Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le bloc-notes de cirk75

Chronique au fil du temps et de la mémoire d'un circophile amateur

Le cirque Hippodrome de Douai

Publié le 22 Septembre 2013 par cirk75gmkg dans Bâtiments

Douai.jpgC’est lors du démantèlement des murailles de la ville que la construction d’un hippodrome-théâtre fut arrêtée par la municipalité. Celle-ci fait alors l’acquisition d’une charpente métallique dodécagonale provenant d’un " panorama de Rome" anciennement établi à Paris et se lance, en 1903, dans la construction d’un bâtiment colossal, initialement prévu pour 3 500 personnes. Original par sa forme, l’Hippodrome se fait également remarquer pour sa décoration classique, avec son fronton triangulaire et ses colonnes ioniques.

Douai55.jpgL’inauguration du bâtiment se déroula le 9 juillet 1904 lors pour les fêtes de Gayant avec un spectacle présenté par la troupe Ducos-Loya. Jusqu’en 1914 des foules considérables se pressèrent dans ce cirque municipal pour applaudir des spectacles de cirque donnés par des troupes connues parmi lesquelles celle de Despard-Plège. Le bâtiment fut en décembre 1920 détruit par un incendie, ce qui priva les Douaisiens d’art des la piste jusqu’en 1924, où pour les fêtes de Gayant, le cirque Pourtier (voir blog15/12/2010) permit d’inaugurer le nouvel hippodrome.

Douai81.JPGEn 1929 naissait à Douai un cirque d’amateurs nommé l’Etoile Circus qui donna des représentations jusqu’en 1956. De son côté le Cirque Pourtier revient chaque année jusqu’en 1960 pour les fêtes de Gayant ou celles de Pâques. En dehors du cirque l’édifice était aussi utilisé à des réunions syndicales, à la remise de médailles, aux  tirages de loterie, à de congrès ou à présenter des combats de coqs, combats de catch, bals populaires, spectacles de variété, ballets folkloriques……Cette disette de spectacles de cirque prit fin lorsqu’Hugues Hotier créa son célèbre Cirque Educatif (voir blog09/01/2011) qui chaque année en février de 1976 à 1984 donna une série de représentations à l’hippodrome de Douai.

Douai-couleur.jpgA l’heure actuelle ce bâtiment est devenu une scène nationale, définitivement fermée au spectacle de cirque, composé de 3 salles : une théâtre de 600 places, une salle de cinéma privilégiant les films d’auteur et une petite salle d’une centaine de places construite dans une annexe et destinée à un jeune public. Depuis 1981 l’Hippodrome de Douai est inscrit à l'inventaire des Monuments Historiques montrant ainsi que ce bâtiment constitue un véritable patrimoine architectural de renommée nationale.

commentaires

Les trapézistes aux seins nues

Publié le 21 Septembre 2013 par cirk75gmkg dans Aériens

Gaby-Marces.JPGSi le cirque a toujours eu le don de mettre en valeur la plastique du corps, dans les années trente les tenues vestimentaires de certaines trapézistes étaient beaucoup plus coquines que celles d’aujourd’hui chamarrées et bigarrées à souhait. Ainsi des artistes comme Gaby Marcès ou Joan Tanya se sont faites remarquées non seulement par leurs prouesses techniques mais aussi pour leur audace vestimentaire.

x Gaby MarcesD’une grande beauté, et d’une plastique parfaite, Gaby Marcès fut une aérienne réputée qui dans un premier temps se produisit avec son mari Marcel Delacoudre au Nouveau Cirque (voir blog08/12/2010) dans la troupe des "Marcès". Mais son grand renom vient du fait qu’elle a présenté en 35-36 dans les grands cabarets parisiens que furent l’Alcazar, le Tabarin ou l’Empire (voir blog10/05/2013)  ses célèbres déshabillés au trapèze.

JoanTanya.JPGSuzannne Riom dite Joan Tanya présentait elle aussi à l’Empire ou au Palace ses exercices les seins dénudés. Elève d’Edmond Rainat, elle se produisit en tenue plus habillées dans de nombreux cirques comme Medrano (voir blog07/04/2011) Napoléon Rancy (voir blog22/09/2011). De nos jours on peut toujours voir sa silhouette dans certains films, qui ont pour noms "Lunéville", "Rogolboche" ou "Sous la griffe", où elle a donné corps à certains exploits comme doublure aérienne de la vedette féminine. Dans son Encyclopédie du Cirque, Adrian (voir blog26/06/2012) indique à propos de cette artiste : "numéro inoublié que celui de Joan Tanya dont le corps souple jouait savamment avec les nerfs des spectateurs surtout lorsqu’elle lui demandait de se laisser aller en un long glissement casse-cou des reins aux jarrets et des jarrets aux talons" car aucune étoffe à cette époque pour aider les trapézites comme on peut le voir de nos jours chez les artistes contemporaines.

commentaires

La Goulue: artiste de cirque (1866-1929)

Publié le 20 Septembre 2013 par cirk75gmkg dans Personnalités

La-Goulue-HTL2.jpgLa vie de Louise Weber, personnage hors du commun, est surtout connue, à côté de" Valentin le Désossé", de Jane Avril ou de "Nini Patte en l’air" comme danseuse de french-cancan, mais cela serait très incomplet si on omettait ses incursions dans les arts de la piste car elle s’est produite non seulement au Cirque Fernando (voir blog01/07/2012), puis une fois sa carrière de danseuse terminée elle s’est reconvertie en dompteuse de fauves. C’est cette partie moins connue de son existence que nous allons évoquer aujourd’hui.

Fernado2Orpheline, recueillie par son oncle Georges à Saint-Ouen elle débute à 6 ans à l’Elysée Montmartre dans un bal public. Puis c’est pour elle la période de la débrouille. Elle est tour à tour blanchisseuse, modèle pour peintres ou photographes. Et c’est au Cirque Fernando le 12 janvier 1889 qu’elle commença sa carrière de danseuse où elle apparaissait dans la revue: "En selle pour la revue", reine du chahut, elle enchantait déjà les amateurs de jolies femmes en choquaint les pudibonds. Puis elle se produisit au "Moulin de la Galette" à "l'Élysée-Montmartre", au "Bal Bullier" ou à la "Closerie des Lilas". Despres, les frères Oller et Charles Zidler la lancèrent alors dans le cancan où en dansant le quadrille elle taquinait l'audience masculine par le tourbillon de ses jupes à volants relevés et de la pointe du pied elle faisait voler le chapeau d’un mondain. Son habitude à vider les verres des clients, tandis qu’elle passait à leurs tables, lui valut le surnom de La Goulue.

La-Goulue-dompteuse.jpgDélaissant les grands établissements en 1895 elle ouvrit à La Foire du trône une baraque de danseuses, décorée par son ami peintre Henri de Toulouse-Lautrec (voir blogt17/03/2011). En 1898 le célèbre dompteur Adrien Pezon l’engagea  pour danser au milieu des fauves. Cette présence des animaux la décida à présenter elle même les félins. C’est ainsi qu’on put la voir à la "Ménagerie Juliano", chez "Laurent" où elle eut un accident avec la lionne Bellone. En 1900 elle épousa un ancien prestidigitateur José Roxler qui en cadeau de mariage lui offrit quatre lions et un tigre.

La-Goulue-Petit-Journal.jpgEn 1903, elle eut les honneurs des gazettes car lors d’une représentation elle sauva son mari des griffes d’un puma. En 1907 à la foire de Saint-Cloud elle est blessée par le lion Négus. Puis c’est l’époque où les affaires sont moins bonnes et son établissement est réduit à présenter deux porcs-épics. Ruinée elle est obligé pour survivre de vendre des colifichets et s'éteint le 30 janvier 1929, mais reste à ce jour comme un personnage mythique de la Belle Epoque.

commentaires

Le trio Léonard

Publié le 19 Septembre 2013 par cirk75gmkg dans Clowns

Les-Leonard.JPGCe trio formé des frères Marcel et Eugène Damoiseau et de l’épouse de Marcel, Yvette Spiessert, sœur du célèbre directeur du cirque Pinder a fait de 1928 à 1939 les beaux soirs de ce cirque légendaire. Mais reprenons par le début. Yvette Spiessert, épouse en 1922 Marcel Damoiseau dit Léonard, jongleur, musicien et clown de son état, fils lui-même d’Eugène Albert Damoiseau, célèbre auguste de soirée au Cirque Plège (voir blog02/02/2011). Dans un premier temps le jeune couple se produit au Zoo Circus (voir blogs 05 et 06/01/2012) ainsi qu’au cirque Spessardy (voir blog25/04/2013) en "Excentriques musicaux" sous le nom de "Yette & Mars"

Les-Leonard4.JPGLe trio Léonard se forme lorsque qu’Eugène le jeune frère de Marcel les rejoint. Marcel est le clown, Yvette le contre-pitre et Eugène l‘auguste. Trio fort professionnel, qui se fait aussi appeler "Eugène et Cie". Dans ce trio il était très difficile de remarquer que l’emploi de  contre-pitre était tenu par Yvette tant son maquillage avec lunettes et chapeau ainsi que ses attitudes laissaient penser le contraire. L’auguste qu’elle campait entre son époux et  son beau frère n’était ni dupe ni victime de l’un ou de l’autre. C’était Eugène qui supportait les malices de l’un ou de l’autre, mais il démontra dans ce rôle qui pouvait sembler ingrat une telle sérénité qu’on ne ressentait pas en lui  le "battu" traditionnel. Ce ton de gentillesse mutuelle était d’ailleurs la signature de ce trio.

Les-Leonard3.JPGEn 1939 l’état de santé d’Yvette devenant problématique, le trio se sépara. Marcel devenant le Directeur artistique du cirque de son beau frère. De son côté Eugène sous le nom d’Eugène Léonard, ou de Gégène continua ses facéties en faisant jusqu’en 1961 équipe avec Rolf Zavatta (voir blog27/11/2010), puis avec Bocky & Randel (voir blog24/09/2011) voire avec Bob Vasseur jusqu’en 1970 où son stretch du taxi en folie était devenu un classique.

Les-Leonard1.JPGLes Léonard des professionnels du rire qui firent toute leur carrière dans un seul cirque, chez Pinder, leur cirque familial.

commentaires

La Tohu, Cité des Arts du Cirque au Québec

Publié le 18 Septembre 2013 par cirk75gmkg dans Bâtiments

LaTohu.jpgOrganisme à but non lucratif, La Tohu -dont le nom vient de "tohu-bohu" évoquant ainsi le bouillonnement des idées, l’agitation et l’effervescence qui animent ce lieu- a vu le jour en 1999 à l'initiative d'En Piste (l’Ecole Nationale des Arts du Cirque) et du Cirque du Soleil. Grands carrefours de création, formation, diffusion et production des arts du cirque au monde, cette cité a pour mission de faire de Montréal une capitale internationale des arts de la Piste.

laTohue2.jpgSituée sur une ancienne carrière de calcaire et d'enfouissement des déchets récemment revitalisé en parc urbain, cette Cité des Arts du Cirque abrite une salle de spectacle circulaire d'une capacité de 900 personnes, un pavillon d’accueil du Complexe Environnemental de Saint-Michel (C.E.S.M.), les bureaux d’En Piste ainsi que le siège social international et le centre d’hébergement des artistes du Cirque du Soleil. La Tohu en plus d’être un centre névralgique pour le milieu des arts du cirque, est un carrefour unique voué à la diffusion, à la production, à la création et à l'enseignement du cirque.

laTohue.jpgDepuis août 2003, la Tohu est dépositaire d’une des plus importantes collections privées consacrées aux arts du cirque : le Fonds "Jacob-William" constitué au cours des trente dernières années par deux collectionneurs français passionnés par l'univers circassien; Pascal Jacob et Christian William: collection comprenant plus de 15 000 documents anciens, modernes et contemporains (programmes de cirque, affiches, estampes, photographies, dessins, tableaux, bronzes…) ainsi que 2 500 livres du XVIe siècle à nos jours, consacrés aux arts de la piste. Privilégiant la diversité, les collectionneurs cherchent à préserver au moins un exemplaire de chaque type de document témoignant de l'histoire du cirque à travers les âges, souhaitant ainsi ancrer les arts du cirque d'aujourd'hui dans ce qui a contribué à faire leur grandeur au fil des siècles. La Tohu une Cité du Cirque pas comme les autres.

commentaires

La Rue des Rancy à Lyon

Publié le 17 Septembre 2013 par cirk75gmkg dans Personnalités

rue-Rancy.JPGAuparavant rue de la Villardière, renommée rue des Rancy, située entre la rue de Créqui et le boulevard Marius Vivier-merle  dans le III° arrondissement à Lyon, cette dénomination rappelle le brillant passée d’une vieille famille circassienne issue de Théodore Rancy (1818- 1892) qui est à l’origine d’une longue liste de cirques (Lyon, Genève, Amiens…). Grace aux Rancy Lyon, durant des années, a eu son cirque permanent qui se trouvait à l’angle de l’avenue de Saxe et de la rue Moncey au 33, près de la rue Chaponnay à l'emplacement de l’actuelle DDE. Préalablement Théodore repris le cirque fondé en 1760 par Franconi, situé dans le pâté de maisons, "Sèze, Bossuet, Créqui et Duguesclin".

LyonRancy.jpgNotons aussi que la plus grande MJC de Lyon, située au 249 rue de Vendôme, communément désignée "Maison pour Tous" se nomme "Salle des Rancy", c’est dire la marque indélébile que cette famille a laissé à Lyon. Enfin pour être le plus complet possible, au Cimetière de la Guillotière à Lyon, se trouve le caveau de cette famille surmonté du buste du patriarche Théodore Rancy. Si on jour vous passez par Lyon, amis circophiles n'oubliez que le nom de Rancy y est fortement enraciné!

commentaires

L’Occupation une période méconnue pour les arts de la piste

Publié le 3 Septembre 2013 par cirk75gmkg dans Cirques d'hier

bouglionech1940Un remarquable documentaire sur la vie artistique sous l’occupation a été dernièrement diffusé sur France5, mais très curieusement, si ce film évoquait le cinéma, le théâtre, le music-hall, le cabaret voire l’opéra, aucune information n’a été donnée sur le cirque Est-ce à dire que les arts de la piste ne se sont pas eux accoquiné avec l’occupant ?  La réponse est bien entendue plus mesurée.

Bureau43D’une manière générale suite à difficultés liées à trouver du carburant la plupart des cirques ambulants dans un premier temps restent cloués sur place. Mais en 1940 le "Cirque Bureau" lors de sa tournée 40-41 en zone libre accole à nom le slogan de "Cirque National". Si dans un premier temps Amar tourne sur Bordeaux, les quatre frères se séparent et proposent alors le plus souvent dans la région parisienne quatre chapiteaux différents ayant pour nom: "Nouveau Cirque de Paris" de Schériff, "Le Cirque des Cirques" d’Ali, "Le Cirque de France" et le "Grand Cirque Amar" de Mustapha. Le "Cirque Lamy" de son côté imprime des programmes en français et allemand et tourne avec des camions gazogènes. Des artistes français sont sollicités pour des tournées dans les villes allemandes, à l'arrière des fronts et jusqu'au Wintergarten où Hitler se rendit deux fois pour applaudir les Alizées et ces extraordinaires jongleurs sur fil de fer: les Revehros.

Médrano41A Paris, les cirques en pierre sont dans un premier temps sous tutelle allemande. Le "Cirque d’hiver" est dirigé  du 20 décembre 1940 au 22 mars 1941 par Paul Busch, le directeur du célèbre cirque berlinois Busch, sa sœur Michaela s’empare de "Medrano" du 15 novembre 1940 au 11 avril 1941, date à laquelle Jérôme Medrano reprendra les commandes de son cirque montmartrois. Les Cirques parisiens vont durant l’occupation présenter de nombreux programmes. Zavatta dans ses Mémoires "30 ans de cirque" relate comment il rejoignait le cirque d'hiver en utilisant l’énergie de ses mollets pour faire circuler son vélo-taxi dans lequel prenait place son compère  Alex.

C.des-Allies.jpgRares ont été les faits de résistance, c’est pourquoi il ne faut pas taire l’attitude d’Amédée Ringenbach lorsqu’il dirigeait le "Cirque des Alliés", nom qui à cette époque n’était pas bien entendu innocent. Rappelons qu’en 1939, à Vannes ce cirque est arrêté car l'occupant allemand refuse que cet établissement continu de circuler sous le nom de "Cirque des Alliés". Pour protester contre cette décision, M. Amédée  décide de baptiser son établissement sous le nom de "Cirque National", ce qui lui permit de reprendre sans problèmes ses tournées, car les Allemands ne voyaient aucune malice par l’emploi de cet adjectif combien pourtant symbolique. Le "Cirque Pinder de son côté rentre à Chanceaux-sur-Choisille en Touraine. Le matériel roulant et le chapiteau sont cachés, les animaux sont envoyés en Espagne. Charles Spiessert, le directeur de ce cirque à cette époque refusant de travailler devant l’occupant.

NationalOn voit que le cirque comme les autres modes de spectacles, est loin du mythe vertueux de la Résistances que l’on présente généralement.

commentaires

Un projet de loi qui peut tuer le Cirque traditionnel

Publié le 29 Juillet 2013 par cirk75gmkg dans Divers

 
chagal lecirqueSelon le journal « La Libre Belgique » les animaux sauvages comme les lions, les tigres et les éléphants seront bientôt interdits en Belgique dans les cirques. C'est ce qu'a décidé le gouvernement belge, vendredi 12 juillet, en approuvant un projet de loi visant à renforcer le bien-être animal.
 
PeintGeorges Seurat - Le cirque - 1891La décision du gouvernement fait suite à une enquête réalisée entre septembre et décembre 2011 qui avait révélé la difficulté, pour les cirques, de garantir le bien-être des animaux.
 
Heuzé(2)Le manque d'espace, l'absence de possibilité de baignade pour certaines espèces ou de congénères pour les espèces grégaires, ainsi que le non-respect des exigences de température, notamment dans les camions, ont été pointés par le Conseil du bien-être des animaux. Cet organe consultatif créé en 2009 avait dès lors recommandé de limiter la liste des animaux pouvant être détenus par les cirques.
 
YvesBrayer.jpgCes dispositions sont également nées du souci de tranquilliser le voisinage des cirques régulièrement incommodé par toutes sortes de nuisances: enfants effrayés par des lions en cage, bruit, carcasses de viande abandonnées...Le projet prévoit que seuls certains animaux pourront désormais être autorisés dans les cirques, moyennant le respect des normes minimales d'hébergement fixées pour assurer leur bien-être. Il s'agit concrètement des bovins, buffles, porcs, lamas, dromadaires, chameaux, furets, lapins, chiens et chats, pigeons, oies, gallinacés, perroquets, perruches et canards, chevaux, ânes et poneys, moutons et chèvres.
 
AuCirqueFernando.jpg"Ces animaux sont la base du cirque traditionnel", a réagi Maurice Agnessen, responsable d'un festival de cirque organisé à Liège, arguant que dans les cirques, "ils sont régulièrement en mouvement, s'amusent et se reproduisent même mieux que dans les zoos". En revanche, l'organisation de défense des animaux Gaïa a salué une "importante avancée pour le bien-être animal".
 
MarcelVertes.jpgLa Belgique rejoint ainsi l'Autriche, qui interdit déjà les animaux sauvages, et d'autres pays européens où une interdiction partielle existe ( Allemagne, Hongrie, Danemark, Suède), assure le gouvernement, qui souligne aussi que le Royaume-Uni ou les Pays-bas envisagent également dans un avenir proche d'appliquer une mesure identique.
 
 
 
commentaires

Ben Hur au cirque

Publié le 20 Juin 2013 par cirk75gmkg dans Programmes

GCDF62.jpgGCDF63"Ben-Hur vivant", spectacle musical créé le 20 décembre 1961 par les Grüss-Jeannet (voir blog13/11/2010) au Palais de Sports de Paris, puis présenté pendant quatre ans jusqu’en 1964 sous leur chapiteau du "Grand Cirque de France". Il est à noter que ce spectacle comprenait à l’origine 2 parties. La première composée de cirque traditionnel assuré par la famille Gruss se terminait par l’enregistrement des jeux radiophoniques de Radio Luxembourg comme le célèbre "Quitte ou double" (voir blog07/10/2011). Puis une seconde partie où était présenté "Ben Hur Vivant". Le terme "vivant" voulait suggérer que le spectacle n’était pas la projection du célèbre film de William Wyler sorti en 1959 avec Charlton Heston et récompensé par de nombreux Oscars.

JRH1973Pour les fêtes de fin d’année 1975-196 cette pantomime musicale (voir blog01/09/2011) fut reprise à Paris, seule et sans sa partie cirque, sous le chapiteau du "Nouvel Hippodrome Jean Richard". Les rôles étaient alors tenus par: Philippe Gruss (Ben Hur), Robert Chassard (Messala), Mireille Gruss (Esther), Alexis Gruss senior (Ilderim), Lucien Gruss (Abdellah), Jacky Gruss (Cléante d'Athènes), Yan Mumolo (Lysipe) , Béatrice Barrio (Tirzah), Antonio Ramirez et Judy Burton (divertissement aérien), les Victorias (Statues vivantes) , les lions de Antoine et Kid Bauer, les gladiateurs de Yvan Chiffre, les Ben Karim et les Tangers (sauteurs marocains), et Mat Samba (cracheur de feu)

Disk-Ben-HurGuetary.jpgLa musique de Ben Hur avait été composée par Maurice Thiriet, les décors étaient de Willy Holt et la mise en scène avait été confiée à Roger Bourgeon. Surfant sur le prodigieux succès de ce spectacle de nombreux disques furent enregistrés par des chanteurs étrangers à ce spectacle qui avaient pour nom André Claveau, Georges Guétary (voir blog18/12/2010) Lucien Lupi ou Les Hommes, groupe musical constitué pour la circonstance. Quarante ans plus tard en 2006, Robert Hossein a repris pour 5 représentations au Grand Stade de France avec un côté plus cirque antique, cette fresque humaniste écrite à l’origine en 1880 par Lewis Wallace. Et pour la circonstance une piste de 400 m de long sur 35 m de large a été créée afin de faire vivre en direct la mythique course de chars que les Grüss-Jeannet avaient déjà mis en scène sous leur chapiteau dans les années 60 montrant ainsi leur côté novateur.                                                                                                                      Disk-Ben-HurClaveau.jpgDisk-Ben-HurLesHommes.jpgDisk-Ben-HurLupi.jpg

commentaires

Le petit musée de Machecoul

Publié le 19 Juin 2013 par cirk75gmkg dans Divers

MuseeMarchecoul1.jpgSi lors de vos prochaines les vacances, si vous êtes en Loire Atlantique, n'hésitez pas à vous rendre à Machecoul, où Thierry Baleige et ses amis (Michel, Fabien, Aurélien, Jean_paul) vous accueilleront pour la troisième année entre le 15 juin et le 15 septembre dans leur Petit Musée du Cirque Vous pourrez y voir entre autre des maquettes,  des affiches, des  costumes, des programmes, des cartes postales  collectés par ce passionné de Cirque.
MuseeMarchecoul.jpgCe petit musée est ouvert au public sur réservation, un site a été créé : http://lemondeducirque-expo.wifeo.com/ ainsi qu’un compte FaceBook : https://www.facebook.com/thierry.baleige?ref=tn_tnmn Mais mieux qu’un long discours une petite vidéo vous permettra de mieux connaître ce sympathique musée dédié aux arts de la piste.
commentaires
<< < 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 120 130 140 > >>