Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le bloc-notes de cirk75

Depuis 2010, Chronique au fil du temps et de la mémoire d'un circophile amateur

Articles avec #cinema catégorie

Je ne suis pas un ange (1933)

Publié le 15 Octobre 2016 par cirk75 dans Cinéma

Film américain réalisé par Wesley Ruggles avec la pulpeuse Mae West et Cary Grant. Cette œuvre cinématographique relate l’histoire de Tira danseuse et dompteuse dans un cirque. Mais pour arrondir les fins de mois, elle se montre légère avec des messieurs richissimes, et gravit ainsi les échelons de la fortune, jusqu’à vraiment tomber amoureuse de Jack Clayton (Cary Grant)… mais son ancien petit-ami, qui a fait de la prison après avoir agressé un de ses galants, veut la récupérer… 

Pour Mae West ce film dont elle donnait corps, il faut bien le reconnaître à son personnage de dompteuse, représentait un rêve d’enfant. Car enfant, et cela est peu connu des admirateurs de ce sex-symbol des années 30, lors d’une représentation du cirque américain "Bostock" à Cosney elle fut fascinée par le travail avec les félins. Aussi son ambition secrète fut de devenir dompteuse de lions.

Est-ce le costume qui la subjuguait ? On ne le sait mais dans ce film elle porte une tenue splendide qui la met particulièrement en valeur. Moulée dans une veste blanche à brandebourgs dorés, cape militaire en hermine posée sur ses épaules ; tête coiffée d'un shako garni de plumes immaculées elle a fière allure, une vraie dompteuse ... cirque.

 

Il faut voir ou revoir son entrée sur piste, en costume étincelant, juchée sur le dos d’un éléphant à cape brodée ce n’est pas une entrée d’une artiste de cirque, mais d’une diva idolâtrée par son public. Et pour les besoins de ce film, il parait que c’est elle-même, elle n’aurait pas été doublée, qui met la tête dans la gueule du lion.

La présence de Mea West dans "Je ne suis pas un ange" fut un succès très profitable et rentable pour la Paramount, ce qui la sauva parait-il de la banqueroute.

 

Rappelons en conclusion qu’Archibald Alexander Leach, nom de naissance de Cary Grant, la vedette masculine du film, fut à 13 ans acrobate dans un cirque avant de devenir l’acteur de cinéma à succès que nous connaissons.  

#maewestjenesuispasunange

commentaires

Le Friquet (1913)

Publié le 8 Octobre 2016 par cirk75 dans Cinéma

Le Friquet (1913)

Ce court-métrage muet de 21 mn signé Maurice Tourneur, produit par Eclair, relate le destin tragique d’une orpheline recueillie par un clown. Enfant de la balle, elle devient une écuyère et trapéziste accomplie, mais le patron du cirque la maltraite et elle trouve refuge auprès d’un riche bienfaiteur. Un temps, le temps de comprendre que celui qu’elle aime ne l’aime pas en retour.

Mais qu’est-ce qui peut intéresser une réalisation tirée d'une nouvelle de Gyp autrement dit la romancière Sybille Riquetti de Mirabeau, une descendante du célèbre révolutionnaire, et dont le scénario est de Willy le premier mari de Colette ?

Sont-ce les artistes ?

Non ils ont pour noms Henry Roussel, Cesar Dubosc ou Polaire des acteurs totalement inconnus aujourd’hui.

A-t-on quelques beaux numéros circassiens à voir ou revoir?

Non aucun.

Alors pourquoi aujourd'hui parler de ce film plus que centenaire et totalement inconnu de la plupart d'entre nous?

Ce qui peut attirer la curiosité d'un circophile averti c’est qu’à la fin de cette œuvre cinématographique de 1913, le scénario évoque un engagement dans un cirque parisien.

Et quel est cet établissement ?

C'est le mythique Nouveau Cirque (voir blog 08/12/2010), non pas une reconstitution, comme dans le film "Chocolat" de Roschdy Zem, mais le véritable établissement créé en 1886 par Joseph Oller (voir blog23/02/2016) et détruit en 1926.

Ce film montre des images rares et historiques d'un cirque aujourd’hui disparu, salle dans laquelle Chocolat est devenu la vedette que l'on sait (voir blog12/02/2012).

Alors mieux qu’un long discours regardons cette tragédie dont les scènes finales sont filmées à l'intérieur du Nouveau Cirque (voir blogs08/12/2010 & 07/09/2011) et on peut ainsi apercevoir, son entrée, sa piste et sa barrière mondaine

#lefriquetnouveaucirque

commentaires

L’étoile du jour, de Sophie Blondy (2016)

Publié le 1 Octobre 2016 par cirk75 dans Cinéma

L’étoile du jour, de Sophie Blondy (2016)

Film français réalisé par Sophie Blondy, d'abord diffusé dans de nombreux festivals, vient de sortir en salles le mardi 27 septembre 2016 avec une distribution étonnante: Denis Lavant (Elliot le clown), Iggy Pop (la Conscience d'Elliot),Tchéky Karyo (Heroy, le patron du cirque), Béatrice Dalle (Zohra, la Gitane, Natacha Régnier (Angèle, la danseuse) Bruno Putzulu (Zéphyr, le prestidigitateur) Laura Favali (Lilas, l'assistante de Zéphyr)…

L’intrigue relate histoire d’un pauvre cirque, avec des caravanes des années cinquante, échoué sur une plage de la Mer du Nord. Les spectateurs se font rares mais la magie du cirque œuvre encore. Chaque interprète de la troupe répète et propose de nouveaux numéros. Mais cet équilibre fragile va vite se briser pour dévoiler, et deviendra alors le lieu de toutes les convoitises amoureuses où chacun usera de ces pouvoirs pour satisfaire ses désirs. Cet espace confiné deviendra le terrain de jeu d’un quatuor amoureux. Alors qu’Elliot le clown et Angèle la ballerine vivent une histoire d’amour idyllique, Heroy le directeur du cirque use de son autorité pour conquérir à son tour la jeune femme. De son côté, la Gitane tente d’ensorceler le clown. La vie du cirque va alors prendre une toute nouvelle tournure.

Ce film est aussi marqué par la présence d'Iggy Pop, une des icônes du rock et c'est la surprise de ce film. Pour le grand public c'est une bête de scène des concerts de rock, parfois provocateur. Mais Derrière le rocker il y a un cinéphile érudit, qui a tourné plusieurs films aux États-Unis.

Mais à part cet artiste qui peut à la limite attirer les spectateurs, il faut le dire ce film ne va pas concerner un public circophile car aucun artiste de la piste n’est présent. De plus cette intrigue foraine qui veut rappeler le film de Tod Browning "Freaks la monstrueuse parade" tourné en 1932 ne présente qu’une ébauche poétique qui échoue à devenir un film car rien ne fonctionne vraiment et surtout pas Iggy Pop en fantôme conscience du clown Elliot.

létoiledujouriggypop

commentaires

Quelques films où le cirque est présent...

Publié le 8 Juillet 2016 par cirk75 dans Cinéma

Quelques films où le cirque est présent...

Pour les vacances, pourquoi ne pas revoir ou voir des œuvres cinématographiques où la piste est un élément déterminant pour le scénario. Voici un petit florilège de films d'hier ou d'aujourd'hui avec aussi quelques artistes circassiens tels Grock (voir blog21/02/2012) Zappy Max (voir blog31/05/2015) ou Zavatta (voir blog20/09/2011) .

#cirquecinéma

commentaires

Le cirque en feu (Caged fury)

Publié le 25 Avril 2016 par cirk75 dans Cinéma

Le cirque en feu (Caged fury)

Film réalisé en 1948 par William Berke avec dans les rôles principaux Richard Denning (le dompteur Blaney Lewis), Sheila Ryan (la dompteuse Kit Warren), Mary Beth Hughes (l’écuyère Lola Tremaine), Buster Crabble (le clown Smiley ) et Frank Wilcox (Dan Corey ) relate dans une ambiance de cirque où l’on entrevoit quelques artistes de la piste, l’histoire dramatique du clown Smiley un tueur psychopathe créant un climat d’angoisse sous le chapiteau du cirque "Corey & Murray Circus" en utilisant les grands félins de la ménagerie. Au cours de cette histoire une lampe à pétrole allumée mettra bien entendu le feu à la toile du chapiteau provoquant un incendie élément indispensable pour ce type de film de nos jours totalement oublié depuis longtemps car hors circuit de la distribution actuelle. Il faut dire pour être juste ce n’est pas un chef d’œuvre mais le témoignage d’une époque où les félins étaient considérés comme des bêtes hautement meurtrières et pour pimenter la sauce, une frêle dompteuse en faisait souvent les "frais"…

Le cirque en feu (Caged fury)

Signalons que Buster Crabbe (1908–1983) un ancien nageur devenu acteur, sorte de Johnny Weissmuller bis, était déjà en 1933 entouré de lions dans un film de 1933 "King of the Jungle" réalisé par H. Bruce Humberstone et Max Marcin où il jouait le rôle de Kaspa l'Homme Lion, une sorte resucée de Tarzan, héro très en vogue à cette époque. Notons que Buster Crabbe endossa aussi le rôle de Tarzan dans le série de 12 épisodes : Tarzan l'intrépide (Tarzan the Fearless) réalisé par Robert F. Hill

Le cirque en feu (Caged fury)

.

#lecirqueenfeucagedfury

commentaires

Les géants du cirque (Ring of Fear)

Publié le 18 Avril 2016 par cirk75 dans Cinéma

Les géants du cirque (Ring of Fear)

Ce thriller américain réalisé par James Edward Grant, tourné en 1954 sous le chapiteau du cirque Clyde Beatty, relate en marge de l’histoire forcement à suspens et dramatique, (voir le scénario au paragraphe suivant) la vie au quotidien d’un cirque. On peut aussi de voir quelques artistes de la piste comme Clyde Beatty (le directeur et dompteur) les aériens les Zacchini ainsi que bien d'autres....

Les principaux rôles sont tenus par Mickey Spillane, Pat O'Brien, Sean McClory et Miriam Carr…

Les géants du cirque (Ring of Fear)

Ce film relate l’histoire de Dublin O'Malley (Sean McClory), un ancien artiste de cirque aigri, interné dans un hôpital psychiatrique, qui parvient à s'échapper de l'établissement après avoir tué un des gardiens. Il prend aussitôt la direction du cirque où il travaillait auparavant. O'Malley avec l'intention de se venger du directeur et de Valerie St Dennis, une trapéziste dont il est amoureux mais qui l'a repoussé et qui depuis s’est mariée. Les crimes et les accidents qu'il commet, déguisés en accident, inquiètent le personnel qui commence à croire le cirque hanté. Le directeur et dompteur, Clyde Beatty, fait alors appel à Mickey Spillane, le célèbre auteur de roman noir pour résoudre l'énigme qui ne tarde pas à découvrir le véritable auteur de ces méfaits...

#Lesgéantsducirque

commentaires

Un Musée totalement dédié à Chaplin et à son œuvre cinématographique

Publié le 17 Avril 2016 par cirk75 dans Cinéma, exposition

"Chaplin’s word by Grévin", tel est le nom du musée Chaplin qui ouvre ses portes au public aujourd’hui à 10h00. La veille, le samedi l’inauguration officielle coïncidait avec l’anniversaire de la naissance de Charlie Chaplin, qui a vu le jour le 16 avril 1889 à Londres. Le Domaine de Ban, situé à Corsier-sur-Vevey, lieu de résidence de Charlie Chaplin et de sa famille durant les vingt-cinq dernières années de sa vie comprend, une maison de maître, un studio cinématographique tout neuf, et un grand parc de 6 hectares. Ce sont les trois espaces dans lesquels le public flânera pour "toucher des yeux" ce que fut la vie personnelle et familiale de Charlie Chaplin un des génies du septième art qui a vécu dans ces lieux de 1952 à 1977. Pour séduire chaque année entre 250 000 et 300 000 visiteurs la société Grévin, filiale de la Compagnie des Alpes gestionnaire des lieux a dû investir 55 millions d’Euros.

Au cœur du Domaine de Ban, le visiteur devient ainsi l’invité de celui qui a reçu les plus grandes célébrités de son époque et le studio hollywoodien offrira au spectateur une immersion passionnante et ludique à la rencontre de Charlot et de Chaplin. A travers les ruelles de son enfance londonienne et les décors mythiques de ses films les plus emblématiques, le spectateur découvrira ou redécouvrira l’immense œuvre de Charlie Chaplin, grand amateur de cirque et auteur du film nommé Le Cirque (voir blog03/07/2012)

Pour plus d’information voir le site : http://www.chaplinsworld.com/

#muséechaplin

commentaires

La coupole de la mort (1942)

Publié le 11 Avril 2016 par cirk75 dans Cinéma

La coupole de la mort (1942)

Film allemand totalement invisible de nos jours, réalisé par Victor Tourjansky et produit par Georg Witt pour Bavaria Film. Cette oeuvre cinématographique relate une histoire dramatique située dans l’ambiance d’un cirque et comprenant d’après la publicité de l’époque de "sensationnels numéros d’acrobatie" , avec dans les rôles principaux les acteurs Ferdinand Marian et Winnie Markus.

En l’espèce, le numéro des funambules est interrompu par la chute mortelle de l’un des trois acrobates le soir même où la victime amant de la femme de son partenaire, a été surpris par le mari… Accident ou meurtre ? L’épouse accuse l 'époux s’enfuit, refait sa vie et crée un nouveau numéro aérien sous un nom d’emprunt. Cependant il est reconnu et c’est au cours du procès que la vérité éclatera...

La coupole de la mort (1942)

Comme souvent dans ce genre de film les réactions sentimentales des personnages ont plus d’importance qu’à leur numéro proprement dit, ce qui est bien dommage du moins pour un circophile. Toutefois, le cadre où ils évoluent, en l’occurrence de grandes scènes de cirque, était filmé avec le souci d’en bien rendre l’ambiance et surtout celle des coulisses.

Un film qui mériterait une renaissance cinématographique, mais qui se soucit en 2016 de ce film tourne il y a plus de quatre vingt ans et sorti en Italie sous le titre de "Destino tragico" ?

#cirquecinema

commentaires

Parole de flic (1985)

Publié le 30 Mars 2016 par cirk75 dans Cinéma

Parole de flic (1985)

Avec ce film réalisé par José Pinheiro, et dont la musique est signée Carmino d'Angelo (voir blog07/01/2011) Alain Delon, tourne la scène finale au cirque Pinder, ce qui permet de voir outre le chapiteau du cirque et sa roulotte-caisse, les lions du Soudan Kid Bauer, une partie des coulisses avec les Fernandos (clowns), Christina Meyer présentant la cavalerie, Nandy Werl le M. Loyal du spectacle et Delon se maquiller pour venir déguisé en Auguste faire le pitre sur la piste avec comme complice le clown Foottit, afin d’enlever le méchant (Jacques Perrin) venu en famille voir ce spectacle de cirque, soit au total 16 mn chez Pinder

Le scénario de ce film est comme toujours relativement simple à comprendre à savoir : Daniel Pratt, (Alain Delon) policier à la retraite, coule des jours tranquilles en Afrique lorsqu'il apprend le meurtre de sa fille. De retour à Lyon, Pratt tente de mettre la main sur ses assassins avec l'aide du commissaire Reiner (Jacques Perrin) mais devient, à son tour, la cible de malfrats.

Parole de flic (1985)

Pour la petite histoire lors du tournage de ce film l’acteur vient d’avoir cinquante ans, et la star tient à montrer qu'elle est toujours au top, qu'elle n'a rien perdu de sa prestance. Alors Alain Delon s'expose, paradant torse nu pour montrer à quel point il est encore bien musclé. On a droit à une scène dans une salle de sport où il enchaîne les tractions et les abdos, il se paye même le luxe de démolir un sac de sable à coups de poings pour nous montrer sa rage et sa volonté. Il faut dire qu'avec la concurrence d'un Jean-Paul Belmondo (voir blog23/03/2016) qui a bâti sa légende sur l'image du comédien qui fait lui-même ses cascades, Delon doit se montrer à la hauteur et met un point d'honneur à nous prouver qu'il n'est, lui non plus, pas doublé lors des scènes d'action.

#deloncirqueparoledeflic

commentaires

Itinéraire d’un enfant gâté (1988)

Publié le 23 Mars 2016 par cirk75 dans Cinéma

Itinéraire d’un enfant gâté (1988)

Film français réalisé par Claude Lelouch avec Jean-Paul Bemondo, Richard Anconina, Jean-Philippe Chatrier, Daniel Gélin et Marie-Sophie L. relate l’histoire d’un enfant prénommé Sam, abandonné à l’âge de 3 ans par sa mère dépressive, qui a grandi et s’est épanoui dans le milieu du cirque. Sam (Jean-Paul Belmondo) a dû faire après un accident de trapèze une reconversion forcée et est devenu chef d'entreprise d’une industrie du nettoyage urbain. Mais la cinquantaine passée, il se lasse de ses responsabilités et de son fils, dont la collaboration ne lui est pas d'un grand secours. Il décide alors de disparaître en mer. Mais son passé va le rattraper…

En plus des acteurs déjà cités l’intérêt pour un circophile est de voir dans le rôle de M. Loyal Alexis Gruss Jr. (voir blog13/02/2012) et ses fils Stephan et Firmin jouer respectivement Sam à 16 ans pour le premier et Sam à 7 ans pour le second.

En plus au cours de ce film on peut également voir quelques scènes dont une de trapèze volant tournées sous un chapiteau… alors pourquoi s'en priver...

#belmondolelouchcirque

commentaires
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>