Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le bloc-notes de cirk75

Depuis 2010, Chronique au fil du temps et de la mémoire d'un circophile amateur

Articles avec #cinema catégorie

Parade (1974)

Publié le 8 Avril 2011 par cirk75gmkg dans Cinéma

Parade2Film franco-suédois de Jacques Tati, réalisé en 1974 avec outre l'auteur Michèle Brabo, Karl Koosmayer et sa mule, les Sipolo (voir blog 07/12)...Le film se compose d'enregistrements effectués lors d'une représentation circassienne. Tati, sexagénaire, y tient le rôle du M. Loyal. Il présente chacun des numéros et y intercale les différentes prestations qui, à ses débuts, lorsqu'il se produisait dans les cabarets parisiens, firent sa renommé. Mouvements souples et gracieux, maîtrise de l'espace, sens du rythme, Tati revisite ses performances de mimes en joueur de tennis, gardien de football, cavalier, boxeur, ou encore pêcheur à la ligne. Le spectacle est vivant, dynamique, les tours s'enchaînent, il y a le trio de jongleurs qui rivalise d'adresse avec son ombre portée sur le mur, la séance de rodéo sur poney à laquelle est invité à participer le public, les danses de flamenco, de musique disco et de musique tyrolienne qui côtoient les chants de la diva Pia Colombo, les tours de passe-passe des magiciens, la séance réservée aux clowns avec les symphonies délurées d'un orchestre aux membres pour le moins dissipés, qui se trompent dans leurs accords, se disputent, s'invectivent, s'interrompent, font mine de quitter la scène, etc. Tati mêle music-hall et cirque dans une profusion de couleurs, de fantaisie et de mouvements en tous genres.

 

 

Le réalisateur n'a pas filmé de grands et dangereux numéros. Il décrit plutôt un cirque familial, tout simple, le petit cirque qui vient parfois nous côtoyer en province. Il s'attarde sur toutes les étapes du spectacle, depuis l'arrivée des spectateurs jusqu'à la vie souvent mouvementée des coulisses avec la préparation des numéros et les imprévus que le spectacle peut engendrer. Au milieu de tout cela on sent que Jacques Tati est heureux, il jubile. Comme un clown lors de son dernier tour de piste, il rend un hommage appuyé à ses premières amours, ce cirque qui lui apporta tant de joies et de bonheur.

commentaires

Les Gens du Voyage (1938)

Publié le 4 Mars 2011 par cirk75gmkg dans Cinéma

 

LesGensDuVoyage.jpgFilm franco-allemand de Jacques Feyder, tourné dans une double version, française et allemande, l'équipe technique et la distribution étant plus ou moins différentes selon la version, avec dans les deux versions Françoise Rosay dans le rôle de la dompteuse Flora. On peut noter que cette artiste a refusé d'être doublée dans les scènes où elle était confrontée aux lions  

 les gens d. jpgCe film a été tourné en 1938 à Munich au Cirque Barlay avec le concours du dompteur Petersen, de sa femme et de leurs fauves. 

les_gens_du_voyage.jpgL’histoire raconte que lors d'un déplacement du cirque Barlay, la dompteuse Flora recueille Fernand, un ancien amant évadé de prison, et le fait engager par le directeur, Edouard Barlay. Le fils de Flora (et de Fernand), Marcel, fait de la voltige avec les filles du directeur, Suzanne et Yvonne. Amoureux de cette dernière, il rend jalouse Suzanne. En outre, l'écuyère Pepita est également attirée par le jeune homme... Enfin un vrai mélo, à faire pleurer dans les chaumières. Mais ce qui est intéressant dans cette production c’est de mesurer les difficultés qu’un cirque à cette époque avait pour se déplacer et faire du ville en ville.

 

commentaires

Le plus grand cirque du Monde (1964)

Publié le 25 Janvier 2011 par cirk75gmkg dans Cinéma

Le plus grand Cirque du MondeLe Plus Grand Cirque du monde (Circus World) est un film américain tourné à Madrid au studio Bronston et sous le chapiteau du Cirque Franz Althoff  établissement aujourd'hui disparu. 

A l’origine Franck Capra devait diriger le film, mais suite à un désaccord avec James Edward Grant, le scénariste, Henry Hathaway le remplaça.

Kino1.jpgJohn Wayne insista pour que ce soit Rita Hayworth qui interprète le rôle de prévu initialement pour Lili Palmer

Au cours de la scène de l’incendie John Wayne, cerné par les flammes, ne vit pas que l’incendie se propageait dangereusement. Il continuait à jouer son personnage alors que toute l’équipe s’était déjà enfuie. Il s’en sortit in extrémis à moitié asphyxié. Comme quoi le métier d'acteur comporte des risques.

Le plus grand Cirque du MondebisL'histoire est un mélo impossible: John Wayne, patron d'un grand cirque américain, décide d'une tournée en Europe. La raison est qu'il tente de retrouver la mère de sa fille adoptive. La jeune fille qui est la vedette du spectacle a grandi en ne connaissant rien de son terrible passé, je vous laisse regarder le DVD pour voir la suite.

 

 

 

commentaires

Yoyo (1965)

Publié le 21 Janvier 2011 par cirk75gmkg dans Cinéma

    YoYo2.jpgDeuxième film de Pierre Etaix et, coécrit avec Jean-Claude Carrière, Yoyo est sans doute son long métrage le plus personnel. L’intrigue relate l’histoire d’un jeune clown qui a grandi dans le monde du cirque et,  qui adulte devient un des clowns les plus populaires son époque. Ce succès lui permet de racheter le château dans lequel vivait en s’ennuyant mortellement son riche père, ayant fait faillite lors de la débâcle boursière de 1929. 

    annie-fratellini-&-pierre-etaixCe film montre un univers fondamentalement différent de celui filmé par Fellini dans son œuvre "Les clowns" (blog 13/12); rappelons que les deux hommes s’étaient radicalement opposés sur la façon de filmer les clowns et le cirque. Yoyo n’est pas un film sur le cirque, car c’est un voyage initiatique dans le monde des saltimbanques. Et si "Le Soupirant" (premier film d’Etaix) évoque Buster Keaton (blog 14/12), Yoyo rappelle cet autre grand comique venu également du cirque : Charlie Chaplin.

   Pipo1bis Au cours du film, comme dans les autres réalisations d’Etaix, on peut entrevoir un bref instant de nombreuses vedettes issues du cirque tels Pipo, Dario & Mimile, les Antarès, Amédée Ringenbach, Marcellys, Loriot…

   YOYO.jpg Yoyo un film à voir ou revoir d’autant plus qu’un coffret vidéo reprenant toute l’œuvre cinématographique d’Etaix est enfin à la disposition de tout amateur cinématographique.

commentaires

Buster Keaton à Médrano

Publié le 14 Décembre 2010 par cirk75gmkg dans Cinéma

 BusterKeaton02.jpgSurnommé Buster par Harry Houdini, alors qu’il était au berceau, le jeune Keaton partagea la vie itinérante de ses parents acrobates. Ce clown de génie au visage impassible avait créé au cinéma le personnage de "l’homme qui ne rit jamais" et ses films font parti du patrimoine de cinéma. Mais ce qui est peut être moins connu c'est qu'il s'est produit 3 fois en France à l’initiative de Jérôme Médrano dans son cirque éponyme situé à Paris boulevard Rochechouart.

 

 Medrano03.jpgPour fêter en 1947, les cinquante ans de son établissement Jérôme Médrano s’est assuré le concours de plusieurs grandes vedettes internationales. Et pour le programme de réouverture (5 septembre au 2 octobre 1947) en plus des clowns habituels: Maïss & Béby, Pépé & Loriot, la vedette revient à Buster Keaton "l’homme qui ne rit jamais et qui fait rire le monde entier". Au cours du spectacle Buster interprète avec Maïss & Pépé, Christian Duvalleix, Benettini  un stretch inédit .

 

BusterKeaton03.jpgDu 26 septembre au 16 octobre 1952 Buster Keaton revient à Médrano avec comme ravissante et élégante partenaire son épouse Eléonor Noris, dans une création nommée "Soir de fête". Au même programme on peut aussi applaudir le Maître écuyer Ernest Schumann ainsi que les clowns Alex et Béby,

 

BusterKeaton04.jpgBuster Keaton s'y produisit une dernière fois du 8 janvier au 4 février 1954 dans une série de petites "entrées" à la mécanique précise et parfaitement huilée. Ainsi, il survient à l’improviste au milieu des hommes de piste occupés à démonter le matériel du numéro précédent, se fait expulser, prend place parmi les spectateurs, revient dans la piste pour y lire sur un banc un immense journal, se livre au pillage d’un distributeur de confiseries et s’égare dans une cabine téléphonique d’où il ressort à califourchon sur les épaules d’une ravissante personne, Eléonor son épouse. Au même programme du 7ème spectacle accéléré de la saison 1953-54, Nino & Charly, Drena & Boulicot, Pipo et Dario, Loriot Billy Beck & Mylos, démontrant ainsi que la tradition selon laquelle à Médrano les clowns sont rois n’est pas usurpée

commentaires

Les Clowns (1971)

Publié le 13 Décembre 2010 par cirk75gmkg dans Cinéma

 Depuis sa précoce enfance, Fellini est attiré, voire subjugué, par le cirque. Il entreprend ici, à la demande de la télévision, une sorte de voyage nostalgique à la rencontre des anciens clowns et de leurs souvenirs. Cela donne un film en forme de faux documentaire sur les rapports du cirque et du grotesque.  
   
Les-Clowns.jpgFellini rend visite à de grands cirques européens et au passage nous pouvons voir Billi Scotti, Pierre Etaix, Annie Fratellini, Charlie Rivel, Jean Houcke, Alex, Louis Maïss, Loriot, Bario, Fumagalli, Victor Fratellini.
   
     Les-Clowns2.jpgOeuvre dérangeante et polémique pour certains, insulte au monde cirque en général et aux clowns en particulier pour d'autres, ce film n'a pas rencontré beaucoup d'émules dans le monde de la piste. Ainsi Adrian dans son ouvrage "Cirque et Cinéma" indique: " l'attirance de Fellini pour les clowns est-elle admirative ou dérisoire? Quel plaisir prend-il à laisser sa caméra s'attarder et surtout grossir les défauts, les tics, à rendre caricaturales les expressions humaines? Car dans ce film, les clowns et tous les participants sont vus et photographiés sous un angle qui les désavantage: le grotesque prime toujours l'humain".
   
  Alors film sur ou contre le cirque? A vous de juger MK2 l'a édité en DVD, bonne vidéo.
 
 
commentaires

Trapèze (1956) de Carol Reed

Publié le 18 Novembre 2010 par cirk75gmkg dans Cinéma

 

TrapèzeUn des grands intérêts de ce film, mis en scène par Carol Reed, est de montrer en long et en large le Cirque d'Hiver, ainsi que certains artistes  telle Sandrine Bouglione, une des filles de M. Joseph, mais aussi les clowns Tonio, Mylos et Achille Zavatta. Autre curiosité on peut également voir la silhouette de Sampion Bouglione, par contre dans le film le rôle de M. Bouglione est tenu par Thomas Gomez. 

 Fay Alexander est officiellement la doublure de Tony Curtis, même si lors du tournage on a du faire appel au trapéziste français Jean Palacy, pour exécuter une prouesse dangereuse au trapèze. Si on le voit clairement dans le film, Jean Palacy n’est pas indiqué au générique et, n’a jamais reçu le moindre centime pour sa prestation. Pour ceux dont la mémoire flancherait, je rappelle que ce porteur avait formé de 1965 à 1972, avec Pauline Lacy, le duo aériens « Les 2 Palacys » qui  exécutait non pas un, comme les « mythiques Clérans » mais trois sauts de la mort.

trapeze-1956.jpgBurt Lancaster, le producteur du film et ancien acrobate de cirque, exécute lui-même la plupart des numéros de trapèze, même s’il est doublé dans certaines scènes par Edward Ward. Quant Gina Lolobrigida, sa prestation acrobatique est assurée par Willy Krausse et Maryse Bégary.

 Le scénario est un mélo assez sombre, mélangeant arrivisme, jalousie voire  sadomasochisme pêchant essentiellement par le personnage de Lola, héroïne manipulatrice qui sème à plaisir le trouble entre les deux trapézistes.

Trapeze-copie-1.jpgPour les cinéphiles circophiles, je signale qu'il existe un DVD  produit par WildCat dans la collection Les Introuvables, bonne vidéo.


 

commentaires
<< < 10 11 12 13 14 15