Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le bloc-notes de cirk75

Depuis 2010, Chronique au fil du temps et de la mémoire d'un circophile amateur

Articles avec #cinema catégorie

Mia et le lion blanc (2018)

Publié le 18 Décembre 2018 par cirk75 dans Cinéma

Le 23 décembre sort un film mis en scène par  Gilles de Maistre avec Mélanie Laurent, Langley Kirkwood, Daniah De Villiers relatant l’histoire de Mia onze ans qui noue une relation hors du commun avec Charlie, un lion blanc né dans la ferme de félins de ses parents en Afrique du Sud. Tous deux grandissent comme frère et sœur et deviennent vite inséparables. Trois ans plus tard, Charlie est devenu un lion imposant. Mia découvre alors le secret que cache la ferme : son père vend les lions à des chasseurs de trophées. Mia n’aura désormais qu’une obsession : sauver Charlie, à tout prix et n'a pas d'autre choix que de fuir avec lui...

J’espère que les animalistes verront ce film et comprendront qu’au moins au cirque on ne vend pas les fauves pour être l’objet d’un safari.

En tout cas un film à voir en famille pendant les fêtes de fin d’année

commentaires

Enfants du cirque (Solang' die Sterne glüh'n ou Cirkuskinderen) 1958

Publié le 11 Décembre 2018 par cirk75 dans Cinéma

Ce long métrage autrichien réalisé par Franz Antel, scénario écrit par Kurt Nachmann d’après une idée originale de Rolf Olsen, avec dans les rôles principaux : Gerhard Riedmann , Heidi Bruehl et Hans Moser. Ce film sorti en France le 5 août 1960 relate le combat d’une journaliste, Conny Meister, pour la maintenance d'un cirque, sur un emplacement convoité par un industriel du lait, alors même que les animaux commencent à manquer de nourriture, mais que des enfants s'organisent pour une collecte .....

Pour les germanophiles voici le film en entier où l'on peut voir quelques scènes circassiennes et animales....

commentaires

Affaires publiques (1934)

Publié le 4 Décembre 2018 par cirk75 dans Cinéma

Cette comédie burlesque et musicale, premier film de Robert Bresson, nous montre dans un pays imaginaire, entre le Royaume de Miremie et la République de Crogandie, un chancelier lunaire et farfelu enchaîner trois cérémonies d'inauguration qui chacune accumulent incidents et maladresses. Le ton est clairement burlesque, et lorgne allègrement du côté de Max Linder. Longtemps considéré comme perdu, cette œuvre bressonnienne a été retrouvée en 1987 par hasard parmi les collections de la Cinémathèque française.

"Affaires publiques" film d’une durée de 25 minutes tourné en 1934, nous permet de revoir non seulement un juvénile Gilles Margaritis (voir blog15/10/2015) le créateur de la célèbre émission télévisée "La Piste aux Etoiles" (voir blog15/12/2014) en chauffeur mais aussi Aristodemo Frediani, prodigieux acrobate à cheval devenu plus tard l’Auguste Beby (voir blog15/04/2012) entouré pour ce film des Girls des Folies Bergère et des Clowns du Cirque d'Hiver.

Dans le rôle du chancelier de Crogandie et en gibus, Beby est un des atouts de ce film où il se montre d’une sobriété et d’une efficacité exemplaire. Il faut dire que les entrées clownesques lui ont donné l’habitude de manier la parodie et la caricature.

Œuvre atypique chez Bresson qui fait forcément penser à l’univers des Max Brother, sorte de mélange de Soupe au Canard, de Zéro de conduite et d’Ubu roi d'Alfred Jarry, permet de retrouver cet auguste cabossé par les chutes.

Notons que ce n’est pas la première que le cinéma utilise les dons prodigieux de cet artiste de la piste. On le voit déjà dans deux courts métrages : le premier  réalisé en 1930 "Histoire de Cirque", le second en 1936 "Les frères Delacloche". Il fut aussi engagé pour deux longs métrages. En 1935 il tourna "Juanita" de Pierre Caron dans lequel il incarne un personnage nommé Mingo et en 1938 il joue son propre rôle dans "La vie des artistes" de Bernard Roland.

Rappelons aussi que Jean-Pierre Melville en 1946 pour son premier film l’immortalisera en lui donnant le rôle principal dans "24 heures de la vie d’un clown" (voir blog19/09/2014).

commentaires

Carola Lamberti, Une du Cirque (Een van het Cirkus) 1954

Publié le 27 Novembre 2018 par cirk75 dans Cinéma

Ce mélodrame en noir et blanc de 1h27, réalisé par le metteur en scène allemand Hanse Muller, a eu la chance d'être filmé dans les installations du cirque Sarrasani. Il relate le conflit générationnel entre une mère et ses 3 enfants. En l’espèce Carola Lamberti (Henny Porten), une femme de tête, dirige depuis le décès de son mari le cirque familial. Ses fils Carmino (Horst Naumann),Eduard (Hans Rudiger) et Pero (Edwin Marian) vedettes du programme, souhaitent dorénavant avoir leur mot à dire sur la gestion de l'établissement. La mère femme autoritaire et ne voulant rien partager quitte le cirque, mais l’inexpérience des enfants met l'entreprise en difficulté. La famille doit donc à apprendre à travailler ensemble afin de faire face à la faillite.

L’intérêt essentiel de cette oeuvre cinématographique c'est de permettre de revoir une partie des installations du Cirque Sarrasani affublé du nom Lamberti, ainsi que sa mythique façade. On on peut aussi entrevoir le montage de la toile, ainsi que quelques animaux (chevaux, éléphants) évoluer sur la piste…

Un DVD allemand existe pour les nostalgiques de cette enseigne...

 

commentaires

Dumbo un film réalisé par Tim Burton (2019)

Publié le 20 Novembre 2018 par cirk75 dans Cinéma

Réalisé en 1941 par par Ben Sharpsteen pour les studios Disney, le dessin animé Dumbo (voir blog20/05/2017)  fait l’objet actuellement d’un remake réalisé par Tim Burton, le metteur en scène d'Edward aux mains d'argent avec notamment : Colin Farrell, Michael Keaton, Danny DeVito et Eva Green...

Pour ce film fantastique les scénaristes  semblent avoir pris quelques libertés par rapport à l'histoire originale. Ainsi l'éléphant n'est plus recueilli par la souris Timothée, mais par les enfants d'une ancienne vedette de cirque. De plus de nouveaux personnages Neils Skellig et Miss Atlantis sont également annoncés.

Le film qui devrait sortir en salle le 27 mars 2019, relatera l'histoire de Holt Farrier, une ancienne gloire du cirque, qui voit sa vie complètement chamboulée au retour de la guerre. Le propriétaire d'un cirque en difficulté, le recrute pour s'occuper d'un éléphanteau aux oreilles disproportionnées, devenu la risée du public. Mais quand les enfants de Holt découvrent que celui-ci grâce à ses oreilles peut voler, il deviendra la vedette du chapiteau.

Avec Dumbo, les studios Disney poursuivent ainsi leur politique de reprise en film de ses grands classiques dessinés. Après le succès de La Belle et la Bête et du Livre de la jungle sont attendues les années suivantes un remake d'Aladin, du Roi Lion et de Mulan…

commentaires

Sérénade au bourreau de Jean Stelli (1952)

Publié le 16 Octobre 2018 par cirk75 dans Cinéma

Voilà un film totalement tombé dans l’oubli, sans grand intérêt cinématographique, au scénario insipide, à la mise en scène fade, avec des acteurs, hormis  Paul Meurisse, totalement tombés dans l’oubli mais qui a cependant retenu mon attention.

En effet l’affiche de "Sérénade au bourreau", titre bien niais, montre en haut et sur fond noir une trapéziste tombant de son agrès. Cela a forcément retenue ma curiosité et grand bien m’en a pris car dès le générique on peut lire "collaboration artistique des spectacles du Cirque Rancy".

En visionnant avec attention ce chef d’œuvre oublié on peut en effet voir 4 courtes scènes tournées sous le chapiteau du cirque Fanni (voir blog20/05/11), dans le cirque c'est le Mondial Circus, et notamment entrevoir Albert Rancy (voir blog17/06/18) travailler avec des chevaux ou des caniches.  On aperçoit aussi un groupe de jongleurs répéter avec des massues, deux clowns (un blanc et un auguste) regarder le spectacle en entrouvrant le rideau de piste...  

Et point d’orgue, deux scènes dramatiques montrent deux trapéziste perdant l’équilibre et chuter de leur agrès. La première malheureusement décédera, et la seconde, sa remplaçante, n’aura que les jambes cassées et courra comme un lapin 5 mn après.

C’est fou le nombre de fois où la piste en général et le trapèze en particulier ont été utilisés pour accentuer le drame d’une œuvre insignifiante et sans imagination. Oui drame et cirque font trop souvent chemin commun.

Quant au scénario, il relate le plan machiavélique mis au point par un médecin psychiatre (Paul Meurisse) pour se venger de sa femme (Tilda Thamar) qui l’a trompé avec un de ses patients, un ancien pilote (Gérard Landry) traumatisé par les horreurs de la guerre. Le médecin va étrangler son épouse et faire porter les soupsons sur son ancien amant qui vit désormais un amour fou avec la trapéziste du cirque (Véra Norman). Mais un gentil commissaire (Antonin Berval) qui au début est déguisé en moine, découvrira la vérité et obligera le médecin à se suicider. Ouf tout est bien qui finit bien et la morale est sauve.

Pour ceux que cela intéresse, la Revue "Mon Film" a en 1952 édité un numéro consacré à ce film signé Jean Stelli, réalisateur de "La Foire aux femmes" ou de "Rapt au Deuxième Bureau" des films inoubliables...

 

 

commentaires

Le cercle enchanté (1954), un regard nostalgique sur le légendaire cirque Medrano

Publié le 9 Octobre 2018 par cirk75 dans Cinéma, Cirques d'hier

Ce film de Marc de Gastyne est un document nous montrant une représentation se déroulant entièrement au cirque Medrano. A travers des numéros très variés, et des images filmées en coulisses on s’approche au plus près des paillettes des clowns, des magiciens, des acrobates et du bestiaire des animaux savants qui ont hanté cette piste magique.

Parmi les artistes filmés, excusez du peu: Jean Dréna (voir blo16/03/12), la cavalerie du cirque Knie, les 2 Diant, Victor Julian et sa revue canin, Les lions d'Harri Bellei, les danseuse acrobatiques Margit & Margot, la troupe Tunisia, John Vree contorsionniste, les chimpanzés de Smith, Miss Diane, et les clowns Mylos (voir blog12/10/11), Billy Beck (voir blog18/01/15), Boulicot (voir blog08/01/12), Pipo (voir blog10/10/11), Dario Mimile (voir blog11/10/11), Loriot (voir blog17/12/14), Nino, Charly...

Ce film est précieux et émouvant, car il permet de concrétiser soit des souvenirs soit des idées que l’on a sur cet inoubliable établissement situé à Paris et depuis 1972, démoli pour laisser la place à un immeuble de rapport nommé "Le Bouglione".

Malheureusement cette œuvre cinématographique n’est plus disponible et on ne trouve que 1mn 39 de bonheur sur YouTube, pour entrevoir sur la piste de Medrano l’Orchestre de Jean Laporte (voir blog18/06/18), un charivari de clowns, puis des chimpanzés et des chiens savants, le tout filmé par un spécialiste du film pour la jeunesse des années 50.

C'est bien peu... mais c'est mieux que rien

 

commentaires

Fille dangereuse (1952)

Publié le 2 Octobre 2018 par cirk75 dans Cinéma

Dans la série des mélos qui ont fait foison dans cinéma français dans les années 50 et qui, pour augmenter l’intensité dramatique, ont eu recours aux arts de la piste, ici le trapèze, signalons cette production franco-italienne des 1952 réalisée par Guido Brignone d'après le roman de Sabatino Lopez. Cette œuvre cinématographique permet à Jean Gabin qui traverse alors une période un peu calme de jouer le rôle d’un chirurgien de renom. Ce dernier opère un trapéziste de cirque, Serge Reggiani), blessé par sa partenaire (Silvana Pampanini)qui avait renvoyé avec un temps de retard le trapèze. Le chirurgien fait la connaissance de cette fille qui devient sa maîtresse, apportant un bouleversement dans la famille et la vie du chirurgien.

Bon ce film ne casse pas 3 pattes à un canard, et n’a pas eu un grand succès. En revanche sur You tube on peut voir ce film en entier aussi pourquoi s’en priver.

commentaires

Le Cirque de Charlie Chaplin (1928)

Publié le 25 Septembre 2018 par cirk75 dans Cinéma

Parmi les films, de la période la plus féconde de Chaplin, "The Circus", "Le Cirque" en français,  passe pour bon nombre de cinéphiles comme une œuvre secondaire voire mineure. Pourtant lorsque Chaplin réalise cet immense chef d’œuvre  il est à l’apogée de sa gloire et en pleine possession de son art. De plus c’est avec cette œuvre cinématographique que Charlie Chaplin obtint son premier "Academy Award ", que l’on n’appelait pas encore à cette époque "Oscar". Paradoxalement, c’est pourtant le seul de ses longs métrages que Chaplin ne mentionne pas dans "Histoire de ma vie", son autobiographie parue en 1954.

Comment expliquer ce désamour pour ce film ?

Plusieurs explications peuvent être avancées.

La première c’est que ce film n’était plus en phase avec les attentes du public. "Le Cirque", film muet sort malheureusement quelques mois après la naissance du cinéma parlant.

Deuxièmement, moult  incidents vont émailler le tournage et empoissonner le vie de Chaplin et lui couter cher. Ainsi quelques jours avant le début du tournage, le sort commence à s’acharner sur ce projet : une tempête traverse la Californie détruit le chapiteau et retarde le tournage de plusieurs semaines… Lorsque le décor est reconstruit, Chaplin tourne ses premiers plans et enchaîne les journées de travail sans le moindre incident. Un mois plus tard, le laboratoire de développement l’informe qu’à la suite d’erreurs de manipulation, la pellicule utilisée est inexploitable ! Puis au 9ème mois de , un incendie détruit la majeur partie des décors et les accessoires. Dans le même temps des étudiants sans doute éméchés, volent les roulottes pendant la nuit et décident de les brûler. Heureusement Chaplin constate le larcin suffisamment tôt et empêche le drame !

Enfin pour interpréter l’écuyère, il engage Merna Kennedy qui n’a encore aucune expérience devant la caméra. Sa seconde épouse, Lita Grey, désireuse d’obtenir un divorce, qui lui offrirait renommée et fortune, accuse Chaplin d’adultère avec cette jeune fille âgée de 18 ans. Elle écrit un papier calomnieux que le "New York Time" s’empresse de publier. Les ligues de vertu et ennemis de Chaplin s’emparent de la nouvelle avec une jubilation malsaine et la petite affaire de mœurs devient le scandale national. Le cinéaste est attaqué de toutes parts, reçoit lettres d’insultes, menaces, et doit mettre fin au tournage du Cirque. Il finit par s’enfuir chez son avocat new-yorkais où il cache les bobines tournées (la plus grande partie du film). Six mois plus tard et après une longue dépression nerveuse, ses conseillers juridiques finissent par obtenir un accord autour du divorce.

Oui ce film parait bien être le l’œuvre maudite de Chaplin et de son héros Charlot. Pourtant il parait évident que l’enfant de la balle qu’il fut, consacre au moins une de ses œuvres à la piste et à ses étoiles.

Le 6 janvier 1928 le film sort enfin sur les écrans de cinéma. Chaplin réalisateur/producteur joue sa fortune qu’il a entièrement investie dans ce projet. Le public sera t’il rancunier après cette histoire de mœurs ou serait-il fidèle à Charlot?

"Le cirque"est un immense succès et le cinéaste peut à nouveau s’engager corps et âme dans une nouvelle production un autre chef d'oeuvre: "Les lumières de la ville". Il enchaînera ensuite avec d'autres réalisations, connaîtra l’ivresse du succès et sa notoriété engendrera - encore - la haine et les convoitises. Après "Les Temps Modernes" et "Le Dictateur" il sera taxé de communiste par Mac Carthy qui veut l’entendre devant la commission de défense des intérêts américains. Excédé et menacé par cette maudite "Liste noire" organisée par Hoover et sa clique, il fuit en 1952 les USA et finira sa vie en Europe loin de sa terre d’adoption qu’il aimait pourtant avec ferveur…

Mais trêve de tristesse, reprenons notre analyse du Cirque !  Le scénario raconte l’histoire de Charlot qui à la suite d’un quiproquo, est pris pour un pickpocket et se retrouve sur la piste d’un cirque. Ses étourderies provoquent l’hilarité du public et incitent le directeur de l’établissement à l’embaucher comme clown. Mais faire rire sur commande n’est pas une mince affaire et le petit homme se retrouve rapidement affligé de tâches subalternes. Résigné mais nourri et logé, il rencontre une belle et tendre cavalière (Merna Kennedy) dont il tombe éperdument amoureux.

Pour la petite histoire, lorsque Chaplin tourne la séquence de la cage du lion et, afin que la scène soit totalement réaliste : à la stupeur de son équipe il entre dans la roulotte des fauves sans la moindre sécurité. A plusieurs reprises il est griffé par le fauve et frôle la catastrophe ! Lorsque le spectateur voit la scène, le visage de Chaplin apparaît livide et le spectacle n’en est que plus impressionnant… Ce n’était évidemment pas un rôle de composition, pas plus que son numéro d’équilibriste lors duquel il  n'est pas doublé !

Oui "Le cirque" fut pour Charlot, le film de tous les dangers.

Mais pas pour nous en regardant ce classique de l'histoire du 7eme art.

commentaires

Le grand cirque mystique (O Grande Circo Mistico) 2018

Publié le 18 Septembre 2018 par cirk75 dans Cinéma

Ce film brésilien réalisé par Carlos Diegues, est sorti dernièrement en France, le 22 août 2018, après avoir été présenté hors compétition au Festival de Cannes 2018.

Cette une œuvre cinématographique dramatique de 105 mn, avec dans les rôles principaux : Vincent Cassel (Jean-Paul), Catherine Mouchet, (Imperatriz) Jesuíta Barbosa (Celavi), Bruna Linzmeyer (Beatriz), Mariana Ximenes (Margarete) retrace, d’après un poème de Jorge de Lima, l'histoire de la famille Kiepsest.

A travers plusieurs générations d’artistes audacieux, talentueux, passionnés, magiques et décadents, un siècle de la vie d’un cirque brésilien est proposé aux spectateurs suivant l’histoire sur cinq générations d’une même famille du cirque, ainsi que les amours contrariés entre un aristocrate et une envoûtante trapéziste, de leur début jusqu’à leur décadence.

On suit ainsi Celavi le Maitre de cérémonie,  gardant son éternelle jeunesse, tandis que les générations s’effacent les unes après les autres, depuis l’inauguration du Grand Cirque Mystique en 1910 jusqu’à aujourd’hui.

Un regret cependant les personnages peinent à exister et à vibrer pleinement dans ce kaléidoscope finalement trop sage, et moins grisant qu’espéré, et qu’on finit par regarder l'écran comme un joli livre d’images habillé dans une atmosphère circassienne.

commentaires
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>