Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le bloc-notes de cirk75

Depuis 2010, Chronique au fil du temps et de la mémoire d'un circophile amateur

Articles avec #art catégorie

Norman Barrett au Zippos Circus

Publié le 27 Janvier 2018 par cirk75 dans Art

Une piste de cirque baignée par un rayon de lumière, dans lequel est encadré un homme, portant redingote rouge, jabot blanc, pantalon noir et coiffé d’un haut de forme de moleskine. Il tient aussi un micro à la main. Tout le monde a reconnu ce personnage emblématique de la piste : M. Loyal. Et pour une fois le peintre et graphiste britannique John Stillman, a représenté un artiste bien connu des circophiles anglais. Il s’agit de Norman Barrett (voir blog12/10/15) représenté devant un public conquis, en train d’animer le programme du "Zippos Circus", établissement avec lequel il avait signé un long bail de 16 ans comme Maître de piste de ce cirque itinérant. Trois autres éléments attirent aussi notre œil. En bas, le large bord oranger qui délimite la piste, à droite, une guirlande lumineuse, à gauche, une tache rectangulaire indéfinissable et bicolore. Norman Barrett un artiste qui attirait tellement John Stillman qu’il l’a représenté au moins deux autres fois dans sa série de 21 toiles qu’il a réalisé sur ce cirque britannique et que l’on peut consulter sur le site www.johnstillman.co.uk/paintings-by-john-stillman-circus.php.

Norman Barrett au Zippos CircusNorman Barrett au Zippos Circus

Peintre autodidacte, John Stillman est né en 1968 à Carshalton, ville au sud-ouest de Londres. Il est reconnu pour ses paysages et ses sujets marins se concentrant sur la lumière et l'atmosphère. Aujourd’hui cet artiste prolixe, dont bon nombre de ses œuvres sont conservées dans des collections privées au Royaume-Uni en Amérique, en France ou en Australie, continue à peindre avec avidité.

commentaires

La Jongleuse par Otto Eerelman

Publié le 20 Janvier 2018 par cirk75 dans Art

Une assiette dorée tourne au sommet d’une longue tige flexible et bicolore, une jeune artiste tout de blanc vêtu et encadrée de son matériel de jonglerie est à l’origine de cet équilibre précaire. On aperçoit derrière elle trois chevaux dont un tenu par son écuyer portant son costume de piste. En regardant ce tableau notre œil est naturellement attiré par son centre notamment par le blanc immaculé du tutu que porte cette jongleuse très concentrée à faire tourner cette assiette. En arrière-plan le peintre utilise des teintes à base de marron pour simuler les murs ou toile du bâtiment. Comme nous le sentons nous sommes à l’intérieur d’un cirque derrière la gardine, dans ses coulisses, endroit où les artistes s’entrainent une dernière fois avant d’être invités par le régisseur à se produire en piste.

Cette peinture circassienne est née du talent d’Otto Eerelman (1839-1926), peintre graveur et lithographe hollandais, connu pour avoir réalisé de nombreuses toiles équestres mais aussi bon nombre de peintures ayant comme thème le cirque, notamment "Madame Carré avec son cheval gris au cirque Carré" ou " Derrière les coulisses du cirque" et n’oublions pas "La Jongleuse" objet de notre étude aujourd’hui.

La Jongleuse par Otto Eerelman
La Jongleuse par Otto Eerelman

Peintre talentueux un peu oublié de nos jours même si en 2015 il a bénéficié d’une rétrospective à Leek au Musée Nienoord, exposition qui a permis d’admirer ses nombreux portraits réalistes d'animaux, mais aussi ceux réalisés pour la bourgeoisie aisée, la noblesse ou la maison royale montrant l'énorme diversité  de l’œuvre de cet artiste néerlandais.

commentaires

Bucarest une ville qui honore le Prince Rainier III

Publié le 17 Janvier 2018 par cirk75 dans Art

La capitale roumaine est une ville où les arts de la piste sont bien appréciés. En plus de posséder un cirque, un festival dédié à ce type de spectacle, Bucarest possède depuis octobre 2017 en son cœur et sur la place du Cirque, une statue réalisée par le sculpteur Ionel Stoicescu, qui représente le Prince Rainier III (voir blog16/01/14), créateur du Festival International du Cirque de Monte-Carlo,dont on fête cette année la 42ème édition.

En plus de cette œuvre et toujours dans le parc du cirque (Parcul Circului) ont été aussi érigées sept sculptures en bronze représentant grandeur nature des numéros de cirque (clown, jongleur, contorsionniste, dompteur, éléphant, gymnaste et acrobates).

Comme on le voit les arts du cirque occupent une place privilégiée dans la culture roumaine et cette statue de Rainier montre les liens privilégiés entre la Principauté et cette démocratie d'Europe du Sud-Est.

commentaires

Le cirque, une source d’inspiration pour le peintre anglais Frederick William Elwell, (1870–1958)

Publié le 13 Janvier 2018 par cirk75 dans Art

Ce peintre naturaliste britannique  membre de la Royal Academy, s’est fortement inspiré du travail de Degas (voir blog01/01/16) ou Toulouse Lautrec (voir blog17/03/11), et notamment de leurs nus et dans leurs scènes de cirque. Rappelons qu’Elwell était tellement attiré par les arts de la piste qu’en 1923 il a passé six mois dans une caravane pour suivre la tournée anglaise du "Sanger's Circus". De cette expérience nomade et circassienne sont nées quelques toiles où il reprend, en utilisant les effets de lumière et de couleur, certains thèmes liés à la piste.

Parmi les peintures réalisées en 1923, "The Big Top", toile de 61 sur 81 cm, léguée à la "Beverley Art Gallery", musée détenant la plus importante collection de cet artiste, est un bon exemple du travail de Frederick Elwell. On peut notamment y voir comment il utilise d'une façon excessive les couleurs donnant à cette œuvre une tonalité à la fois verte et sombre.

Dans ce tableau seule la piste est éclairée par deux halos lumineux provenant des cintres des chapiteaux. En regardant mieux tant ils sont minuscules, on peut voir les artistes réaliser des pyramides équestres sur deux niveaux. Si nous laissons notre œil glisser vers le bas on aperçoit légèrement sur la gauche les musiciens de l’orchestre et à droite où on trouve la gardine un cheval tenu par la bride attend pour entrer en piste. Le reste, les spectateurs, les gradins et le bord de la piste sont seulement esquissés et ne paraissent pas avoir beaucoup intéressé notre peintre circophile.

 

Par contre le vert semble fasciner Elwell, témoin ces deux autres peintures où cette couleur est sur représentée. L'une montrant les chevaux du Cirque Sanger et l’autre peignant les caravanes des artistes de ce cirque. On voit aussi les spectateurs déambuler en sortant du chapiteau dont on entrevoit une partie sur la gauche. 

Le cirque, une source d’inspiration pour le peintre anglais Frederick William Elwell, (1870–1958)
Le cirque, une source d’inspiration pour le peintre anglais Frederick William Elwell, (1870–1958)

Frederick William Elwell un des nombreux peintres européens qui au début du XX° siècle a souvent utilisé le cirque comme modèle et qui a nourrit avec force la mémoire de la piste.

commentaires

Le cirque Gruss par Jean Bernard Wallis

Publié le 6 Janvier 2018 par cirk75 dans Art

Plus attiré par les pilotes de Formule 1 ou par le fourmillement des voitures dans les rues d'un port de plaisance, Jean Bernard Wallis, dit Jean Wallis peintre français né en 1938, a cependant brossé avec force et couleurs et au moins par deux fois, la piste aux étoiles à travers ces peintures (50x50) représentant comme on peut le lire la piste du cirque Gruss, sans prénom. Il s'agit donc de celui d'Alexis Gruss Sr. (voir blog19/12/11) et de son frère André (voir blog23/05/15).

​​​​Si le cirque bleu, oeuvre très symétrique à base de couleurs froides nous montre des clowns, des écuyers, des funambules encadrés par des spectateurs à peine esquissés ; le cirque jaune utilisant une palette de tons chauds est, à la fois plus élaboré mais aussi plus dépouillé. On peut voir ainsi quelques spectateurs assis, quand d’autres continuent à aller et venir créant ainsi un ballet incessant sous le chapiteau, où les numéros équestres sont encore très présents. Ce second tableau semble suggérer que nous assistons plus à une répétition qu'au déroulé du programme.

Dans ces créations toutes deux empreintes d'une légèreté voire d’une naïveté apparente, l’artiste nous montre une sorte charivari des artistes et animaux composant le programme. Cependant une lecture plus attentive de ces œuvres joyeuses et colorées nous conduit à constater que Jean Wallis tourne un peu en dérision ce spectacle en peignant tous les numéros à la fois. Il s'attache principalement à montrer les humains comme des fourmis minuscules bougeant sans cesse sous l'immensité du chapiteau du cirque Gruss.

Jean Wallis un peintre un peu iconoclaste, mais moderne. 

commentaires

Equestrienne au cirque Fernando par François Flameng (1856-1923)

Publié le 22 Décembre 2017 par cirk75 dans Art

Curieux nom ce titre franco-anglais "Equestrienne  au Cirque Fernando" donné à cette toile montrant une écuyère enveloppée dans une large trousse jaune. L'écuyère sagement assise en amazone captive le public de ce célèbre cirque montmartrois dont on reconnait aisément quelques-uns des 16  poteaux en fonte qui soutenaient la coupole de cette salle. Ce tableau est dû au talent de François Flemeng un peintre, illustrateur et graveur fort apprécié de son temps mais aujourd’hui totalement oublié. Habile coloriste il aimait bien peindre les beaux endroits et c’est pourquoi on lui doit, pour partie la décoration de la nouvelle salle Favart du théâtre national de l'Opéra-Comique à Paris, ou un panneau pour la grande salle du célèbre restaurant  parisien "Le Train bleu" de la gare de Lyon.

Son domicile parisien situé rue Amelot au 61, non loin du 110 cher au cirque d’hiver, mais très curieusement c’est le cirque Medrano ou plutôt le cirque Fernando (voir blog01/07/12) qu’il peint en 1890 dans une huile reprenant le même sujet qu'un tableau réalisé deux ans auparavant par Toulouse-Lautrec, et intitulé "L'Écuyère du cirque Fernando"(voir blog03/01/16).

Cette toile peinte est une rareté dans la production de ce maître de l’éclectisme qui est plus reconnu pour ses nombreux tableaux d'histoire et ses portraits mondains que pour son appétence pour les arts de la piste.

commentaires

Cirque de Sergei Chepik (1953-2011)

Publié le 9 Décembre 2017 par cirk75 dans Art

Sergei  Chepik,  un artiste russe rompu à toutes les techniques artistiques allant de l’aquarelle à l’huile en passant par l’eau-forte, la céramique ou la sculpture et maîtrisant tous les genres, du portrait où il excellait à la composition qui avait sa préférence. Esprit libre, à contre-courant de l’art officiel en URSS,comme en Occident et aux thèmes de prédilection larges et variés. Chepik peint aussi bien le passé tourmenté de sa Russie natale, que des instants mystiques et religieux. Le monde du spectacle ne lui est pas inconnu. Il excelle dans ses scènes de rings de boxe, de cabarets,  de coulisses du Moulin Rouge, mais aussi dans la dramaturgie issue du cirque et de ses saltimbanques.

Témoin cette œuvre de 1991 intitulée "Cirque" dans laquelle  on trouve une foisonnante composition fantasmagorique où éclate une imagination sans frein, montrant sur une piste richement colorée et éclairée un  clown facétieux  ébloui par les prouesses des deux acrobates équestres du  jongleur à cheval. Fort intéressé par le thème acrobates et jongleur équestres, Chepik le reprend dans une autre de ses compositions avec un bleu très présent, donnant une œuvre totalement différente et un sensation d' image glaciale et froide. 

Ces deux créations ne sont pas les seules œuvres consacrées aux arts de la piste, car comme on l’a déjà mentionné Chepik était fasciné par ce monde et en a laissé de nombreux témoignages dont en voici quelques uns.

Cirque de Sergei Chepik  (1953-2011)
Cirque de Sergei Chepik  (1953-2011)
Cirque de Sergei Chepik  (1953-2011)
Cirque de Sergei Chepik  (1953-2011)
commentaires

Lady Laura Knight (1877-1970)

Publié le 2 Décembre 2017 par cirk75 dans Art

Femme peintre et graveuse britannique dont l’œuvre importante embrasse non seulement la tradition figurative et réaliste mais aussi l'impressionnisme anglais, Laura Knight un des peintres les plus populaires en Grande-Bretagne est devenue en 1936 la première femme élue à la Royal Academy depuis la date de sa fondation en 1768 . 

Lady Laura Knight (1877-1970)
Lady Laura Knight (1877-1970)
Lady Laura Knight (1877-1970)

Son œuvre picturale est composée de nombreuses huiles ou aquarelles représentant des paysages, des portraits mais aussi de nombreux artistes de cirque. Il faut dire que cette passion lui est venue dès 1920 lors d’une visite au cirque Bertram Mills à Olympia à l'ouest de Londre. Et pendant près de 2 années en 1929 et 1930 elle va suivre la tournée de ce cirque. Elle  peint pratiquement toute la distribution de cet établissement que ce soient les artistes mais aussi les animaux. Au contact du monde circassien elle modifie sa façon de travailler. Voulant représentant un instant fugace et voyant que les artistes avaient rarement beaucoup de temps à lui consacrer pour poser, elle apprend à peindre vite. Et c’est ainsi que sans aucun dessin préparatoire il va peindre directement sur la toile.

Lady Laura Knight (1877-1970)
Lady Laura Knight (1877-1970)
Lady Laura Knight (1877-1970)

L'exposition "Knight's Circus Folk" au Club Alpin en 30, qui découle de ce travail a été l’objet de nombreuses critiques de la part des revues d'art, mais ses peintures de petits groupes de clowns, tels que The Three Clowns et Old Time Clowns, rencontrent un beau succès populaire. On lui doit aussi un portrait de Joan Rhodes (voir blog03/12/17) une artiste connue sous le nom de "The Mighty Mannequin".

Parallèlement en 1934 Laure Knight a crée aussi toute une gamme de vaisselle (assiettes, plats, pichets…) pour la table ayant le cirque comme sujet et produite par Clarice Cliff.

Lady Laura Knight une artiste peintre circophile...

commentaires

Edward Brian Seago (1910-1974)

Publié le 25 Novembre 2017 par cirk75 dans Art

Né en 1910 à Norwich en Angleterre Edward Seago est un peintre, écrivain et illustrateur britannique, qui de 1928 à 1933  a voyagé en suivant de nombreux cirques européens. Et de cette expérience nomade il a écrit et illustré trois livres Circus Company" (1933), "Sons of Sawdust"» (1934) et "Caravan" (1937) sur les artistes de cirque et ses à côtés.

Témoignage de cette passion circassienne il a aussi réalisé des toiles qui ont toutes été réalisées autour de 1930 où il a peint notamment un clown blanc, un auguste jovial, une funambule sur son fil, une parade d’artistes sur la piste, mais aussi un campement circassien,ou des caravanes aux couleurs étincelantes.

Edward Brian Seago (1910-1974)
Edward Brian Seago (1910-1974)
Edward Brian Seago (1910-1974)

Artiste autodidacte, qui peut être classé dans la mouvance  impressionniste ou postimpressionniste il est remarquable l'utilisation qu'il fait de la couleur et de la lumière. Capturer l'atmosphère plutôt que le détail exact d'une scène particulière telle est la caractéristique des huiles ou aquarelles signées Edward Seago.

Ses paysages et ses portraits conservent une fraîcheur sans pareil. Son coup de pinceau donne une apparence simple, mais nous montre les éléments essentiels qui racontent son copinage avec les arts de la piste.

Edward Brian Seago (1910-1974)
Edward Brian Seago (1910-1974)
Edward Brian Seago (1910-1974)

Edward Seago un peintre britannique amoureux des spectacles de la nature mais aussi du cirque qui eut comme admiratrice la Reine mère Elisabeth, autrement dit la mère de l’actuelle Reine de Grande-Bretagne.

 

commentaires

Les écuyères de Marcel Falter, au Centre Pompidou de Paris

Publié le 18 Novembre 2017 par cirk75 dans Art

L'art équestre tant par ses prouesses physiques que par sa dramaturgie du spectacle a bien souvent fasciné le public. Et la figure fantasmagorique de l’écuyère est à l’origine de bons nombres de créations picturales. Ainsi Pierre Bonnard (voir blog23/01/16), Alexis Merodack-Jeaneau (voir blog27/01/16), Jean Metzinger (voir blog04/03/17),  Georges Seurat (voir blog02/01/16) voire Henri de Toulouse Lautrec (voir blog03/01/16), l'ont brossée avec talent dans des toiles bien connues du public.

Marcel Falter, peintre graveur animalier lorrain, artiste illustrateur un peu méconnu de nos jours, a aussi beaucoup peint le cirque. On lui doit notamment 3 huiles représentant de pulpeuses écuyères, dont une décrit une cavalière attendant pour entrer en piste.Quant aux deux autres, elles nous proposent, soit à califourchon soit en amazone un extrait du numéro pris sur le vif de ces charmantes artistes.

Dans ces œuvres notre œil est naturellement attiré par les jambes musclées et dénudées de ces femmes qui, dans 2 huiles,sont particulièrement mises en évidences par contraste avec la robe noire des équidés. A part la belle et la bête on aperçoit dans certaines œuvres une partie de la piste, dans d'autres on imagine quelques silhouettes de spectateurs voire dans une, on entrevoit une partie de la barrière.

 

Après réflexion, il semble que seuls la grâce et la force, le charme et la puissance aient retenu l'attention de notre peintre lorrain, né à Dieuze en 1886 dans ces 3 huiles.

Marcel Falter élève des Ecoles des Arts Décoratifs de Strasbourg et de Munich expose en 1914 au Salon des Indépendants puis en 1923 au Salon d'Automne en 1923, membre de Groupe des Douze qui rassemble autour de François Pompon et Jane Poupel des sculpteurs et des artistes peintre animaliers. 

 

Ce collectif expose, du 8 avril au 8 mai 1932, dans les salons de l'hôtel Ruhlmann et, une seconde fois, toujours chez Ruhlmann du 1er au 31 mars de l'année suivante. Mais cette deuxième fois est la dernière : le décès de Jane Poupel en 1932 et celui de François Pompon en 1933 ayant mis fin à l'association des artistes animaliers.

 

Les musées de Strasbourg et de Luxembourg possèdent dans leur collection quelques témoignages des créations de Marcel Falter.

commentaires
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>