Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le bloc-notes de cirk75

Depuis 2010, Chronique au fil du temps et de la mémoire d'un circophile amateur

Les déboires de l’American Circus, (suite et fin)

Publié le 14 Décembre 2018 par cirk75 dans Economie

Nous avons relaté le 11 décembre, les difficultés qu’a eu ce cirque italien installé sur la Pelouse de Reuilly voir blog23/06/2018) ) pour présenter  un spectacle dans le droit fil de ceux proposés par Ringling bros. and Barnum & Bailey Circus lors des fêtes de fin d’année 1979 à Paris.

Or à cette époque  la concurrence étrangère n'est pas la bienvenue et la  venue de cet établissement à consonance anglo- saxone devient polémique. Le cirque n'a pas le droit de s'installer dans la capitale alors que des milliers de billets ont déjà été  vendus à des C.E. parisiens. La police et la D.D.E. sont même sur place pour empêcher les circassiens Italiens à monter leur chapiteau. Pourtant les vingt semi-remorques, qui voyageaient par la route, sont arrivés sur la Pelouse de Reuilly ainsi que deux trains spéciaux qui transportaient le reste du matériel sont en gare de Paris-Bercyc avec pas moins de 18 éléphants, 90  chevaux, 50 roulottes et plusieurs dizaines de tonnes de matériel dont un chapiteau soutenu par 6 mâts et pouvant accueillir 5 000 personnes.

Cet établissement est immobilisé parce quel’organisateur de la tournée en France n’est pas titulaire de la licence nécessaire pour présenter ce spectacle. Une solution grâce à jean Richard, fut trouvée avec l’accord du ministre de la Culture de l’époque Jean-Philippe Lecat. Pour cela une autre société organisatrice de spectacle titulaire de la licence 5 et en accord avec le premier organisateur  ayant assumé jusqu’à là  les frais, prendra juridiquement  en charge la production ?

Le spectacle  est un triomphe et l’American Circus décidera alors  d'entamer une tournée dans l'Hexagone passant par le Nord, l'Est, les Alpes et la Méditerranée durant l'année 1980. Les Togni décidèrent de renouveler l'expérience en 1981 en  privilégiant l'Ouest, la côte atlantique, la Bretagne ainsi que les régions Centre pouvant accueillir ce cirque à trois pistes.

commentaires

Andrée Jan, l’audace personnifiée (1921-2008)

Publié le 13 Décembre 2018 par cirk75 dans Aériens

Née le 1er septembre 1921 à Lyon, Andrée Broyer n’était pas une enfant de la balle. Elève d’Edmond  Rainat, une légende dans le monde du trapèze, elle débute sous le nom d'Andrée Jan au Cirque d’hiver le 29 mars 1947 dans le programme où la vedette est Grock.  Déjà son numéro fait frémir le public : suspension au jarret, par une jambe, par la nuque, déroulé d'un bras, planche roulée, rattrape par les pieds, drapeau...et est-il utile de le préciser sans longe de sécurité.

En 1949, le 22 mai, elle eut un accident lors d’une suspension par les talons. Sa chute lui occasionne onze fractures du bassin, une subluxation, ainsi qu’une fracture de la quatrième  cervicale. Après une hospitalisation de 5 semaines elle reprend l’entraînement et fait sa rentrée à Medrano en octobre 1950 où elle reçoit un triomphe sans précédent.

Suite à demande pour faire la promotion pour les "Chaussettes Stem" elle se produit pendant deux saisons, son trapèze accroché à un hélicoptère. Puis elle accroche en 1953 son trapèze sous la Tour Eiffel sous les yeux de la foule médusée.

La même année elle écrit un livre intitulé "Entre Ciel et Terre", préfacé par l'historiographe du Cirque Andrian, où elle relate ses différentes prouesses.

A la fin de sa vie elle enseigne à l’Ecole Fratellini l'art d'être trapéziste et peint car en plus elle avait un réel talent pour la peinture. Elle décède le 13 mars 2008.

Un site lui est consacré retraçant la carrière de cette Légende du Trapèze : http://andree-jan.e-monsite.com

 

commentaires

Les publications sur l’American Circus

Publié le 12 Décembre 2018 par cirk75 dans Livres

L'American Circus ou en italien Circo Americano est un cirque itinérant en Europe dirigé par la famille italienne Togni . En France cet établissement s’est produit plusieurs fois y rencontrant quelques fois quelques mésaventures. dont celle relatée par cet article du journal Le Monde.

Pour retracer cette épopée, de nombreux ouvrages sont parus et celui de Thierry Comes a fait paraître en 2007 aux Editions de La Gardine est un modèle du genre.

 

Aujourd’hui Jean-François Lecoutre revient sur ce cirque itinérant et plus particulièrement sur la période 1979-1986 dont un ouvrage à ce jour en souscription jusqu’au 10 janvier et à paraître courant 2019.

commentaires

Enfants du cirque (Solang' die Sterne glüh'n ou Cirkuskinderen) 1958

Publié le 11 Décembre 2018 par cirk75 dans Cinéma

Ce long métrage autrichien réalisé par Franz Antel, scénario écrit par Kurt Nachmann d’après une idée originale de Rolf Olsen, avec dans les rôles principaux : Gerhard Riedmann , Heidi Bruehl et Hans Moser. Ce film sorti en France le 5 août 1960 relate le combat d’une journaliste, Conny Meister, pour la maintenance d'un cirque, sur un emplacement convoité par un industriel du lait, alors même que les animaux commencent à manquer de nourriture, mais que des enfants s'organisent pour une collecte .....

Pour les germanophiles voici le film en entier où l'on peut voir quelques scènes circassiennes et animales....

commentaires

L'association de défense des cirques attaque la ville de Montpellier

Publié le 10 Décembre 2018 par cirk75 dans Animaux

Dans un communiqué publié jeudi 29 novembre, l'association de défense des cirques annonce qu'elle va saisir le tribunal administratif contre la ville de Montpellier suite au vœu adopté en conseil municipal interdisant les cirques avec animaux sauvages à partir du 1er janvier 2019 sur le territoire communal.  Dans un communiqué publié sur sa page Facebook, l'association estime cette décision  illégale  aussi elle va saisir le tribunal administratif de Montpellier afin de la faire annuler en demandant au préfet de l'Hérault de déférer cette délibération illégale au juge administratif.

L'association de défense des cirques donne par exemple d'autres communes en France qui ont tenté d'interdire les cirques avec animaux sans succès : "Prenez Vandœuvre-lès-Nancy. La ville a adopté un vœu au mois de juin et a tout fait pour interdire un cirque, et bien la justice lui a donné tort" détaille Cyrille Emery, le porte-parole de l'association. Il ajoute "En fait la mairie de Montpellier lance une espèce de campagne anti-cirque, mais cela n'empêchera les cirques de venir à Montpellier en 2019".

commentaires

Gérard Edon, le patron incontestable du trapèze Washington

Publié le 9 Décembre 2018 par cirk75 dans Aériens

Francilien originaire de Pavillons sous-bois, mais pas du tout enfant de la balle, et c’est en allant à Medrano avec ses parents que le jeune Gérard rêve d’être un jour garçon de piste car il trouve le costume seyant. Mais ce n’est pas vers la piste qu’il se destine du moins dans un premier temps, mais vers le métier d’électricien qu’il étudie sans grande passion dans une école de la Chambre de Commerce. Cependant la piste le taraude, aussi en parallèle il fréquente assidûment à Pigalle le gymnase de la rue Véron où seul, à cette époque les écoles de cirque n’existent pas, il s’initie à l'acrobatie et à la pratique du trapèze.

Dans un premier temps attiré par la voltige aérienne et le trapèze volant, mais sur les conseils de Pierre Alizé il se tourne vers le trapèze en solo. Travaillant le jour comme électricien, et s’entrainant le soir deux heures quotidiennement, il va mettre 3 ans à produire un numéro complet d’équilibre sur trapèze washington (lourd agrès constitué d’une barre plate, sur laquelle l’artiste peut placer un disque concave où il peut poser sa tête pour effectuer des équilibres, les jambes et l’air et les bras en croix ).

En octobre 1960 appelé par Marcellys (voir blog12/05/2012) il débute chez Medrano sous le nom de Silky, car cela fait plus international. En 1963 il est du programme de la tournée Bouglione avec Georges Guétary et et Claude er ses Tribuns (voir blog18/12/2010). Son numéro est remarqué par les dirigeants de Ringling bros. and Barnum & Bailey Circus en tournée en Europe qui l’engage. Il va sillonner les states et donné deux spectacles par jour mais va abandonner bien vite son surnom de Silky, en argot américain ce terme désigne un indicateur, un mouton. Alors il se présente définitivement sous son nom et, dorénavant Gérard Edon propose un petit chef d’œuvre d’audace et de rapidité où il réussit avec une aisance et une sureté tous les classiques du trapèze washington : équilibres sur tête de profil, sur un genou, sur un pied, et sa spécialité l’équilibre de face à grand ballant. Autrement dit debout sur la barre qui monte très haut sous la coupole et sans aucune sécurité puis repart en sens inverse. Un tel numéro demande et, on a du mal à l’imaginer, des heures de répétition pour mettre au point de cet exercice, tant la prise de risque est importante. Être trapéziste, "ce n’est pas de l’improvisation", signale Gérard Edon. Il faut "dompter son appréhension" par des répétitions incessantes et un soin permanent porté à son matériel, pour chaque soir pouvoir travailler "avec le vide".

Pour cette prouesse aérienne il reçoit en 1969 au Cirque d’hiver de Paris des mains de Tony Curtis un Circus Hall of Fame Award of Excellance.  Ses équilibres périlleux sont aussi primés en 1977 lors de la IVème édition du Festival International du Cirque de Monte Carlo et en 1982 il sera récompensé par Jack Lang d’un Grand Prix national du Cirque. Le gamin de Pavillons sous-bois est alors reconnu comme un des plus grands trapézistes du monde de la piste.

Mais à 48 ans, après trente années dans les airs, il s’est produit dans les établissements les plus prestigieux (Cirque Bouglione, Cirque Pinder, Circus Krone, Blackpool Tower Circus, Althoff, Bush Roland ou Benneweis...)  Gérard Edon raccroche son trapèze pour devenir dorénavant et pendant dix années au Centre National des Arts du Cirque (voir blog10/12/2015)  Responsable de la sécurité mais aussi professeur de trapèze où il aura entre autres une dénommée Corinne Edon, sa fille pour élève. De 2000 à 2007 il est aussi nommé responsable de la commission de sécurité de la Fédération française des écoles de cirque (voir blog06/02/2011).

A l’heure actuelle gouttant dans le sud de la France une retraite bien méritée, il reste un référence dans son art le trapèze washington. Il conserve au fond de lui une grande nostalgie de sa période circassienne qui lui a permis de faire ce qu’il aimait : être dans les airs faire du trapèze sous les bravos des spectateurs.

Un film signé par la réalisatrice Andréa Negrelli peut être visionné sur la toile (https://www.negrelli-andrea.fr/fr/mes-realisations/gerard-edon-trapeziste/). On y voit notre maître du trapèze Washington évoquer avec bonheur les moments clefs de sa glorieuse carrière de trapéziste.

Enfin You tube nous propose cette vidéo nous montrant à partir de 23mn 50 Gérard Edon, réaliser en 1979 son numéro aérien filmé lors d’une émission de la BBC, un grand moment.

commentaires

Le Clown Pipo (1947)

Publié le 8 Décembre 2018 par cirk75 dans Art

Voici une Gouache (50,5 x 528,5 cm) représentant Gustave-Joseph Sosman (1891-1970), plus connu au cirque sous le nom de Pipo. Il est aisément reconnaissable grâce à son sourcil noir droit si caractéristique qui était la signature de son maquillage.

Pour ceux qui ne connaissent mal cet artiste c’est un des plus grands blancs et il eut pour partenaire à partir de 1945 Rhum (voir blog23/03/11), avec lequel il constitua un duo de très grande qualité. Puis il devint en 1953 le magistral partenaire de Beby (voir blog15/04/2012), avant d’animer avec maestria le trio de rêve qu'il constitua avec Dario et Mimile (voir blog13/10/2011).

Sur cette toile Pipo est assis sur une chaise mise à l’envers et, est revêtu d'un sac violacé, un cône blanc sur la tête. Il attend, dans un décor d'un bleu verdâtre qui comme le personnage dessiné ne cultivent pas vraiment la gaieté. Peut être une manière de montrer que les clowns sont tristes hors de la piste.

En 1947 Pipo a 56 ans, assis il attend avant de rentrer sur la piste rejoindre son partenaire. Il semble soucieux, son esprit est occupé par quoi , c’est tout le mystère de cette peinture due aux pinceaux de Hans Schoellhorn (1892-1982), un peintre suisse fasciné et inspiré par le monde de la piste. 

Dans un premier temps il peint de paysages, puis se tournera vite vers la représentation de motifs du monde du cirque et des gitans, dont il deviendra un des spécialistes. Ainsi en 1950 il réalisera une seconde gouache (50 x 38 cm) du même Pipo cette fois en robe de chambre et non revêtu de son habit de lumière, près d’un chapiteau d'un cirque avec derrière lui une écuyère le regardant en sortant de la piste une fois son numéro achevé. Là aussi Pipo semble bien songeur...

Pour le cirque Knie, que le peintre Hans Schoellhorn suivait bien souvent en tournée avec sa propre caravane pour être au plus près de ses sujets d’inspiration, et à la demande de la famille Knie il réalisera trois affiches pour la piste familiale. Une première pour la tournée 1949 qui représente une otarie en piste, puis une deuxième pour celle de 1966 (les Trois Francesco) enfin une dernière pour le spectacle 1971 (clown et ballerine). Comme on le voit la production de ce peintre suisse est intimement liée au monde circassien.

 

Le Clown Pipo (1947)
Le Clown Pipo (1947)
Le Clown Pipo (1947)

Les œuvres de ce peintre genevois sont de nos jours encore fort prisées surtout en Suisse où il n'est pas rare de trouver certaines de ses gouaches, lors de vente aux enchères.

Alors si le coeur vous en dit....

commentaires

Campana, la nouvelle création du Cirque Trottola

Publié le 7 Décembre 2018 par cirk75 dans Nouveau-Cirque

Quatre ans après Le Grand Matamore (voir blog01/10/2014) créé avec le Petit Cirque Baraque, le Cirque Trottola revient en duo d’origine avec les inséparables Titoune et Bonaventure Gacon, pour ka 4ème production des Trottala.

La trame relate les déboires de deux personnages arrivant d’un ailleurs en quête de lumière. Ils ont connu la lueur des tréfonds, ils recherchent maintenant l’éclat des sommets... Titoune et Bonaventure Gacon, accompagnés par les musiciens Thomas Barrière et Bastien Pelenc nous mènent dans un  autre monde. Le temps passe mais la patte Trottola est inchangée, faite d’exploits et de petits riens, ces instants furtifs où une mimique, un regard ahuri ou un dos vouté nous arrachent autant de rires que de larmes. Ces interprètes fascinants affirment une fois de plus leur esthétique personnelle. Leur manière particulière de faire tenir ensemble le rire et le risque.

Avec en piste Titoune et Bonaventure Gacon et , Thomas Barrière et Bastien Pelenc aux instruments en ce moment ce spectacle est en tournée dans l'hexagone...

 

commentaires

Création du Syndicat national des Arts du Cirque – les cirques de France (SNAC).

Publié le 6 Décembre 2018 par cirk75 dans Animaux

Depuis quelques temps on constate des vitrines de bouchers taguées, des manifestations devant des abattoirs, des actions de commando contre les vêtements en fourrure, la chasse à courre, les corridas, les montreurs d'ours et bien entendu les cirques exhibant des fauves ou des éléphants... Partout, la présence de ces défenseurs des animaux gagne du terrain. Aussi en réaction aux dérives de ces "animalistes" les professionnels du cirque en France : grandes enseignes, cirques de famille et professionnels (artistes et employés des structures itinérantes) viennent d’officialiser depuis le 1er décembre 2018, la création d’un organisme nommé Syndicat national des Arts du Cirque – les cirques de France (SNAC), afin de défendre leurs intérêts, tant individuels et collectifs,

Parmi ses nombreuse missions notons celle de rappeler et de faire appliquer les lois et règlements qui organisent en France l’hébergement des animaux domestiques ou non-domestiques dans les cirques itinérants est sévèrement encadré en France, et ce, depuis de nombreuses années.

Pour communiquer cet organisme dispose de sa propre page sur Facebook et d’un site :

https://snac-officiel.com/

comprenant plusieurs onglets comme :

                   -accueil,

                   -le syndicat,

                   -instantanés,

                   -dérives animalistes,

                   -tournées de cirques.

Ce site fort bien documenté est une mine d’or pour les médias, les pouvoirs publics, les professionnels du cirque et tous les Français intéressés où ils pourront trouver des informations sourcées et vérifiées sur les cirques ; pas des rumeurs, pas des calomnies, pas des photos prises en Chine et associées mensongèrement à des cirques français.

Pour contacter cet organisme dont le Siège se trouve 46 place Jules-Ferry à Montrouge (92120), son adresse : E-mail : artsducirque@pm.me

Signalons aussi cette réunion qui se déroulera à Paris jeudi 6 décembre sous le chapiteau du Cirque Arlette Gruss. Comme on le voit les professionnels des arts de la piste s'organisent. 

commentaires

Pour celles et ceux qui aiment les concours

Publié le 5 Décembre 2018 par cirk75 dans exposition

 

Alors amis maquettistes à vous de Jouer!

 

commentaires
<< < 10 20 30 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 60 70 80 90 100 200 > >>