Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le bloc-notes de cirk75

Depuis 2010, Chronique au fil du temps et de la mémoire d'un circophile amateur

L’Hippodrome de l'Alma ou de Paris (1877 à 1892)

Publié le 14 Mars 2018 par cirk75 dans Bâtiments

Troisième Hippodrome de Paris,(voir blog17/12/10) faisant suite aux bâtiments situés place de l’Étoile, ou de la Porte Dauphine, cette nouvelle salle de spectacles construite tout près de la place du Pont-de-l’Alma, est édifiée à l’'initiative de Charles Zidler, homme de spectacles et déjà à l'origine du Bal du Moulin Rouge à Paris (voir blog22/04/16).

Edifié dans un premier temps en bois, toile et brique, comme étaient les hippodromes précédents, mais reconnu dangereux par le Préfecture de police, le bâtiment est totalement reconstruit sur les plans d’Alfred Leroux par l'entreprise Fives-Lille. C’est ainsi que le 7 mai 1878, les parisiens découvrent une immense construction, tout en fer excepté les deux façades extérieures, surmontée d’un large promenoir et pouvant accueillir jusqu'à 6 000 personnes. Une nouveauté par rapport aux anciens hippodromes, démolis ou incendiés, une toiture vitrée s'ouvre ou se ferme en deux minutes, ce qui pour l’époque représente une prouesse technique. Equipée de l’éclairage électrique avec une piste elliptique, renfermant trois espaces ronds juxtaposés de 13 mètres de diamètre, le tout mesurant environ 79 mètres sur 45. La superficie entière de l’hippodrome et de ses annexes représentait 9 950 mètres. Dans cet espace qui en imposait étaient données, des courses de lévriers, des courses d'obstacles, ou des chars romains...

Parmi les spectacles qui ont marqué ce lieu et qui ont reçu d’après les gazettes de l’époque un accueil triomphal citons "Jeanne d’Arc" pantomime créée en 1890 sur une musique de Charles-Marie Videor ou "Néron" partition signée Edouard Lalo, jouée par un orchestre de 150 musiciens et 200 choristes. Enfin n’oublions pas les 1 500 costumes pour habiller les artistes, du grandiose…

Cependant la spéculation immobilière mettra un terme à cette salle qui fut exploitée pendant quinze années, et qui fut contrainte de fermer le 1er novembre 1892, le propriétaire du terrain où il s'élevait ayant refusé de renouveler son bail.

Une fois cet édifice détruit, Paris connaîtra deux autres hippodromes. En effet en 1894, sera construit avenue Rapp celui du Champs-de-Mars, qui sera fermé pour les travaux de l’Exposition universelle, puis en 1900 place Clichy sera érigé un dernier hippodrome parisien qui avec le temps se transformera en cinéma sous le nom de Gaumont Palace, mais cela est une autre histoire.

commentaires

La Grande Cage (The big cage) 1933

Publié le 13 Mars 2018 par cirk75 dans Cinéma

Film dramatique connu aussi sous un titre plus accrocheur de" La Cage mortelle", sorti en salles en France le 11 août  1933, produit par Universal Pictures  et réalisé par  Kurt Neumann avec notamment, le dompteur Clyde Beatty (1903-1965) et l’actrice Anita Page. Cette œuvre cinématographique, marque ainsi le début au cinéma de ce  dompteur de talent qui eut en son temps ses heures de gloire et qui créa son propre cirque qui deviendra au fil du temps le "Clyde Beatty -Cole Bros. Circus". Belluaire écrivain aussi, il est le coauteur d’un livre “The Big Cage", coécrit avec Edward Anthony dont est tiré le scénario de ce film.

L’intrigue est simplissime : un cirque au bord de la faillite décide pour se sauver de la débâcle financière de proposer  un numéro inédit de domptage. Le metteur en scène Kurt Neumann va donc filmer sous toutes ses coutures  la création de ce numéro, réunissant  lions et 20 tigres en montrant le travail du dompteur où on voit le débourrage des félins, les répétitions qui se succèdent jour après jour dans un concert de feulements et de rugissements. Rarement ce travail aura été montré aussi intimement du moins à cette époque. 

Le film s'est avéré être un succès auprès du public, ce qui va permettre à Clyde Beatty de tourner d’autres films. C’est ainsi qu’on le verra dans “Au royaume de Tarzan" (The lost jungle), ainsi que dans “Les géants du cirque“ (Ring of Fear)  (voir blog18/04/16), œuvres où il reprendra ce rôle de dompteur portant son patronyme, une sorte de version romancée de lui-même.

commentaires

Yves Saint Laurent dessine le Cirque

Publié le 12 Mars 2018 par cirk75 dans Personnalités

Si en 40 ans de création, Yves Saint Laurent (1936-2008) a révolutionné la garde-robe de la femme en empruntant au vestiaire masculin le smoking, le tailleur pantalon ou la saharienne pour en vêtir les femmes, il n’a pas pour autant négligé le monde du spectacle. Moins connu peut-être ses costumes et ses accessoires conçus pour certaines revues, comme celle présentée en 1972 au Casino de Paris dénommée "Zizi je t’aime" pour la chanteuse, danseuse Zizi Jeanmaire. Pour ce spectacle Yves Saint Laurent a par exemple dessiné de chatoyants sacs pour clowns, comme sortis d’un rêve, ainsi que des toilettes pour vêtir la dompteuse ou Mme Loyal et des bottes à faire pâlir de jalousie les meilleurs bottiers de la planète.

Yves Saint Laurent dessine le Cirque
Yves Saint Laurent dessine le Cirque
Yves Saint Laurent dessine le Cirque
Yves Saint Laurent dessine le Cirque
Yves Saint Laurent dessine le Cirque
Yves Saint Laurent dessine le Cirque
Yves Saint Laurent dessine le Cirque

Tous ces croquis sur papier vélin (49 x 32.2 cm) sont à l’heure actuelle visibles au public tant au Musée Yves Saint Laurent de Paris que dans celui de Marrakech au Maroc, ville où le couturier aimait flâner entre 2 collections.

 

Yves Saint Laurent dessine le Cirque
commentaires

Albert Raphaël alias, Professeur Cincinnatus Maladolli (1880-1970), un drôle et déroutant circassien

Publié le 11 Mars 2018 par cirk75 dans écuyer

Le Professeur Maladolli, se présentait ainsi, en effet on pouvait lire sur sa carte de visite non pas Dresseur de chevaux, activité dans laquelle il excellait, mais "Fou, vénérien, illettré, irresponsable de ses actes privés, privé de ses droits civiques, mais plein de morpions".

Personnage hors norme, généreux et fantasque, le jeune Albert Raphaël naît 12 juin 1871 avec une cuillère d’argent dans la bouche, son père est un important  banquier parisien. Le jeune Albert n’est pas intéressé par la finance mais par le cirque. C’est ainsi qu’il se produit dans les années 1910 sur la piste du "Cirque Darius". Puis il décide de créer son propre cirque qui selon les époques se nommera "Cirque Caucasien" voire "Cocassien"en 1930, Cirque Maladolli" en 1948, "Cirque Fusterino" associé à Marcel Fuster en 1950 enfin "Hippodrome" en 1951 avec la famille Danglade. Outre des lamas savants, des biches dressées et un zébu sacré devant lequel chacun était tenu de se prosterner, on trouvait essentiellement des chevaux dans les Maladoli-circus, qu’il dressait admirablement bien, dans un manège situé en Normandie sur le domaine des Farguettes, sur les hauts de Seine, entre Gaillon et Vernon, à Saint-Pierre la Garenne.

Albert Raphaël alias, Professeur Cincinnatus Maladolli (1880-1970), un drôle et déroutant circassien

Personnage farfelu et haut en couleurs, béret basque sur la tête, portant constamment une écharpe ou une cravate nouée avec une épingle à linge, Cincinnatus Maladolli par contre est reconnu comme un écuyer de premier plan. On lui doit notamment un traité d’équitation qui a longtemps fait autorité. Individu parfaitement fantaisiste, à tel point qu’on avait fini par le surnommer "Patronfou", ce qui l’amusait follement, lui qui surnommait ses banquiers, ses fournisseurs ou ses agents d’affaire, des Maloventre !

Tout ce que le cirque du milieu du XX° siècle a compté de célébrités est un jour passé chez lui, à Saint-Pierre-la-Garenne : les Gruss, les Carrington et même Zavatta. Tous sont venus, un jour ou l’autre, profiter de ses conseils avisés.


 

Sec, nerveux, drôle ou hautain, un peu à la façon d'un de Funès, selon sa légende le cher Cincinnati  ne fut jamais malade. Ainsi en 1970 à 99 ans il caracolait toujours à cheval, son béret visé sur sa tête. Il mourut la veille de ses 100 ans et se fit enterrer au cimetière du village, où il voulut que l’on dépose sur sa tombe le pied de son cheval favori.

Etonnant Professeur Maladolli qui affirmait à qui voulait l'entendre que l’animal était bien supérieur à l’homme.   

Albert Raphaël alias, Professeur Cincinnatus Maladolli (1880-1970), un drôle et déroutant circassien
commentaires

"Imagine-toi" de et avec, Julien Cottereau

Publié le 10 Mars 2018 par cirk75 dans Clowns

Spectacle créé en 2006, qui a tourné en France comme à l'étranger, fait de mimes, de bruitages et de poésie, revient depuis le 22 novembre dernier à Paris au théâtre des Mathurins. "Imagine-toi" titre de ce "One-man-show", (Molière 2007) raconte l'histoire d'un jeune hurluberlu, sorte de Pierrot aux allures de lutin coiffé d'un drôle de chapeau et jeté sur scène un peu contre son gré.

Julien Cottereau (voir blog09/09/11), car c’est de lui dont on parle, nous offre un spectacle universel, sans parole, qui donne à notre imaginaire le premier rôle. On rit, on est touché, on se laisse emporter. Et au-delà de la maîtrise technique et corporelle, le clown- acteur-mime noue une véritable complicité avec le public qui est partie prenante de cette expérience visuelle, sonore et riche en émotions. 

"Imagine-toi" de et avec, Julien Cottereau

Grâce à son talent Julien Cottereau fait naître tout un monde de tendresse et d'émotion où se côtoient humour et grâce. Pas de tour de magie, pas d'esbroufe, pas de paillettes et pourtant on sort de ce spectacle émerveillé, ému, et heureux !

Un grand moment de poésie pour tous les publics, pour tous les enfants de 7 à 77 ans, pour tous ceux qui veulent rire, pleurer, admirer!

"Imagine-toi", un grand moment de bonheur à ne manquer sous aucun pretexte!

commentaires

Sur la route des banquistes, le nouveau livre de Christian Boner

Publié le 9 Mars 2018 par cirk75 dans Livres

Le journaliste, ancien président de l’École nationale du cirque de Rosny-sous-bois (voir blog10/09/16) et actuellement administrateur du Festival mondial du cirque de Demain Christian Boner, nous propose un livre sur les cirques ambulants d’autrefois, établissements qui après-guerre au nombre d’une cinquantaine sillonnaient régulièrement les villes et les villages de l’hexagone. 

Dans cet ouvrage l’auteur relate avec force et détails, la naissance, la vie et le déclin des cirques ayant appartenus aux familles Bauer, Beautour, Bureau, Fanni, Franki, Gruss-Jeannet, Lamy, Moreno, National,  Prin…   et il permet aussi au lecteur de s’y retrouver dans la foisonnement des établissements ayant appartenues au clan Figuier Zavatta et Moore, ou à ceux ayant eu comme signature Robba.

On y découvre aussi un cirque peu connu celui de la familleFedrizzi ainsi qu’Albert Raphaël, un individu pour le moins original, et plus connu dans le milieu circassien sous le nom de Cincinnatus Maladolli. Ce personnage haut en couleur se présentait comme fou, vénérien, illettré, irresponsable de ses actes privés, privé de ses droits civiques, mais plein de morpions. Un hurluberlu, mais un hurluberlu généreux toujours prêt à aider son prochain surtout s'il était cavalier. 

A travers un ouvrage de 176 pages richement illustré de plus de 700 illustrations, l’auteur retrace l’odyssée de ces établissements qui, par le seul venu enchantaient le cœur des villes et des villages. Edité à 500 exemplaires ce livre est plus qu’indispensable et nous montre une fois encore combien Chritian Boner connaît son sujet, car après nous avoir régalé en 2005 avec "L’homme qui a sauvé le cirque Pinder" puis en 2009 avec son livre consacré au "Radio télé Circus" (voir blog29/11/10), il remet le couvert avec un travail où l’on trouve maints documents photographiques rarement mis à la disposition du public.

Cet ouvrage rare "Sur la route des banquistes" paru aux Editions Paradox, peut être commandé par internet à l’adresse suivante :auguste.verdine@gmail.com

commentaires

Saint-Pétersbourg se dote d’un Festival International de Cirque, et à Izhevsk se tient la 11ème édition du Festival des Arts du Cirque

Publié le 8 Mars 2018 par cirk75 dans Festivals

Dimitri Ivanov,  l’actuel directeur général de la compagnie russe de cirque vient d’annoncer la tenue du 1er Festival International des Arts du Cirque dans l’ex capitale impériale russe, qui devrait avoir lieu du 24 au 27 mai  dans le Cirque d'État Bolchoï de Saint-Pétersbourg et sera organisé par la société "Rosgoscirk".

D’après les informations connues à ce jour des artistes venus de nombreux pays, dont la Belgique, l'Allemagne, la Chine, la RPDC, le Portugal, la Russie, la Roumanie, les Etats-Unis, le Turkménistan, l'Ukraine et l'Ethiopie devraient participer au festival.

Le jury incluant des figures de cirque célèbres du monde décernera des récompenses dont le prix principal du concours sera une statuette "Golden Gaetano", nommée en l'honneur du fondateur du cirque de Saint-Pétersbourg Gaetano Ciniselli (voir blog15/10/2014).

"Le Festival de Saint-Pétersbourg sera le premier événement à grande échelle pour célébrer le centenaire du cirque soviétique et russe en 2019", a déclaré le chef du Cirque d'Etat de Moscou.

Mais en ce moment en Russie se tient du 7 au 11 mars la 11ème édition du Festival International des Arts du Cirque à Izhevsk où les spectateurs pourront applaudir les artistes suivants qui concourront en vue d'obtenir un Ours d'Or, d'Argent ou de Bronze : 

  • Groupe équilibristes « Ode à la jeunesse », Xinjiang Acrobatique, Chine;
  • Jeux Icariens « Fearless », Jinan Acrobatique, Chine;
  • Jongleurs avec chapeaux, Jinan Acrobatique, Chine;
  • Air sur gymnastes ceintures "Flash Splash" Ukraine-Russie;
  • Équilibre sur les bobines Forêt Sandros « Portugal;
  • Acrobates sur Barre russe "Trio" Angelis, Roumanie;
  • Jongleur Tsai Yong, Chine;
  • Frères Marton, Italie;
  • Clown David Vassallo, Italie, États-Unis;
  • Double fil, Jeffrey Berholt, France;
  • Roue aérienne Syrah "Eclipse", Matthew Richardson, États-Unis;
  • Acrobates sur une balançoire avec une barre horizontale, le cirque national de Pyongyang, la Corée du Nord;
  • Attraction Illusion "Sokol", Anatoli et Alexey Sokolov, Russie;
  • Singes de Murad Hydyrova, "Restaurant", Russie;
  • Acrobates sur des vélos "Vélo Parade" n / p Leonid Tkachenko, Russie;
  • Gymnaste sur Trapèze « Inspiration » L'amour Ulyankina, Russie;
  • Perroquets "Lyre" d'Alexander Onopriyenko, Russie
  • Le duo clownesque Eugene Minin "Frères Pouchkine" et Eugene Maikhrovsky Jr., Russie;
  • Equilibres sur perche "Confrontation" Taalaybek Saralaeva, Russie.
commentaires

Le Chapiteau du Cirque Rancy en 1946

Publié le 25 Février 2018 par cirk75 dans Bâtiments

Le Chapiteau du Cirque Rancy en 1946

Cette aquarelle des sœurs Vesque (voir blog10/02/18) représente le Cirque Rancy en 1946 à Paris, Porte d'Italie.

commentaires

Le Chapiteau du cirque Buffalo-Bill

Publié le 24 Février 2018 par cirk75 dans Bâtiments

Le Chapiteau du cirque Buffalo-Bill

Cette aquarelle des sœurs Vesque (voir blog10/02/18) représente le Cirque Buffalo-Bill Bouglione (voir blog29/09/16) en 1928 à Sèvres. 

commentaires

Le Chapiteau du cirque D Althoff

Publié le 23 Février 2018 par cirk75 dans Bâtiments

Le Chapiteau du cirque D Althoff

Cette aquarelle des sœurs Vesque (voir blog10/02/18) représente le Cirque D Althoff à Paris en 1934

commentaires
<< < 10 20 30 40 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 70 80 90 100 200 > >>