circassiennes  auxquelles il a participé. Il obtenu notamment un  Junior d’Argent lors du 4ème Festival New Generation à Monte-Carlo, une Médaille de Bronze au 17 ans lors du  35ème festival du Cirque de Demain et, une Piste de Bronze au 24ème festival International du cirque de Massy.

En 2018 il sera invité du 18 au 28 janvier sous le prestigieux chapiteau de Fontvieille lors de 42ème édition du Festival de Monte-Carlo, gageons que ce sera pour lui une belle occasion de compléter son impressionnante collection de trophées.

commentaires

Francisco Tébar Honrubia alias "Picasso Jr" un as de la jonglerie (1969-2017)

Publié le 28 Septembre 2017 par cirk75 dans Jongleur

On a appris le 24 septembre 2017 le décès à 47 ans de Picasso Jr. l’un des plus brillants et fougueux jongleur de notre temps. Il était le fils du célèbre "El Gran Picaso", célèbre pour sa jonglerie avec des balles de ping-pong propulsées à l’aide de son souffle, technique dont il n’était pas l’inventeur et qui revient aux Balladini qui l’avaient mise au point dans les années 50.

Né à Madrid le 23 octobre 1969, de son vrai nom Francisco Tébar Honrubia, Picasso Jr. fait, dans un premier temps, de brillantes études d’économie à l’Université de Valence, et envisage même un moment d’exercer la carrière de footballeur. Il avait d’ailleurs joué en 3ème division avec le club de football de Valence. Mais bon sang ne saurait mentir et en 1993 décide de devenir comme son père jongleur.

Racé et élégant, il excellait dans l’art du jonglage. Grand spécialiste de la jonglerie buccale, il était aussi impressionnant lorsqu’il se lançait dans une course folle au milieu du public en expédiant tout en haut de la coupole du cirque ,une série d’assiettes qui lui revenaient comme par magie comme des boomerangs dans les mains.

Artiste d’une extrême gentillesse,  ayant un sens inné du spectacle en créant avec le public un contact immédiat, Picasso Jr. a exercé ses talents dans les cirques les plus prestigieux tels : Roncalli, Cirque d’hiver Bouglione, Ringling Barnum's, Krone, Knie,. Circo Carré, Cirque suédois Scott, Big Apple Circus... 

Récompensé par les plus grandes manifestations circassiennes, en 1997 il obtient une médaille de bronze au Festival Mondial du Cirque de Demain, en janvier 2015 une piste d'or au Festival International du cirque de Massy et, consécration suprême il reçoit un clown d'argent en 2002 au Festival International du Cirque de Monte-Carlo.

En 2007, l'Institut national des arts de la scène et de la musique du Ministère espagnol de la Culture lui remet le Prix national du cirque. En 2016, il reçoit le prix d'excellence par l'International Jugglers 'Association. Et en 2008, Picaso Jr. est inscrit dans le livre Guinness des records pour son jonglage avec 5 balles de tennis de table qu’il propulse à l’aide de sa bouche.

Fervent supporter de Atletico de Madrid, artiste très apprécié de ses pairs et reconnu par la profession, le monde de la piste vient de perdre l'une de ses plus brillantes étoiles.

commentaires

Italo Medini, le jongleur atomique (1924-2015)

Publié le 13 Octobre 2016 par cirk75 dans Jongleur

Né à Orléans le 9 Juin 1922, lors d’une tournée du cirque Rancy (voir blog22/09/2011) - comme son frère jumeau Franco décédé le 23 février 2014 - dans une célèbre famille de cirque, père Carlo Medini issu d’une vieille famille circassienne italienne, mère Anna Périé, fille de Pierre Périé, propriétaire d'un cirque voyageur très apprécié avant la Seconde Guerre mondiale (voir blog28/11/2011).

C’est dès 3 ans qu’Italo Medini entre en piste en mini clown blanc. Polyvalent, il travaille avec la troupe familiale mais impressionné par le légendaire Enrico Rastelli (voir blog29/05/2011) qu’il voit lors d’un spectacle à Medrano en 1931, il se spécialise dans le jonglage et à neuf ans, Italo Medini était déjà un jongleur accompli, et l'année suivante, en 1934, il a fait ses premiers pas de jongleurs à Londres, lors d’un engagement de la famille à l’Empire de Leicester Square. L’année suivante en 1935 son talent précoce, il est âgé de 11 ans, impressionne le public français dans la pantomime "La reine de la Sierra" (voir blog03/09/2011) donnée au Cirque d’hiver de Paris.

Quelques années plus tard, au Scala de Berlin, il jongle avec neuf anneaux tout en faisant tourner autour de sa cheville un dixième et en tenant en équilibre sur son front un ballon au bout d’un bâton. Dès lors sa carrière prend une autre dimension et il est réclamé partout dans le monde sur les pistes et les scènes les plus prestigieuses et participe dans les années 50 à la tournée en U.R.S.S. présentant les meilleurs artistes du cirque français.

Retiré des projecteurs Italo Medini entame sa seconde carrière professeur, dans un premier temps au Centre National des Arts du Cirque à Chalon-en- Champagne (voir blog10/11/2015) puis à l’école nationale Annie Fratellini (voir blog10/06/2014). Avec son épouse Josiane, contorsionniste, ils créent en septembre 1994 une école de cirque à Fontenay sous-bois.

Décédé en avril 2015 à l'âge de 93 ans. Italo Medini, médaille de bronze du Ministère de la Jeunesse et des Sports, un des grands jongleurs du XX° siècle, que l'on nommait la jongleur atomique, et reste pour beaucoup un égal d’Enrico Rastelli c’est tout dire.

commentaires

Enrico Rastelli 1886-1931

Publié le 29 Mai 2011 par cirk75gmkg dans Jongleur

 

rastelli.jpgEnrico Rastelli né en 19 Décembre 1886 en Russie et décédé en Italie le 13 décembre 1931 est reconnu comme un jongleur prodige et un des meilleurs de tous les temps.

Enrico-Rastelli.jpgEnfant de la balle il reçoit une solide formation comprenant non seulement le jonglage mais aussi l’acrobatie, le trapèze, l’équitation et la danse avec comme professeur le père de Nijinsky. Se produisant au départ en Russie, il s’impose au début des années 20 comme un artiste exceptionnel. Il est connu pour avoir jonglé avec 10 balles, 8 bâtons (petites massues) et 8 assiettes.

nonplus.jpgIl est l’un des premiers jongleurs à utiliser un ballon de football et de grosses balles en plastique pour ses équilibres. De plus Rastelli manifestait un sens aigu du spectacle et il étoffait son numéro, au demeurant fort long, d’inventions acrobatiques qui lui donnaient du pittoresque et de la vie. Ainsi il imaginait des rythmes invraisemblables faisant travailler tout son corps. Par exemple il sautait d’un pied à la corde, de l’autre il faisait tourner un anneau tandis qu’il jonglait avec 6 assiettes et que de la tête, il jonglait avec 2 ballons.

 

 

commentaires