Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le bloc-notes de cirk75

Depuis 2010, Chronique au fil du temps et de la mémoire d'un circophile amateur

Le Cirque du Soleil fait toujours des envieux

Publié le 26 Mai 2020 par cirk75 dans Economie

Depuis quelques temps le cirque du Soleil fait beaucoup parler de lui. Cette fois ce ne sont pas ses spectacles qui sont mis en avant, mais sa grande vulnérabilité financière. Comme on l’a relaté précédemment (voir blog20/05/2020) la pandémie liée au Covid-19 a considérablement fragilisé le mastodonte montréalais.

Arrêt de tous les spectacles, mise à pied de 95 % de ses effectifs et lourd endettement de 832 millions d’euros sont à l’origine des déboires économiques de cette entreprise de spectacles.

Aussi fin mars, la direction du Cirque du Soleil a mandaté la Banque du Canada pour envisager tous les scénarios de sa survie, y compris celui de se placer en faillite.

Depuis on s'agite et chacun tente d'apporter sa solution.

Guy Laliberté, quelques semaines après avoir vendu ses dernières parts de participation dans le Cirque du Soleil, entreprise qu’il avait fondée en 1984, vient de faire savoir dimanche 24 mai lors d’une émission de télévision, qu’il pourrait être candidat à son rachat.

L’ancien cracheur de feu, devenu depuis millionnaire après avoir vendu,  à des financiers américains et chinois ses parts du cirque du Soleil , a fait savoir, tel un chevalier blanc, qu’il réfléchissait à "sauter dans l’arène" pour participer au sauvetage de son ex-entreprise désormais exsangue. Pour cela il dit connaître des personnes -on évoque en coulisse les noms de Franco Dragone (voir blog10/10/2015) et  Robert Lepage- prêtes à mettre au pot pour permettre ce rachat, sans en donner plus de détails.

Dans un entretien accordé aux médias le P.D-G, Pierre Karl Péladeau se disait tout disposé à l’idée d’envisager un partenariat avec le fondateur du Cirque, ce dernier lui a indirectement répondu, en affirmant que "si les chiffres mènent la relance du Cirque il y a un grand danger". "Il faut trouver un équilibre financier, mais surtout retrouver la flamme qui va relancer le Cirque", a conclu l'ancien saltimbanque.

De son côté le gouvernement québécois a fait savoir qu’il était tout disposé à aider l’entreprise, en lui accordant un prêt de 200 millions de dollars américains, sous certaines conditions, comme le maintien du siège social à Montréal et de la propriété intellectuelle au Québec. Rappelons à ce jour la participation québécoise réside dans la seule Caisse de dépôt et placement du Québec à hauteur de 20 %, les autres actionnaires étant les fonds de pension, américains TPG Capital (60%) et chinois Fosun (20%).

Et n'oublions pas un dernier larron, l’offre de rachat rendue publique début mai par le conglomérat de télécoms et de médias Québécor.

Alors comme comme on voit on s'affaire en coulisses, aussi voyons si ces belles promesses deviendront réalité.

Attendons la suite avec impatience...

commentaires

La dernière tournée du Cirque Nock

Publié le 25 Mai 2020 par cirk75 dans Cirques d'hier

Comme nous l’avons déjà relaté (voir 17/05/ 2019) le plus vieux cirque helvète, dirigé par les sœurs Franziska et Alexandra Nock (7ème génération)  a définitivement fermé son parapluie au pied du Jura à Aarau, capitale du canton d'Argovie, un certain 11 novembre 2018.

L’ultime tournée, la 158ème comprenait 45 étapes et avait commencé le 17 mars 2018 dans le canton d'Argovie à Frick.

"Bravo bravissimo" la production 2018 proposait un programme  où les animaux (exotiques et chevaux) n’étaient pas absents et comprenait 10 numéros internationaux encadrés musicalement par un orchestre comprenant 7 musiciens.  

Déjà dans une situation économique délicate, Nock en  parallèle proposait à ses fans, d’être parrain ou marraine d‘un animal, mais aussi du matériel (camion, voiture couchettes, voire même d’une roulotte WC ou du système électrique…) une manière élégante de parler du mécénat financier.

Mais ces recettes complémentaires n’ont pas été suffisantes et l’entreprise familiale a dû mettre les pouces en annonçant 6 mois après, le 10 mai 2019, la fin de ses activités pour des raisons notamment financières..

commentaires

Le Clown Blanc (collection privée), signé et annoté au dos J Kostia-Blancheteau

Publié le 24 Mai 2020 par cirk75 dans Art

Cette huile sur toile (116x89) peinte dans les années 50, nous montre en premier plan et occupant les trois quarts de l’œuvre, un blanc vêtu d’un sac bleu, manches gigot, jouant du saxophone. Un peu plus loin sur la droite un auguste fortement grimé avec un énorme nœud papillon, un costume vert et gilet rouge, un bandonéon à la main assis sur la piste ponctue ce concert de musique.

Dans l’ombre, derrière ces deux comiques on entrevoit un aérien qui semble grimper à l’aide d’une échelle de corde vers son agrès. Nous sommes au cirque en présence de trois personnages inhérents, mais ils ne sont pas les seuls, composant un spectacle digne des arts de la piste.

Dans un style avec des couleurs un peu sombres ce qui pourraient faire penser aux clowns si chers à Bernard Buffet (voir blog18/03/2011), ce tableau est dû au talent de Jeanin Kostia-Blancheteau (1928-2013) une femme peintre autodidacte d’origine allemande, venue s’installer à Paris après-guerre pour se faire un nom dans le monde de l’art .

Connue aussi sous le nom de Kostia-B, elle est surtout connue pour ses scènes marines et ses paysages, plus que circassiennes.

commentaires

Regard sur le cirque, photographies 1880-196

Publié le 23 Mai 2020 par cirk75 dans exposition, Livres

Du 12 juin au 15 septembre 2002, la Bibliothèque historique de la ville de Paris a rendu hommage au cirque lors d’une exposition comprenant notamment des clichés signées Chambertin, Paul Gordon, Endrey, Gründ, Gaston Paris (voir blog01/05/2014), Charles Terret, François Tueffard ‘04/06/2013)et Waléry, tous des amateurs de la piste.

Parmi ces photographes réputés , signalons que, Chamberlin était le photographe attitré du Cirque Medreno, son échoppe située 63 Bd. Rochechouart à Paris se trouvait collé au bâtiment du cirque montmartrois et, Endrey (Nestor André Roekaert) situé 19 rue des Filles du Calvaire à Paris, celui du cirque d’hiver.

Le visiteur de l’exposition pouvait contempler plus de deux cents photographies en noir et blanc célébrant les artistes de la piste, dans la perfection de leurs numéros ou à l'entraînement : écuyers et acrobates, clowns blancs et Augustes, dresseurs de singes et dompteurs de fauves, voltigeurs et porteurs, fildeféristes et contorsionnistes, jongleurs et trapézistes.

De 1880 aux années 1960, la photographie de cirque a évolué des clichés posés vers ceux saisissant le mouvement d'un artiste isolé, en passant par les vues d'ensemble de la piste et des coulisses.

Un catalogue de cette manifestation a été édité avec des textes d’Adrian (le cirque de Paris), Jacques Fort (petite histoire de la photographie du cirque), Thomas Michael Gunther (la photographie regarde le cirque) ainsi qu’avec un avant-propos de Jean Derens (conservateur général de la bibliothèque de la ville de Paris. Cette brochure permet de revoir des artistes d’antan comme notamment Les Fratellini (voir blog18/05/2015), Blanche Allarty (voir blog29/04/2012), Alexis Gruss Sr. (voir blog19/12/2011), Dany Renz (voir blog17/06/2012), Pipo (voir blog10/10/2011), Rhum (voir blog23/03/2011) Dédé (voir blog23/05/2015), Grock (voir blog16/05/2015), Alex (voir blog20/12/2011), Togare (voir Blog23/09/2014), Alfred Court (voir blog01/10/2013), Gilbert Houcke (voir blog13/12/2011), Albert Powell (voir blog28/02/2017), Lilian Leitzel (voir blog19/10/2016), Les Codonas (15/10/2019), Germain Aeros (voir blog07/10/2018) et  bien d’autres et montre combien les numéros étaient divers et variés…,   

commentaires

Les végans et animalistes ne sont-ils que de simples agitateurs?

Publié le 22 Mai 2020 par cirk75 dans Animaux

Dans une tribune parue le 7 janvier 2019 dans le journal "Le Monde"  le politologue Paul Ariès, défenseur de la décroissance et de l'écologie politique,  accusait le véganisme de vouloir en  fait en finir avec toute forme de prédation animale. De plus indiquait-il cette pensée "ouvre des boulevards aux idéologies les plus funestes mais terriblement actuelles". Revenons aujourd’hui sur cet article et voyons comment cette pensée impacte bien malheureusement aussi le monde du cirque.

Selon le politologue le véganisme n’est pas seulement une production d’alimentation farineuse mais aussi une machine à saper l’humanisme et à tuer une majorité d’animaux", dont ceux bien entendu  qui se trouvent dans les cirques ou les zoos.

Ainsi des théoriciens du mouvement, comme Brian Tomasik, estiment que mieux vaut encourager la pêche intensive qui détruit les habitats marins. Thomas Sittler-Adamczewski de son côté encourage à soutenir les lobbies pro-déforestation. Quant à Asher Soryl il suggère non seulement d’éviter d’acheter des produits biologiques, l’agriculture productiviste étant plus efficace pour réduire le nombre d’animaux, mais aussi d’éviter de combattre le réchauffement climatique qui réduit l’habitabilité de la planète pour les animaux.

Enfin comme le clame Tom Regan le but n’est pas d’élargir les cages mais de les vider. Les végans s’opposent donc à tout ce qui peut adoucir le sort des animaux puisque toute amélioration serait contre-productive en contribuant à déculpabiliser les mangeurs de viande, de lait, de fromages, de miel, les amateurs de pulls en laine et de chaussures en cuir ce qui retarderait l’avènement d’e leur monde totalement artificiel.

Enfin comme l’indique un autre théoricien de l’antispécisme, Abraham Rowe "quand vous vous adressez au grand public, évitez de plaider pour la déforestation, évitez de parler d’élimination de masse des prédateurs, évitez de parler des programmes consistant à tuer des animaux".  On comprend pourquoi ces sectes animalistes ont dans leur viseur  les cirques avec animaux. Une telle attitude leur permet de cacher leur projet suprême qui n’est pas de supprimer les animaux dans le cirque, mais comme le note Paul Ariès, "d’en finir avec toute forme de prédation, en modifiant génétiquement, voire en supprimant, beaucoup d’espèces animales, sous prétexte que n’existerait pas de viande d’animaux heureux et que les animaux sauvages souffriraient bien davantage et en plus grand nombre que les animaux d’élevage ou domestiques.

Le fond du problème à leurs yeux n’est pas la consommation de produits carnés mais la souffrance animale, or cette dernière étant inhérente à la vie, il faudrait réduire le vivant".

Édifiant non ?

Qu’en pensez-vous ?

A vous la parole...

commentaires

Deux affiches un peu plus que cousines

Publié le 21 Mai 2020 par cirk75 dans Affiches

Pour la sortie en 1956 du film Trapèze (voir blog18/11/2010) mis en scène par Carol Reed, plusieurs affiches  ont été créées, dont une où l'on peut voir le porteur rattraper la voltigeuse en lui donnant un baiser.

Ce film tourné sous les ors du cirque d'hiver de paris ayant eu un grand succès, en 1957 le cirque Amar pour mettre en avant sa tournée, dont la vedette était un certain Achille Zavatta (voir blog17/05/2015) associé à Jean Drena (voir blog16/03/2012), va s'accaparer le visuel.

Comme on le constate il y a de grandes similitudes, Même fond rouge, même guirlande électrique en haut a droite, même lumière jaune des projecteurs au milieu, et artistes et animaux  en bas sur la piste...

Par contre le porteur, pour la communication Amar a eté, et c'est heureux, remis dans le bon sens.

Enfin l'affiche Amar est plus chaste, pas de baiser entre les deux artistes, nous sommes au cirque, lieu où on cultive la pudeur.

commentaires

Le Cirque du Soleil va-t-il être victime du Covid 19 ?

Publié le 20 Mai 2020 par cirk75 dans Economie

En raison de la pandémie de COVID-19E le cirque québécois, que les animalistes prennent en exemple, a été forcé de mettre en place des mesures inédites. Il a dû suspendre l’intégralité de ses 44 spectacles entraînant de facto, la mise à pied temporaire de 4 679 personnes soit  95 % de son effectif. Dans le même temps il a dû aussi organiser en urgence le rapatriement de plus de 2 000 de ses employés répartis aux quatre coins de la planète et cela dans un contexte de limitation des déplacements aériens.  

Dans un rapport daté du 18 mars 2020, l’agence de notation américaine Moody’s a évoqué un risque de défaillance "élevé" d’ici la fin de l’année. "Un faible niveau de liquidités, une demande peu vigoureuse et des conditions économiques difficiles vont accroître la pression sur la flexibilité opérationnelle du Cirque et sur sa capacité à effectuer des investissements une fois que les spectacles auront repris" a noté Moody’s.

De plus la concentration des activités de l’entreprise à Las Vegas, où elle génère environ 35 % de ses revenus, figure aussi parmi les principaux risques qui guettent l'entreprise de spectacles, précise l’agence.

Aujourd’hui le Cirque du Soleil se trouve dans une situation économique difficile, non seulement sa dette atteint environ 900 millions de dollars américains (832 millions d’euros)", mais il n’a plus aucune recette suite à l’arrêt de tous ses spectacles.

Aussi pour se placer à l’abri de ses créanciers, les dirigeants du Cirque du Soleil disposent des quatre options :

       -demander une aide gouvernementale, 

       -injecter de l’argent frais de la part des investisseurs actuels (le fonds américain TPG, le groupe chinois Fosun et la Caisse de dépôt et placement du Québec). Mais TPG a beaucoup investi depuis deux ans, tant au niveau de l’acquisition de l'entreprise de divertissement, de la création de nouveaux spectacles, de la construction ou de la rénovation des salles de représentation.

       -recapitaliser l’entreprise avec de nouveaux partenaires. A ce jour seul Québecor, un conglomérat québécois de télécoms et de médias a fait connaitre son intérêt pour participer au sauvetage de cet ambassadeur du talent québécois,

       -la vendre,

Ce n'est pas la première fois que le Cirque du Soleil traverse une crise (voir blog12/12/2011) mais au-delà du problème financier, on peut se demander si l'entreprise québécoise n’a pas elle même couper la branche sur lequel elle reposait. En proposant de plus en plus de productions où la comédie musicale a pris le pas sur le cirque, avec des prix des places (voir blog26/09/2011) honteux faisant fuir une bonne partie de sa clientèle qui elle n'a aucune chance d'être VIP et d'être inviter par une entreprise, le Cirque du Soleil a bien chercher le bâton pour se faire battre...

Alors à suivre avec attention

 

commentaires

Claudy Renotte (1937-2020), un danseur devenu maître de piste

Publié le 19 Mai 2020 par cirk75

Décédé dimanche 17 mai 2020 à l'âge de 82 ans, Claudy Renotte n’était pas un circassien à l’origine mais un danseur classique et rien ne le prédisposait à ce qu’il devienne non seulement étoile de la piste mais aussi directeur de cirque.

D’origine Bruxelloise, né le 22 juin 1937, il eut une approche de la piste pour le moins original. Ainsi  au cours d’un spectacle de variété un auguste le fait rire, non pour une entrée mais pour un trait d’humour qu’il lançait en vendant le programme : " Prenez-le, il y a même une page blanche pour ceux qui ne savent pas lire....". Quelques temps plus tard Claudy Renotte l’engage et lui donne la réplique dans numéro de variétés, où notre danseur est déguisé en clown blanc. Et fruit du hasard le jour de la première dans la salle, un directeur de cirque conquis par le numéro l’engage pour la tournée d'été. Claudy Renotte accepte, à condition que l'entrée comporte une exécution de danse comique. C’est ainsi que Claudy Renotte, entre dans un monde dans lequel le jeune danseur classique va trouver sa voix, endossant au fil des années les habits du clown blanc, du fakir Emher Bey ou du magicien Germinal.

IL va aussi se prendre d’amitié avec Brigitte Mabire et James Carrington, avec lesquels il va fonder en 1970 le " Cirque Carrington". Au départ établissement modeste avec des spectacles orientés en grande partie vers la magie. En 1975, James Carrington et Claudy Renotte seront chacun de leur côté engagés en France. Le premier chez Sabine Rancy et le second pour le podium d'été de "La Voix du Nord". A la fin de la tournée Claudy Renotte rejoindra le chapiteau Rancy pour la fin de la saison.

En 1976, le " Cirque Carrington " tournera en France, tout comme les deux saisons suivantes, avec pour vedettes, les célèbre aériens Palacys dont c'est la dernière tournée, et Roger Lanzac (voir blog25/09/2011) l'année suivante.

On connaît la suite. L'association malheureuse avec Sabine Rancy, le rachat du nom des droits d'exploitation de la firme " Rancy " à Albert Rancy à la suite du décès de Sarah Rancy-Caryth, la création du "Cirque Rancy-Carrington". La séparation avec James Carrington et Brigitte Mabire.

La création du cirque " Cirque Albert Rancy " qui, de 1982 à 1985, proposera des spectacles de qualité dans un premier temps dans le Nord, puis dans toute la France ensuite, terminant  chaque saison sa tournée au Cirque Municipal d'Amiens (voir blog09/05/2011).

Le "Cirque Albert Rancy" engagera, entre autres, Arlette Gruss,t Georgika Kobann, les Bario.

Cet établissement sera malheureusement en proie à des ennuis financiers qui le mettront à mal et obligeront son arrêt définitif en Bretagne en juillet 1985.

Retiré des pistes Claudy Renotte ouvrira alors une école de cirque dans l'Aude à Carcassonne où il va enseigner les petits tours et grandes figures du cirque à des milliers de personnes.

commentaires

Le Cirque Le Roux sur Olympia TV

Publié le 18 Mai 2020 par cirk75 dans Nouveau-Cirque, magicien

Lancée le 21 janvier 2020, Olympia TV, chaîne télé issue de la synergie entre une salle de spectacle, l’Olympia et le groupe Canal+, diffuse tous les soirs entre 20 h 30 et 1 h du matin; des spectacles divers, le plus souvent enregistrés dans cette salle du boulevard des Capucines à Paris.

Le mercredi le programme est centré sur la magie et le nouveau cirque généralement vision frontale

Le Cirque Le Roux sur Olympia TV
Le Cirque Le Roux sur Olympia TV

Parmi les programmes que l’on peut voir en Replay, et disponible sur les différentes box opérateur ainsi que sur MyCanal, on peut voir ou revoir les deux spectacles proposés par le Cirque Le Roux à savoir  "The elephant in the room" (voir blog28/09/2016) et "A dear in the Headlights" (voir blog18/11/2019).

Ces rediffusions permettent de voir combien cette troupe a su dans des situations souvent absurdes et surréalistes, combiné acrobatie, mime, chorégraphie, humour.

Assurément une des meilleure  troupe du cirque qui se prétend nouveau.

commentaires

Le cirque Cosmopolite au Cirque Municipal de Reims

Publié le 17 Mai 2020 par cirk75 dans Cirques d'hier

Il existe plusieurs cirques voyageurs au XX° siècle qui se sont appelés Cosmopolite voire Cosmopolite Circus.

On trouve par exemple en 1930 une telle enseigne dans l'hexagone dirigé par un dénommé Badolly, ayant eu dans les années 20 une autre piste éponyme.

Après-guerre, peut-être pour coller à la mode américaine très tendance à cette époque, de 1945 à 1950 on voit tourner un Cosmopolite Circus, un chapiteau à 2 mats avec ménagerie et écurie administré par Pierre Blondeau.

Enfin n’oublions pas en 1925 un Grand Cirque Cosmopolite, possédant une collection de fauves impressionnantes. Dans la réalité cet établissement dont le chapiteau avait été implanté notamment à Paris Porte de Champerret, était une émanation d’un cirque allemand créé par Wilheim Hagenbeck.

Le programme qui aujourd’hui nous intéresse, présenté lors des fêtes de fin d’année 1945 sous les ors du Cirque Municipal de Reims (voir blog13/11/2017) ne semble pas faire référence à un de ces trois établissements.

De plus le programme papier d’une feuille imprimée en bleu marine, recto verso ne nous fournit aucune information autre que Cirque Cosmopolite. Dans certaines publications cet établissement est quelques fois nommé Circus International pour proposer le même spectacle.

A la lecture du programme on peut voir, habillé musicalement par l’orchestre Bob and his boys, par exemple Albert Carré, le saut de la mort de Barwell,les clowns Donnet (voir blog18/03/2014) & Pekari, le funambule Rover, ainsi que l’attraction de la mule récalcitrante, qui faisait la joie des petits et des grands.

Rénové dans les années 80, le Cirque Municipal de Reims accueille depuis 1982 le Cirque Educatif d’Hugues Hotier.(voir blog09/01/2011) pour le plus grand bonheur des rémois qui se pressent de plus en plus nombreux sur les gradins de cette piste nommée aussi Le Manège.Scène Nationale.

commentaires
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 200 > >>