Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le bloc-notes de cirk75

Depuis 2010, Chronique au fil du temps et de la mémoire d'un circophile amateur

Articles avec #cirques d'hier catégorie

Quelques visuels du Cirque d'Hiver, époque Gaston Desprez

Publié le 24 Février 2016 par cirk75 dans Cirques d'hier

Quelques visuels du Cirque d'Hiver, époque Gaston Desprez

Certains visuels de spectacles parisiens ou de tournée entre 1924 et 1933...

#cirquedhiver

commentaires

10 précisions concernant le film "Chocolat"

Publié le 4 Février 2016 par cirk75 dans Cirques d'hier

10 précisions concernant le film "Chocolat"

Comme le reconnaît bien volontiers le réalisateur Roschdy Zem, pour les besoins de son film sorte d’allégorie morale décryptant le racisme d’une époque afin de mieux évoquer celui qui sévit aujourd’hui, il a dû prendre quelques libertés à la véritable histoire de Rafaël dit Chocolat. Mais sans pour autant dénigrer un tel choix artistique, l’hebdomadaire "Jeune-Afrique" en s’appuyant sur la biographie écrite par l’historien Gérard Noiriel, "Chocolat, la véritable histoire d’un homme sans nom", a essayé de séparer le bon grain de l’ivraie dans le scénario signé Cyril Gély, autrement indiquer ce qui est inexacte dans cette oeuvre cinématographique.

1 Vrai, Chocolat était bien originaire de Cuba où sa famille eut à subir l’esclavage. En absence d’état civil, Rafaël serait né entre 1865 et 1868 dans une famille d’esclaves. Il aurait ensuite été vendu sur le port de Bilbao à un riche exploitant espagnol qui l’aurait emmené comme domestique pour sa famille dans la ville de Sopuerta.

2 Faux, le cirque Delvaux n’a jamais existé. C’est Tony Greace un clown d’origine britannique qui rencontre Rafaël dans la région de Bilbao et qui l’embauche alors qu’il fuit la maison de son maître pour échapper aux mauvais traitements qu'il subissait. Déjà, en tant que cascadeur, Rafaël encaissait des coups sans pouvoir y répondre et une fois sorti de piste, il devenait le domestique de l'épouse de Tony Greace.

3 Faux, le clown Footit n’est jamais venu chercher Chocolat pour former avec lui un duo. C'est en effet à Paris à la fin des années 1880 emmené par Tony Greace, que Chocolat connut immédiatement un succès phénoménal, d’abord avec Tony Greace, puis au Nouveau Cirque dans la pantomime "La noce de Chocolat" (voir blog18/06/2015). Au même moment, le britannique Foottit faisait aussi des débuts fracassants. Et c'est à l’initiative d’Henri Agoust, le régisseur du Nouveau Cirque (voir blog08/12/2010) que l'idée de ce duo germera dans les esprits en 1888.

4 Faux, Rafaël ne bénéficia jamais d’un état civil en bonne et due forme et ne fut jamais arrêté pour cela. La seule affaire judiciaire le concernant est évoquée aussi dans le film. Un jour en 1887, la rivalité entre les écuyers et les clowns du Nouveau Cirque dégénéra. Tony Greace et deux autres prévenus, un Italien et un "on-ne-sait pas quoi" selon la presse furent poursuivis pour coups et blessures. Cet "on-ne-sait pas quoi" était en réalité Chocolat qui, avec Antonio (un Portugais et non un Italien…) se chargea de défendre Tony Greace. L’affaire se termina par un non-lieu.

5 Faux, c'est à cette époque qu'il rencontre la femme de sa vie, une secrétaire d'origine picarde, Marie Hecquet (épouse Grimaldi) qui a déjà 2 enfants, Eugène et Suzanne. Pour les besoins du film, Roschdy Zem en a fait une infirmière, afin de mieux coller avec l’implication que Chocolat a dans les hôpitaux de Paris auprès des enfants malades.

Par ailleurs, Chocolat élèvera les enfants de Marie Hecquet comme les siens. Ils devinrent des artistes de cirque, et Eugène se fera connaître sous le nom de "Chocolat fils" ou "Tablette".

6 Vrai, alors que le cinéma en était à ses balbutiements, Foottit et Chocolat furent bien filmés par les frères Lumières, comme le montre le court métrage présenté à la fin du film (voir blog03/02/2016) . Ils furent aussi les vedettes d’Emile Reynaud, l’inventeur du "praxinoscope", un appareil optique donnant l'illusion du mouvement. Cepandant les images des bandes interchangeables disposées à l'intérieur d'un tambour tournant autour d'un axe, ont malheureusement été détruites et introuvables.

7 Faux, Roschdy Zem a choisi de rapprocher deux épisodes distincts de la vie de Rafaël pour les besoins de son allégorie. Si Chocolat fut bien en 1894 le premier acteur noir à interpréter Othello en France, une parodie de l’opéra que Verdi avait tiré de la pièce de Shakespeare, avec une scène finale mimée par Chocolat et une écuyère dans le rôle de Desdémone, il connut plus tard, en décembre 1911 et sur la scène du théâtre Antoine, un échec théâtral retentissant dans une pièce d’Edmond Guiraud, "Moïse". En effet totalement analphabète, Chocolat fut incapable d’apprendre son texte, et il fut descendu par la critique.

8 Faux, Footit et Chocolat ne furent jamais amis. La réalité ne fut pas celle d’un duo fondé sur une amitié profonde. Foottit, personnage égocentrique et dépressif, avait du mal à accepter l’importance prise par Chocolat dans leur duo et sans lequel le succès l’aurait vite abandonné. S’il était contraint de jouer avec lui et de faire une bonne figure, il ne ratait jamais une occasion, notamment dans la presse, de rabaisser son talent.

9 Faux, Chocolat ne mourut pas dans un cirque comme simple balayeur, mais comme clown, au sein du cirque Rancy où il partageait la piste avec les fils de Foottit. Son fils adoptif, Eugène, avec qui il avait formé le duo "Tablette & Chocolat", connaîtra lui aussi un certain succès dans le monde circassien.

10 Faux, le nom Rafaël Padilla que porte Chocolat n’est pas certain. Selon Gérard Noiriel, plusieurs hypothèses ont cours concernant le vrai nom de cet artiste. En revanche son prénom, Rafaël, est à peu près sûr, par contre pour son nom on l’a affublé de plusieurs patronymes comme de Leïos, Patodos ou Padilla, ce dernier pouvant faire référence au nom de la femme de son ancien maître espagnol.

#leclownchocolat

commentaires

Sabine Rancy (1929-2010)

Publié le 17 Décembre 2015 par cirk75 dans Cirques d'hier

Sabine Rancy (1929-2010)

Née dans la banlieue de Marseille, le 13 octobre 1929 Sabine Rancy est l’héritière d’une des plus prestigieuses dynasties de l’histoire mondiale du cirque : arrière-petite-fille de Théodore Rancy (voir blog22/09/2011), petite fille de Napoléon Rancy et fille d’Henry Rancy, elle est aussi alliée aux Price, Houcke et Loyal.

Apres avoir reçu une éducation classique, Sabine Rancy apprend la danse, la musique et dans l’établissement de ses parents acquiert tout ce qu'il faut connaître pour administrer et gérer un cirque. Et c’est tout naturellement dans le cirque familial qu’elle débute la chambrière en main, pour présenter dans un premier temps des poneys, puis des chevaux.

Sabine Rancy (1929-2010)

Son mariage en 1950 avec Dany Renz (voir blog17/06/2012) - écuyer hors normes et, non issu du Cirque mais qui, à force de courage et de volonté, s'impose en peu de temps comme l'un des plus grands de son époque, et même au-delà - reste encore à ce jour un événement mondain pour le monde du cirque. En 1963, Sabine succède à son père à la tête du cirque familial. Ce dernier devient un cirque voyageur et jusqu’à sa disparition en 1978, sur les routes italiennes, propose à son public des spectacles renouvelés et originaux dans lesquel on applaudira des attractions renommées comme Dieter Farrell, Pio Nock (voir blog20/05/2015), les Clerans (voir blog24/03/2011) ou Borra le pickpocket.

Sabine Rancy (1929-2010)

Malheureusement le 17 juin 1972, alors que le cirque est à Issoire, Chiquita, une des éléphantes blesse mortellement Dany Renz. Dès lors le destin du cirque bascule et Sabine Rancy reste seule pour diriger l’entreprise à une époque où les difficultés s’accumulent. Remariée avec Aly Larible, elle effectue encore quelques tournées mais la crise qui frappe les cirques à cette époque provoque l’arrêt définitif du chapiteau. Une association avec James Carrington ne durera que quelques mois et Sabine Rancy se retirera définitivement à Velletri en Italie, près de Rome dans la propriété des Larible, où elle décédera un 23 juin 2010.

Sabine Rancy une grande écuyère dont le parcours a été fracassée par la mort de son mari Dany Renz.

Sabine Rancy (1929-2010)

Un livre écrit par le docteur Frédéric Denys (voir blog21/09/2011) relate avec force et détails l’histoire du cirque Sabine Rancy, ouvrage indispensable pour tout admirateur des Rancy, famille circassienne malheureusement un peu oublié aujourd’hui.

Sabine Rancy (1929-2010)
Sabine Rancy (1929-2010)
Sabine Rancy (1929-2010)
commentaires

Le Musée du Cirque Medrano de Paris

Publié le 22 Juin 2015 par cirk75 dans Cirques d'hier, exposition

A la demande de Jérôme Medrano (voir blog16/10/2011) Maître Maurice Thomas-Moret, notaire de profession et grand collectionneur en arts de la piste (voir blog28/03/2013) avait rassemblé en 1932 de sa collection personnelle des tableaux, des gravures, des photos, des affiches, des documents concernant le cirque, ses artistes et leur histoire dans une salle spécialement aménagée dans le cirque du bd. Rochechouart à Paris. Ce musée, dont l’ouverture se fit un mardi 18 avril 1933, devait proposer des expositions à thème dont une des premières, se rapportait aux Ménageries réunissant non seulement des documents picturaux et littéraires sur l’histoire du dressage avec aussi de très nombreux documents et très intéressants panoramas des jardins et parcs zoologiques et de présentation des animaux au cirque.

 

Ce musée souleva même l’intérêt de M. Emile Bollaert le Directeur Général des Beaux-Arts qui lors de sa visite à inaugura le Livre d’Or en y écrivant : « En ouvrant cet album, je suis particulièrement heureux de rendre hommage au cirque en général, au Cirque Medrano en particulier, et aux artistes qui l’ont illustré ».

 

Pour la seconde saison, le Musée Medrano proposera la collection d’un autre érudit et collectionneur averti en matière de cirque, M. Paul Prouté, célèbre galeriste installée rue de Seine à Paris, sur le thème « Le cirque et les spectacles forains ».

Jérôme Medrano, était non seulement un grand directeur de cirque, mais il savait aussi dépasser le cadre strict du spectacle en étant non seulement à l’origine de ce musée, mais aussi d’une radio : « Radio Medrano » qui diffusait chaque lundi soir de 20h30 à 21h00 sur radio L-L et Radio Toulouse d’un studio situé dans le cirque une chronique circassienne et d’un Club des Amis de Medrano dont l’objet était d’offrir au jeune public des leçons de culture physique, d’équitation voire de danse. En quelque sorte une école du cirque avant l’heure.

commentaires

Le saut à la batoude, un exercice peu pratiqué de nos jours

Publié le 6 Avril 2015 par cirk75 dans Cirques d'hier

Le saut à la batoude, un exercice peu pratiqué de nos jours

De l’italien battuta (appel du pied) la batoude est une longue planche à l’origine en bois de frêne, sur laquelle le sauteur prend son élan avant de rebondir sur un tremplin pour effectuer un saut périlleux qui lui sert aussi à franchir un obstacle composé par une rangée de chevaux voire de voitures.

A la fin du XIX° siècle, le saut à la batoude était obligatoire pour tout artiste de cirque, et quelle que soit sa spécialité. Ainsi au début d'un spectacle, tous les artistes s’élançaient l’un après l’autre, sur ce tremplin, exécutant dans un charivari une éblouissante série de sauts périlleux. Et certains artistes s'y sont faits une belle réputation comme le clown sauteur Jean Baptiste Auriol (voir blog30/04/2012) reconnu pour ses sauts à la batoude par-dessus 24 grenadiers baïonnettes en l’air ou Rolph Zavatta (voir blog27/11/2010) un grand spécialiste de cet exercice qui dans les années 30 exécutait des bonds à 3 m de haut et de 8,30m de long à l’aide d’une batoude, sauts qu'il achevait par un saut périlleux au-dessus de 2 voire 3 automobiles. Mais parmi les sauts à la batoude restés tristement célèbres signalons celui qu’Achille Zavatta s’apprêtait à réaliser le 2 décembre 1959, dans le cadre de la célèbre émission télévisée La Piste Aux Etoiles (voir blog15/12/2014) et qu’aucun téléspectateur n’a pu dans la réalité voir. En effet concours de circonstances malheureux au même moment où Achille s’élançait, l’émission s’interrompit, car au même instant le barrage hydraulique de Malpasset cèda brusquement, privant de courant de nombreux foyers français mais surtout dévastant la ville de Fréjus et sa région en entraînant sur son passage la mort de 423 victimes...

De nos jours le Cirque à l’Ancienne d’Alexis Gruss reprend souvent les sauts à la batoude, ce fut d'ailleurs le cas lors du spectacle Pégase et Icare (voir blog02/03/2015).

commentaires

Le Cirque National

Publié le 13 Mars 2015 par cirk75 dans Cirques d'hier

Le Cirque National

Un petit florilège des visuels du super cirque français cher à M. Amédé

commentaires

Amar, du temps des frères Amar

Publié le 12 Mars 2015 par cirk75 dans Cirques d'hier

Amar, du temps des frères Amar

Un petit florilège de visuels Amar du temps des frères Amar et de leur mère Marie Bonnefoux

commentaires

Le Radio Circus (1949-1962)

Publié le 16 Janvier 2015 par cirk75 dans Cirques d'hier

Le Radio Circus (1949-1962)

A partir de 1949 et pour 8 belles saisons en 1949, Louis Merlin (voir blog14/02/2012) à la tête de Radio Luxembourg, ancêtre de RTL , crée le Radio Circus en passant un contrat avec la “Société Grüss-Jeannet" pour lui fournir le matériel, la logistique ainsi que le programme artistique. Le Radio Circus, cirque itinérant, dont la première fut donnée le 22 mars 1949, présentait un spectacle en deux parties. Dans un premier temps un spectacle de cirque traditionnel avec à cette époque un grand nombre de numéros produits par les familles Grüss et Jeannet : la cavalerie en liberté d'Alexis Grüss, la haute-école de ses fils Rodolphe et Philippe, le trapèze de sa fille Arlette, le numéro de clowns de son frère André, le numéro de chiens de Lucien Jeannet, sans omettre Philippe Grüss dompteur de panthères. Puis en seconde partie des jeux radiophoniques : “Quitte ou double" (voir blog07/10/2011), “Le crochet radiophonique" (voir blog08/10/2011) etc… organisés et diffusés par Radio Luxembourg avec les animateurs radiophoniques les plus populaires de cette époque et qui avaient pour noms Zappy Max (voir blog13/03/2011), Marcel Faure (voir blog06/10/2011), Roger Lanzac (voir blog 25/09/2011) Maurice Gardet (voir blog19/02/2012), François Chatelard, Henri Kubnik.

Le Radio Circus (1949-1962)

Pendant 3 années de 57 à 60, hors de la houlette des Grüss-Jeannet qui s’étaient investis dans une nouvelle enseigne le “Grand Cirque de France", le Radio Circus s’associe avec la Radio Télévision Française, puis en 1961 l’enseigne porte les couleurs de Radio Monte Carlo et de Radio Vallées d’Andorre. Enfin en 1962 le Radio Circus organise une tournée hors de l’hexagone au Moyen Orient (Turquie, Israël), mettant un terme à cette enseigne qui aujourd’hui garde encore quelques nostalgiques de cette période où le cirque et la radio faisaient piste commune.

Le Radio Circus n’est pas le seul à avoir frayé avec la radio, la période Pinder-ORTF montre combien les radios ont été dans le début de la seconde partie du XX° siècle des partenaires importants pour le monde circassien.

commentaires

Le City Circus ou le Grand Cirque de France ?

Publié le 15 Janvier 2015 par cirk75 dans Cirques d'hier

Le City Circus ou le Grand Cirque de France ?

Il y a quelques années les noms des cirques évoluaient selon les années, les pays visités ou l’humeur du temps. On a déjà évoqué dans un bloc-notes précédent (voir blog13/11/2010) les différentes enseignes utilisées par les Gruss-Jeannet qui changeaient souvent de dénomination artistique. Témoins ces 2 programmes de la tournée 66 où le Grand Cirque de France devient en passant la frontière le City Circus, avec bien entendu le même programme à deux exceptions près entre le super show donné en France sous l’enseigne Grand Cirque de France et celui donné en Suisse sous l’enseigne City Circus. On notera la même similitude dans la communication visuelle utilisée en 66 pour ces 2 appellations. Il est vrai que les Gruss du moins à cette époque pensaient que leur nom n’était pas vendeur d’où cette recherche selon eux, d'une enseigne plus attractive. En revanche pour la tournée 65 il n'y eu pas de Grand Cirque de France donc aucune équivoque.

commentaires

Un petit florilège des visuels avec les frères Bouglione, les rois du cirque

Publié le 27 Décembre 2014 par cirk75 dans Cirques d'hier

Un petit florilège des visuels avec les frères Bouglione, les rois du cirque

7

commentaires
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>