Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le bloc-notes de cirk75

Depuis 2010, Chronique au fil du temps et de la mémoire d'un circophile amateur

Articles avec #exposition catégorie

Pour celles et ceux qui aiment les concours

Publié le 5 Décembre 2018 par cirk75 dans exposition

 

Alors amis maquettistes à vous de Jouer!

 

commentaires

Le Picasso-Circus au Musée d’Orsay, le temps d’un week-end

Publié le 29 Septembre 2018 par cirk75 dans Art, exposition

Pour celles qui aiment les arts de la piste et les beaux arts, et dans le cadre de l’exposition Picasso Bleu et rose, le temps d’une dominicale les samedi 13 et dimanche 14 octobre 2018, le Musée d’Orsay va se transformer de 14h à 22h en cirque. Ainsi tout au long des deux journées, petits et grands pourront s’initier à des numéros de cirque, assister à des démonstrations, rencontrer des artistes, écouter des conférences ou se laisser guider dans l’exposition.

Au cours de ces 2 jours, on pourra seul son humeur et ses envies:

     - Parades dans la nef avec l’Académie Fratellini, à 14h, 16h, 18h,

     - Dans la grande allée, Antonino Mollica et ses musiciens, jongleurs, acrobates et funambules déambuleront et nous feront redécouvrir les chefs-d’œuvre de la collection.

     - Cirque éphémère avec l’Académie Fratellini et la Cie Bal Salle des fêtes, à 15h et 16h30

     - Ciné-concert à 15h  et du film muet de Charlie Chaplin, Le Cirque (voir blog13/0/12) accompagnée au piano par Axel Nouveau, le pianiste du Louxor

     - Atelier Tour de piste avec l’Académie Fratellini à 14h, 15h30, 17h

     - Atelier 50 nuances de bleu et rose, de 14h à 18h

Plusieurs rencontres sont aussi prévues ;

     - Samedi 13 octobre à 15h : Picasso et les Saltimbanques avec Peter Read, historien d’art et Professeur à l’Université de Canterbury,

     - Samedi 13 octobre à 17h : Il était une fois le Cirque avec Pascal Jacob, historien du cirque,

     - dimanche 14 octobre à 17h : Rencontre avec les commissaires de l’exposition Picasso Bleu et Rose,

    - Visite Des Saltimbanques à la mort d’Arlequin, samedi et dimanche à 14h30 (Inscriptions obligatoires au comptoir d’accueil) ;

   -Visite Ballades de Picasso en compagnie des artistes de la butte Montmartre, samedi et dimanche à 15h30 et 17h30 (Inscriptions obligatoires au comptoir d’accueil)

   -Visite Paris est une fête, samedi et dimanche à 16h30 (Inscriptions obligatoires au comptoir d’accueil)

Tout le week-end, les apprentis de l'Académie Fratellini réaliseront des numéros de cirque dans la grande nef, et initieront les petits au jonglage et nous guideront dans l'exposition Picasso.

Et en soirée, dans le cadre grandiose de la nef d’Orsay Elizabeth Streb et Stéphane Ricordel, deux artistes ayant repoussé les limites physiques du cirque en défiant la loi de la gravité, proposent des performances spectaculaires.

          "Spectacle Picasso Circus" de Stéphane Ricordel, samedi et dimanche à 19h30. Suspendues par les cheveux, Sanja Kosonen & Elice Abonce Muhonen donnent un spectacle exceptionnel dans les airs. Un incroyable moment à vivre grâce à Stéphane Ricordel, le directeur artistique du week-end qui a convié ces deux femmes !

         "Passages" d’Elizabeth Streb, samedi et dimanche à 21h, « Passages fournit une toile tridimensionnelle, permettant à STREB d’explorer des idées physiques et visuelles, des cadres de référence et des angles de vue ainsi qu’une idée sonore du rythme. Le défi que je me suis imposé, ainsi qu’à ma compagnie d’Action Engineers, est d’explorer comment je peux contourner ce que chacune de ces œuvres pourrait provoquer chez un spectateur, ce que Picasso voyait en réalisant ses peintures. Evoquer et provoquer un sentiment qui se dérobe dans la nuit.», Elizabeth Streb

commentaires

Où en est-on de l’espace Pinderland ?

Publié le 23 Mai 2018 par cirk75 dans Bâtiments, exposition

Il y 4 ans le parc dédié au cirque autrement Pinderland (voir blog09/04/14) semblait sur le pont d'ouvrir.  Mais force est constaté qu'il est encore en gestation.  Gilbert Edelstein (voir blog13/05/18) dans une interview publiée le 19 mai dans le journal "La République de Seine et Marne" relance ce vieux projet,  sorte de serpent de mer, qui ressort périodiquement depuis 1997. Petit rappel sur 120 hectares, Pinderland serait situé à Perthes-en-Gâtinais petite commune de 2 000 habitants, près de Melun. Avec deux centres commerciaux (Carrefour et Leclerc) dans un rayon de 1,5 km, qui drainent 32 millions de clients par an, Gilbert Edelstein table sur plus d'un million de visiteurs, et la création de 400 emplois.

Au programme du Pinderland une ménagerie sorte de maison de retraite pour les animaux du cirque, un musée dédié aux cirques Pinder et Jean-Richard  ainsi qu'une école de cirque. Cette dernière devrait former aussi bien des artistes que des techniciens et devrait comprendre non seulement des ateliers de jonglerie, d’équilibre sur boule, sur rolla-bolla, acrobatie au sol… mais former aussi des techniciens, des mécaniciens, des monteurs...

Après la SPA qui s'oppose à ce projet allant selon cette association à l'encontre de toutes les démarches actuelles en faveur des animaux sauvages, les coups de frein au projet continuent, selon Gilbert Edelstein, . "On m’a refusé un branchement, je suis obligé de mettre de ma poche et d’installer un groupe électrogène pour chauffer les membres de mon équipe. Mais de toute façon, bâtons dans les roues ou pas, le projet se fera, aujourd’hui, j’ai l’autorisation du Département ", conclut le fougueux propriétaire du site.

Mais ce parc semblait depuis plusieurs années en stand-by, suite à un contentieux entre la municipalité et le patron du cirque Pinder. En effet le maire de Perthes-en-Gâtinais estimait que le projet devait être davantage cadré. Pour l’élu, Pinderland n’est pas en adéquation avec la révision du plan local d’urbanisme. Un recours auprès du tribunal administratif a été demandé par Gilbert Edestein. Dans sa décision le tribunal demande à Pinder de ne pas prévoir de constructions en dur.

Comme on le voit Pinderland n’est pas encore né.

Ce parc d’attractions dédié aux activités du cirque sortira-t-il un jour de terre ?

Attendons le prochain épisode, alors à suivre…

commentaires

“L’art fait son cirque”, jusqu’au 10 novembre 2018 à Bourgoin-Jallieu

Publié le 21 Mai 2018 par cirk75 dans exposition

Le Musée de Bourgoin-Jallieu propose une exposition consacrée au cirque....à l'occasion de la biennale du cirque porté par le Théâtre du Vellein et la CAPI. Cette rétrospective de la peinture à la photographie en passant par la sculpture, le dessin, la gravure, le costume ou la vidéo, permet de découvrir les regards bienveillants et curieux des artistes plasticiens qui ont à différentes époques, porté sur l’univers circassien, ses personnages, ses pistes, ses chapiteaux...

Dans cette exposition visible tout cet été dans cette cité iséroise sont présentées des œuvres issues des plus grands musées de France - Musée d’Orsay, Centre Pompidou, Mucem (voir blog06/06/13) - pour ne citer que les plus célèbres ainsi que des œuvres provenant de collections privées, composent cet événement, où on découvre les différences d’interprétation que peuvent avoir les artistes sur le spectacle de cirque.

L’équipe qui a réalisé l’exposition permet notamment à deux artistes français de se répondre. Il s’agit du peintre et sculpteur d'origine polonaise Thomas Gleb (1912-1991) et du peintre et graveur  Georges Rouault (1871-1958).  Si, chez le premier l’agilité des corps, et le mouvement, sont  largement mis en lumière. Par contre chez le second, pour qui le cirque représentait la misère humaine, le clown omniprésent, est toujours sombre voire pathétique. L’exposition montre aussi qu’au XIXe et XXe siècle, la littérature, (les frères Goncourt, Baudelaire…) la mode (le carré “Cirque Molier” d’Hermès) mais aussi la danse (“Le Grand Cirque” de l’auteur-compositeur Aram Khatchatourian)  s’approprièrent  le cirque comme source d’inspiration.

En revanche de nos jours les artistes plasticiens paraissent se désintéressent de ce type de spectacle qui se donne dans un cercle avec des animaux et aujourd’hui, par un étonnant retour de situation,  ce sont plutôt les circassiens qui intègrent la création plastique à leur propre spectacle.

Cet été sur la route des vacances un petit arrêt à Bourgoin-Jallieu s’impose d’autant plus que cette exposition est gratuite.

commentaires

Les journées du patrimoines 2016

Publié le 17 Septembre 2016 par cirk75 dans exposition

La France est à l'origine des Journées européennes du patrimoine, en lançant en 1984 par le ministère de la Culture, la Journée Portes ouvertes dans les monuments historiques. Suite au succès rencontré, dès l'année suivante, de nombreux pays européens emboîtent le pas à la France et le Conseil de l’Europe officialise en 1991 les Journées européennes du patrimoine. Aujourd’hui 50 pays en Europe organisent les Journées européennes du patrimoine.

Ces journées sont également un moment privilégié permettant aux Français de visiter leur patrimoine national, monuments, églises, théâtres, châteaux, mais aussi quelques cirques, comme ceux d’Elbeuf, Châlons-en-Champagne ou Bagneux. Il est dommage qu’à Paris dans le XI° arrondissement on ne puisse pas visiter le plus ancien cirque du monde : le Cirque d’hiver Bouglione.

Visite guidée du Cirque-Théâtre d’Elbeuf (voir blog08/02/2015) par une guide conférencière Ville et Pays d'art et d'histoire de ce rare témoin de l'architecture des cirques en dur, réhabilité en 2008, le dimanche 18 septembre de 14h30 à 15h30

Le Centre national des arts du cirque (voir blog02/05/2011) ouvre ses portes à l'occasion des Journées du Patrimoine et une visite guidée du cirque historique de Châlons-en-Champagne, aura lieu les samedi 20 & dimanche 21 septembre, de 14h00 à 17h30. Les équipes du CNAC invitent le public à découvrir, lors de visites guidées, son Centre de ressources ainsi que les salles historiques que sont la piste du cirque et l'annexe dénommée aujourd'hui le "gymnase" (anciennes écuries). Des entraînements libres d'étudiants auront lieu pendant ces deux après-midi.

Ce sera aussi l’occasion de visiter à Bagneux dans la région parisienne les nouveaux espaces du plus petit cirque du monde (voir blog27/01/2016) et leur architecture audacieuse inscrite au programme de cette manifestation européenne. Les architectes du bâtiment, Loïc Julienne et Denis Favret (atelier Construire) seront présents pour faire visiter et expliquer leur réalisation. A noter qu’un hommage sera rendu à Jacques Forget (père du président de l’association) sous la forme d’une performance live : une girouette en fer forgé dessinée par lui sera placée au sommet du chapiteau en direct par des cordistes professionnels.

Les amateurs d'architectures et de cirque ne sont pas vraiment gâtes, car bien d'autres bâtiments circassiens ne feront pas ouverts, espérons que c'est partie remise pour l'année prochaine.

#journéespatrimoinescirque

commentaires

Que faire ce week end ?

Publié le 18 Juin 2016 par cirk75 dans exposition

Pour le cinéphiles circassiens et les circassiens cinéphiles, le Musée du cirque de Vatan (voir blog21/05/2011) situé dans le département de l'Indre, suite au succès remporté en 2015, propose jusqu'à la fin de l"année une seconde exposition et entièrement renouvelée sur le thème "Le Cinéma au Cirque" toujours r>éalisée en partenariat avec le musée de la Photographie de Graçay ce qui permet de présenter du matériel de prises de vues et de projections.

Une salle de projection permet de visionner, en continu, sur grand écran, des films qui ont fait la promotion du cirque.

La visite du musée offre, en plus de la salle d'exposition, sept salles thématiques, où les maquettes de cirque, les costumes, les objets, les accessoires et documents rares.

En 2015, pour sa 23° année d'ouverture, le musée du Cirque a accueilli 4.000 visiteurs, issus de soixante-quinze départements de métropole et trois d'outre-mer, sans oublier les visiteurs étrangers de dix pays différents.>

Une étape indispensable pour tout amateur de cirque qui se respecte.

#muséecirquevatan

commentaires

Un Musée totalement dédié à Chaplin et à son œuvre cinématographique

Publié le 17 Avril 2016 par cirk75 dans Cinéma, exposition

"Chaplin’s word by Grévin", tel est le nom du musée Chaplin qui ouvre ses portes au public aujourd’hui à 10h00. La veille, le samedi l’inauguration officielle coïncidait avec l’anniversaire de la naissance de Charlie Chaplin, qui a vu le jour le 16 avril 1889 à Londres. Le Domaine de Ban, situé à Corsier-sur-Vevey, lieu de résidence de Charlie Chaplin et de sa famille durant les vingt-cinq dernières années de sa vie comprend, une maison de maître, un studio cinématographique tout neuf, et un grand parc de 6 hectares. Ce sont les trois espaces dans lesquels le public flânera pour "toucher des yeux" ce que fut la vie personnelle et familiale de Charlie Chaplin un des génies du septième art qui a vécu dans ces lieux de 1952 à 1977. Pour séduire chaque année entre 250 000 et 300 000 visiteurs la société Grévin, filiale de la Compagnie des Alpes gestionnaire des lieux a dû investir 55 millions d’Euros.

Au cœur du Domaine de Ban, le visiteur devient ainsi l’invité de celui qui a reçu les plus grandes célébrités de son époque et le studio hollywoodien offrira au spectateur une immersion passionnante et ludique à la rencontre de Charlot et de Chaplin. A travers les ruelles de son enfance londonienne et les décors mythiques de ses films les plus emblématiques, le spectateur découvrira ou redécouvrira l’immense œuvre de Charlie Chaplin, grand amateur de cirque et auteur du film nommé Le Cirque (voir blog03/07/2012)

Pour plus d’information voir le site : http://www.chaplinsworld.com/

#muséechaplin

commentaires

Bientôt un musée innovant dédié au cirque Arlette Gruss

Publié le 23 Septembre 2015 par cirk75 dans exposition

Un musée consacré au cirque Arlette Gruss porté par Aby Gaëlle, également présidente de l’association "Le rêve de Norinia", doit voir le jour dans la Sarthe en région Pays de la Loire, à La Fontaine-Saint-Martin village peuplé de 617 habitants et lieu où depuis 15 ans ce cirque prend ses quartiers d'hiver. Consacré à l’histoire du cirque Gruss à travers les années, ce musée prendrait corps dans un bâtiment d’environ 2 500 m². On trouverait outre une salle de conférence, un musée, une boutique, une salle pour s’essayer aux arts du cirque… Le musée abriterait les costumes, décors, affiches, programmes, matériels, avec un accès à toutes formes de handicaps, notamment via la langue des signes, le braille, et l’audiodescription.

En plus de la partie musée, on trouvera aussi un Scénovision sur le thème du cirque à travers les temps ou la petite histoire de la Famille Gruss dans la grande histoire du cirque. Le Scénovision, permettra aux visiteurs de devenir "spectateurs" grâce à des projections en relief, aux décors, à l'odorama, etc. Spectacle original où se mêleront la lumière, le son, les effets spéciaux.

Véritable projet de développement territorial, par son côté innovant et culturel, ce projet permettra aussi au grand public de mieux faire connaître les remises et autres endroits des quartiers d'hiver du Cirque Arlette Gruss.

commentaires

Le Musée du Cirque Medrano de Paris

Publié le 22 Juin 2015 par cirk75 dans Cirques d'hier, exposition

A la demande de Jérôme Medrano (voir blog16/10/2011) Maître Maurice Thomas-Moret, notaire de profession et grand collectionneur en arts de la piste (voir blog28/03/2013) avait rassemblé en 1932 de sa collection personnelle des tableaux, des gravures, des photos, des affiches, des documents concernant le cirque, ses artistes et leur histoire dans une salle spécialement aménagée dans le cirque du bd. Rochechouart à Paris. Ce musée, dont l’ouverture se fit un mardi 18 avril 1933, devait proposer des expositions à thème dont une des premières, se rapportait aux Ménageries réunissant non seulement des documents picturaux et littéraires sur l’histoire du dressage avec aussi de très nombreux documents et très intéressants panoramas des jardins et parcs zoologiques et de présentation des animaux au cirque.

 

Ce musée souleva même l’intérêt de M. Emile Bollaert le Directeur Général des Beaux-Arts qui lors de sa visite à inaugura le Livre d’Or en y écrivant : « En ouvrant cet album, je suis particulièrement heureux de rendre hommage au cirque en général, au Cirque Medrano en particulier, et aux artistes qui l’ont illustré ».

 

Pour la seconde saison, le Musée Medrano proposera la collection d’un autre érudit et collectionneur averti en matière de cirque, M. Paul Prouté, célèbre galeriste installée rue de Seine à Paris, sur le thème « Le cirque et les spectacles forains ».

Jérôme Medrano, était non seulement un grand directeur de cirque, mais il savait aussi dépasser le cadre strict du spectacle en étant non seulement à l’origine de ce musée, mais aussi d’une radio : « Radio Medrano » qui diffusait chaque lundi soir de 20h30 à 21h00 sur radio L-L et Radio Toulouse d’un studio situé dans le cirque une chronique circassienne et d’un Club des Amis de Medrano dont l’objet était d’offrir au jeune public des leçons de culture physique, d’équitation voire de danse. En quelque sorte une école du cirque avant l’heure.

commentaires

L’Hôtel Salé, Picasso, le cirque etc…

Publié le 13 Décembre 2014 par cirk75 dans Art, exposition

Nous avons déjà évoqué le rôle important du cirque au début du XX° siècle comme thème auprès de certains peintres comme Bernard Buffet (voir blog18/03/2011), Marc Chagall (voir blog16/03/2011), Fernand Leger (voir blog19/03/2011), Picasso (voir blog20/03/2011), Toulouse-Lautrec (voir blog18/03/2011)… Avec dernièrement la réouverture du Musée Picasso c’est au aussi un pan de l’histoire du cirque qui revient à la mémoire mais qui paradoxalement est peu relatée, et fait l’objet du bloc-notes de ce jour.

 

A l’origine le bâtiment qui abrite le Musée Picasso à Paris s’appelait l’Hôtel Salé, clin d’œil pour rappeler que le 1er propriétaire, Aubert seigneur de Fontenay était fermier des gabelles autrement dit chargé de collecter l’impôt sur le sel. Après de nombreux changements de propriétaires, la Ville de Paris en 1964 acquiert ce bien passablement délabré. Ce n’est qu’en 1968 qu’il est classé à l’inventaire des monuments historiques quant aux premiers travaux de restauration du bâtiment ils s’étenderont sur dix années (1974 – 1984). C’est lors de cette même décennie qu’est né dans un entrepôt de ferraille du Marais le Carré Thorigny, chère à Silvia Monfort (voir blog23/06/2012). En 1974 pour commémorer le bicentenaire de l’arrivée à Paris d’Astley (voir blog11/02/2011) cette grande dame du théâtre et de la culture décide d’organiser une exposition ayant pour thème le cirque. Puis devant le succès de cette manifestation elle cherche à prolonger cette manifestation en reconstituant un spectacle comme du temps de l’Astley’s Royal Amphitheatre of Arts, autrement dit du Cirque à l’ancienne. Et c’est ainsi qu’elle fait appel à la famille Gruss, une des plus anciennes familles circassiennes (voir blog13/112010) pour produire ce spectacle qui sera donné pendant 140 jours dans la cour de l’hôtel Salé, lieu où est planté le chapiteau.

Très curieusement rien n’indique que l’Hôtel Salé a été le témoin du début de l’histoire du Cirque National Alexis Gruss, dont l’acte de naissance est le 25 mai 1974, jour de la première du spectacle donné dans la cour de ce bâtiment devenu depuis Musée Picasso. Aucune des œuvres de ce peintre exposées sis à Paris au 5 rue de Thorigny n’évoque les arts de la piste. A la réflexion il y a bien un bronze de 1905 nommé ”le Fou“ dont la genèse témoigne de l’inclination de Picasso pour le spectacle circassien. Cette sculpture une des plus célèbres de Picasso, est mentionnée dans la plupart des ouvrages sur la sculpture du XXe siècle. Elle représente la tête d’un bouffon au sourire équivoque au coin des lèvres, coiffé d’une couronne grotesque et d’un bonnet pointu. Le visage est fin et le bonnet et la couronne jaillissent de la tête comme une fleur. Pour la petite histoire Picasso l’entreprit, en rentrant d’une de ses soirées mémorables passées au cirque Medrano (voir blog07/04/2011) avec comme modèle son ami le poète Max Jacob. Le lendemain, il reprit son travail, modifia la tête en ajoutant un bonnet pour en faire celle d’un pitre, seul le bas du visage rappelle celui du poète.

Alors ami visiteur du Musée Picasso rappelle-toi en foulant la cour en hémicycle que tu entres dans un lieu où est écrit aussi l’histoire du cirque français.

L’Hôtel Salé, Picasso, le cirque etc…
commentaires
<< < 1 2 3 4 > >>