Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le bloc-notes de cirk75

Depuis 2010, Chronique au fil du temps et de la mémoire d'un circophile amateur

Melody

Publié le 15 Novembre 2010 par cirk75gmkg dans Programmes

Hier je suis allé voir la dernière production du Cirque National Alexis Gruss nommée, en anglais, c'est certainement plus tendance: Melody. Spectacle de cirque à l'ancienne qui se vante d'être pour la première fois accompagné par deux chanteurs, qui entre-parenthèses assurent vraiment. Est-ce du cirque à l'ancienne ou du nouveau cirque à l'ancienne? Beau sujet de réflexion que je laisse aux puristes.

Le début un peu poussif et très bavard, entre Alexis et son petit fils Louis sur les mérites respectifs du juke-box ou du Ipod, je rappelle que le cirque au départ était muet et seul le théâtre avait le privilège de la parole, mais bon il faut bien évoluer parait-il. Après quelques succès d'Elvis Presley ou des Beatles, on entre vraiment dans le cœur du sujet avec le numéro de jonglage de Francesco Fratellini. Francesco, (le fils de Carol et du regretté Tino et par conséquence le petit fils de Baba et l'arrière petit-fils de François) est un numéro à lui tout seul, et c'est à coup sûr un artiste à suivre car bon sang ne saurait mentir.

Trois numéros méritent le déplacement. En fin de première partie, Stéphane et son épouse Nathalie reprennent les poses équestres qu'Alexis réalisait à la fin des années 70 avec Silvia Monfort. Malgré des chevaux un peu nerveux Stéphane et Nathalie réalisent une belle prouesse et terminent leur prestation par une mini-poste .

La seconde partie nous donne le plaisir de revoir Firmin et Syndha, l'éléphante du cirque, en très grande forme ce jour là. Et dans un numéro totalement repensé, les 2 artistes font une très belle prestation de bascule où Firmin nous montre encore une fois l'étendu de son immense talent. 

Enfin la bonne surprise vient des jumeaux Alexandre et Charles, qui assument la fin du programme en réalisant, ce qui était la marque de fabrique de leur père: le jonglage à cheval. En une année les jumeaux ont pris une nouvelle dimension et réalisent sous l'œil attentif de leurs parents les classiques du genre.  Alexandre, devenu blond, termine par un jonglage sur cheval avec des massues enflammées et Charles, reprend le numéro du drapeau debout sur cheval.

Quant à Alexis, il nous montre que les chevaux n'ont toujours aucun secret pour lui et Gipsy un peu en retrait cette année, évolue dans un numéro plein de poésie et de haute école.

N'oublions pas le numéro comique maison sur le tournage d'un clip publicitaire pour un chanteur de Rap, avec toute la troupe, où Firmin et Francesco donnent toute la mesure de leur comique.

Melody un spectacle que l'on peut présenter comme le passage de témoin d'une génération à une autre. 

commentaires

Cirque & Franc-Maçonnerie

Publié le 14 Novembre 2010 par cirk75gmkg dans Franc-Maçonnerie

Savez-vous que le Cirque et la Franc-Maçonnerie ont bien souvent fait routes communes?


Que de nombreux artistes du cercle magique peuvent revendiquer le fait d'être frangins?


Peu d'écrivains ou de chercheurs ont étudié les liens qui ont uni de tout temps cette société discrète et le cirque. A ma connaissance seuls Dominique Mauclair, qui n'est pas maçon, Lydia Zavatta, dans le livre consacré à son père et, Dominique Denis, dans son ouvrage sur le clown Louis Maïss, y font allusion. 

PlaneteCirque.jpgAujourd'hui, pour parler de ce sujet, je vais laisser la plume à Dominique Mauclair qui en parle longuement dans son livre "Planète Cirque".

 

"Plusieurs facteurs seront à la base de la réussite de ces compagnies qui de 1770 à 1815, constitueront les fondements du cirque moderne. Le premier c’est qu'une nouvelle race d'artistes est née. Séducteurs, aventuriers, ils apprennent vite à devenir des entrepreneurs de spectacles. C’est pourquoi ils ont besoin de tous les appuis politiques pour obtenir les autorisations nécessaires à la création de nouveaux établissements. Et le développement de la franc-maçonnerie dans le monde va considérablement les aider. En effet la création du cirque moderne en 1770 et l’ouverture des grandes loges (le Grand Orient à Paris en 1773) coïncident. Des monarques, des princes de sang, beaucoup d'hommes politiques et d'intellectuels du siècle des Lumières sont maçons. Aussi n'est-il pas étonnant que des banquistes comme Philip et John Astley, Antonio Franconi et sans doute Ricketts s'affilient à une organisation secrète et internationale, qui leur ouvrira les portes les plus fermées. La plupart des "protecteurs" des premiers hommes de cirques dont une grande partie de la Cour d'Angleterre, le Régent, le comte de Duras sont maçons.

            L'appartenance à une loge était un signe de respectabilité et c'est ainsi que les emblèmes maçonniques figurent sur certaines affiches et sur les cadeaux offerts à des directeurs ou à des artistes. On a retrouvé de la vaisselle appartenant à Philippe Astley décorée des compas et équerre entrecroisés. Lors de la tournée de la troupe de Théodore Rancy en Égypte à l'occasion des fêtes données lors de l'inauguration du canal de Suez, les artistes lui offrirent un tapis décoré - c’était la tradition à l’époque - où sont brodés au fil d'or les noms des artistes figurant au programme, le nom du directeur et le symbole des loges.

            Les membres du puissant syndicat américain des directeurs de cirques "les pieds plats" seront, au milieu du XIX° siècle, en majorité maçons et n'en feront pas un secret. Mais ce sont surtout les "avant-courriers", ces hommes qui préparent l'itinéraire des cirques-voyageurs en obtenant les diverses autorisations, les emplacements pour établir les chapiteaux, en négociant les prestations de service et en distribuant la publicité, qui utiliseront les relations qui existent entre frères. A côté de leur signature, ils accoleront les trois points symboliques afin qu'il n'y ait aucune ambiguïté et ainsi ils pourront bénéficier du soutien efficace des maçons dans la ville où ils se trouvent.

            Il est, surprenant, à la lecture des journaux de bord de certains banquistes (ceux écrits à la fin du XIXème siècle, en Italie, en Europe Centrale et en Russie), de constater l’importance donnée à la Franc-maçonnerie dans leur décision d’émigrer, et aux récits rocambolesques que ces déplacements ont suscité.

            Les grands noms du cirque - ceux qui étaient maçons - étaient reçus par les loges des villes où ils se produisaient.

            Enfin l’occupation des meilleurs territoires: l’Angleterre pour Astley, la France pour Franconi, l’Autriche pour Christophe de Bach, inciteront les "voyageurs" à rechercher d’autres Eldorado. C’est ainsi que de jeunes compagnies iront prospecter les Amériques et les autres pays européens. A ce jeu, les danseurs de corde vont se montrer beaucoup plus audacieux que certains écuyers."

DeLaPisteAuxEtoiles.jpgPour ceux que le sujet intéresse je signale aussi cet excellent livre rédigé sur le sujet par un passionné de cirque: Didier Richard.

Et si certains lecteurs, qui me font l'honneur de lire mes petits articles, connaissent d'autres informations sur le sujet je suis bien entendu preneur. Bonne journée. 

commentaires

Les enseignes de la famille Gruss

Publié le 13 Novembre 2010 par cirk75gmkg dans Cirques

Dans le monde du cirque le nom de Gruss est synonyme de qualité et de compétence, mais comme chez les Bouglione, autre grande famille circophile française, il n’est pas facile de s’y retrouver, d’autant plus que les Gruss ont pendant de nombreuses années multiplié les enseignes. Je vous propose aujourd’hui de faire le point sur les différentes enseignes qu’ils ont utilisées ou qu’ils utilisent à ce jour. 

Gruss-Jeannet1943.jpgAssociés à leur ami Lucien Jeannet  (1902-1977) André Grüss (1919-2003) et, Alexis Gruss Senior (1909-1985) créent en 1943 le cirque Gruss-Jeannet. 

RCircus1950.jpegA partir de 1949, Louis Merlin, passionné de cirque et directeur de Radio Luxembourg, propose aux  Gruss-Jeannet de créer un cirque où alternent cirque traditionnel et jeux radiophoniques. Cette alliance donne naissance de 1949 à 1955 au très célèbre Radio-Circus.

 

Medrano56a.jpgLe contrat lucratif ne se renouvelant, les Gruss-Jeannet proposent à Jérôme Medrano de leur louer son nom pour recréer en 1956 le célèbre Medrano "voyageur".

 

JR1957.jpgEn 57-58 les Gruss-Jeannet proposent à un passionné de cirque: Jean Richard de s’associer à eux pour créer, avec le concours d’Europe 1, le Cirque des vedettes connu sous le nom de Cirque-Zoo Jean Richard.

 

GCDF63Puis de 1959 à 1965, nouveau contrat avec Radio Luxembourg pour créer le Grand Cirque de France qui proposera, entre autre, le célèbre spectacle musical : Ben Hur. Ce spectacle tiendra quatre saisons de 1961 à 1965 et parcourra la France, l'Espagne et la Belgique.

 

GCDF65L’année suivante les Gruss-Jeannet quittent l’hexagone et tournent pendant une partie de l'année 66 en Suisse sous l’enseigne : City-Circus.

 

GCDF67Après le déconvenue helvétique, les Gruss-Jeannet s’associent avec le célèbre Achille Zavatta et fondent en 1967  le Circorama Achille Zavatta.

 

JR1968.jpgEn 68, les Gruss-Jeannet renouent avec Jean Richard, mais sous une forme différente (aide technique, logistique matérielle). Les Grüss-Jeannet étant aux prises à des difficultés financières, c'est désormais Jean Richard qui pilote le cirque qui porte son nom.

 

1969 est l'année où Alexis et André Grüss  quittent Lucien Jeannet, et pendant deux ans les 2 frères et leur famille proposeront leurs numéros à la concurrence.


Gruss&Jeannet1972En 1972 avec le grand sympathique Roger Lanzac André Gruss, séparé de son frère Alexis, produit  l’éphémère " Cirque La piste d’or ", qui se soldera par une faillite.

 

Gruss&Jeannet1973Suite à son mariage avec Gipsy Bouglione, Alexis Gruss Junior, le fils d'André, récupère chez son beau-frère un stock d'affiches portant le nom de Cirque National; en  y accollant le nom de Grüss nait en 1973 le premier Cirque National Grüss.  

 

GrussAlexis1975Il faudra attendre 1974, pour qu’Alexis Junior, crée avec la complicité de Sylvia Montfort, " Le Cirque à l’ancienne Alexis Gruss". 

 

GrussArlette1985.jpgSa cousine Arlette (1930-2006), fille ainée d’Alexis Gruss Senior, suite au décès de ce dernier, crée en 1985 "Le Cirque Arlette Gruss", mais conserve pour la 1ère anné l'appelation de "Grand Cirque de France".

 

GrussChristiane1990.jpgChristiane, autre fille d’Alexis senior franchit le pas en créant en 1989 sa propre enseigne "Le cirque Christiane Gruss", établissement  aujourd'hui disparu.

commentaires
<< < 200 201 202 203 204