Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le bloc-notes de cirk75

Depuis 2010, Chronique au fil du temps et de la mémoire d'un circophile amateur

Le Chapiteau du cirque Hagenbeck en 1930

Publié le 19 Février 2018 par cirk75 dans Bâtiments

Le Chapiteau du cirque Hagenbeck en 1930

Cette aquarelle des sœurs Vesque (voir blog10/02/18) représente le Cirque Hagenbeck en 1930 à Paris avenue de Clichy. 

commentaires

Le Chapiteau du Cirque Ancillotti en 1924

Publié le 18 Février 2018 par cirk75 dans Bâtiments

Le Chapiteau du Cirque Ancillotti en 1924

Cette aquarelle des sœurs Vesque (voir blog10/02/18) représente le Cirque Ancillotti (voir blog02/02/11) à Paris en 1924.

commentaires

Le Chapiteau du cirque Lambert en 1926

Publié le 17 Février 2018 par cirk75 dans Bâtiments

Le Chapiteau du cirque Lambert en 1926

Cette aquarelle des sœurs Vesque (voir blog10/02/18) représente le Cirque Lambert en 1926 à Versailles 

commentaires

Le cirque de Paris d'après les Demoiselles Vesque

Publié le 16 Février 2018 par cirk75 dans Bâtiments

Le cirque de Paris d'après les Demoiselles Vesque

Cette aquarelle des sœurs Vesque (voir blog10/02/18) représente le Cirque de Paris

commentaires

Le Chapiteau du Cirque Pinder en 1929

Publié le 15 Février 2018 par cirk75 dans Bâtiments

Le Chapiteau du Cirque Pinder en 1929

Cette aquarelle des sœurs Vesque (voir blog10/02/18) représente en 1929 le Cirque Pinder, époque Spiessert (voir blog24/06/15)

commentaires

Le Chapiteau du cirque Amar en 1928

Publié le 14 Février 2018 par cirk75 dans Bâtiments

Le Chapiteau du cirque Amar en 1928

Cette aquarelle des sœurs Vesque (voir blog10/02/18) représente en 1928 le Cirque Amar à Versailles

commentaires

M. Drollo et Philipp Astley, l'ultime épisode.

Publié le 13 Février 2018 par cirk75 dans Personnalités

Depuis 2 mois M. Drollo nous tient en haleine avec l'incroyable mais passionnante histoire presque vraie de Philip Astley dépêchons nous de voir le 10ème et dernier épisode toujours relatée avec fougue par ce Maître conférencier et cela avant de prendre  quinze jours de farniente

commentaires

Les animaux de spectacles et de compagnie prochainement interdits

Publié le 12 Février 2018 par cirk75 dans Animaux

Les "Torquemada de tous genres" souhaitant interdire la présence des animaux sauvages sur les pistes des cirques étalent des arguments qui ne sont ni originaux, ni récents. En effet dans les années 1930, il y a près de 90 ans des "saintes Blandine" regroupées dans une organisation prénommée "Jack London Club" condamnaient déjà "les traitements cruels infligés aux animaux dans les cirques". Il faut dire que ces chapelles d’hier ou d’aujourd’hui que l’on peut assimiler à des sectes croient, en un dogme infaillible sur lequel ils fondent leur credo, "tout animal est malheureux dans un cirque, il faut donc en interdire la présence".

Et c’est ainsi qu’aux Etats-Unis, au Danemark, en Belgique, en Allemagne, en Autriche, en Angleterre et maintenant en France des campagnes de plus en plus outrancières se sont multipliées. Et si à l’heure actuelle certaines organisations se limitent aux animaux sauvages dans les cirques, d’autres vont plus loin, et souhaitent prohiber toute détention d’animal domestique. Ainsi les aveugles devront se débrouiller sans leur compagnon à 4 pattes. Et ne parlons pas du tiercé qui verra sa mort prochaine programmée ou l’usage des chiens d’avalanche définitivement illicite.

Et si actuellement leur activisme se concentre essentiellement sur le monde de la piste, c’est que cet univers est bien souvent inorganisé. Véritable tour de Babel les circassiens constituent une société si facile de briser. Et à l’instar du vieux Corneille à vaincre sans périls ces activistes triomphent sans gloire, car occupés 7 jours sur 7 et 24h sur 24 à prodiguer des soins à leurs compagnons de pistes, les dompteurs, dresseurs et écuyers ont peu de temps à consacrer à la défense de leur activité et à faire du lobbying auprès des leaders d'opinion.

A ce jour ces associations ont investi des sommes considérables, achetant des espaces publicitaires, utilisant le marketing direct, interpelant les élus locaux, détournant à leur profit des affiches de cirques (voir blog17/11/15), contactant les média pour qu’ils prennent en compte leurs diatribes…

Devant une telle offensive deux possibilités, le monde du cirque peut baisser les bras et sans être Mme Soleil dans moins de 5 ans à coup sûr une profession aura disparue celle de dresseurs. L’autre solution prendre du temps pour rencontrer des parlementaires européens, dialoguer avec le public, prendre la parole dans les media… mais cela prend du temps et nécessite de l’argent.

Et comme il est apparemment difficile pour les militants et les organisations dite de protection des animaux d’accepter, voire de comprendre, qu'il existe en France et en Europe des cirques qui sont animées des meilleures intentions envers leurs animaux, leur procurant des soins irréprochables et les aimant sincèrement et profondément, il est urgent que la profession s’organise pour répondre aux provocations incessantes de ces groupuscules qui se trouvent de plus en plus relégués dans les média.

Aussi c’est avec intérêt que nous avons appris qu’un Collectif des cirques s’était réuni le 1er février dernier à Bordeaux sous le chapiteau du Cirque Arlette Gruss. Une association a ainsi été fondée sous le titre "Animaux de Spectacle - Artcena" avec Michel Louis, le directeur du Zoo d’Amnéville, comme Trésorier.

Aussi afin de recueillir les fonds nécessaires à des actions de communication et pour soutenir les procédures judiciaires, cette association a besoin du soutien des circophiles aussi vient-elle d’éditer une plaquette qui est reproduite ci-dessous.

Les animaux de spectacles et de compagnie prochainement interdits

Autre information importante de ce week end,  "La dépêche Vétérinaire", l'incontournable hebdomadaire de la profession, détenu et géré par des vétérinaires vient dans son dernier numéro rappeler que la profession ne partage pas les objectifs de ces chapelles animaliennes et rappelle trois vérités qu’il est bon d’avoir à l’esprit à savoir :

     - "les animaux dans les cirques ne peuvent être considérés comme sauvages car nés en captivité, ils ne relèvent pas de cette définition."

     - "le devenir des animaux de spectacle, si l’interdiction de leur présence dans les spectacles intervenait, ne semble guère préoccuper les militants de la cause animal. "  

     - "la remise en liberté dans leur biotope original est une utopie vouée à l’échec…"

Les animaux de spectacles et de compagnie prochainement interdits

Alors soyons attentifs et ne ménageons pas notre soutien aux animaux de spectacle dans les cirques qui en plus apprécient nous dit-on la vie d’artistes.

commentaires

Jeanne Pezon (1865-1936), une dompteuse française

Publié le 11 Février 2018 par cirk75 dans Dompteurs

Pezon est le nom d'une dynastie d'artistes d'origine lozérienne dont la lignée est constituée d'une quinzaine de dompteurs qui assura la direction d'une dizaine de ménageries foraines. Si on compte un grand nombre de dompteurs réputés comme  Jean-Baptiste dit Baptiste, son fils Adrien ou son neveu Edmond… on trouve aussi et c’est peut-être moins connu  beaucoup de femmes qui ont eu leurs entrées dans la cage aux fauves. Parmi ces belluaires au féminin signalons les 3 filles de Jean l'ours le frère cadet du célèbre Baptiste Pézon 

          - Joséphine dite Léonda Pezon (1863-1927) une excellente dompteuse épouse d'Émilien Castanet un saltimbanque aux nombreuses casquettes (marin, écuyer, gymnase, dompteur, funambule),

          - Léontine ou Léonta Pezon (1863-1938) jumelle de Joséphine spécialiste dans le travail des singes. Au décès de sa jumelle elle reprend sa ménagerie et s'associe avec le dompteur Lucas.

          -Anna Pezon dite Anna la téméraire (1870-1918), une dompteuse comme on en voit rarement qui étonne en son temps bien des belluaires du sexe fort. Elle épouse un musicien M. Seguin avec qui elle a deux enfants et n'oublions pas enfin leur cousine Jeanne Pezon, objet de notre étude. 

Fille du dompteur Justin Pezon, elle est née dans les années 1860 peut-être en 1865 sa date de naissance est incertaine. Jeanne Pezon se signale rapidement par son intrépidité et sa parfaite aisance dans une cage aux fauves. Elle dirige jusqu'à 1910 la ménagerie de son père, nommé dans un premier temps "L'établissement zoologique" qui avec le temps  devient "L'établissement zoologique de Melle Pezon", dont son mari M. Sieber en est l’administrateur. Rappelons qu'à cette époque les femmes ne peuvent pas par elle-même gérer une entreprise commerciale.

En 1907 elle s’associe pour un temps à son cousin Adrien, le fils aîné de Jean-Baptiste pour participer à la "Foire au pains d’épice" l'ancêtre de notre actuelle foire du Trône parisienne. Puis l’année suivante on la retrouve avec son établissement zoologique à Belfort, puis en 1909 au Jardin d'Acclimatation de Paris.

Puis très curieusement on  en 1920 à Paris elle est "représentante de commerce" avec René Bellemand .

 

Fort célèbre Jeanne Pezon  est une des rares du moins à son époque, dompteuse à avoir une affiche et des cartes postales à son effigie. Elle s'éteint à plus de 70 ans en 1936, après une vie dédiée aux animaux 

 

Signalons pour celles et ceux qui souhaitent mieux connaître cette famille lozérienne de dompteuses et dompteurs l'excellent livre de Marius Gibelin sur la question que l'on peut se procurer sur internet.

commentaires

Les Demoiselles Vesque et le Medrano Voyageur

Publié le 10 Février 2018 par cirk75 dans Art

Nous avons déjà évoqué le travail pictural que les sœurs Vesque nous ont léguée (voir blog07/03/11) et qui permet à tout à chacun de découvrir ou de redécouvrir leurs chroniques dessinées, sur la vie des chapiteaux entre 1902 et 1949, plantés en région parisienne. Témoin ces deux aquarelles montrant l’une en février 1936 le Médrano Voyageur (voir blog12/02/17) à la Porte d’Auteuil, l’autre le même établissement implanté cette fois dans les Jardins de Suresnes le 20 mars 1937.

Rappelons qu’entre 1932 à 1937 deux Cirques Medrano itinérants ont parcouru la métropole. Une semi construction, celle de Palisse (voir blog01/12/2011) vendue par sa veuve à Jérôme Medrano, puis de 1936 et 1937 s’ajoute en plus un spacieux chapiteau blanc de 4 mats nommé "Medrano Voyageur" et c’est celui-là que les demoiselles Vesques ont représenté au moins par 2 fois.

Dans ses mémoires Jérôme Medrano n’est pas très prolixe sur les raisons de l’arrêt en pleine saison de ce grand chapiteau blanc qui selon ses dires étaient dues à des raisons de famille, car, il voulait se consacrer à sa maison de Paris et à son éducation cinématographique, qu’il avait commencé au début de l’année grâce à Schwob d’Héricourt, voulant lui confier la réalisation d’un film sur le cirque.

Mais revenons aux sœurs Vesque qui possédaient comme on le voit un trait incisif ce qui leur permettait de conjuguer légèreté et justesse dans leurs dessins. Sur ces aquarelles on distingue parfaitement la spacieuse toile blanche sur laquelle le nom de Medrano est inscrit en lettres géantes, ainsi que l’entrée semi-circulaire arc-en-ciel et les roulotes rouges barrées de jaune où le nom de ce cirque resplendit ce qui donnait un côté soigné et raffiné à ce grand chapiteau de 4 mâts en long. Soucieuses du détail Marthe et Juliette Vesque ont même représenté le kiosque à musique où une demi-heure avant le début de la représentation un concert était donné par les musiciens afin d'accueillir les spectateurs. Cette pratique aujourd'hui reprise par certains chapiteaux, montre une fois de plus combien Jérôme Medrano était novateur.

Leur Travail sur le cirque (8000 dessins environ réalisés pendant leurs loisirs) a été donné, au décès de Juliette la cadette, au Musée national des arts et traditions populaires. Mais depuis la fermeture de cet établissement, ce fonds est désormais conservé à Marseille au musée des civilisations de l'Europe et de la Méditerranée dit Mucem (voir blog06/06/13), où il n’est pas facile de le voir même si depuis quelques temps un site web permet enfin de le consulter et d'en voir l'importance.

 http://www.culture.gouv.fr/documentation/vesque/

Au-delà de l'intérêt documentaire évident et de la qualité de leur travail, on ne peut que regretter que les aquarelles et dessins des demoiselles Vesque soient peu connues du public.

commentaires
<< < 10 20 30 40 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 70 80 90 100 200 > >>