Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le bloc-notes de cirk75

Chronique au fil du temps et de la mémoire d'un circophile amateur

Cadre aérien ou cadre russe, c'est quoi la différence?

Publié le 25 Mai 2017 par cirk75 dans Aériens

Parmi les agrès permettant des voltiges aériennes il ne faut pas confondre le cadre aérien et le cadre russe.

Dans le premier cas, le porteur est la plupart du temps tête en bas, alors que dans le cadre russe, le porteur est en position debout.

Le cadre aérien est un agrès aérien fixe constitué d’un cadre rectangulaire en métal haubané, c’est-à-dire suspendu horizontalement, souvent situé sous la coupole du chapiteau, dans lequel prend position à la pliure de jarrets le porteur pour permettre au voltigeur d’accomplir différentes acrobaties aériennes. Genoux pliés, tête en bas, le porteur propulse le voltigeur dans les airs.

Le cadre russe est composé d’un ou deux portiques équipés de plateformes fixées au sol à hauteur variable se faisant face, sur lesquelles se tient debout un porteur. Il est attaché par la taille à la plateforme, les pieds reposant sur des petites plateforme de sorte à être dans une position droite confortable, laissant l’artiste une bonne amplitude de mouvements . Car cette position permet aux porteurs de propulser le ou les voltigeurs qui exécutent par la suite diverses acrobaties aériennes.

#cadrerusseaerien

commentaires

Fred Roozendaal, un acrobate à sa manière

Publié le 24 Mai 2017 par cirk75 dans Musique

Célèbre xylophoniste hollandais né à Londres en 1911 Fred Roozendaal apprend dès 5 ans le piano. Il travaille dans un premier temps comme pianiste de divertissement dans les cabarets et les salons de thé. En parallèle il donne aussi des cours de piano. Et les hasards de la vie font qu’un jour un de ses élèves  batteur, possédant un xylophone lui donne l’idée de se familiariser avec cet instrument, issu de la famille des percussions.

Fred Roozendaal entame alors une carrière internationale où sa dextérité avec cet instrument musical est  reconnue  tant pour les mélodies que pour les harmonies qu’il obtient.

En plus du Xylophone et du piano il joue du vibraphone, de l’accordéon et de l’orgue.

 

Fred Roozendaal aussi à l’aise avec des titres classiques comme la célèbre Danse de Camille Saint-Saëns  ou "Le Galop du Cirque Renz" de Gustav Peter, s'est souvent produit sur piste.

Seul au milieu du cercle aux artistes et sous les projecteurs, il fallait le voir jongler avec ses maillets et exécuter avec une adresse qui laissait rêveur, un Galop ou un arrangement brillant comme celui de  "La Danse Macabre".  qui reste à ce jour, un de ses morceaux de bravoure laissant  les spectateurs en admiration devant tant d'aisance et de dextérité.  

 

Fred Roozendaal, un acrobate à sa manière
Fred Roozendaal, un acrobate à sa manière
Fred Roozendaal, un acrobate à sa manière
Fred Roozendaal, un acrobate à sa manière

Fred Roozendaal  a enregistré de  nombreux disques vinyles de "Xylophone Circus Music" seul ou avec un  "Circus Orchestra".

Et bon nombre de  mélodies musicales  devenus grâce à Fred Roozendaal des classiques de la musique de cirque se trouvent aisément sur internet, permettant ainsi à ce musicien hollandais, souvent imité mais jamais égalé, d’être toujours reconnu comme le "Lionel Hampton" de la piste. 

Le Galop du Cirque Renz par Fred Roozendaal (xylophone solo)

#fredroozendaal

commentaires

Dumbo (1941) Grand Prix du Festival de Cannes

Publié le 23 Mai 2017 par cirk75 dans Cinéma

Le monde du cirque a été l’objet de très nombreux films plus ou moins tragiques. Parmi les plus célèbres réalisations cinématographiques situées dans le monde de la piste, le film d’animation réalisé en 1941 par Ben Sharpsteen pour les studios Disney "Dumbo" est certainement un des plus célèbres. 

Le scénario de ce dessin animé est basé sur une histoire signée par Helen Aberson et illustrée par Harold Pearl. Sorte d’allégorie proche du conte "Le Vilain Petit Canard" d’Hans Christian Andersen, où le palmipède est remplacé par un pachyderme né dans un cirque. L’histoire relate les mésaventures de Dumbo, (en anglais "dumb" signifie stupide), séparé de sa mère et affublé d'oreilles démesurées devenu l'objet des railleries et le souffre-douleur de toute la troupe circassienne.

Après moult péripéties, l’éléphanteau rejeté de tous,  trouve en Timothée une petite souris malicieuse, une fidèle amie qui l'aidera à transformer le handicap de ses grandes oreilles en atout : être  un éléphant qui sait voler. Et sous les yeux des spectateurs médusés, le numéro d'éléphant volant emporte un vif succès ce qui permet à Dumbo de devenir la vedette du cirque et de vivre désormais une existence paisible entre sa mère Mme Dumbo et Timothée son amie.

Film de 64 minutes, soit l'un des longs métrages les plus courts des studios Disney, mais malgré sa brièveté, cette œuvre est devenu l'une des réalisations cinématographiques préférées du public.

 

Dumbo, un chef d'œuvre du dessin animé

Dumbo a obtenu en 1947 au "Festival international du Film" de Cannes, le Grand Prix, lors de la deuxième édition de cette manifestation cinématographique.

A cette époque seul le Grand Prix existait, la Palme d'or n'apparaîtra qu'en 1955 avec la renommée qu'on lui connaît depuis.

Dumbo et on l'oublie souvent,  est aussi un film primé par ce festival créée pour célébrer le 7ème art. 

#dumbo

commentaires

Voltige à la Richard

Publié le 22 Mai 2017 par cirk75 dans Animaux

La notion de voltige équestre associe la virtuosité pure du cavalier au déroulement d’une séquence acrobatique rythmée par un répertoire de postures et de sauts réalisés par l’écuyer. Parmi les figures les plus célèbres de voltiges équestres et qui sont encore souvent réalisées sur la piste des cirques on trouve : La Poste ou Courrier de Saint Petersbourg ou Relais de Longjumeau, les colonnes à trois (voir blog15/04/2012), les pyramides équestres chères aux Caroli (voir blog16/02/2014), les sauts périlleux à cheval, le Jockey d’Epsom qu’Alexis Gruss a proposé moult fois…

Cependant celle dite de Voltige à la Richard, interroge car le titre est déjà bien abscons car on ne voit pas bien comment se réalise cette séquence équestre.

Voltige à la Richard

Aussi pour proposer une telle acrobatie équestre, le cavalier doit disposer d’un cheval nu, c’est-à-dire sans selle, sans bride, mais avec un surfaix de voltige. Pour réaliser ce numéro le cheval et l’acrobate écuyer doivent sauter une série de barrières. Le cavalier se tient debout sur la monture tandis que cette dernière saute les obstacles.

 

Cette discipline fut créée en 1860 par l’Américain Davis Richard, d’où ce nom de Voltige à la Richard. En France dans les années 30 les frères Rancy (Albert et André) se sont illustrés dans cette discipline.

commentaires

Patrice Roche, un amoureux de la piste

Publié le 21 Mai 2017 par cirk75 dans M. Loyal

Tombé minot dans la marmite avec la Piste aux Etoiles (voir blog16/12/2014) l’émission vedette de Gilles Margaritis (voir15/10/2015), Patrice Roche fasciné par le monde de la piste décide d’apprendre la jonglerie et l’acrobatie au sol à l’Ecole de Cirque fondée par Annie Fratellini (voir blog10/06/2014).

A l’âge de 16 ans il présente son premier spectacle dans le cadre du Cirque de Paris cher à Annie Fratellini et à Pierre Etaix (voir blog16/10/2016). Puis il endosse la tenue de M. Loyal pour les Olympiades du Cirque en décembre 83, la tournée 85 du Nouveau Cirque Jean Richard ou présente la première édition de l’European Circus Festival.

M. Loyal toujours élégant, à la diction parfaite Patrice Roche rejoint en 2005 le clan Bouglione pour dans un premier temps s’occuper des confiseries et du bar, tout en continuant à présenter leurs productions.  Ainsi en 2010 il anime le spectacle Circus On Ice à Nanterre, puis est à l’heure actuelle Administrateur des tournées Bouglione. Mais laissons Patrice Roche raconter en quoi consiste son travail grâce à cette interview réalisée lors d'une émission radiophonique enregistrée le 24 avril 2006 lors de la tournée Bravo.

commentaires

Clown et Cheval au cirque, (1939)

Publié le 20 Mai 2017 par cirk75 dans Art

Cette Gouache sur carton (25,5 x 32) a été peinte par Léo Gestel (1881-1941) un des artistes les plus novateurs de la peinture néerlandaise moderne. Elle montre un clown dans le rôle original d’écuyer présentant sur la piste d’un cirque un cheval qui se cabre. L’œil est attiré par ces deux sujets, un grand équidé brun et un humain dans un sac bleu, tête blanche coiffée d’un cône immaculé. Il faut dire qu'ils occupent les 3/4 de ce tableau. On aperçoit aussi en haut à gauche quelques spectateurs attentifs au spectacle et on entraperçoit derrière le clown les rideaux de la gardine.

Ce tableau est peint selon la technique du  pointilliste autrement dit par l'application de petits points de couleur distincts pour former une image. Il faut dire que Gestel fut fortement marqué par différents mouvements artistiques dont le pointillisme mais aussi le cubisme, le fauvisme, l'expressionnisme et le futurisme…

Malheureusement trop peu connu en dehors des Pays-Bas, frontières, et un peu éclipsé par Piet Mondrian ou Jan Sluyters, Léo Gestel est tout fois bien présent dans les musées d'Amsterdam ou de La Haye, mais forts peu en France.

#loegestel

commentaires

Le Cirque du Soleil en mer

Publié le 19 Mai 2017 par cirk75 dans Nouveau-Cirque

Comme prévu à partir de juin 2017, avec le lancement du MSC Meraviglia , débutera la première croisière présentant une salle de dîner-spectacle spécialement aménagée en collaboration avec le Cirque du Soleil (voir blog12/11/2015) pour présenter un spectacle de cirque en mer.

Six nuits par semaine, les  artistes du Cirque du Soleil proposeront  "Viaggio" (Voyage en italien) spectacle créé spécialement pour les clients des croisières du MSC Meraviglia.

Ce partenariat sur le long-terme sera aussi étendu à 3 autres palaces flottants qui prendront la mer respectivement en 2019, 2020 et 2022.

Le Cirque du Soleil en mer

#cirquedusoleilmsc

commentaires

Deux affiches humoristiques signées Francis Bernard

Publié le 18 Mai 2017 par cirk75 dans Affiches

Deux affiches humoristiques signées Francis Bernard
Deux affiches humoristiques signées Francis Bernard

Peintre illustrateur (voir blog04/02/2012) d’origine marseillaise, Francis Bernard est le créateur de nombreuses affiches publicitaires, dont une série de visuels pour le Circus 59 rebaptisé l'année suivante Radio-Circus 60.

Cet établissement à l'appellation à géométrie variable tourne à cette époque avec la Radio Télévision Française (RTF), ancêtre de Radio France et de France télévision, comme partenaire commerciale.

Ces affiches dont l'impression est signée par le célèbre imprimeur Chabrillac (voir blog18/11/10), proposent des gags visuels, une rareté dans le monde de la piste du moins à cette époque.

La première représentant "Tony, le cheval qui rit",  joue sur la  disproportion entre la taille du cheval et Derick Rosaire son Maître. Notons aussi mais est-ce un hasard que ce slogan humoristique fait un clin d'oeil à une marque commerciale connue pour commercialiser un fromage de type tartinette.

La seconde reprend elle aussi le thème de la démesure avec un jovial pachyderme affublé d'un prénom féminin d'origine grecque, "Moni l'éléphant qui chante et qui fume", là aussi on peut y voir une similitude avec une eau minérale qui à cette époque chantait et dansait.

Deux affiches humoristiques signées Francis Bernard
Deux affiches humoristiques signées Francis Bernard

Très curieusement ces thèmes ne sont pas repris sur les couvertures des programmes papier où l'on peut voir trôner un austère pylône surmonté d'antennes permettant de diffuser les ondes radiophoniques, le tout enjambant le chapiteau du cirque.

Comme on le voit l'humour a ses limites...

Deux affiches humoristiques signées Francis Bernard
Deux affiches humoristiques signées Francis Bernard

#francisbernard

commentaires

Aujourd’hui au Cirque du Soleil c’est atelier balançoire russe

Publié le 17 Mai 2017 par cirk75 dans Aériens

Il parait que la source d’inspiration de cet agrès viendrait du bélier médiéval destiné à démolir portes.

Aujourd'hui adapté à une pratique acrobatique, la balançoire russe  est composée d'un portique supportant une large plate forme recouverte d’un matériau antidérapant pour permettre à un ou deux pousseurs et un voltigeur d'y prendre place.

Les distances et les points d’impact des sorties sont conditionnés par le nombre et l’énergie des pousseurs.

La réception des voltigeurs se fait traditionnellement sur un matelas soutenu et guidé par deux ou quatre porteurs, attentifs pour accompagner le vol et la chute de leur partenaire voltigeur.

#balençoirerusse

commentaires

Buffalo Bill et les Indiens de Robert Altman (1976)

Publié le 16 Mai 2017 par cirk75 dans Cinéma

Dans ce film signé Robert Altman, l'action se situe en 1885. Buffalo Bill (voir blog08/05/2012) le célèbre chasseur de bisons, décide de monter un grand spectacle de cirque le "Wild West Show", pour y raconter la grande légende de l’Ouest américain.

Au programme, en plus du chasseur de bisons, Annie Oakley qui tire sur des cibles tenu par son mari avec un bras en écharpe et un miroir pour corser le défi, un acrobate sur cheval et un dompteur de bison.

Buffalo Bill se dit que pour pimenter son spectacle et attirer le spectateur la venue d’un authentique chef indien ne serait pas superflue. Il demande à l’armée qui détient le chef Sitting Bull de lui vendre ce prisonnier.

Une fois la transaction effectuée le chef indien assène au tueur de bisons une bonne leçon d’histoire.

C’est ainsi que l’Indien rappelle que la bataille de "Little Big Horn" n’était qu’un massacre d’indiens gratuit de la part de l’armée américaine, n’hésitant pas à supprimer femmes, enfants et vieillards, un génocide en bonne et due forme.

"Buffalo Bill et les Indiens" appartient à ces westerns américains des années 70 qui tendaient à corriger la légende de l’ouest et de Amérique. Ce film défend la cause des Amérindiens et repose l’image traditionnelle du bon blanc et du méchant indien.

Dans ce film le cirque est un lieu pathétique, le chapiteau cache la triste vérité sous ses flonflons, mais elle finit toujours par apparaître. William Cody dit Buffalo Bill y est décrit comme un cabotin, capricieux, buveur, mauvais tireur et mauvais cavalier, dans la réalité il n’est qu’un vulgaire massacreur de bisons.

Tout comme le film maudit de Michael Cimino "La Porte du Paradis" (Heaven's Gate), le film de Robert Altman ne sera pas une grande réussite aux USA.

Lors de la Berlinale de 1976, le film obtient l’Ours d'or du meilleur film, une manière de démontrer que, l’Amérique n’apprécie guère qu’on démystifie sa légende.

#buffalobill

commentaires
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>