Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le bloc-notes de cirk75

Chronique au fil du temps et de la mémoire d'un circophile amateur

Henry Ayala Jr. un auguste et funambule Vénézuélien

Publié le 4 Juin 2017 par cirk75 dans Clowns

Dénommé rien de moins que "Prince des Clowns", Henry Ayala Jr. véritable star dans son pays, est issu depuis 5 générations d’une famille d’artistes de cirque dont la plupart sont funambules. Il lui arrive même de rejoindre son père et son frère sur le fil, formant ainsi le Trio Ayala, pour faire frissonner le public avant de le faire rire.

 

Une dégaine sans pareille, visage enfariné, un nez rouge, encadré de  courbes noires et kabbalistiques dessinées sur ses joues, une chevelure composée de huit mèches noires terminées de pointes blanches, tel apparaît la bouille de cet auguste à l’énergie sans pareil. Certains voient en lui un mélange de David Larible (voir blog30/09/2015) pour son jeu avec le public, de Mathieu (voir blog22/11/2015) pour sa modernité et de Totti (voir blog30/12/2013) pour son énergie débordante. Quel parrainage! 

Voici quelques années lors de ses nombreux séjours au cirque municipal de Budapest, les circophiles hongrois se pressaient pour aller voir les entrées proposées par ce clown aux paillettes et aux spaghettis. Il proposait notamment une entrée muette du Restaurant, où il jouait avec une complice un serveur fort maladroit et oh combien iconoclaste!  Entrée comique qui se terminait toujours par une folle bataille de spaghettis avec la complicité du public qui n'attendait que cela.

Henry Ayala Jr. s’est produit  dans de nombreux établissements. En Amérique du Sud il a triomphé au cirque Tihany, en Europe on l’a applaudi en Allemagne au "Weihnachts Circus" de Heilbronner, en Italie au Circo Darix Togni, en Angleterre chez Chipperfield's Circus. Il apprécie aussi d'être invité dans des manifestations circassiennes, où il a fait le bonheur  des organisateurs comme en Italie au Latina, en Russie à Ekaterinbourg, en Chine à WuQuiao, en Hongrie à Budapest, en Belgique à Liège ou en France à Bayeux.

En France un peu encore méconnu, mais cela n'est que partie remise car du du 14 octobre au 12 novembre 2017, Thierry Fééry (voir blog14/10/2011)  a eu la bonne idée de l’inviter pour la 31ème édition de sa "Grande Fête Lilloise du Cirque",  à coup sûr des rires et des sourires assurés.

#henryayalaJr.

commentaires

"Le clown" du Musée municipal Frédéric Blandin de Nevers

Publié le 3 Juin 2017 par cirk75 dans Art

Cette eau forte signée en bas à droite, est due au graveur, peintre illusrateur français Bernard Naudin (1876-1940). Cette gravure montre essentiellement un clown blanc, habillé de son traditionnel sac et coiffé par son non moins traditionnel cône. Derrière lui on entrevoit des tentures ce qui laisserait supposer que la scène se passe sous un chapiteau.

Le clown est représenté debout, jambes croisées, accoudé et semblant attendre probablement en coulisse le moment pour entrer en piste. Et le moins que l’on puisse dire c’est qu’il ne cultive pas l’allégresse. Il a l’air soucieux et à l’esprit occupé. Mais peut-être est-ce comme cela que sont les clowns hors de la piste, graves et sérieux, ne déchaînant les rires qu'en piste.

 

Bernard Naudin est célèbre pour ses représentations de déshérités, de scènes de la vie berrichonne, du monde de la musique, de la vie mondaine, du sport et du cirque et pour lequel il a réalisé un certain nombre de gravures dont plusieurs au cirque Fratellini (voir blog13/05/2013).

 

3 autres œuvres de Bernard Naudin sur les Arts de la piste:  Dans les coulisses du Cirque Fratelini, Le Saut périlleux et le coloré Scène de cirque avec clowns et acrobates
3 autres œuvres de Bernard Naudin sur les Arts de la piste:  Dans les coulisses du Cirque Fratelini, Le Saut périlleux et le coloré Scène de cirque avec clowns et acrobates
3 autres œuvres de Bernard Naudin sur les Arts de la piste:  Dans les coulisses du Cirque Fratelini, Le Saut périlleux et le coloré Scène de cirque avec clowns et acrobates

3 autres œuvres de Bernard Naudin sur les Arts de la piste: Dans les coulisses du Cirque Fratelini, Le Saut périlleux et le coloré Scène de cirque avec clowns et acrobates

Bernard Naudin fait aussi partie de ces artistes qui ont été très inspirés par le monde de la piste.

#bernardnaudin

commentaires

La fanfare du club des cœurs solitaires du Sergent Poivre a 50 ans

Publié le 2 Juin 2017 par cirk75 dans Musique

C'était il y a cinquante ans, un certain 1er juin 1967, après 129 jours d’enregistrement, John, Paul, Georges et Ringo proposent leur  huitième disque "Sergent Pepper Lonely Hearts Club Band" un album qui va donner naissance au rock progressif. Jusque-là, le rock se contentait d’une grille d'accords assez simples voire primitifs, mais avec le Sergent Poivre il va devenir une musique respectable et respectée. Dans cet opus Les Beatles vont proposer, non seulement de nouvelles harmonie et des sonorités étrangères, mais aussi du jazz, du classique et même de la musique indienne. A ce jour cet album reste une référence dans l’histoire de la musique pop, a été vendu à plus de 32 millions d’exemplaires.

Mais la révolution n’était pas que musicale, la pochette n’échappe pas à la règle. Avant, la photo illustrant la pochette d’un vinyle ne montrait que le visage du chanteur, ou du groupe avec un nom. Avec Sergent Pepper, on observe une explosion de couleurs, pigmentant une multitude de personnages à qui les Fab Four veulent rendre hommage, car ils ont marqué leur imagination. On y distingue notamment  W. C. Fields, Fred Astaire, Bob Dylan, Tony Curtis, Marylin Monroe, Stan Laurel et Oliver Hardy, Karl Marx,  Stuart Sutcliffe (ex-Beatle) Marlon Brando, Oscar Wilde, Johnny Weissmuller, Lewis Carroll, Marlene Dietrich, Edgar Allan Poe….

On y voit par deux fois les Four Fab. A gauche en statues de cire on distingue les anciens Beatles en habits de scène. Puis au milieu vêtus d'un uniforme de parade d'une couleur différente les nouveaux Beatles. Ils se tiennent debout, réunis derrière une grosse caisse, sur laquelle figure le titre de l'album, sur un logo conçu par l'artiste Joe Ephgrave. À leurs pieds, un massif de fleurs rouges écrit le nom du groupe.

Cette pochette due à la fibre créative de Jann Haworth et Peter Blake fut souvent copiée par des artistes aussi différents que Franck Zappa, les Rutle, les Bidochons… Et même Bernhard Paul (voir blog29/12/2014), le créateur et directeur du cirque Roncalli, l’a en 2010 pastichée en y intégrant quelques légendes de la piste, pour l’utiliser comme le visuel de son spectacle  "All you need is laugh!" (voir blog25/05/2011).

Le sergent poivre un œuvre vraiment universelle et donc un peu circassienne… d'autant plus que lors de l'enregistrement du très pittoresque "Being for the Benefit of Mr.Kite!" John Lennon avait demandé à Georges Martin: "Je veux le bruit d'une fête foraine autour de ma voix. Je veux pouvoir sentir la sciure et les animaux. Je veux avoir l'impression d'être au cirque".

#sergentpeperroncalli

commentaires

Une petite leçon d’acrosport, utilisé au Cirque du Soleil pour les numéros de Banquine

Publié le 1 Juin 2017 par cirk75 dans Aériens

Discipline sportive l’acrosport ou acrogym, est une activité mélangeant chorégraphie, gymnastique au sol et pyramide humaine, et qui consiste en la pratique de main à main acrobatique, d'enchaînements de portées, de chorégraphies et d'acrobaties sur un thème musical.

Au cirque la Banquine est une discipline qui permet à un ou plusieurs voltigeurs d’être portés et propulsés par deux ou trois porteurs qui créent l’équivalent d’une assise sommaire avec leurs mains. Le voltigeur se tient debout en équilibre sur les mains entrecroisées des porteurs : après avoir tourné un ou plusieurs sauts, il revient à son point de départ, ou se reçoit au sol ou sur l’assisse d’un autre groupe de porteurs.

#banquine

commentaires

Dernière séance chez Ringling Bros et Barnum & Bailey

Publié le 31 Mai 2017 par cirk75 dans cirques étrangers

Dimanche 21 mai 2017 a eu lieu à Uniondale, près de New-York la dernière représentation du" Greatest Show on Earth" autrement dit l’ultime séance présentée par le cirque américain  Ringling Bros et Barnum & Bailey et intitulée "Out of This World"

La fermeture de cet établissement de spectacles, lancée en 1871 par le légendaire Phineas Taylor Barnum (voir blog01/04/2015) a été annoncée en janvier dernier par "Feld Entertainment Inc", une entreprise familiale qui possède plusieurs autres spectacles de tournées comme "Disney On Ice" ou "Marvel Universe LIVE"

Créé en 1871, ce cirque, dont le spectacle repose en grande partie sur des numéros avec des animaux, a pendant des années été confronté à des organisations de défense des animaux, comme "Humane Society of the United States" (HSUS) ou "People for the Ethical Treatment of Animals" (PETA), qui dénonçaient une maltraitance des artistes à quatre pattes. Mais, face à la mauvaise publicité engendrée par ces allégations, l’établissement a accepté en 2011 de payer une amende de 270 000 dollars pour mettre fin à une enquête des autorités américaines. Et après plus de neuf années d'actions en justice, en 2014, "Feld Entertainment Inc" a obtenu 25,2 millions de dollars de dédommagements des groupes d'activistes dont l'HSUS, lorsqu'il est apparu qu'elles avaient soudoyé l'un des témoins de l'affaire.

Mais le mal était fait et en mai 2016, la direction du cirque avait décidé de supprimer le numéro phare et historique celui des éléphants du programme. Cette décision a eu comme conséquence une importante désaffection du publique entraînant une chute des ventes de billets, baisse existant déjà depuis une dizaine d'années.

Le dernier spectacle Ringling Bros. and Barnum & Bailey dans son intégralité

A ce jour plusieurs pays ont partiellement ou totalement interdit la présence d'animaux sauvages sur les pistes de cirques. C'est le cas par exemple de la Finlande, de la Belgique, de l'Autriche, du Portugal, du Grande-Bretagne et du Danemark, ce qui obligent les établissements de ces pays à proposer des spectacles sans animaux, mettant en valeur les numéros sportifs et artistiques, un comble pour un spectacle né à cheval…

Notons aussi que cette tendance actuelle à la suppression sur les pistes des numéros avec animaux sauvages, permet aussi de faire de substantielles économies.

Proposer un numéro par exemple de diabolo, fut-il même le meilleur du monde, coûte moins qu’un groupe de 10 fauves ou éléphants.

Elémentaire mon cher Watson aurait pu dire Sherlock Holmes.

Aujourd'hui le maître mot est économie, et les arts de la piste ne dérogent pas à la règle.   

#Ringling Bros. and Barnum & Bailey

commentaires

Freaks ou La Monstrueuse Parade (1932)

Publié le 30 Mai 2017 par cirk75 dans Cinéma

Ce film culte américain réalisé en 1932 par Tod Browning, relate la tournée européenne du cirque Tetrallini qui exhibe notamment des phénomènes de foire (homme-tronc, femme-oiseau, sœurs siamoises...). Et parmi ces êtres difformes, se trouve Hans l’illusionniste lilliputien qui délaisse Frieda l'écuyère naine, sa gentille fiancée, pour les beaux yeux de la trapéziste la belle Cléopâtre. Au départ, celle-ci amusée, se moque doucement du nabot, tout en acceptant ses avances et surtout ses cadeaux. De son côté, Cléopâtre cultive en secret une relation avec le beau Hercule, le M. muscle du cirque. Mais apprenant que Hans son soupirant a hérité d'une fortune, celle-ci décide de l'épouser pour l'empoisonner ensuite avec la complicité de son amant. Mais le complot est découvert, et les amis de Hans et Frieda finiront par se venger.

Au-delà de ce mélodrame fantastique où les monstres ne sont pas ceux que l'on pense, la monstrueuse parade, fut lors de sa sortie en salles un échec cuisant. La Metro Goldwyn Meyer était pourtant  persuadée qu'elle avait produit un énième avatar de Frankenstein et pensait ainsi avoir rivalisé avec les studios Universal. Evidemment, il n'en était rien. Cette œuvre était infiniment plus précieuse car elle mettait en piste une leçon humanité.

Le réalisateur Tod Browning, taxé à cette époque de pervers par  Hollywood pour avoir filmé cette monstrueuse parade a, on l’oublie trop souvent, passé une grande partie de sa jeunesse au contact des cirques. Et selon la légende, il quitta en 1898 sa famille pour suivre un cirque itinérant.

Et cette influence de la piste se ressentait déjà dans une autre de ses films, œuvre muette et tournée en 1927, "L’inconnu" (The Unknown) dont une bonne partie se passe au Circo Zanzi. Ce film, dans lequel joue une  jeune actrice nommée Joan Crawford, raconte l’histoire d’Alonzo le lanceur de couteaux  travaillant au un cirque sous le nom de l'Homme sans bras et qui exécute son numéro avec ses pieds.

Si dans ce film le spectateur a droit à un vrai exercice d’acrobatie à cheval ainsi qu’une démonstration de force, dans "Freak" hormis une scène de trapèze en looping et celle de l’homme fort aux prises avec un bovin, la caméra de Tod Browning s’attarde surtout sur les caravanes et ses occupants.

Ce film apprécié aussi bien des cinéphiles que des circophiles a inspiré de nombreux cinéastes, comme par exemple David Lynch à qui on doit le magnifique "Elephant Man".

#freaks

commentaires

Comment devenir un artiste de cirque aujourd'hui?

Publié le 29 Mai 2017 par cirk75 dans Formation

Les arts du cirque sont de plus en plus tendance, et beaucoup de jeunes et moins jeunes se demandent comment faire carrière lorsque l'on n'est pas issu du milieu circassien.

Marie Molliens, la directrice artistique de la Compagnie Rasposo, troupe circassienne créée en 1987, rappelle dans cette vidéo que les artistes en 2017 sont non seulement des sportifs accomplis mais aussi des acteurs, des danseurs, des chanteurs ... autrement dit des artistes complets .

En effet pour mettre en valeur les prouesses techniques et sportives il est aussi nécessaire de faire appel à la sensibilité poétique du spectateur, en utilisant tous les ingrédients qu’offre la piste.

#devenirartistedecirque

commentaires

Martin Lacey Jr, profession éducateur

Publié le 28 Mai 2017 par cirk75 dans Dompteurs

Né le 8 juin 1977  à  Sunderland, en Angleterre, Martin Lacey, Jr. dès son berceau est entouré de nombreux félins, il faut dire qu’il vient au monde dans une famille de dompteurs. Son père Martin Sr. et sa mère Susan, Clown d’Argent(2005) sont des belluaires  réputés, et son frère ainé Alexander clown d’Argent (2003), est aussi un dompteur reconnu

Enfant de la balle, le jeune Martin grandit entre  caravanes de cirque, piste et école itinérante. Puis de 11  à 17 ans il va étudier dans le Lincolnshire à la "Cordeaux Academy  School", où il s’initie notamment à la boxe et au rugby. Puis ses humanités achevées, il revient travailler au cirque  au service marketing.

Mais plus fasciné par les fauves que pour la communication commerciale il rejoint son frère Alexander qui présente depuis qu’il a 17 ans un groupe mixte de lions et de tigres. Et en 1997, Martin Lacey Jr. présente son premier groupe de lions.

Pour les germanophiles Martin Lacey Jr au milieu de ses fauves

Il est venu plusieurs fois en France. En 2011 Il est au Bourget pour le spectacle Bouglione dédié aux C.E. avec son lion blanc King Tonga. Il est également à l’honneur lors de deux Festivals international de Cirque. En 1999 à Massy, Il remporte avec son groupe de lionnes, le 1er Chapiteau de Cristal puis en 2004 il obtient à Grenoble l’Etoile d’or.

En 2000 il reçoit  un Clown d’Argent et en 2010 consécration suprême il obtient lors de la 34ème édition du Festival monégasque le tant convoité Clown d’Or. Notons que pour la 30ème édition, les deux frères Lacey étaient conviés et pour la 40ème Martin Lacey  Jr. était associé cette fois à deux autres Clowns d’Or, Massimiliano Nones et Nicolaï Pavlenko (voir blog08/02/2017) pour un numéro commun.

le groupe de lionnes et lion présenté en 2010, avec l'inévitable speakerine italienne

Marié à Jana Mandana Lacey-Krone, écuyère réputée et filleule de Christel Sembach-Krone, il est depuis 2000 la vedette incontestée du Cirque Krone, établissement reconnu comme  le plus grand cirque en Europe.

Martin Lacey Jr.  ne considère pas son travail avec ses lions comme une profession, mais comme un mode de vie afin de montrer que l’éducation des animaux est un art.

Martin lacey Jr. plus qu’un belluaire  un amoureux des animaux et des félins.

#martinlaceyJr.

commentaires

Les Clowns d'Auguste Chabaud, (1908)

Publié le 27 Mai 2017 par cirk75 dans Art

Cette huile sur toile représente un clown un peu renfermé sur lui, vu de profil, debout sur la piste d’un cirque.  Cette œuvre est due au peintre Auguste Chabaud (1882-1955),  spécialistes en scènes inspirées de la vie nocturnes parisiennes, ville où il séjourné longuement après 1906.

Fasciné par les lumières de la ville blafardes ou aveuglantes, il s’intéresse beaucoup au monde de la nuit et a croqué nombre de situations situées aux Folies Bergères, au Bal du Moulin Rouge ou au cirque Medrano (voir blog30/12/2015).

Ce clown au visage peu expressif, aux traits presque animal, loin de refléter la joie, est réduit au rang d’une caricature. Le blanc et le gris, utilisés impriment une ambiance qui est bien loin de la gaité et du rire que l’on est en droit d’attendre d’un tel numéro.

 

Dans une huile sur carton contrecollé sur bois, montrant un autre clown, Auguste Chabaud a représenté plus un juge ou un pasteur voire un croque-mort qu’un artiste de cirque. Là aussi ce personnage est loin de cultiver l’allégresse. Comme dans le premier tableau, l’œil perçoit toujours les mêmes sensations, celles de représenter la misère et la dureté de la vie.

Comme celui de Bernard Buffet (voir blog26/03/2016) le clown d’Auguste Chabaud ne cultive pas la jubilation, mais à un détail près, celui de Buffet est triste hors de la piste, le clown de Chabaud est triste aussi pendant qu’il exécute son entrée. Profondément humaine, cette œuvre rugueuse, invoque en nous des sensations primitives dont celle de la mort qui en est l’inéluctable terme.

Auguste Chabaud a longtemps caché ses œuvres, car elles allaient bien souvent à l’encontre de la morale protestante défendue par sa famille. Et ce n’est qu’au début des années cinquante,  après la mort de sa mère et quand ses propres enfants furent grands, qu’Auguste Chabaud osa enfin exposer le Paris nocturne, les cafés et les cabarets, les danseuses et les prostituées, mais aussi les gares, les enseignes lumineuses, le cirque et ses clowns.

Scène de cirque (Lavis, crayon gras rehaussé de crayons de couleurs sur papier)

Scène de cirque (Lavis, crayon gras rehaussé de crayons de couleurs sur papier)

#augustechabaud

commentaires

Petit florilège du Cirque d'Hiver à la Belle Epoque

Publié le 26 Mai 2017 par cirk75 dans Cirques d'hier, pantomime

Voici quelques visuels du Cirque d'Hiver (voir blog25/02/2011) fin XIX° début XX° siècle.

On peut lire sur un programme du 13 avril 1906 les noms de Paul et Luigi Fratellini (voir blog25/03/2015), ainsi que le scénario d'une pantomime comique nommé "Tous Auvergnats" musique de M.G. Latour.

commentaires
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>